Au procès du 13-Novembre, la «course contre la montre» d'une enquête «sans précédent» racontée à la barre

Les forces de sécurité patrouillent devant la salle d'audience provisoire aménagée pour le procès des accusés des attentats de Paris du 13 novembre 2015 au Palais de Justice de Paris (Photo, AFP)
Les forces de sécurité patrouillent devant la salle d'audience provisoire aménagée pour le procès des accusés des attentats de Paris du 13 novembre 2015 au Palais de Justice de Paris (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 13 septembre 2021

Au procès du 13-Novembre, la «course contre la montre» d'une enquête «sans précédent» racontée à la barre

Les forces de sécurité patrouillent devant la salle d'audience provisoire aménagée pour le procès des accusés des attentats de Paris du 13 novembre 2015 au Palais de Justice de Paris (Photo, AFP)
  • Un responsable de la police anti-terroriste a raconté dans le détail la chronologie d'une «enquête totale»
  • Le policier parle depuis trois heures quand Salah Abdeslam se remet à protester, à renfort de grands gestes

PARIS: « On est parti, on commence »... Au procès des attentats du 13-Novembre, un responsable de la police anti-terroriste a raconté dans le détail la chronologie d'une « enquête totale », qui n'a laissé que peu de zones d'ombres, pour remonter la trace des commandos, des logisticiens et des donneurs d'ordre. 

« En quatre ans il a pu être identifié l'ensemble des auteurs, leurs complices, le commanditaire en Syrie, les périples à travers l'Europe pour ramener les commandos de terroristes, et l'inscription de ces attaques dans une campagne plus large d'attentats », résume à la barre « Sdat 99 », l'identification sous laquelle dépose le policier, à visage découvert. 

Il ne parle que depuis quelques minutes quand Salah Abdeslam l'interrompt, hurlant pour se faire entendre depuis le box - les micros sont coupés. 

« C'est quand qu'on aura la parole ?! », scande le seul membre encore en vie des commandos. 

« Monsieur Abdeslam, si vous continuez vous allez sortir du box », le prévient calmement mais fermement le président Jean-Louis Périès. Il doit s'y reprendre à plusieurs fois avant que le Franco-marocain de 31 ans ne finisse par se taire. 

L'enquêteur reprend l'exposé, qui durera au total quatre heures. Son débit est rapide, il regarde à peine ses notes posées sur le pupitre devant lui et connaît visiblement le dossier par cœur. 

Il décrit les « défis » d'une « enquête sans précédent » avec des « constatations simultanées sur huit scènes de crime », une « collecte minutieuse » d'indices parfois « microscopiques » dans un contexte de « course contre la montre, avec plusieurs individus en fuite et la possibilité d'un sur-attentat ».  

1
Chronologie des attentats de Paris du 13 novembre 2015 (Graphique, AFP)

« Indicible »  

Plus de 1000 enquêteurs ont été mis sur le pont et confrontés à des « scènes indicibles », précise le policier. 

Il raconte tout, dans les moindres détails : les boulons projetés « à 40 mètres » du corps du premier kamikaze du Stade de France, les « 130 munitions retrouvées devant le Carillon et le Petit Cambodge, « qui témoignent de l'intensité de la fusillade ». »Les douze jihadistes, récupérés en cinq convois » par Salah Abdeslam, les faux documents d'identité utilisés par la cellule « tous produits au même endroit », ou encore le détecteur d'explosif « qui va saturer tellement il y a de TATP stocké » dans une des planques. 

Il revient aussi sur des détails glaçants. Comme ce téléphone portable, retrouvé dans une poubelle à côté de la voiture abandonnée par le commando du Bataclan. Le dernier SMS a été envoyé à 21h42 le soir du 13 novembre, cinq minutes avant le début de la fusillade : « On est parti, on commence ». 

Il raconte aussi que paradoxalement, ce sont des « incohérences » dans la revendication des attentats par l'Etat islamique qui mettront la police sur la piste de Salah Abdeslam. 

L'Etat islamique parle de « huit frères » et d'un attentat dans le XVIIIe arrondissement de Paris, dit-il. « Nous comprenons qu'un terroriste est en fuite ». Salah Abdeslam, dont le rôle exact le soir du 13-Novembre reste flou, a été exfiltré vers la Belgique après les attentats et arrêté après quatre mois de cavale. 

« Taisez-vous »  

Le policier parle depuis trois heures quand Salah Abdeslam se remet à protester, à renfort de grands gestes. « Taisez-vous M. Abdeslam », le coupe le président. Salah Abdeslam continue, debout dans le box. Jean-Louis Périès l'arrête à nouveau.  

« Pendant des semaines et des semaines vous allez entendre des fonctionnaires de police revenir sur le déroulement des attentats, sur l'enquête... Ca va durer neuf mois », le prévient-il. Salah Abdeslam proteste encore avec véhémence - il est cependant inaudible depuis les rangs de la salle d'audience.  

« Vous allez aussi entendre des victimes, des parents de victimes, même si ça ne vous plaît pas », reprend placidement le président. « Il va falloir vous armer de patience. Vous pouvez vous rasseoir ». 

Salah Abdeslam s'assoit.  

C'est au tour de ses avocats de se lever. « Cela devait être une présentation générale, et là on est dans le détail du détail », proteste Me Martin Vettes. Un « doublon », « encore plus pointilleux » du volumineux rapport fait par le président neuf heures durant, entre vendredi et lundi en première partie d'audience, abonde Me Olivia Ronen.   

« J'entends les protestations qui peuvent venir du box, les réponses ne viendront que dans quatre mois », continue-t-elle. 

Les premiers interrogatoires sur le fond de Salah Abdeslam et de ses co-accusés sont prévus en janvier.  

L'audience reprend mardi, avec l'audition de la juge antiterroriste belge Isabelle Panou. 


Présidentielle: la carte Pécresse brouille le jeu à droite de Macron

«C'est une femme compétente et dans cet univers de mâles blancs de 50 ans ça compte», relève un député LREM de premier rang. (Photo, AFP)
«C'est une femme compétente et dans cet univers de mâles blancs de 50 ans ça compte», relève un député LREM de premier rang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le chef de l'Etat ne s'est pas ménagé pour trianguler à droite depuis le début du quinquennat
  • «L’enjeu pour Les Républicains va être de rapprocher les conservateurs et les libéraux», analyse un proche du président

PARIS : L'émergence de Valérie Pécresse, désormais favorite pour l'investiture LR à la présidentielle, pourrait embarrasser Emmanuel Macron qui lorgne le même socle de droite libérale et modérée, même si le durcissement du discours de la candidate ces dernières semaines offre un angle d'attaque à la macronie.

Y aura-t-il guerre de territoire entre M. Macron et Mme Pécresse, si celle-ci était bien officiellement désignée samedi candidate de la droite à l'élection présidentielle d'avril 2022?

Le chef de l'Etat ne s'est pas ménagé pour trianguler à droite depuis le début du quinquennat, de la nomination d'Edouard Philippe à Matignon en mai 2017, jusqu'aux récents ralliements à la majorité du maire de Nice Christian Estrosi et d'autres élus de la frange modérée... dont des soutiens franciliens de Mme Pécresse, à l'image des maires de Fontainebleau, Massy ou encore Saint-Germain-en-Laye. 

Et jusque-là, la cible était plutôt accrochée dans le dos d'un autre postulant à droite, Xavier Bertrand, dont l'entourage du chef de l'Etat observait qu'il avait "tout de même une image de présidentialisation supérieure aux autres candidats LR dans les sondages qualitatifs". 

Sur le papier, Mme Pécresse, conseillère d'Etat, ancienne ministre de Nicolas Sarkozy et réélue dans un fauteuil à la tête de la région Ile-de-France en juin, "est une candidate assez solide", "plus frontalière" d'Emmanuel Macron que d'autres, et donc plus susceptible de mordre sur l'électorat du chef de l'Etat, résume un ministre. "Elle est dangereuse car sur une partition modérée", abonde une conseillère de l'exécutif.

"C'est une femme compétente et dans cet univers de mâles blancs de 50 ans ça compte", relève aussi un député LREM de premier rang, en n'oubliant pas que le manque de parité aux plus hautes fonctions est un procès récurrent intenté à M. Macron.

Mais pour l'heure, les stratèges de la macronie temporisent surtout en attendant de voir la ligne que suivra Mme Pécresse, obligée de rassembler son camp et de râtisser au-delà pour espérer se hisser au second tour en avril 2022.

Garder la bergerie unie

"L’enjeu pour Les Républicains va être de rapprocher les conservateurs et les libéraux", analyse un proche du président. "Or, Pécresse a le profil pour faire ça: +Versaillaise+ sur l'habitus", à l'image de sa présence en 2012 dans les cortèges de La Manif pour tous, "et libérale sur le programme", poursuit le même.

"Mais il faudra aussi qu’elle arrive à convaincre qu’elle fera mieux que Macron sur le plan économique", souligne ce conseiller, en notant que Mme Pécresse concentrait surtout ses critiques sur "le régalien".

Une façon pour elle de "garder tout le monde dans la bergerie", métaphorise un ministre, en allusion à la nécessité de se concilier le député Eric Ciotti, arrivé en tête du premier tour du Congrès des militants jeudi avec 25,6% des voix en portant une ligne bien plus musclée.

Dans la majorité, beaucoup font donc le pari que Mme Pécresse se déportera naturellement sur sa droite, afin de figer un électorat qui pourrait par ailleurs être tenté par Eric Zemmour ou Marine Le Pen. "Car ce n'est pas en faisant du Macron qu'elle va gagner", prédit une marcheuse historique.

"Notre angle, c'est qu'elle a un problème de positionnement", pointe une tête pensante de la majorité. "Elle a été Filloniste pendant 10 ans, puis Juppéiste pendant trois semaines en 2016, avant de revenir soutenir Fillon (durant la présidentielle de 2017, ndlr), de quitter LR pour fonder son mouvement Libres!, de revenir à LR... C'est une girouette qui n'a aucune conviction", fusille-t-il, assurant que Mme Pécresse "court après Zemmour comme tous les candidats LR".

Face à ce durcissement attendu, le danger sera aussi pour le camp macroniste de se livrer à une surenchère, notamment sur les thématiques de sécurité et d'immigration où il sera moins disant que ses concurrents. Dans ce contexte, "on peut récupérer des voix sur notre socle de gauche", plaide ainsi un conseiller.


Au procès du 13 novembre 2015 en France, l'évitement des enquêteurs belges

Les policiers antiterroristes belges pourront-ils témoigner sans dévoiler leur identité et sans venir à Paris? (Photo, AFP)
Les policiers antiterroristes belges pourront-ils témoigner sans dévoiler leur identité et sans venir à Paris? (Photo, AFP)
Short Url
  • Avant même qu'elle ne démarre, cette étape majeure du procès a été l'objet d'un bras de fer
  • La cour d'assises spéciale de Paris a décidé d'accorder l'anonymisation aux enquêteurs belges

PARIS : "Je ne sais pas", "ce n'était pas moi". Depuis une semaine, la parole verrouillée et les réponses fuyantes des enquêteurs belges cités comme témoins au procès des attentats du 13 novembre 2015 en France provoquent l'exaspération des parties civiles comme de la défense.

Cette nouvelle séquence, après les témoignages saisissants des victimes et l'examen de la personnalité des accusés, était très attendue: nombre des mis en cause sont originaires de Belgique et une grande partie de l'enquête sur la cellule djihadiste a été réalisée Outre-Quiévrain. 

Avant même qu'elle ne démarre, cette étape majeure du procès a été l'objet d'un bras de fer. Les policiers antiterroristes belges pourront-ils témoigner sans dévoiler leur identité et sans venir à Paris ? 

La cour d'assises spéciale de Paris a finalement décidé, après deux audiences à huis clos et un courrier de récrimination du procureur fédéral de Belgique, d'accorder l'anonymisation aux enquêteurs belges. 

C'est dans une ambiance tendue et devant un box déserté par plusieurs accusés, dont Salah Abdeslam, pour protester contre l'absence physique des policiers à la barre que le premier d'entre eux témoigne, le 25 novembre, sous le matricule "446.906.682". 

Il apparaît sur les écrans de la salle d'audience le visage masqué mais non flouté, assis en bout de table d'une salle de conférence et entouré de trois personnes. "Une juriste, un magistrat, quelqu'un qui gère la technique", précise l'enquêteur, interrogé sur leur qualité. 

Les avocats de la défense s'offusquent de la présence d'un magistrat et du lieu choisi pour ces auditions: le siège du parquet fédéral à Bruxelles, plutôt que les locaux de la police judiciaire fédérale. 

"C'est sûr, ça n'est pas facile de répondre quand on a l'oeil de Moscou dans le bureau", tacle un avocat belge, Jonathan de Taye. 

«Pas mon mandat»

Des deux côtés de la salle d'audience, les avocats s'agacent des réponses évasives de l'enquêteur, voire de son absence de réponse sur le fond du dossier.

À une question d'un avocat de parties civiles, Gérard Chemla, sur les "failles" dans la surveillance d'Abdelhamid Abaaoud, le chef opérationnel présumé des attentats, le témoin réplique: "je n'ai pas d'informations à communiquer sur ce point". 

Un avocat de la défense, Raphaël Kempf, veut ensuite l'interroger sur les relations entre son client, Yassine Atar et Abdelhamid Abaaoud. "Ce sera abordé plus tard", par un autre policier, dit le témoin. 

N'est-ce pas lui qui a pourtant rédigé le procès-verbal en question, insiste Me Kempf. "Je transmettrai vos questions", rétorque l'enquêteur, ajoutant: "Ce n'est pas mon mandat", mais celui d'un autre policier. 

Il refuse ensuite d'en dire plus sur l'"organisation interne" décidée pour ces témoignages devant la cour. 

Ces scènes se répètent avec les autres enquêteurs les jours suivants. "Vous verrez avec mon collègue", coupent-ils souvent court aux questions d'une défense de plus en plus désabusée. 

Mardi, un certain embarras semble s'entendre depuis Bruxelles. Le témoin "441.157.616" a le "mandat" d'exposer le parcours de Mohamed Abrini et notamment un mystérieux voyage en Angleterre.

Il est vite interrompu par l'avocate de Mohamed Abrini, Marie Violleau, qui s'étonne qu'il lise sans s'en détacher des notes rédigées à l'avance, ce qui est contraire au principe de l'oralité des débats devant une cour d'assises. 

Quand vient le tour des questions, elle s'enquiert: "Monsieur l'enquêteur, vous avez fait quels actes d'enquête dans cette procédure?". 

"Pas mal d'actes, de la téléphonie ...", commence à répondre le policier. 

"Mais concernant M. Abrini? Vous en avez fait?", poursuit Me Violleau. 

"Par rapport à lui, non", convient l'enquêteur. 

«Légèreté»

Mercredi, le policier "447.761.902" bute sur les questions précises d'Ilyacine Maallaoui, l'un des avocats de Sofien Ayari. Il ne se "souvient pas", renvoyant à l'épais dossier. 

"Avoir des enquêteurs qui disent avec une telle légèreté +c'est pas moi, regardez dans le dossier+, alors que mon client encourt une lourde peine (la perpétuité, ndlr), je le déplore", observe Me Maallaoui. 

"C'est une plaidoirie là, Maître", lui signifie le président de la cour, Jean-Louis Périès: "ce n'est pas le moment".

La posture des policiers antiterroristes belges, dont les auditions sont prévues jusqu'au 9 décembre, est "inaudible pour les parties civiles qui sont là pour comprendre", souligne Arthur Dénouveaux, président de l'association Life for Paris. "Ce qui me gêne aussi, c'est que ça donne des billes à la défense", ajoute-t-il. 

"C'est un gâchis phénoménal. On a le sentiment de perdre dix jours d'audience et cela nous renvoie l'image d'un service d'enquête qui n'est pas à la hauteur de l'événement", juge Me Gérard Chemla. 

"Ce procès n'a pas de sens si c'est pour faire semblant", blâme-t-il. 

Ces attentats djihadistes ayant pris pour cibles le Stade de France à Saint-Denis (région parisienne), des terrasses de bars et la salle de spectacle Bataclan dans la capitale, ont fait 130 morts et plus de 350 blessés et profondément traumatisé la France.

Téléguidés par le groupe Etat islamique (EI), ils sont les plus meurtriers jamais commis en France.


Naufrage dans la Manche: un rescapé évoque un SOS, les autorités françaises excluent toute négligence

Une migrante porte ses enfants après avoir été aidée par la RNLI (Royal National Lifeboat Institution) sur une plage de Dungeness, sur la côte sud-est de l'Angleterre, le 24 novembre 2021 (Ben STANSALL / AFP)
Une migrante porte ses enfants après avoir été aidée par la RNLI (Royal National Lifeboat Institution) sur une plage de Dungeness, sur la côte sud-est de l'Angleterre, le 24 novembre 2021 (Ben STANSALL / AFP)
Short Url
  • Le 24 novembre, 17 hommes, sept femmes, deux adolescents et un enfant ont péri dans le naufrage de leur embarcation en route vers les côtes anglaises
  • Un des deux rescapés, Kurde irakien, a affirmé qu'alors que le bateau commençait à se dégonfler, des passagers avaient appelé en vain les autorités britannique et française pour obtenir de l'aide

LILLE: La préfecture maritime française a exclu vendredi qu'un appel de migrants en difficulté dans la Manche n'ait pas été "traité" par ses services, après qu'un rescapé du naufrage du 24 novembre a assuré que les "polices" française et britannique avaient refusé d'agir. 

"Pour ce drame qui a provoqué 27 morts, le centre opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) Gris-Nez n'a eu connaissance de la situation que lors de l’appel passé par un pêcheur en milieu de journée", écrit la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord dans un communiqué à l'AFP.

"Tous les appels reçus par le CROSS" qui pilote les sauvetages dans la zone "sont pris en compte et traités, quel que soit le secteur maritime, les gens sont secourus. Un renvoi de responsabilité entre centres de sauvetage en mer n’est pas réaliste", a-t-elle insisté.

La préfecture souligne "que tous les appels vers les centres de secours sont enregistrés".

Le 24 novembre, 17 hommes, sept femmes, deux adolescents et un enfant ont péri dans le naufrage de leur embarcation en route vers les côtes anglaises, dans des circonstances encore floues.

Dans un entretien avec la chaîne kurde irakienne Rudaw, un des deux rescapés, Kurde irakien, a affirmé qu'alors que le bateau commençait à se dégonfler, des passagers avaient appelé en vain les autorités britannique et française pour obtenir de l'aide.

"Nous avons appelé la police française à l'aide et nous lui avons indiqué que le moteur était cassé", a déclaré cet homme, formellement identifié par la préfecture comme étant l'un des rescapés.

La police française "nous a dit que nous étions dans les eaux britanniques et nous avons appelé la police britannique, qui nous a dit d'appeler la police française. Deux personnes appelaient côté français et britannique. La police britannique ne nous a pas aidés, tandis que la police française a dit: +Vous êtes en eaux britanniques, nous ne pouvons pas intervenir+".

"Il n’y a pas de principe +territorialité+ en matière de sauvetage en mer", a répondu vendredi la préfecture maritime.

Les centre de secours ont reçu "plusieurs centaines d’appels" le 24 novembre, "ce qui a permis de sauver plus d’une centaine de personnes", "dont la personne qui a fait ces déclarations", a-t-elle ajouté.

L'enquête, délocalisée à Paris, est toujours en cours pour faire la lumière sur ce naufrage d'une ampleur inédite et identifier les 27 victimes.