Au procès du 13-Novembre, l'enquête vue côté belge

Ce croquis d'audience réalisé le 14 septembre 2021 montre (de gauche à droite) les coaccusés Mohamed Amri et Mohamed Abrini ainsi que Salah Abdeslam, le principal suspect des attentats de Paris du 13 novembre 2015. (Photo, AFP)
Ce croquis d'audience réalisé le 14 septembre 2021 montre (de gauche à droite) les coaccusés Mohamed Amri et Mohamed Abrini ainsi que Salah Abdeslam, le principal suspect des attentats de Paris du 13 novembre 2015. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 15 septembre 2021

Au procès du 13-Novembre, l'enquête vue côté belge

  • «Tous les policiers» belges, même ceux «qui faisaient de la TVA», sont mobilisés pour "remonter la piste" des commandos, partis de Belgique la veille des attaques, et «traquer» les survivants
  • Salah Abdeslam qui a fui à Bruxelles sera lui retrouvé après quatre mois de cavale, le 18 mars 2016. Quatre jours plus tard, la même cellule jihadiste frappe le métro et l'aéroport de Bruxelles et fait 32 morts

PARIS : "On ne s'est pas tourné les pouces": une juge antiterroriste bruxelloise a détaillé par le menu et défendu la "longue enquête" côté belge sur les attentats du 13 novembre 2015, mardi devant la cour d'assises spéciale de Paris.  

Toute de noir vêtue, fines lunettes et collier Chanel autour du cou, la juge Isabelle Panou témoigne à visage découvert, évoquant avec un débit ultra rapide et sans pratiquement consulter le volumineux cahier de notes posé devant elle, un dossier "exceptionnel". 

Cette magistrate d'expérience en est saisie "le 14 novembre 2015 vers 3H00 du matin", quelques heures seulement après les attaques qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés à Paris et Saint-Denis. 

Un "GSM" (téléphone portable, NDLR) trouvé dans une poubelle près du Bataclan, un véhicule immatriculé en Belgique loué par Salah Abdeslam, résidant bruxellois et aujourd'hui seul membre encore en vie des commandos: les premiers éléments pointent vers la Belgique, rappelle la juge Panou.

Une équipe commune d'enquête franco-belge est immédiatement mise sur pied: "on envoyait les dossiers par camionnettes entières", se souvient la magistrate, saluant une "collaboration incroyable" entre les autorités des deux pays. 

"Tous les policiers" belges, même ceux "qui faisaient de la TVA", sont mobilisés pour "remonter la piste" des commandos, partis de Belgique la veille des attaques, et "traquer" les survivants, retrace Isabelle Panou. 

Un homme est rapidement identifié comme l'un des tueurs des terrasses de cafés à Paris, Abdelhamid Abaaoud, et "c'était excessivement une mauvaise nouvelle", estime la juge. 

«Je l'ai traqué»

Si elle ne l'a "jamais vu", le nom de cette figure du jihadisme francophone recherchée par les services occidentaux ne lui est pas inconnu: il est accusé d'avoir coordonné à distance la cellule jihadiste de Verviers (Belgique), démantelée in extremis début 2015 par les autorités belges averties d'un projet d'attentat imminent, un dossier qu'elle a elle-même instruit.

"Je l'ai traqué", il n'y a "pas une personne, pas un endroit qui n'a pas été investigué" pour le retrouver, assure la magistrate belge. 

"Quand on dit +qu'est-ce qu'ont fait les Belges pour trouver Abaaoud ?+ On ne s'est pas tourné les pouces", se défend-elle. 

Abdelhamid Abaaoud sera tué le 18 novembre 2015 lors d'un assaut policier, dans l'immeuble de Saint-Denis où il s'était retranché avec un complice. 

Salah Abdeslam qui a fui à Bruxelles sera lui retrouvé après quatre mois de cavale, le 18 mars 2016. Quatre jours plus tard, la même cellule jihadiste frappe le métro et l'aéroport de Bruxelles et fait 32 morts. 

"Je ne suis saisie que le 14 novembre 2015. J'ai appris le nom d'Abdeslam ce jour-là", répond vigoureusement la témoin à des questions sur d'éventuels "manquements" des autorités belges. 

Le dossier des attentats de Paris est "difficile, ne nous mentons pas" et ne se réduit pas à une "enquête franco-belge", elle a nécessité de "complexes" investigations internationales et de "travailler de manière artisanale", estime la juge. 

La majorité des hommes jugés par la cour d'assises spéciale de Paris résidaient à Bruxelles et vivaient dans un milieu "où tout le monde se connaît", mais "fermé", relève-t-elle encore.

"C'est difficile de travailler sur un tissu familial, social et économique à ce point fermé. Et c'est évidemment pas facile de dénoncer un cousin, un ami", dit-elle.

Dans le box, des accusés croisent les bras, la tête baissée. Les non francophones ont abandonné les écouteurs des traducteurs après plus de cinq heures d'exposé. 

"Il faut m'arrêter sinon je parle trop", convient la juge Isabelle Panou, s'attirant quelques rires sur les bancs des parties civiles et des avocats. 

"Je sais que j'ai été longue, mais l'ampleur des investigations méritait" ce long exposé, assure la témoin, qui pourra être rappelée à la barre après les interrogatoires des accusés, prévus en 2022. 

Avant de suspendre l'audience en début de soirée, le président de la cour Jean-Louis Périès a indiqué aux accusés qu'ils pourraient faire une déclaration spontanée mercredi midi à la reprise des débats. 


Dans les campagnes isolées de France, aide alimentaire pour les plus précaires

Créée en 1985 par le célèbre humoriste français Coluche (1944-86), les Restos du Cœur ont alerté fin novembre sur «l'aggravation de la précarité» des plus démunis provoquée par la crise sanitaire. (Photo, AFP)
Créée en 1985 par le célèbre humoriste français Coluche (1944-86), les Restos du Cœur ont alerté fin novembre sur «l'aggravation de la précarité» des plus démunis provoquée par la crise sanitaire. (Photo, AFP)
Short Url
  • La pandémie de Covid-19 avait marqué les esprits l'an dernier, avec l'allongement des files d'attente devant les centres de distribution alimentaire
  • Plus que de fabriquer de «nouveaux pauvres», l'épidémie de Covid-19 a surtout enfoncé ceux qui étaient déjà fragilisés

AUXERRE : A moins de 200 km de Paris, les camions des Restos du Coeur sillonnent les routes deux fois par semaine, de village en village. Ils apportent aux personnes pauvres et isolées, de plus en plus nombreuses depuis le début de la pandémie, des produits alimentaires et d'hygiène, mais aussi du contact humain.

Créée en 1985 par le célèbre humoriste français Coluche (1944-86), les Restos du Cœur ont alerté fin novembre sur "l'aggravation de la précarité" des plus démunis provoquée par la crise sanitaire.

La pandémie de Covid-19 avait marqué les esprits l'an dernier, avec l'allongement des files d'attente devant les centres de distribution alimentaire. L'association a aidé 1,2 million de personnes depuis novembre 2020 et distribué 142 millions de repas, contre 136 millions l'année précédente.

Trois camions floqués "Restos du Coeur" entrent sur le parking de la salle des fêtes de Seignelay, à quinze kilomètres d'Auxerre (centre). Plusieurs voitures stationnent déjà, à l'écart du centre ville. "Ils sont là", murmure Babeth Manseau, responsable de la maraude itinérante.

Il est presque 9h30, le thermomètre peine à atteindre trois degrés. Un café fumant pour se réchauffer, puis les bénévoles de l'association, emmitouflés, bonnet sur la tête, rejoignent leur poste, prêts à servir les bénéficiaires.

Leur nombre a augmenté depuis la crise sanitaire, qui a précipité la venue d'une "nouvelle population": "des personnes licenciées", mais aussi "énormément de jeunes", a constaté Babeth Manseau.

Seignelay est une bourgade de 1 500 habitants, peu desservie par les transports en commun. Une vingtaine de personnes attendent la venue des Camions le mardi, et reçoivent l'équivalent de six repas par membre de leur foyer.

«Les sous qu'on n'a pas»

"On va au devant des gens, (...) chez ceux qui sont loin de tout, n'ont pas forcément de moyen pour se déplacer", explique Jean-Bernard Gaudry, bénévole retraité de 69 ans. "Dans ces patelins paumés, les gens sont contents de nous voir".

Pour Aurore Berthet, 45 ans, sans emploi et mère d'une famille recomposée de sept enfants, la venue des Camions est une aubaine. Elle habite à quelques minutes de marche.

"Je n'ai pas le permis, juste un scooter, et avec les enfants à la maison, c'est pas évident", confie-t-elle, en remplissant son caddie d'une douzaine de briques de lait. À ses pieds, plusieurs sacs remplis à ras bord.

Dans des cartons, de petits pères Noël nagent au milieu de guirlandes à accrocher sur le sapin. Aurore en choisit un. "Ça fera plaisir aux enfants", dit-elle en souriant.

Sur le parking, Michel Gohon, 64 ans, charge le coffre de sa voiture. Cet ancien mécanicien, cheveux longs et barbe grise, perçoit 250 euros d'allocation par mois. "Ça nous évite de dépenser les sous qu'on n'a pas", souffle-t-il, ému.

A Ligny-le-Châtel (20 km d'Auxerre), deuxième stop de la journée. Michel et Françoise sont deux habitués, retraités. "Avec le prix du gasoil, on se déplace le moins possible", déclare Michel.

«Ils n'ont rien »

Les Camions du Coeur, c'est aussi une des seules sorties de la semaine. "On leur apporte non seulement de quoi manger, mais aussi du lien social. Il y a certaines personnes qui n'ont que nous", lâche Jean-Bernard Gaudry.Chablis (20 km d'Auxerre) est la troisième étape de la tournée.

Elizabeth N'Guessan élève seule ses cinq enfants, et se rend au point de distribution toutes les semaines, à proximité de son lieu de travail. "Sans cela, je serais dans la rue", admet cette aide à domicile.

Dans ces campagnes reculées, certains se retrouvent "totalement à l'abandon et partent parfois à la dérive", déplore Babeth Manseau. "Si on n'est pas là, je ne sais pas ce qu'il se passe. Ils n'ont rien".

Il faudrait un camion supplémentaire pour pouvoir "distribuer des habits", dit-elle. "À Chablis, on a beaucoup de réfugiés, certains ne connaissent pas le froid".

Plus que de fabriquer de "nouveaux pauvres", l'épidémie de Covid-19 a surtout enfoncé ceux qui étaient déjà fragilisés, selon les Restos du Coeur. Plus de la moitié de ses bénéficiaires déclarent avoir subi une perte de revenus liée à la crise sanitaire.


Covid: l'Ordre des médecins adresse un «blâme» au professeur Raoult, une «victoire» selon sa défense

Le professeur Didier Raoult a été sanctionné vendredi à Bordeaux d'un «blâme» par la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins pour avoir enfreint le code de déontologie médicale en promouvant l'hydroxychloroquine contre le Covid-19, malgré l'absence d'effet prouvé. (Photo, AFP)
Le professeur Didier Raoult a été sanctionné vendredi à Bordeaux d'un «blâme» par la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins pour avoir enfreint le code de déontologie médicale en promouvant l'hydroxychloroquine contre le Covid-19, malgré l'absence d'effet prouvé. (Photo, AFP)
Short Url
  • La chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine, où l'audience avait été dépaysée loin de Marseille, n'a pas publié ses motivations
  • En plus de cette procédure, Didier Raoult est visé, avec l'IHU qu'il a créé en 2011, par plusieurs autres enquête

BORDEAUX : Le professeur Didier Raoult a été sanctionné vendredi à Bordeaux d'un "blâme" par la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins pour avoir enfreint le code de déontologie médicale en promouvant l'hydroxychloroquine contre le Covid-19, malgré l'absence d'effet prouvé.

Pour Me Fabrice Di Vizio, l'avocat de Didier Raoult, il s'agit en fait d'"une belle victoire pour la défense" et "pour la paix sociale", a-t-il tweeté.

"Aujourd'hui Didier Raoult a reçu une tape sur les doigts, on est loin du Didier Raoult dangereux, assassin et toutes ces autres conneries racontées depuis un an" a-t-il ajouté.

"On s'attendait" à cette décision car "il était difficile de prononcer une interdiction étant donné que le professeur Raoult n'exerce plus", a pour sa part expliqué à l'AFP Me Philippe Carlini, avocat de l'Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône, qui n'aura les motivations de la chambre qu'en "début de semaine prochaine". Le conseil de l'ordre départemental doit se réunir lundi pour analyser cette sanction.

De son côté, le conseil national de l'Ordre des médecins, deuxième plaignant, a annoncé sur Twitter, qu'il "statuera la semaine prochaine" sur "un éventuel appel" de la décision devant la chambre disciplinaire nationale d'appel.

La chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine, où l'audience avait été dépaysée loin de Marseille, n'a pas publié ses motivations, qu'elle communiquera les prochains jours, pour avoir prononcé cette sanction, la deuxième en importance après le simple avertissement alors que sa décision pouvait aller jusqu'à l'interdiction d'exercer.

Contactés par l'AFP, Didier Raoult n'avait pas réagi peu après l'annonce de la décision, et le porte-parole de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU), qu'il dirige, n'a pas fait de commentaire.

Depuis fin 2020, l'infectiologue marseillais de 69 ans était visé par deux plaintes déposées par l'Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône et le conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom).

Il lui était reproché d'avoir fait la promotion de l'hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19, "sans données scientifiques établies", ce qui s'apparente à du "charlatanisme", avait affirmé la rapporteure de la chambre disciplinaire lors de l'audience le 5 novembre à Bordeaux.

Le chercheur était aussi accusé d'avoir pris des "risques inconsidérés" en soignant des patients avec ce traitement "non éprouvé par la science", avait-elle ajouté.

Déposées sur la base de plusieurs signalements initialement effectués par la société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf), les plaintes accusaient également le Pr Raoult d'avoir enfreint, par sa communication, l'article 56 du code de déontologie, en "manquant à son devoir de confraternité" envers d'autres médecins.

Présent début novembre devant la chambre par "respect pour cette institution", Didier Raoult, à la retraite depuis le 31 août comme professeur d'université praticien hospitalier, s'était dit "pas concerné" par d'éventuelles "sanctions".

Plusieurs autres enquêtes

Il avait défendu "la réussite" de son traitement conjuguant hydroxychloroquine et azythromicine pour traiter les malades du Covid-19, malgré l'absence d'effet prouvé aujourd'hui encore.

Petite victoire pour le professeur Raoult: le Dr Guillaume Gorincour, vice-président de l'Orde des médecins des Bouches-du-Rhône, que l'infectiologue poursuivait pour "non-confraternité" après des tweets le dénigrant, a été de son côté sanctionné d'un "avertissement" par la chambre disciplinaire de Nouvelle-Aquitaine, composée de 8 médecins et présidée par un magistrat administratif.

"On s'expose à cela quand on est sur Twitter", a commenté son avocat Me Carlini, estimant que cette plainte était surtout "un contre-feu allumé par le professeur Raoult".

En plus de cette procédure, Didier Raoult est visé, avec l'IHU qu'il a créé en 2011, par plusieurs autres enquêtes sur les conditions dans lesquelles l'institut a conduit ses études autour du Covid-19.

Ces investigations ont été ouvertes cette année par l'université Aix-Marseille, par les hôpitaux de Marseille (AP-HM) et par l'agence nationale du médicament (ANSM), après un article de L'Express sur de "possibles manquements à la réglementation des essais cliniques".

L'IHU et son directeur sont également accusés, dans un article de Mediapart, d'avoir mené "une expérimentation sauvage contre la tuberculose", entraînant notamment l'ouverture d'une enquête par l'AP-HM.

Enfin, le 4 novembre, le gouvernement a demandé à l'Inspection générale des affaires sociales et l'Inspection générale de l'éducation, du sport et de la recherche de mener "une mission de contrôle" à l'IHU.

Le Pr Raoult ne devrait rester que quelques mois à la tête de cet institut, qui a enclenché depuis une semaine le processus de sélection d'un nouveau directeur.


Présidentielle: la carte Pécresse brouille le jeu à droite de Macron

«C'est une femme compétente et dans cet univers de mâles blancs de 50 ans ça compte», relève un député LREM de premier rang. (Photo, AFP)
«C'est une femme compétente et dans cet univers de mâles blancs de 50 ans ça compte», relève un député LREM de premier rang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le chef de l'Etat ne s'est pas ménagé pour trianguler à droite depuis le début du quinquennat
  • «L’enjeu pour Les Républicains va être de rapprocher les conservateurs et les libéraux», analyse un proche du président

PARIS : L'émergence de Valérie Pécresse, désormais favorite pour l'investiture LR à la présidentielle, pourrait embarrasser Emmanuel Macron qui lorgne le même socle de droite libérale et modérée, même si le durcissement du discours de la candidate ces dernières semaines offre un angle d'attaque à la macronie.

Y aura-t-il guerre de territoire entre M. Macron et Mme Pécresse, si celle-ci était bien officiellement désignée samedi candidate de la droite à l'élection présidentielle d'avril 2022?

Le chef de l'Etat ne s'est pas ménagé pour trianguler à droite depuis le début du quinquennat, de la nomination d'Edouard Philippe à Matignon en mai 2017, jusqu'aux récents ralliements à la majorité du maire de Nice Christian Estrosi et d'autres élus de la frange modérée... dont des soutiens franciliens de Mme Pécresse, à l'image des maires de Fontainebleau, Massy ou encore Saint-Germain-en-Laye. 

Et jusque-là, la cible était plutôt accrochée dans le dos d'un autre postulant à droite, Xavier Bertrand, dont l'entourage du chef de l'Etat observait qu'il avait "tout de même une image de présidentialisation supérieure aux autres candidats LR dans les sondages qualitatifs". 

Sur le papier, Mme Pécresse, conseillère d'Etat, ancienne ministre de Nicolas Sarkozy et réélue dans un fauteuil à la tête de la région Ile-de-France en juin, "est une candidate assez solide", "plus frontalière" d'Emmanuel Macron que d'autres, et donc plus susceptible de mordre sur l'électorat du chef de l'Etat, résume un ministre. "Elle est dangereuse car sur une partition modérée", abonde une conseillère de l'exécutif.

"C'est une femme compétente et dans cet univers de mâles blancs de 50 ans ça compte", relève aussi un député LREM de premier rang, en n'oubliant pas que le manque de parité aux plus hautes fonctions est un procès récurrent intenté à M. Macron.

Mais pour l'heure, les stratèges de la macronie temporisent surtout en attendant de voir la ligne que suivra Mme Pécresse, obligée de rassembler son camp et de râtisser au-delà pour espérer se hisser au second tour en avril 2022.

Garder la bergerie unie

"L’enjeu pour Les Républicains va être de rapprocher les conservateurs et les libéraux", analyse un proche du président. "Or, Pécresse a le profil pour faire ça: +Versaillaise+ sur l'habitus", à l'image de sa présence en 2012 dans les cortèges de La Manif pour tous, "et libérale sur le programme", poursuit le même.

"Mais il faudra aussi qu’elle arrive à convaincre qu’elle fera mieux que Macron sur le plan économique", souligne ce conseiller, en notant que Mme Pécresse concentrait surtout ses critiques sur "le régalien".

Une façon pour elle de "garder tout le monde dans la bergerie", métaphorise un ministre, en allusion à la nécessité de se concilier le député Eric Ciotti, arrivé en tête du premier tour du Congrès des militants jeudi avec 25,6% des voix en portant une ligne bien plus musclée.

Dans la majorité, beaucoup font donc le pari que Mme Pécresse se déportera naturellement sur sa droite, afin de figer un électorat qui pourrait par ailleurs être tenté par Eric Zemmour ou Marine Le Pen. "Car ce n'est pas en faisant du Macron qu'elle va gagner", prédit une marcheuse historique.

"Notre angle, c'est qu'elle a un problème de positionnement", pointe une tête pensante de la majorité. "Elle a été Filloniste pendant 10 ans, puis Juppéiste pendant trois semaines en 2016, avant de revenir soutenir Fillon (durant la présidentielle de 2017, ndlr), de quitter LR pour fonder son mouvement Libres!, de revenir à LR... C'est une girouette qui n'a aucune conviction", fusille-t-il, assurant que Mme Pécresse "court après Zemmour comme tous les candidats LR".

Face à ce durcissement attendu, le danger sera aussi pour le camp macroniste de se livrer à une surenchère, notamment sur les thématiques de sécurité et d'immigration où il sera moins disant que ses concurrents. Dans ce contexte, "on peut récupérer des voix sur notre socle de gauche", plaide ainsi un conseiller.