Un mois après la prise de Kaboul, les talibans face au défi de l'unité

Un combattant taliban passe devant une fresque le long d'une rue de Kaboul le 15 septembre 2021. BULENT KILIC / AFP
Un combattant taliban passe devant une fresque le long d'une rue de Kaboul le 15 septembre 2021. BULENT KILIC / AFP
Short Url
Publié le Vendredi 17 septembre 2021

Un mois après la prise de Kaboul, les talibans face au défi de l'unité

  • Maîtres de l'Afghanistan depuis un mois, les talibans sont confrontés à un double défi : rétablir la paix dans un pays ravagé par quatre décennies de guerre tout en évitant les luttes potentiellement fratricides dans leurs rangs
  • Cette unité de façade cache toutefois, comme tout autre mouvement, bon nombre de rivalités, de divisions, d'allégeances et de factions diverses et anciennes

KABOUL : Maîtres de l'Afghanistan depuis un mois, les talibans sont confrontés à un double défi : rétablir la paix dans un pays ravagé par quatre décennies de guerre tout en évitant les luttes potentiellement fratricides dans leurs rangs. 

De l'extérieur, le mouvement islamiste peut donner l'illusion d'un groupe homogène et rassemblé autour de valeurs idéologiques et d'objectifs stratégiques communs. 

Cette unité de façade cache toutefois, comme tout autre mouvement, bon nombre de rivalités, de divisions, d'allégeances et de factions diverses et anciennes.

Ces divisions avaient été largement mises en sourdine au cours des vingt dernières années au profit de la lutte contre le gouvernement en place et les forces étrangères. Avec la disparition de l'ennemi commun, ces lignes de fractures ressurgissent avec plus d'acuité encore. 

Exécutif hétéroclite

La rumeur est apparue lundi : une fusillade entre factions rivales au palais présidentiel à Kaboul aurait tué le nouveau vice-Premier ministre Abdul Ghani Baradar. Ce dernier a été contraint de publier un message audio sur les réseaux sociaux pour assurer qu'il était toujours en vie et démentir les tensions au sein du nouvel exécutif.

Loin d'être nouvelles, les rumeurs sur des divisions avaient été notamment avancées par certains observateurs pour expliquer, entre autres, le retard pris par le mouvement islamiste dans la présentation du nouvel exécutif.

Pour Niamatullah Ibrahimi, spécialiste de l'Afghanistan à la Trobe University (Australie), le choix des ministres contient les graines d'une discorde à venir au sein du groupe, très hétéroclite, des talibans. 

Les postes clefs ont été répartis entre les caciques de l'ancien régime taliban de la fin des années 1990 et des membres du réseau Haqqani, historiquement lié à Al-Qaïda et aux services de renseignement pakistanais.

Ce dernier, qui a remporté de nombreuses victoires sur le terrain ces dernières années, a notamment obtenu le portefeuille du ministère de l'Intérieur qui sera dirigé par Sirajuddin Haqqani.

Un "choix naturel" , selon Graeme Smith, consultant à l'International Crisis Group qui rappelle que l'homme, placé sur la liste noire du FBI, "a organisé certaines des unités de combat les plus élitistes des talibans". 

«Recette pour un conflit»

Mais si elle est saluée par certains, la nomination de Sirajuddin Haqqani apparaît aux yeux d'autres comme une épine dans le pied du nouvel exécutif en quête de la reconnaissance de la communauté internationale et de la reprise des aides internationales.

Un échec à ce sujet porterait un sérieux coup à l'image d' Abdul Ghani Baradar, acteur clef lors des négociations avec l'Occident qui ont débouché sur l'accord historique conclu avec les Etats-Unis en 2020 à Doha.

Sans reconnaissance étrangère, les talibans pourraient avoir du mal à gérer la crise économique et la "catastrophe humanitaire" annoncées par les Nations unies qui ne cessent de tirer la sonnette d'alarme.

Les rivalités entre factions pourraient poser d'autres problèmes, notamment diplomatiques, avec certains voisins de l'Afghanistan, soulignent par ailleurs les experts. 

Les groupes talibans de l'ouest de l'Afghanistan, notamment ceux en lien étroit avec les gardiens de la révolution iranienne, n'ont obtenu aucun portefeuille au sein du nouvel exécutif.

"Les talibans se sont prononcés contre un cabinet inclusif, ignorant les demandes émanant d'éminents hommes politiques afghans et d'Etats de la région qui appelaient à nommer des non-talibans à des postes importants", relève Graeme Smith. "C'est bien pour la cohésion inter-talibane et cela va plaire à leurs partisans mais ils risquent de s'aliéner les autres Afghans et la communauté internationale."

L'Iran ou la Russie pourraient très bien décider, en retour, de financer certains groupes sur place afin de s'assurer que leurs intérêts soient préservés dans la région, souligne de son côté Niamatullah Ibrahimi, qui y voit "la recette pour un conflit violent ou une résistance".


Migrants: au moins 8 morts et 17 disparus au large de l'Espagne

La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM. (Photo, Reuters)
La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Selon les rescapés, 28 personnes au total se trouvaient initialement dans le bateau sans qu'on connaisse leur nationalité ni leur point de départ
  • L'ONG Caminando Fronteras, qui se base sur les témoignages de migrants ou de leurs familles, estime elle que plus de 2.000 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant de rallier les Canaries en 2021

BARCELONE : Les corps sans vie de quatre migrants ont été retrouvés samedi, portant à au moins huit morts et 17 disparus le bilan d'un naufrage au large de Cadix, dans le sud de l'Espagne près du Maroc, a annoncé le secours en mer espagnol.


"Au cours de la journée d'aujourd'hui, quatre corps ont été retrouvés", a précisé un porte-parole du secours en mer espagnol dont les recherches doivent se poursuivre dimanche, dans cette zone proche du Cap de Trafalgar.


Le bateau se trouvait à environ 60 km à l'ouest du Cap de Trafalgar, quand les sauveteurs ont commencé à intervenir, après avoir reçu une alerte jeudi soir.


Trois survivants avaient alors pu être secourus peu avant 21H00 (19H00 GMT) alors que leur embarcation de fortune était en train de couler.


Deux hommes se trouvaient à bord de l'embarcation aux côtés du cadavre d'une troisième personne, tandis qu'une femme était secourue dans l'eau et trois cadavres repêchés.


Selon les rescapés, 28 personnes au total se trouvaient initialement dans le bateau sans qu'on connaisse leur nationalité ni leur point de départ.


Les drames de l'immigration sont récurrents au large des côtes de l'Espagne que les migrants essaient de rejoindre, malgré le danger, depuis les côtes marocaines ou algériennes notamment. L'Espagne n'est en général qu'une étape pour ces migrants dont la destination finale est souvent la France.


Au total, 27.136 migrants sont arrivés par la mer en Espagne continentale ou dans les archipels des Baléares ou des Canaries entre janvier et fin septembre, selon les derniers chiffres du ministère de l'Intérieur. Soit un bond de 53,8% par rapport à la même période de 2020.


Et selon des chiffres communiqués par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) fin septembre, 2021 constitue "l'année la plus meurtrière sur la route migratoire vers l'Espagne" avec au moins 1.025 personnes mortes dans leur tentative de rallier l'Espagne ou ses archipels.


La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM.


L'ONG Caminando Fronteras, qui se base sur les témoignages de migrants ou de leurs familles, estime elle que plus de 2.000 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant de rallier les Canaries en 2021.


L'Ouzbékistan et les talibans discutent commerce et aide humanitaire

A gauche, Abdul Salam Hanafi. (Photo, AFP)
A gauche, Abdul Salam Hanafi. (Photo, AFP)
Short Url
  • Ces pourparlers ont eu lieu dans la ville frontalière de Termez, en Ouzbékistan
  • L'Ouzbékistan et le Turkménistan, pays voisin, ont adopté une attitude pragmatique face au retour au pouvoir des talibans

TACHKENT: Des émissaires des talibans afghans se sont rendus en Ouzbékistan voisin samedi pour y mener des négociations sur le commerce et sur l'envoi d'aide humanitaire, a indiqué le ministère des Affaires étrangères de ce pays d'Asie centrale.

Ces pourparlers ont eu lieu dans la ville frontalière de Termez, en Ouzbékistan, entre une délégation talibane menée par Abdul Salam Hanafi, numéro deux du nouveau gouvernement de Kaboul, et le vice-Premier ministre ouzbèke Sardor Oumourzakov.

Selon un communiqué du ministère ouzbèke, les discussions ont porté sur "les questions liées au commerce et aux relations économiques, sur la sécurité de la frontière, la coopération dans le domaine de l'énergie, le transport cargo international et le transit".

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a annoncé cette semaine que trois lots d'aide humanitaire seraient prochainement expédiés par avion à Termez avant d'être acheminés par camion en Afghanistan.

L'Ouzbékistan et le Turkménistan, pays voisin, ont adopté une attitude pragmatique face au retour au pouvoir des talibans, les deux gouvernements ayant établi des canaux de discussion directs avec le groupe ces dernières années afin de garantir la sécurité de projets d'infrastructure transfrontaliers.

Un troisième pays d'Asie centrale, le Tadjikistan, a lui évité les pourparlers officiels avec les talibans. 

En début de semaine, les talibans ont tenu des négociations avec une délégation conjointe des États-Unis et de l'Union européenne au Qatar, Bruxelles s'étant engagé à verser un milliard d'euros d'aide à l'Afghanistan.


Selon l'ONU, les talibans vont «bientôt» annoncer un «cadre» pour l'éducation des filles

Cette photo prise le 20 septembre 2021 montre de jeunes filles fréquentant une classe à l'école Gawhar Shad Begum à Herat. (Photo, AFP)
Cette photo prise le 20 septembre 2021 montre de jeunes filles fréquentant une classe à l'école Gawhar Shad Begum à Herat. (Photo, AFP)
Short Url
  • Depuis des semaines, les talibans disent qu'ils vont permettre aux filles de retourner à l'école dès que possible
  • Le groupe islamiste fondamentaliste, revenu au pouvoir en Afghanistan à la mi-août, a autorisé les filles à aller à l'école primaire mais pas encore à l'école secondaire

NATIONS UNIES : Les talibans doivent "bientôt" annoncer un "cadre" permettant aux filles de retourner à l'école secondaire en Afghanistan, a affirmé un haut responsable de l'ONU, quatre semaines après que les garçons ont été autorisés à y suivre des cours mais pas les filles.

"Le ministre de l'Education de facto nous a dit qu'ils travaillaient sur un cadre, qu'ils annonceront bientôt, qui permettra à toutes les filles d'aller dans les écoles secondaires, et nous nous attendons à ce que cela se produise très bientôt", a déclaré vendredi le directeur général adjoint de l'Unicef, Omar Abdi, aux Nations unies à New York.

Depuis des semaines, les talibans disent qu'ils vont permettre aux filles de retourner à l'école dès que possible. 

Le groupe islamiste fondamentaliste, revenu au pouvoir en Afghanistan à la mi-août, a autorisé les filles à aller à l'école primaire mais pas encore à l'école secondaire.

Les talibans disent que ce ne sera le cas que lorsque leur sécurité ainsi qu'une stricte séparation des sexes seront assurées, et qu'ils ont besoin de temps pour mettre cela en place.

M. Abdi a déploré que "des millions de filles en âge d'aller à l'école secondaire soient en train de passer à côté de leur éducation pour le 27e jour consécutif".

Selon lui, l'ONU a exhorté les talibans à "ne pas attendre" davantage.

"Lors de toutes mes rencontres, l'éducation des filles a été le premier sujet que j'ai évoqué", a affirmé le responsable onusien, qui s'est rendu en Afghanistan la semaine précédente et s'est entretenu avec les autorités talibanes.

Il a dit avoir reçu des assurances sur l'engagement des talibans à laisser toutes les filles aller à l'école.

En ce qui concerne l'école secondaire, il a dit qu'elles n'y étaient autorisées "que dans cinq provinces", mais a ajouté que l'ONU poussait pour que ce droit soit étendu à tout le pays.