Plongée à l'intérieur de Pul-e-Charkhi, plus grande prison afghane désormais vide

Des membres des talibans montent la garde à l'intérieur de la prison de Pul-e-Charkhi à Kaboul le 16 septembre 2021. BULENT KILIC / AFP
Des membres des talibans montent la garde à l'intérieur de la prison de Pul-e-Charkhi à Kaboul le 16 septembre 2021. BULENT KILIC / AFP
Short Url
Publié le Vendredi 17 septembre 2021

Plongée à l'intérieur de Pul-e-Charkhi, plus grande prison afghane désormais vide

  • Elle fut l'un des endroits les plus honnis des talibans, où des milliers d'entre eux étaient détenus alors qu'ils combattaient le gouvernement afghan
  • La prison de Pul-e-Charkhi, dans l'Est de Kaboul, est désormais vide, les islamistes ayant ouvert ses portes quand ils ont pris la capitale

KABOUL : Elle fut l'un des endroits les plus honnis des talibans, où des milliers d'entre eux étaient détenus alors qu'ils combattaient le gouvernement afghan. La prison de Pul-e-Charkhi, dans l'Est de Kaboul, est désormais vide, les islamistes ayant ouvert ses portes quand ils ont pris la capitale.

Des uniformes de gardiens gisent au sol, abandonnés en pleine débandade des anciennes autorités. Dans les cellules, des vêtements, des chaussures, des radios, des casseroles... les prisonniers s'étant souvent éclipsés avec les seules affaires qu'ils portaient sur le dos.

prison
Un membre des talibans monte la garde à l'intérieur de la prison de Pul-e-Charkhi à Kaboul le 16 septembre 2021.
BULENT KILIC / AFP

Des repas non terminés pourrissent sur place, recouverts de mouches. Des ordures sont éparpillées par terre et dans les cages d'escalier de la prison. L'odeur, ajoutée à celle des latrines fétides, écoeure.

Les talibans qui contrôlent désormais Pul-e-Charkhi affirment que les 11 blocs de l'aile principale abritaient chacun 1.500 détenus, au sein d'une prison construite à l'origine pour en accueillir 5.000. 

Nombre de fondamentalistes y étaient retenus prisonniers, entourés de voleurs, de criminels endurcis ou encore de combattants du groupe jihadiste Etat islamique.

prison
Un membre des talibans inspecte l'intérieur de la prison de Pul-e-Charkhi à Kaboul le 16 septembre 2021.
BULENT KILIC / AFP

Le slogan du drapeau de l'EI est d'ailleurs peint en noir sur le mur d'une cellule. Dans une cage d'escalier, les mots "Etat islamique" sont gravés dans le plâtre.

Le nouveau régime afghan affirme que des recherches sont en cours pour retrouver les prisonniers de Daech (acronyme arabe de l'EI). Car les talibans et l'EI ne s'entendent guère. Leurs hommes ont durement combattu dans l'Est du pays.

Lieu d'horreur

La construction de Pul-e-Charkhi, la plus grande prison d'Afghanistan, a commencé dans les années 1970. L'endroit a été critiqué par des groupes de défense des droits de l'homme du fait des conditions de vie parfois exécrables des détenus.

Des dortoirs exigus abritaient 15 à 20 prisonniers, ont constaté des journalistes de l'AFP. Des foulards servaient de rideaux pour assurer un minimum d'intimité.

Aux murs, du papier peint représentant des couchers de soleil sous les tropiques, les trois couleurs rouge, vert et noir de l'ancien drapeau afghan - que les talibans ont remplacé par leur propre pavillon blanc où s'inscrit en noir la profession de foi musulmane.

La salle de prière, où des dizaines de tapis sont soigneusement repliés, est indubitablement l'endroit le mieux rangé de l'établissement, dont une autre pièce a été transformée en une petite madrassa (école coranique).

prison
La salle de prière, où des dizaines de tapis sont soigneusement repliés, est indubitablement l'endroit le mieux rangé de l'établissement, dont une autre pièce a été transformée en une petite madrassa (école coranique). BULENT KILIC / AFP

Près d'une entrée, un bureau est complètement brûlé - il ne reste que la structure en acier d'une couchette de gardien. La pièce a été incendiée pour détruire les papiers concernant les prisonniers, affirment les talibans présents. 

Un mur est criblé d'impacts de balles, là où, selon les gardes, d'anciens policiers gouvernementaux ont ouvert le feu à la veille de la prise du contrôle du pays par les talibans à la mi-août, tuant plusieurs prisonniers talibans, poursuivent les islamistes. Des accusations que l'AFP n'a pu vérifier.

Pul-e-Charkhi était "un lieu d'horreur", lance Mawlawi Abdulhaq Madani, un combattant taliban âgé de 33 ans, heureux que ses camarades aient tous quitté les lieux. 

A l'extérieur, des chats et des chiens errent sur la route qui entoure le vaste complexe circulaire, bordé d'un mur de quatre mètres de haut, surmonté de fils barbelés et ponctué de miradors... désormais inutiles.


Migrants: au moins 8 morts et 17 disparus au large de l'Espagne

La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM. (Photo, Reuters)
La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Selon les rescapés, 28 personnes au total se trouvaient initialement dans le bateau sans qu'on connaisse leur nationalité ni leur point de départ
  • L'ONG Caminando Fronteras, qui se base sur les témoignages de migrants ou de leurs familles, estime elle que plus de 2.000 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant de rallier les Canaries en 2021

BARCELONE : Les corps sans vie de quatre migrants ont été retrouvés samedi, portant à au moins huit morts et 17 disparus le bilan d'un naufrage au large de Cadix, dans le sud de l'Espagne près du Maroc, a annoncé le secours en mer espagnol.


"Au cours de la journée d'aujourd'hui, quatre corps ont été retrouvés", a précisé un porte-parole du secours en mer espagnol dont les recherches doivent se poursuivre dimanche, dans cette zone proche du Cap de Trafalgar.


Le bateau se trouvait à environ 60 km à l'ouest du Cap de Trafalgar, quand les sauveteurs ont commencé à intervenir, après avoir reçu une alerte jeudi soir.


Trois survivants avaient alors pu être secourus peu avant 21H00 (19H00 GMT) alors que leur embarcation de fortune était en train de couler.


Deux hommes se trouvaient à bord de l'embarcation aux côtés du cadavre d'une troisième personne, tandis qu'une femme était secourue dans l'eau et trois cadavres repêchés.


Selon les rescapés, 28 personnes au total se trouvaient initialement dans le bateau sans qu'on connaisse leur nationalité ni leur point de départ.


Les drames de l'immigration sont récurrents au large des côtes de l'Espagne que les migrants essaient de rejoindre, malgré le danger, depuis les côtes marocaines ou algériennes notamment. L'Espagne n'est en général qu'une étape pour ces migrants dont la destination finale est souvent la France.


Au total, 27.136 migrants sont arrivés par la mer en Espagne continentale ou dans les archipels des Baléares ou des Canaries entre janvier et fin septembre, selon les derniers chiffres du ministère de l'Intérieur. Soit un bond de 53,8% par rapport à la même période de 2020.


Et selon des chiffres communiqués par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) fin septembre, 2021 constitue "l'année la plus meurtrière sur la route migratoire vers l'Espagne" avec au moins 1.025 personnes mortes dans leur tentative de rallier l'Espagne ou ses archipels.


La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM.


L'ONG Caminando Fronteras, qui se base sur les témoignages de migrants ou de leurs familles, estime elle que plus de 2.000 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant de rallier les Canaries en 2021.


L'Ouzbékistan et les talibans discutent commerce et aide humanitaire

A gauche, Abdul Salam Hanafi. (Photo, AFP)
A gauche, Abdul Salam Hanafi. (Photo, AFP)
Short Url
  • Ces pourparlers ont eu lieu dans la ville frontalière de Termez, en Ouzbékistan
  • L'Ouzbékistan et le Turkménistan, pays voisin, ont adopté une attitude pragmatique face au retour au pouvoir des talibans

TACHKENT: Des émissaires des talibans afghans se sont rendus en Ouzbékistan voisin samedi pour y mener des négociations sur le commerce et sur l'envoi d'aide humanitaire, a indiqué le ministère des Affaires étrangères de ce pays d'Asie centrale.

Ces pourparlers ont eu lieu dans la ville frontalière de Termez, en Ouzbékistan, entre une délégation talibane menée par Abdul Salam Hanafi, numéro deux du nouveau gouvernement de Kaboul, et le vice-Premier ministre ouzbèke Sardor Oumourzakov.

Selon un communiqué du ministère ouzbèke, les discussions ont porté sur "les questions liées au commerce et aux relations économiques, sur la sécurité de la frontière, la coopération dans le domaine de l'énergie, le transport cargo international et le transit".

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a annoncé cette semaine que trois lots d'aide humanitaire seraient prochainement expédiés par avion à Termez avant d'être acheminés par camion en Afghanistan.

L'Ouzbékistan et le Turkménistan, pays voisin, ont adopté une attitude pragmatique face au retour au pouvoir des talibans, les deux gouvernements ayant établi des canaux de discussion directs avec le groupe ces dernières années afin de garantir la sécurité de projets d'infrastructure transfrontaliers.

Un troisième pays d'Asie centrale, le Tadjikistan, a lui évité les pourparlers officiels avec les talibans. 

En début de semaine, les talibans ont tenu des négociations avec une délégation conjointe des États-Unis et de l'Union européenne au Qatar, Bruxelles s'étant engagé à verser un milliard d'euros d'aide à l'Afghanistan.


Selon l'ONU, les talibans vont «bientôt» annoncer un «cadre» pour l'éducation des filles

Cette photo prise le 20 septembre 2021 montre de jeunes filles fréquentant une classe à l'école Gawhar Shad Begum à Herat. (Photo, AFP)
Cette photo prise le 20 septembre 2021 montre de jeunes filles fréquentant une classe à l'école Gawhar Shad Begum à Herat. (Photo, AFP)
Short Url
  • Depuis des semaines, les talibans disent qu'ils vont permettre aux filles de retourner à l'école dès que possible
  • Le groupe islamiste fondamentaliste, revenu au pouvoir en Afghanistan à la mi-août, a autorisé les filles à aller à l'école primaire mais pas encore à l'école secondaire

NATIONS UNIES : Les talibans doivent "bientôt" annoncer un "cadre" permettant aux filles de retourner à l'école secondaire en Afghanistan, a affirmé un haut responsable de l'ONU, quatre semaines après que les garçons ont été autorisés à y suivre des cours mais pas les filles.

"Le ministre de l'Education de facto nous a dit qu'ils travaillaient sur un cadre, qu'ils annonceront bientôt, qui permettra à toutes les filles d'aller dans les écoles secondaires, et nous nous attendons à ce que cela se produise très bientôt", a déclaré vendredi le directeur général adjoint de l'Unicef, Omar Abdi, aux Nations unies à New York.

Depuis des semaines, les talibans disent qu'ils vont permettre aux filles de retourner à l'école dès que possible. 

Le groupe islamiste fondamentaliste, revenu au pouvoir en Afghanistan à la mi-août, a autorisé les filles à aller à l'école primaire mais pas encore à l'école secondaire.

Les talibans disent que ce ne sera le cas que lorsque leur sécurité ainsi qu'une stricte séparation des sexes seront assurées, et qu'ils ont besoin de temps pour mettre cela en place.

M. Abdi a déploré que "des millions de filles en âge d'aller à l'école secondaire soient en train de passer à côté de leur éducation pour le 27e jour consécutif".

Selon lui, l'ONU a exhorté les talibans à "ne pas attendre" davantage.

"Lors de toutes mes rencontres, l'éducation des filles a été le premier sujet que j'ai évoqué", a affirmé le responsable onusien, qui s'est rendu en Afghanistan la semaine précédente et s'est entretenu avec les autorités talibanes.

Il a dit avoir reçu des assurances sur l'engagement des talibans à laisser toutes les filles aller à l'école.

En ce qui concerne l'école secondaire, il a dit qu'elles n'y étaient autorisées "que dans cinq provinces", mais a ajouté que l'ONU poussait pour que ce droit soit étendu à tout le pays.