Iran: Amnesty dénonce "l'impunité" face aux morts suspectes en prison

En juillet, Amnesty et d'autres ONG ont exhorté les membres du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à mettre en place un mécanisme d'enquête pour recueillir et analyser les preuves des crimes les plus graves commis dans la République islamique.( AP).
En juillet, Amnesty et d'autres ONG ont exhorté les membres du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à mettre en place un mécanisme d'enquête pour recueillir et analyser les preuves des crimes les plus graves commis dans la République islamique.( AP).
Short Url
Publié le Vendredi 17 septembre 2021

Iran: Amnesty dénonce "l'impunité" face aux morts suspectes en prison

  • Les autorités iraniennes "se sont abstenues d'établir les responsabilités dans au moins 72 cas de morts en détention depuis janvier 2010" malgré des informations indiquant qu'ils étaient dus au recours à la "torture ou autres mauvais traitements"
  • Le 24 août, le chef des prisons a reconnu qu'un "comportement inacceptable" s'était tenu dans une prison de Téhéran après la publication à l'étranger de vidéos prétendument obtenues par des pirates informatiques montrant des violences contre des détenus

NICOSIE: Amnesty International a dénoncé le "climat d'impunité" systémique en Iran face à la mort en détention d'au moins 70 personnes en dix ans malgré des informations indiquant que nombre de ces décès étaient liés à l'usage de la torture.


Les autorités iraniennes "se sont abstenues d'établir les responsabilités dans au moins 72 cas de morts en détention depuis janvier 2010" malgré des informations indiquant qu'ils étaient dus au recours à la "torture ou autres mauvais traitements, ou à l’usage illégal d’armes à feu et de gaz lacrymogène par des agents de l’Etat", a déclaré Amnesty dans un communiqué publié mercredi. 


Le dernier cas recensé concerne Yasser Mangouri. Sa mort a été annoncée à sa famille le 8 septembre par des agents du Renseignement dans le nord-ouest de l'Iran, a rapporté l’organisation. 


M. Mangouri est mort "dans des circonstances suspectes" qui illustrent "le climat général d’impunité qui incite les forces de sécurité à bafouer le droit à la vie des prisonniers sans craindre d’en subir les conséquences", a déclaré Heba Morayef, directrice à Amnesty.


Le 24 août, le chef des prisons a reconnu qu'un "comportement inacceptable" s'était tenu dans une prison de Téhéran après la publication à l'étranger de vidéos prétendument obtenues par des pirates informatiques montrant des violences contre des détenus.


D'après Amnesty, les vidéos ont "offert des preuves troublantes de coups, de harcèlement sexuel et d'autres mauvais traitements infligés aux prisonniers". 


Des "tortures physiques et autres mauvais traitements" ont causé la mort de 46 des 72 détenus, selon le communiqué. 


Quinze autres sont morts après l'usage, par des gardiens de prison, d'armes à feu et de gaz lacrymogène pour réprimer des mouvements de protestation liés à la santé pendant la pandémie de Covid-19, selon la même source.


Les onze derniers cas sont morts dans "des circonstances suspectes", a déclaré l'ONG en précisant ne pas disposer de plus d'informations. 


"Les autorités iraniennes expliquent généralement les morts en détention par des suicides, des overdoses ou des maladies (...) sans mener d'enquête indépendante et transparente", a-t-elle ajouté. 


En juillet, Amnesty et d'autres ONG ont exhorté les membres du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à mettre en place un mécanisme d'enquête pour recueillir et analyser les preuves des crimes les plus graves commis dans la République islamique.


L'Iran se défend souvent contre les accusations de l'ONU et des ONG sur le mauvais traitement des prisonniers. 

 


La Chine a testé un missile hypersonique en orbite, selon le Financial Times

Les progrès de la Chine dans les armes hypersoniques «ont pris le renseignement américain par surprise» selon le FT. (Photo, AFP)
Les progrès de la Chine dans les armes hypersoniques «ont pris le renseignement américain par surprise» selon le FT. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les missiles hypersoniques, comme les missiles balistiques traditionnels qui peuvent transporter des armes nucléaires, peuvent voler à plus de cinq fois la vitesse du son
  • La Chine a développé la technologie de manière offensive, la considérant comme cruciale pour se défendre contre les avancées américaines dans les technologies hypersoniques et autres

WASHINGTON : La Chine a testé une nouvelle capacité spatiale avec un missile hypersonique en orbite, a rapporté samedi le Financial Times.

L'article du quotidien économique et financier britannique, citant plusieurs sources ayant eu connaissance du test, indique que Pékin a lancé en août un missile à capacité nucléaire qui a fait le tour de la Terre en orbite basse avant de descendre vers sa cible, ratée de plus de 32 kilomètres selon trois sources.

Les sources du FT ont déclaré que le planeur hypersonique avait été transporté par une fusée Longue Marche, dont les lancements sont généralement annoncés, alors que le test d'août a été gardé secret.

Les progrès de la Chine dans les armes hypersoniques "ont pris le renseignement américain par surprise", selon l'article.

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a déclaré qu'il ne ferait aucun commentaire sur les détails de l'article, mais a ajouté: "Nous avons clairement exprimé nos inquiétudes concernant le développement militaire que la Chine continue de poursuivre, qui ne fait qu'accroître les tensions dans la région et au-delà. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous considérons la Chine comme notre défi de stimulation numéro un".

Outre Pékin, les Etats-Unis, la Russie et au moins cinq autres pays travaillent sur la technologie hypersonique.

Les missiles hypersoniques, comme les missiles balistiques traditionnels qui peuvent transporter des armes nucléaires, peuvent voler à plus de cinq fois la vitesse du son.

Tensions américano-chinoises

Les missiles balistiques volent haut dans l'espace en faisant un arc pour atteindre leur cible, tandis qu'un missile hypersonique prend une trajectoire basse dans l'atmosphère, atteignant potentiellement plus rapidement sa cible.

Surtout, un missile hypersonique est manoeuvrable (comme un missile de croisière beaucoup plus lent, souvent subsonique), ce qui le rend plus difficile à suivre et à contrer.

Des pays comme les Etats-Unis ont développé des systèmes conçus pour se défendre contre les missiles de croisière et balistiques, mais on ignore la capacité à pister et à abattre un missile hypersonique.

La Chine a développé la technologie de manière offensive, la considérant comme cruciale pour se défendre contre les avancées américaines dans les technologies hypersoniques et autres, selon un récent rapport du Service de recherche du Congrès américain (CRS).

Le test signalé intervient alors que les tensions américano-chinoises se sont accrues et que Pékin a intensifié ses activités militaires près de Taïwan, la démocratie autonome alignée sur Washington que la Chine considère comme une province en attente de réunification.

Le Pentagone n'a pas, dans l'immédiat, répondu à une demande de l'AFP de commenter l'article du Financial Times.


L'équipe russe ayant tourné le premier film en orbite revient sur Terre

Cette photo prise et publiée le 5 octobre 2021 par l'agence spatiale russe Roscosmos montre des membres d'équipage, le cosmonaute Anton Shkaplerov, l'actrice Yulia Peresild et le réalisateur Klim Shipenko avant leur départ dans l'espace. (Photo, AFP)
Cette photo prise et publiée le 5 octobre 2021 par l'agence spatiale russe Roscosmos montre des membres d'équipage, le cosmonaute Anton Shkaplerov, l'actrice Yulia Peresild et le réalisateur Klim Shipenko avant leur départ dans l'espace. (Photo, AFP)
Short Url
  • Leur film, intitulé provisoirement "Le Défi", mettra en scène une chirurgienne se rendant à bord de l'ISS avec pour mission de sauver la vie d'un cosmonaute
  • Dans un contexte de rivalité russo-américaine, cette aventure cinématographique prend aussi des allures de nouvelle course aux exploits dans l'espace

MOSCOU : Une actrice et un réalisateur russes, qui ont séjourné pendant 12 jours à bord de la Station spatiale internationale (ISS) pour y tourner le premier film dans l'espace, devaient atterrir sur Terre dimanche.

Devançant un projet américain concurrent avec Tom Cruise, l'actrice Ioulia Peressild, 37 ans, et le réalisateur Klim Chipenko, 38 ans, avaient décollé le 5 octobre du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan, aux côtés du cosmonaute chevronné Anton Chkaplerov.

Leur film, intitulé provisoirement "Le Défi", mettra en scène une chirurgienne se rendant à bord de l'ISS avec pour mission de sauver la vie d'un cosmonaute. Deux cosmonautes russes actuellement stationnés sur l'ISS et M. Chkaplerov apparaîtront dans ce film comme figurants.

Dans un contexte de rivalité russo-américaine, cette aventure cinématographique prend aussi des allures de nouvelle course aux exploits dans l'espace, 60 ans après la mise en orbite du premier homme par l'URSS, Iouri Gagarine.

Roscosmos, l'agence spatiale russe, avait révélé son ambition l'an dernier, après l'annonce d'un projet de tournage à bord de l'ISS avec Tom Cruise, la star de la saga "Mission Impossible", en partenariat avec la Nasa et la société SpaceX d'Elon Musk.

Le voyage de l'équipe russe vers l'ISS ne s'est pas fait sans encombre, le cosmonaute Anton Chkaplerov ayant dû arrimer le vaisseau manuellement au laboratoire orbital.

Et lorsque les contrôleurs de vol russes ont mené des tests vendredi sur la capsule Soyouz MS-18 devant ramener l'équipe sur Terre, les moteurs se sont activés subitement et avaient brièvement désaxé l'ISS, sans représenter un danger.

Ruée vers l'espace

M. Chipenko avait commencé à filmer avant même l'arrivée à bord de l'ISS, lors de l'arrimage pendant lequel l'actrice a assisté le cosmonaute Anton Chkaplerov.

Ioulia Peressild et Klim Chipenko seront ramenés sur Terre par le cosmonaute russe Oleg Novitski, qui résidait à bord de l'ISS depuis près de six mois. L'atterrissage est prévu dans les steppes du Kazakhstan à 04H36 GMT dimanche.

Leur retour sur Terre sera documenté par une équipe de tournage et figurera dans le film, a expliqué à l'AFP Konstantin Ernst, le patron de la chaîne russe Pervy Kanal, qui co-produit le film.

Cette initiative intervient en pleine ruée non-scientifique vers l'espace, avec la multiplication ces derniers mois des vols de loisir, comme ceux des milliardaires britannique Richard Branson et américain Jeff Bezos.

Le secteur spatial russe, qui faisait la fierté de Moscou à l'époque soviétique avec notamment la mise en orbite du premier satellite, du premier animal, du premier homme puis de la première femme, est aujourd'hui miné par les problèmes.

Pour Roscosmos, le film doit redorer un blason terni par les scandales de corruption, les pannes en série et la perte du lucratif monopole des vols habités vers l'ISS.

Si les images ont toujours accompagné les missions dans l'espace, des premiers pas sur la Lune en 1969 aux publications sur les réseaux sociaux du spationaute français Thomas Pesquet, jamais un long-métrage de fiction n'a été tourné en orbite.

Outre le film, Roscosmos doit prochainement conduire un milliardaire japonais vers l'ISS, pour ne pas se laisser distancer dans le business du tourisme spatial.


Migrants: au moins 8 morts et 17 disparus au large de l'Espagne

La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM. (Photo, Reuters)
La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Selon les rescapés, 28 personnes au total se trouvaient initialement dans le bateau sans qu'on connaisse leur nationalité ni leur point de départ
  • L'ONG Caminando Fronteras, qui se base sur les témoignages de migrants ou de leurs familles, estime elle que plus de 2.000 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant de rallier les Canaries en 2021

BARCELONE : Les corps sans vie de quatre migrants ont été retrouvés samedi, portant à au moins huit morts et 17 disparus le bilan d'un naufrage au large de Cadix, dans le sud de l'Espagne près du Maroc, a annoncé le secours en mer espagnol.


"Au cours de la journée d'aujourd'hui, quatre corps ont été retrouvés", a précisé un porte-parole du secours en mer espagnol dont les recherches doivent se poursuivre dimanche, dans cette zone proche du Cap de Trafalgar.


Le bateau se trouvait à environ 60 km à l'ouest du Cap de Trafalgar, quand les sauveteurs ont commencé à intervenir, après avoir reçu une alerte jeudi soir.


Trois survivants avaient alors pu être secourus peu avant 21H00 (19H00 GMT) alors que leur embarcation de fortune était en train de couler.


Deux hommes se trouvaient à bord de l'embarcation aux côtés du cadavre d'une troisième personne, tandis qu'une femme était secourue dans l'eau et trois cadavres repêchés.


Selon les rescapés, 28 personnes au total se trouvaient initialement dans le bateau sans qu'on connaisse leur nationalité ni leur point de départ.


Les drames de l'immigration sont récurrents au large des côtes de l'Espagne que les migrants essaient de rejoindre, malgré le danger, depuis les côtes marocaines ou algériennes notamment. L'Espagne n'est en général qu'une étape pour ces migrants dont la destination finale est souvent la France.


Au total, 27.136 migrants sont arrivés par la mer en Espagne continentale ou dans les archipels des Baléares ou des Canaries entre janvier et fin septembre, selon les derniers chiffres du ministère de l'Intérieur. Soit un bond de 53,8% par rapport à la même période de 2020.


Et selon des chiffres communiqués par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) fin septembre, 2021 constitue "l'année la plus meurtrière sur la route migratoire vers l'Espagne" avec au moins 1.025 personnes mortes dans leur tentative de rallier l'Espagne ou ses archipels.


La route vers les Canaries, dans l'Océan atlantique, est particulièrement meurtrière car au moins 785 personnes sont mortes en tentant de rallier cet archipel depuis l'Afrique occidentale entre janvier et août 2021, toujours selon l'OIM.


L'ONG Caminando Fronteras, qui se base sur les témoignages de migrants ou de leurs familles, estime elle que plus de 2.000 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant de rallier les Canaries en 2021.