L'Irak a soif de coopération régionale alors que ses rivières rétrécissent

Des villageois irakiens disent avoir ressenti l'impact de la réduction des volumes d’eau en provenance d'Iran depuis deux ans. (Photo, Reuters)
Des villageois irakiens disent avoir ressenti l'impact de la réduction des volumes d’eau en provenance d'Iran depuis deux ans. (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Mardi 07 septembre 2021

L'Irak a soif de coopération régionale alors que ses rivières rétrécissent

  • Selon des défenseurs de l'environnement, c'est de l'autre côté de la frontière, en Iran, que se trouve la raison pour laquelle la rivière Sirwan, autrefois bouillonnante, n'est plus qu'un filet d'eau
  • L'Iran et la Turquie construisent de grands barrages pour résoudre leurs propres problèmes, mais la coopération régionale sur cette question reste insuffisante

HALABJA : "Là où nous nous trouvons en ce moment, il devrait y avoir une rivière", déclare Nabil Musa, en montrant du doigt un lit de rivière asséché dans le nord de l'Irak.

Pour ce militant écologiste, la raison pour laquelle le fleuve Sirwan, autrefois bouillonnant, n'est plus qu'un filet d'eau, se trouve de l'autre côté de la frontière, en Iran, qui, selon lui, "contrôle toute" l'eau du fleuve.

Avec le manque de précipitations de cette année, l'Irak manque cruellement d'eau, et les responsables qui tentent de faire revivre des rivières comme le Sirwan affirment que la baisse du débit des voisins en amont, l'Iran et la Turquie, aggrave les problèmes locaux tels que les fuites, les canalisations vieillissantes et le siphonnage illégal des réserves.

L'Iran et la Turquie construisent de grands barrages pour résoudre leur propre problème de manque d'eau, mais la coopération régionale sur cette question reste incomplète et insuffisante.

Selon des responsables irakiens, le barrage de Daryan, situé de l'autre côté de la frontière iranienne, détourne une partie du Sirwan vers les terres iraniennes par un tunnel de 48 km de long. Contactés par Reuters, des responsables iraniens ont refusé de commenter cette allégation. L'Iran a indiqué que le barrage était toujours en cours de construction.

Les habitants irakiens des villages de la région disent avoir ressenti l'impact de la réduction des volumes en provenance d'Iran depuis deux ans, se plaignant que la chute a eu un effet punitif sur les communautés en aval, en particulier pendant les années de sécheresse de plus en plus fréquentes.

"Cela fait deux ans que j'ai dû arrêter de pêcher", a déclaré à Reuters le pêcheur Ahmed Mahmoud depuis le village voisin d'Imami Zamen. Avec l'assèchement de la rivière, la plupart des 70 familles du village sont déjà parties. L'école primaire a fermé.

"Si ça continue comme ça, nous devrons partir aussi", a-t-il dit.

Le Sirwan prend sa source en Iran et longe la frontière avec l'Irak avant de se jeter dans la région semi-autonome du Kurdistan irakien, puis de rejoindre le Tigre au sud. Autrefois abondant, il est aujourd'hui parsemé de poteaux de mesure indiquant où l'eau arrivait.

Alors qu'une vague de chaleur s’abattait en juillet sur la région frappée par la sécheresse, l'Irak a déclaré que la situation dans la province de Diyala, située en aval, s'aggraverait en l'absence d'un accord avec l'Iran, d'où provient environ 18 % du Tigre irakien, sur les moyens de partager les "dommages" causés par la baisse des débits.


Cisjordanie: trois Palestiniens tués dans un raid israélien

Des Palestiniennes musulmanes crient des slogans après que les forces de sécurité israéliennes ont refusé les visiteurs à l'entrée de l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, le troisième site le plus sacré de l'Islam, le 27 septembre 2022 pendant les vacances de Roch Hachana, le nouvel an juif. (AFP)
Des Palestiniennes musulmanes crient des slogans après que les forces de sécurité israéliennes ont refusé les visiteurs à l'entrée de l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, le troisième site le plus sacré de l'Islam, le 27 septembre 2022 pendant les vacances de Roch Hachana, le nouvel an juif. (AFP)
Short Url
  • Une source du gouvernorat de Jénine a déclaré qu'il s'agissait d'Abed Hazem, frère de Raad Hazem qui est accusé d'avoir commis un attentat meurtrier à Tel-Aviv en avril dernier
  • L'armée israélienne a confirmé dans un tweet que des troupes «opéraient à Jénine»

RAMALLAH: Trois Palestiniens ont été tués mercredi par les forces israéliennes mercredi lors d'un raid à Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée, a affirmé le ministère palestinien de la Santé.

Une source du gouvernorat de Jénine a déclaré à l'AFP que parmi les hommes tués figure Abed Hazem, frère de Raad Hazem qui est accusé de l'assassinat de trois Israéliens lors d'une fusillade à Tel-Aviv le 7 avril. L'armée israélienne a affirmé de son côté que ses troupes ont abattu "deux suspects impliqués dans un certain nombre d'attaques récentes".


Le ministre saoudien des Affaires étrangères présente ses condoléances pour le décès de Shinzo Abe

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faysal ben Farhane, se rend au Japon pour assister aux funérailles nationales de Shinzo Abe, qui ont eu lieu ce matin. (Twitter: @KSAMOFA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faysal ben Farhane, se rend au Japon pour assister aux funérailles nationales de Shinzo Abe, qui ont eu lieu ce matin. (Twitter: @KSAMOFA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faysal ben Farhane, se rend au Japon pour assister aux funérailles nationales de Shinzo Abe, qui ont eu lieu ce matin. (Twitter: @KSAMOFA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faysal ben Farhane, se rend au Japon pour assister aux funérailles nationales de Shinzo Abe, qui ont eu lieu ce matin. (Twitter: @KSAMOFA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faysal ben Farhane, se rend au Japon pour assister aux funérailles nationales de Shinzo Abe, qui ont eu lieu ce matin. (Twitter: @KSAMOFA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faysal ben Farhane, se rend au Japon pour assister aux funérailles nationales de Shinzo Abe, qui ont eu lieu ce matin. (Twitter: @KSAMOFA)
Short Url
  • Les deux parties se sont par ailleurs entretenues au sujet de la situation en Ukraine et du marché international du pétrole
  • Le ministre des Affaires étrangères saoudien a exprimé sa volonté de «poursuivre avec détermination l'héritage diplomatique légué par l'ancien Premier ministre Abe

DUBAÏ: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faysal ben Farhane al-Saoud, a présenté ses condoléances pour le décès de l'ancien Premier ministre Shinzo Abe Shinzo lors d'une rencontre avec le ministre japonais des Affaires étrangères, Hayashi Yoshimasa, mardi.

Le prince Faysal s'est rendu au Japon pour assister aux funérailles officielles du Premier ministre japonais. Les cérémonies se sont tenues en début de journée. De son côté, M. Yoshimasa a salué la participation de l'Arabie saoudite à la cérémonie.

Il a en outre exprimé sa volonté de «poursuivre avec détermination l'héritage diplomatique légué par l'ancien Premier ministre Abe et de renforcer le partenariat stratégique entre les deux pays, en l'occurrence le Japon et l'Arabie saoudite», selon une déclaration du ministère japonais des Affaires étrangères.

Son homologue saoudien a réitéré pour sa part sa volonté de renforcer la coopération bilatérale entre les deux pays.

Les deux parties se sont par ailleurs entretenues au sujet de la situation en Ukraine et du marché international du pétrole. M. Yoshimasa a remercié le prince Faysal pour l'approvisionnement en pétrole provenant d'Arabie saoudite.

Le ministre saoudien a rappelé que le Royaume s'engage à fournir le pétrole au Japon de façon continue.

Les deux ministres sont également convenus de favoriser la coopération entre leurs pays afin de réaliser la neutralité carbone par le biais de l'utilisation de l’énergie non polluante qu'ils comptent promouvoir.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru dans Arab News Japan


Les raisons du départ de la Fnac du Maroc

Le magasin a annoncé un déstockage et des promotions alléchantes de 70% (Photo Twitter).
Le magasin a annoncé un déstockage et des promotions alléchantes de 70% (Photo Twitter).
Short Url
  • Comment l’une des plus grandes enseignes du monde de la distribution de livres et de matériel multimédia a-t-elle décidé, après onze ans de présence au Maroc, de baisser le rideau?
  • «Ce n’est pas le piratage qui a nui aux activités de la Fnac au Maroc, mais plutôt leur erreur de casting managérial et leur faible connaissance du marché marocain»

CASABLANCA: Au Morocco Mall de Casablanca, l’un des plus grands centres commerciaux du continent africain, les gens se pressent. Accroupis dans le magasin Fnac, l’un des plus importants de la région, ils sont à l’affût d’une bonne affaire. Le magasin a annoncé un déstockage et des promotions alléchantes de 70%. Une opération qui a fait le bonheur de certains amateurs de jeux vidéo, peu aisés, qui ne pouvaient s’offrir des produits Fnac jugés onéreux. Les quelques employés restés sur place, après la fermeture totale, ne cachent pas leur désarroi. Ce sentiment est partagé par des clients fidèles rencontrés sur place.

Comment l’une des plus grandes enseignes du monde de la distribution de livres et de matériel multimédia a-t-elle décidé, après onze ans de présence au Maroc, de baisser le rideau, alors qu’elle avait annoncé à l’époque, en grande pompe, un ambitieux plan de développement sur le marché marocain? Aujourd’hui, seuls trois magasins sont sortis de terre au Maroc, un à Tanger et deux à Casablanca – l’un occupe deux étages au Morocco Mall et l’autre se situe dans le quartier très fréquenté du Maârif, près du Twin Center. Ces trois sites sont aujourd’hui définitivement fermés. En revanche, son principal concurrent, Virgin Megastore, a su se démarquer en ouvrant dix magasins dans les plus grandes artères et les plus importants centres commerciaux du pays.

Pour le groupe Aksal, partenaire de Fnac au Maroc, ce choix répond à des réorientations stratégiques qui visent à se positionner davantage sur le digital. Un argument qui ne convainc pas Nabil Jebbari, entrepreneur culturel et expert en économie de la culture. «Je ne pense pas que le départ de la Fnac du Maroc soit dû à une réorientation vers le digital. Les présences physique et digitale peuvent bel et bien coexister sur le marché marocain.

Plusieurs facteurs ont poussé le groupe français à plier bagage. Ils avaient un problème au niveau du modèle de développement, de l’investissement en foncier et son amortissement. Surtout, il y avait un problème au niveau du casting. Les managers de l’enseigne n’ont pas pu répondre aux attentes des consommateurs locaux. Pourtant, ils ont eu onze ans pour le faire. Virgin Megastore l’a fait et le résultat est tangible aujourd’hui», déclare Nabil Jebbari à Arab News en français.