Intelligence artificielle: l'ONU appelle à la prudence 

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme Michelle Bachelet enlève son masque  avant de prononcer un discours à l'ouverture d'une session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève, le 13 septembre 2021 (Photo, AFP)
La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme Michelle Bachelet enlève son masque avant de prononcer un discours à l'ouverture d'une session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève, le 13 septembre 2021 (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 16 septembre 2021

Intelligence artificielle: l'ONU appelle à la prudence 

  • «Le risque de discrimination lié à des décisions basées sur l’intelligence artificielle - des décisions qui peuvent changer, stigmatiser ou nuire à une vie humaine - n'est que trop réel»
  • Le rapport soulève en particulier l'usage de plus en plus fréquent de systèmes basés sur l'IA par les forces de l'ordre y compris des méthodes prédictives

GENEVE : L'ONU a appelé mercredi à imposer un moratoire sur certains systèmes d'intelligence artificielle comme la reconnaissance faciale, le temps de mettre en place des garde-fous pour protéger les droit humains.


"Les technologies d'intelligence artificielle peuvent avoir des effets négatifs, voire catastrophiques s'ils sont utilisés sans prendre en compte suffisamment la manière dont ils affectent les droits humains", a déclaré Michelle Bachelet, la Haute-commissaire des droits de l'homme de l'ONU.


Elle a appelé à faire une évaluation des risques que présentent différents systèmes qui s'appuient sur l'intelligence artificielle pour le droit à la vie privée ou encore la liberté de circulation et d'expression et ensuite de bannir, ou en tout les cas de règlementer fortement, celles qui présentent les plus grands dangers.


Mais en attendant que ces évaluations puissent être menées à bien, "les Etats devraient imposer un moratoire sur les technologie qui présentent potentiellement un grand risque", a souligné l'ancienne présidente chilienne, lors de la présentation d'un nouveau rapport de ses services consacré à ce sujet.


Elle a notamment cité en exemple les technologies qui permettent des prises de décision automatiques ou encore celles qui établissent des profils.

«Nuire à des vies humaines»

"Les système d'IA sont utilisés pour déterminer qui peut bénéficier de services publics, décident de qui a une chance d'être recruté pour un emploi et, bien sûr, ont une influence sur l'information que les gens peuvent voir et partager en ligne", a-t-elle souligné.


Ce rapport, qui avait été demandé par le Conseil des droits de l'homme - la plus haute instance de l'ONU dans ce domaine - s'est penché sur la manière dont ces technologies ont souvent été mises en place sans que la façon dont elles fonctionnent ou leur impact n'ait été correctement évalué.


Les dysfonctionnements de l'IA ont empêché des gens de toucher des aides sociales, de trouver un emploi ou encore ont mené à des arrestations d'innocents sur la base de systèmes de reconnaissance faciale mal entraînés et incapables de reconnaître correctement des personnes aux traits physiques africains par exemple.


"Le risque de discrimination lié à des décisions basées sur l’intelligence artificielle - des décisions qui peuvent changer, stigmatiser ou nuire à une vie humaine - n'est que trop réel", a insisté Mme Bachelet.


Le rapport a souligné que ces intelligences artificielles sont entraînées avec l'aide d'énormes bases de données, dont la constitution se fait souvent de manière opaque.


Ces bases de données elles-mêmes peuvent être mal faites, dépassées et donc contribuer à des violations des droits humains.

Rapport minoritaire

Le rapport soulève en particulier l'usage de plus en plus fréquent de systèmes basés sur l'IA par les forces de l'ordre y compris des méthodes prédictives.


Quand l'IA utilise de bases de données biaisées, cela est reflété dans les prédictions et a tendance à affecter des zones identifiées à tort comme à risque élevé.


La reconnaissance faciale en temps réel et à distance est aussi de plus en plus utilisée dans le monde entier, ce qui peut mener à une localisation permanente des gens.


"Nous ne pouvons pas nous permettre de continuer à tenter de rattraper le train en marche en ce qui concerne l'AI et permettre qu'elle soit utilisée sans contrôle ou presque et à réparer les conséquences sur les droits humains après-coup", a insisté la Haut-commissaire, même si elle reconnaît que "le pouvoir de servir les gens de l'IA est indéniable".


"Mais il en va de même de l'habilité de l'IA à nourrir les violations des droits humains à une échelle gigantesque et de façon quasi invisible", a-t-elle mis en garde.


"Il faut agir pour mettre des garde-fous basés sur les droit de l'homme à l'IA pour le bien de tout le monde", a-t-elle souligné.


Nigeria: des jihadistes kidnappent 20 enfants, tuent 2 personnes, selon des habitants

Des écoliers enlevés dans un séminaire islamique il y a trois mois sortent d'une camionnette pour retrouver leurs parents à Minna le 27 août 2021.(AFP)
Des écoliers enlevés dans un séminaire islamique il y a trois mois sortent d'une camionnette pour retrouver leurs parents à Minna le 27 août 2021.(AFP)
Short Url
  • Des combattants du groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) ont envahi le village de Piyemi jeudi, tuant deux hommes et kidnappant 20 enfants, dont treize filles, ont indiqué ces sources
  • Un responsable des autorités locales a confirmé cette attaque, sans être en mesure de préciser combien de personnes avaient été enlevées

KANO : Des djihadistes ont tué deux personnes et ont enlevé 20 enfants, dans l'Etat de Borno, épicentre de l'insurrection islamiste au Nigeria, a-t-on appris auprès d'un responsable communautaire et d'habitants de la région.

Des combattants du groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) ont envahi le village de Piyemi jeudi, tuant deux hommes et kidnappant 20 enfants, dont treize filles, ont indiqué ces sources.

Cette attaque s'est déroulée non loin de la ville de Chibok, dont le nom reste associé à l'enlèvement en 2014 par le groupe islamiste Boko Haram de plus de 270 jeunes filles âgées de 12 à 17 ans, qui avait provoqué une énorme vague d'indignation internationale et une campagne baptisée #BringBackOurGirls pour leur libération. Près de la moitié d'entre elles sont toujours portées disparues, dont un bon nombre ont été mariées de force à des combattants jihadistes.

Les membres de l'Iswap, qui portaient des uniformes semblables à ceux de l'armée nigériane, sont entrés dans le village jeudi après-midi, ouvrant le feu, pillant les boutiques et incendiant des maisons sur leur passage, selon des habitants de la zone.

"Ils ont abattu deux personnes et se sont emparés de 13 filles et de 7 garçons, âgés de 12 à 15 ans", a témoigné auprès de l'AFP par téléphone l'un d'eux, Samson Bulus.

Eglise brûlée 

Les assaillants, venus de la forêt proche de Sambisa "ont embarqué les 20 enfants dans un camion et les ont conduit dans la forêt", a précisé un autre habitant, Silas John.

Un responsable communautaire de la zone de Chibok, Ayuba Alamson, a confirmé ces informations.

"Il s'agit de la troisième attaque ces derniers jours, qui met encore davantage en lumière les menaces qui planent sur les habitants des villages autour de Chibok", dans le nord-est du Nigeria, a-t-il souligné.

Les habitants de Piyemi qui avaient fui leur village lors de l'arrivée des jihadistes y sont retournés vendredi, après avoir passé la nuit à l'extérieur.

Une église a notamment été brûlée par les djihadistes, selon un autre habitant, qui a requis l'anonymat.

Un responsable des autorités locales a confirmé cette attaque, sans être en mesure de préciser combien de personnes avaient été enlevées.

Plus de 40 000 morts 

L'Iswap est né en 2016 d'une scission du groupe islamiste Boko Haram. Il est devenu le groupe jihadiste dominant dans le nord-est du Nigeria, multipliant les attaques d'ampleur contre l'armée nigériane.

Il a consolidé son contrôle dans cette région depuis la mort en mai du chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, dans des affrontements entre les deux groupes rivaux.

Depuis le début de la rébellion islamiste radicale dans le nord-est du Nigeria en 2009, le conflit a fait plus de 40 000 morts et contraint près de deux millions de personnes à quitter leur lieu d'habitation.

Les enlèvements de masse, avec demande de rançon, dans le Nord et le centre font désormais les gros titres presque chaque semaine dans le pays le plus peuplé d'Afrique, qu'ils soient commis par des islamistes ou des criminels.

Près de 1 500 écoliers ont ainsi été kidnappés en 2021, au cours de 20 enlèvements de masse dans le nord-ouest du Nigeria, qui ont coûté la vie à 16 enfants et adolescents, selon l'Unicef. 

La plupart d'entre eux ont été relâchés à la suite de négociations et du versement présumé de rançons.


Les refoulements de migrants sont « illégaux », selon la commissaire UE Johansson

La commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre allemand de l'intérieur au ministère de l'intérieur à Berlin, le 14 janvier 2022.(AFP)
La commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre allemand de l'intérieur au ministère de l'intérieur à Berlin, le 14 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • Des milliers de migrants, principalement du Moyen-Orient, ont traversé ou tenté de franchir la frontière orientale de l'Union européenne vers la Lettonie, la Lituanie ou la Pologne, depuis l'été dernier
  • Rien qu'en Lituanie, près de 8.200 personnes se sont vu refuser l'entrée dans ce que les groupes d'aide décrivent comme des refoulements illégaux

VILNIUS : La commissaire européenne Ylva Johansson a dénoncé comme "illégaux" les refoulements de migrants à la frontière, juste avant une conférence en Lituanie qui est critiquée pour cette pratique par des groupes de défense des droits de l'Homme.

"Les refoulements sont clairement illégaux. Les gens ont le droit de demander l'asile", a déclaré Mme Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures. 

Des milliers de migrants - principalement du Moyen-Orient - ont traversé ou tenté de franchir la frontière orientale de l'Union européenne vers la Lettonie, la Lituanie ou la Pologne, depuis l'été dernier.

Rien qu'en Lituanie, près de 8.200 personnes se sont vu refuser l'entrée dans ce que les groupes d'aide décrivent comme des refoulements illégaux.

Les gouvernements des trois pays ont défendu cette tactique, affirmant qu'il s'agit du seul moyen possible pour arrêter l'afflux.

Les trois pays ont sollicité des fonds européens pour financer les barrières qu'ils construisent le long de leurs frontières avec le Bélarus dont le régime est accusé par l'Occident d'organiser ce flux migratoire.

Mais Johansson s'oppose à ce financement.

"Si les États membres souhaitent construire des clôtures, ils peuvent le faire, mais c'est une position de longue date de la Commission de ne pas financer des murs ou des barbelés", a-t-elle déclaré.

Les ministres de 14 États membres de l'UE se sont rendus vendredi à la frontière enneigée entre la Lituanie et le Bélarus, avant la conférence sur ce thème tenue dans la capitale Vilnius.

Les tentatives de passages illégaux ont considérablement diminué ces dernières semaines, mais selon la ministre lituanienne de l'Intérieur, Agne Bilotaite, le calme à la frontière est "trompeur".

"Nos garde-frontières savent qu'un groupe de migrants poussé de force par des responsables bélarusses pourrait y apparaître à tout moment", a-t-elle déclaré. 

Mme Bilotaite a appelé l'UE à trouver un terrain d'entente sur la migration. 

"Si nous voulons nous défendre avec efficacité, nous devons tous nous mettre d'accord (...) sur une nouvelle norme de protection des frontières extérieures", a-t-elle insisté.


Meta supprime des faux comptes iraniens ciblant des utilisateurs d’Instagram en Écosse

Meta Platforms, la société mère de Facebook, a supprimé un réseau de faux comptes originaires d’Iran et ciblant des utilisateurs d’Instagram en Écosse avec du contenu promouvant l’indépendance de ce pays. (Photo, Reuters)
Meta Platforms, la société mère de Facebook, a supprimé un réseau de faux comptes originaires d’Iran et ciblant des utilisateurs d’Instagram en Écosse avec du contenu promouvant l’indépendance de ce pays. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Le réseau pointé du doigt a utilisé des faux comptes pour se faire passer pour des habitants d’Angleterre et d’Écosse
  • Les comptes ont publié des commentaires sur l’indépendance de l’Écosse et articulé leur contenu autour de mots-dièse communs promouvant la cause

DUBAÏ: Meta Platforms, la société mère de Facebook, a supprimé un réseau de faux comptes originaires d’Iran et ciblant des utilisateurs d’Instagram en Écosse avec du contenu soutenant l’indépendance du pays, ont indiqué jeudi les enquêteurs de la société.

Le réseau incriminé a utilisé des faux comptes pour se faire passer pour des habitants d’Angleterre et d’Écosse, postant des photos et des mèmes sur l’actualité et critiquant le gouvernement du Royaume-Uni, selon Meta.

Les comptes ont publié des commentaires sur l’indépendance de l’Écosse et articulé leur contenu autour de mots-dièse communs promouvant la cause, bien qu’ils les aient parfois mal orthographiés, précise l'entreprise. Les comptes ont également publié du contenu sur le football et les villes britanniques, probablement pour rendre les personnages fictifs plus authentiques.

Le réseau a utilisé des photos de personnalités médiatiques et de célébrités britanniques et iraniennes, ainsi que des photos de profil probablement créées par le biais de techniques d’intelligence artificielle, indique Meta. Dans un référendum sur l’indépendance de l’Écosse en 2014, 55 % des Écossais avaient voté pour rester dans le Royaume-Uni, alors que 45 % ont voté pour en sortir. Toutefois, le Brexit et la gestion de la pandémie de Covid-19 par le gouvernement britannique ont renforcé le soutien à la cause indépendantiste écossaise et multiplié les appels à la tenue d’un second vote.

Meta affirme que son enquête a révélé des liens avec des individus en Irak, notamment des personnes ayant une expérience dans l’enseignement de l’anglais comme langue étrangère.
La société explique que l’opération avait des liens avec un petit réseau basé en Iran qu’elle avait supprimé en décembre 2020, qui ciblait principalement des publics arabophones, francophones et anglophones à l’aide de faux comptes. Elle n’a pas donné plus de détails sur les personnes qui se cachent derrière cette activité.

«Nous avons constaté toute une série d’opérations menées depuis l’Iran au cours des dernières années», a expliqué Ben Nimmo, responsable du renseignement sur les menaces mondiales de Meta pour les opérations d’influence, lors d’une conférence de presse. «Ce n’est pas un environnement monolithique.»

La société de réseaux sociaux précise avoir supprimé, en décembre, huit comptes Facebook et 126 comptes Instagram faisant partie de ce réseau, qui ont violé ses règles contre les comportements inauthentiques coordonnés.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com