Elections marocaines: les islamistes paient le prix de leur «ligne consensuelle»

Des membres du Parti de la justice et du développement (PJD) tiennent une conférence de presse dans la capitale Rabat pour annoncer la démission de son président Saad-Eddine El Othmani et de tous les membres de son secrétariat général, le 9 septembre 2021. (Photo, AFP)
Des membres du Parti de la justice et du développement (PJD) tiennent une conférence de presse dans la capitale Rabat pour annoncer la démission de son président Saad-Eddine El Othmani et de tous les membres de son secrétariat général, le 9 septembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 10 septembre 2021

Elections marocaines: les islamistes paient le prix de leur «ligne consensuelle»

  • Le PJD s'est écroulé, dégringolant de 125 sièges dans l'assemblée sortante à 12, selon des résultats provisoires
  • A la différence de l'Égypte et de la Tunisie où ils ont été écartés du pouvoir par des coups de force, le Maroc est le premier pays de la région où les islamistes sont battus dans les urnes

RABAT: Les islamistes au pouvoir au Maroc ont encaissé une déroute historique lors des élections générales, un séisme attribué à l'assouplissement de leur ligne politique depuis la révocation par le roi de leur ex-chef charismatique Abdelilah Benkirane, selon des analystes.

Le Parti de la justice et du développement (PJD, islamiste modéré) "a été sanctionné par sa ligne consensuelle sur les questions politiques, notable depuis l'éviction de son chef Abdelilah Benkirane", explique le politologue Ismaïl Hammoudi.

Le PJD s'est écroulé, dégringolant de 125 sièges dans l'assemblée sortante à 12, selon des résultats provisoires annoncés par le ministère de l'Intérieur jeudi, au lendemain du scrutin. 

Il a été très largement devancé par deux partis libéraux considérés comme proches du palais royal: le Rassemblement national des indépendants (RNI) de l'homme d'affaires Aziz Akhannouch arrivé en tête avec 97 sièges, devant le Parti Authenticité et Modernité (PAM, 82), sur un total de 395.

L'ampleur de la défaite des islamistes est d'autant plus inattendue que, malgré l'absence de sondages, médias et analystes jugeaient que le PJD jouerait encore les premières places.

«Ligne rouge»

Mais c'était sans compter avec les vives dissensions internes qui ont fissuré la cohésion du parti ces cinq dernières années.

Ces divisions se sont récemment cristallisées sur deux dossiers majeurs: la loi légalisant le cannabis thérapeutique – les députés du PJD ont été les seuls à voter contre – et la normalisation des relations avec Israël, une "ligne rouge" pour les islamistes.

Des désaccords qui ont même poussé l'influente aile religieuse du parti, le Mouvement de l'unicité et de la réforme (MUR), à "ne pas appeler ses membres à voter pour le PJD", note M. Hammoudi.

Depuis sa première participation aux législatives de 1997, le PJD avait poursuivi son ascension jusqu'à son arrivée au pouvoir en 2011 après les protestations du "Mouvement du 20 février" – version marocaine du Printemps arabe – qui réclamait la fin de "la corruption et du despotisme".

Aujourd'hui, à la différence de l'Égypte et de la Tunisie où ils ont été écartés du pouvoir par des coups de force, le Maroc est le premier pays de la région où les islamistes sont battus dans les urnes.

Si M. Benkirane s'est illustré par une forte présence médiatique et ses incessantes critiques contre "l'État profond" marocain, son parti n'a jamais vraiment été en mesure de gouverner pleinement.

Ainsi, après les législatives de 2016, il n'avait pas réussi à former une coalition gouvernementale en raison des desiderata d'Aziz Akhannouch, patron du RNI arrivé pourtant quatrième du scrutin.

Des tractations infructueuses avaient plongé le royaume dans une crise politique inédite pendant plusieurs mois avant que M. Benkirane ne soit démis de ses fonctions par le roi et remplacé par le numéro deux du PJD, Saad-Eddine El Othmani, personnalité plus consensuelle. 

"Le choix du compromis par M. Othmani a été considéré comme une compromission", résume le politologue Mustapha Sehimi. Cet épisode a fortement fragilisé les islamistes.

«PJD au tapis»

"L'alliance entre le Maroc et Israël et la perte de son leader charismatique (Abdelilah Benkirane) orchestrée en 2016 ont été apparemment fatales" à "un PJD au tapis", constate Pierre Vermeren, professeur d'histoire à l'Université Paris 1. 

"Des résultats (électoraux) optimaux pour le palais qui attendait cela depuis 2011", observe ce spécialiste du Maghreb.

À cette date, le Maroc avait adopté une nouvelle Constitution accordant de larges prérogatives au Parlement et au gouvernement.

Toutefois, les décisions et orientations dans des secteurs clés restent l'apanage du roi Mohammed VI.

"Une nouvelle séquence s'ouvre avec des partis qui ne contestent pas les fondements du pouvoir et ont une proximité avec le roi", opine M. Sehimi.  

Première conséquence, toute la direction du PJD a démissionné jeudi et a appelé à un congrès extraordinaire "dans les plus brefs délais".

"La réalité est que notre parti était une grande formation avec une petite direction au cours de la période récente", a admis une dirigeante du parti, Amina Maelainine, sur sa page Facebook.

Avant l'annonce des résultats provisoires, les islamistes ont fait état de "graves irrégularités", dont "la distribution obscène d'argent" à proximité de bureaux de vote. 

Le scrutin, marqué par un taux de participation en forte hausse (50,35%), s'est déroulé "dans des circonstances normales", a répondu le ministre de l'Intérieur Abdelouafi Laftit, hormis "des cas isolés". 


Le Conseil de sécurité de l'ONU appelle à la formation rapide d'un nouveau gouvernement au Liban

De jeunes manifestants libanais brandissent des drapeaux nationaux alors qu'ils prennent part à un rassemblement dans le quartier du centre-ville de la capitale, Beyrouth. Une partie de la nouvelle génération souhaite une approche progressiste de la politique. (AFP/archive)
De jeunes manifestants libanais brandissent des drapeaux nationaux alors qu'ils prennent part à un rassemblement dans le quartier du centre-ville de la capitale, Beyrouth. Une partie de la nouvelle génération souhaite une approche progressiste de la politique. (AFP/archive)
Short Url
  • Les membres ont également souligné la nécessité de mettre en œuvre de toute urgence des réformes économiques, et ont exhorté toutes les parties à se dissocier des conflits extérieurs
  • Ils ont réitéré la nécessité de conclure une enquête transparente sur l'explosion de Beyrouth en 2020, afin de répondre aux exigences libanaises de justice et de responsabilité

NEW YORK: Le Conseil de sécurité de l'ONU a salué mercredi le fait que les élections législatives au Liban se soient déroulées comme prévu le 15 mai, «malgré des circonstances difficiles», mais a appelé à la formation rapide d'un nouveau gouvernement inclusif et à la «mise en œuvre urgente» des réformes économiques précédemment décrites.
Dans une déclaration commune, les membres du Conseil ont indiqué que les réformes devraient inclure l'adoption d'un budget national «approprié» pour 2022 qui permettra de mettre rapidement en place un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) «pour répondre aux exigences de la population libanaise».
L'économie du pays est embourbée depuis août 2019 dans une crise paralysante au cours de laquelle la livre libanaise a perdu plus de 90% de sa valeur et plus des trois quarts de la population ont sombré dans la pauvreté.
Le mois dernier, le Liban et le FMI étaient parvenus à un accord sur un plan qui pourrait débloquer environ 3 milliards de dollars (1 dollar = 0,94 euro) de financement international sur plusieurs années. Toutefois, l'accord est soumis à l'approbation de la direction et du conseil d'administration du FMI et dépend de la mise en œuvre par les autorités libanaises d'une série de réformes économiques, y compris la restructuration du secteur bancaire du pays, qui s’est effondré, l'amélioration de la transparence et l'unification des multiples taux de change qui s'appliquent à une monnaie nationale qui s’envole.
Le Conseil de sécurité a souligné le rôle que les institutions libanaises, dont le Parlement nouvellement élu, ont à jouer dans la mise en œuvre de ces réformes nécessaires et il a insisté sur l'importance de les mener à bien «pour garantir un soutien international efficace».
Les membres ont également demandé que des mesures soient prises pour renforcer «la participation et la représentation pleines, égales et significatives» des femmes dans les institutions libanaises, y compris dans le nouveau gouvernement.
«Ces élections étaient essentielles pour permettre au peuple libanais d'exercer ses droits civils et politiques», ont déclaré les membres du Conseil.
Ces derniers ont réaffirmé la nécessité de «conclure rapidement une enquête indépendante, impartiale, approfondie et transparente» sur l'explosion dévastatrice du port de Beyrouth, le 4 août 2020, qui a fait plus de deux cents morts, des milliers de blessés ainsi que de nombreux déplacés et a causé des milliards de dollars de dégâts matériels.
Le Conseil a déclaré que l'enquête était «essentielle pour répondre aux aspirations légitimes du peuple libanais à la responsabilité et à la justice».
Les membres ont également exhorté toutes les parties libanaises à mettre en œuvre une politique tangible de «distanciation de tout conflit extérieur, priorité importante, comme l'énoncent les déclarations précédentes, en particulier la déclaration de Baabda de 2012».
Le parti Hezbollah, soutenu par l'Iran, a envoyé des militants en Syrie pour combattre aux côtés des forces du régime Assad.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le gouvernement yéménite entame des pourparlers avec les Houthis

L'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, Hans Grundberg (Photo, AFP).
L'envoyé spécial de l'ONU pour le Yémen, Hans Grundberg (Photo, AFP).
Short Url
  • Les négociations s’inscrivent au sein d'une trêve de deux mois qui doit expirer le 2 juin
  • Dans le cadre de cette trêve, des progrès importants ont été réalisés dans les efforts visant à parvenir à convenir de la reprise des vols commerciaux à Sanaa

NEW YORK: Des négociations ont débuté mercredi à Amman entre le gouvernement du Yémen et les Houthis concernant la réouverture des routes à Taïz et celles de plusieurs autres gouvernorats.

Les pourparlers se déroulent sous les auspices de l'ONU. Hans Grundberg, envoyé spécial de l'organisation pour le Yémen, a affirmé qu'ils s'inscrivaient dans le cadre d'une trêve de deux mois, convenue en avril au début du ramadan. Il a ajouté que cette trêve devait expirer le 2 juin, mais qu'il travaillait avec toutes les parties pour la prolonger.

Grundberg a appelé à une négociation «de bonne foi» et à prendre des mesures urgentes pour parvenir à un accord sur le rétablissement de la liberté de mouvement et l'amélioration des conditions de vie du peuple yéménite.

«Les Yéménites souffrent depuis trop longtemps de l'impact des fermetures de routes», a-t-il affirmé. «L'ouverture des routes à Taïz et ailleurs est un élément crucial de la trêve qui permettra aux familles divisées par les lignes de front de se voir, aux enfants d'aller à l'école, aux civils d'aller travailler et d'atteindre les hôpitaux, et aux activités commerciales essentielles de reprendre.»

Il a ajouté que dans le cadre de la trêve, des progrès importants ont été réalisés dans les efforts visant à parvenir à convenir de la reprise des vols commerciaux à destination et en provenance de l'aéroport de Sanaa. Plus de 1 000 passagers ont pris l'avion jusqu'à présent et la fréquence des vols augmente. Des préparatifs sont en cours pour reprendre les vols entre Sanaa et Le Caire, en Égypte.

«Cela permettra à davantage de Yéménites de se rendre à l'étranger afin d’accéder à des soins médicaux, à des opportunités éducatives et commerciales, et pour rendre visite à leur famille», a souligné Grundberg, qui a remercié le gouvernement égyptien pour son aide concernant l'organisation des vols et son «soutien actif aux efforts de paix des Nations unies».

Bien que les combats se soient apaisés au Yémen depuis le début de la trêve, avec une réduction significative du nombre de victimes civiles, Grundberg s'est dit préoccupé par les informations faisant état de la poursuite des combats et des victimes civiles dans certaines parties du pays au cours des dernières semaines.

«J'appelle toutes les parties à faire preuve d'un maximum de retenue afin de préserver la trêve et à remplir leurs obligations en vertu du droit international pour protéger les civils», a insisté l'envoyé, qui a promis de continuer à travailler avec toutes les parties concernées dans le cadre de la trêve pour «prévenir, désamorcer et résoudre les incidents», a-t-il ajouté.

«Nous avons vu les avantages concrets que la trêve a apportés jusqu'à présent dans la vie quotidienne des Yéménites. Les parties concernées doivent renouveler la trêve pour étendre et consolider ces avantages pour le peuple yéménite, qui a souffert de plus de sept ans de guerre.»

«Cette trêve a offert une occasion de rompre avec les violences et les souffrances du passé et d’avancer vers un avenir pacifique au Yémen. Les parties doivent saisir cette opportunité en mettant en œuvre et en renouvelant la trêve et en négociant des solutions plus durables sur les questions sécuritaires, politiques et économiques, notamment les revenus et les salaires, afin de soutenir un règlement politique global du conflit.»

«Les parties concernées ont la responsabilité de maintenir et de concrétiser ce potentiel de paix au Yémen», a souligné Grundberg.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Une délégation du Congrès américain salue les efforts de la Ligue Islamique Mondiale

Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, le cheikh Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, rencontre une délégation du Congrès américain (Photo fournie).
Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, le cheikh Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, rencontre une délégation du Congrès américain (Photo fournie).
Short Url
  • Au cours de la réunion, les représentants des deux délégations ont abordé un certain nombre de questions d'intérêt commun
  • Al-Issa a affirmé que l'Arabie saoudite représente l'esprit unificateur du monde islamique

RIYAD: Une délégation du Congrès américain a fait l'éloge du travail de la Ligue islamique mondiale dans la promotion des valeurs humaines communes et du besoin urgent de paix dans le monde. Cette déclaration a été faite lors d'une réunion tenue mercredi à Riyad avec le cheikh Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, secrétaire général de la Ligue islamique mondiale.

Les représentants américains comprenaient Chris Stewart, représentant de l'Utah, Lisa McClain, représentante du Michigan, et Guy Reschenthaler, représentant de la Pennsylvanie, tous trois républicains. Ils étaient accompagnés de plusieurs responsables gouvernementaux.

La délégation américaine a également salué la Ligue islamique mondiale pour son rôle de premier plan dans la construction d'alliances efficaces au niveau national (Photo fournie).

Au cours de la réunion, les représentants des deux délégations ont abordé un certain nombre de questions d'intérêt commun. Al-Issa a affirmé que l'Arabie saoudite représente l'esprit unificateur du monde islamique.

La délégation américaine a également salué la Ligue islamique mondiale pour son rôle de premier plan dans la construction d'alliances efficaces au niveau national et entre les organisations internationales, afin de consolider les valeurs d'amitié et de coopération entre les nations et les peuples.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com