Washington appelle d'autres pays arabes à reconnaître Israël

«Ce gouvernement va continuer à développer les efforts couronnés de succès du gouvernement précédent, pour continuer de faire avancer la normalisation», a assuré Antony Blinken. (Photo, AFP)
«Ce gouvernement va continuer à développer les efforts couronnés de succès du gouvernement précédent, pour continuer de faire avancer la normalisation», a assuré Antony Blinken. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 17 septembre 2021

Washington appelle d'autres pays arabes à reconnaître Israël

  • «Nous encouragerons davantage de pays à suivre la voie des Emirats, de Bahreïn et du Maroc»
  • Le 15 septembre 2020, les Emirats arabes unis et Bahreïn étaient devenus les premiers pays du Golfe à normaliser publiquement leurs relations avec Israël

WASHINGTON: Les Etats-Unis de Joe Biden ont promis vendredi d'inciter d'autres pays arabes à reconnaître Israël, lors d'une rencontre ministérielle pour célébrer le premier anniversaire des accords de normalisation historiques conclus sous l'égide de l'ex-président américain Donald Trump.

"Nous encouragerons davantage de pays à suivre la voie des Emirats, de Bahreïn et du Maroc", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, lors de cette réunion virtuelle avec ses homologues de l'Etat hébreu, des Emirats arabes unis et du Maroc.

"Nous voulons élargir le cercle de la diplomatie pacifique. C'est dans l'intérêt des pays de la région et du monde qu'Israël soit traité comme tous les autres pays", a-t-il insisté. "La normalisation va apporter davantage de stabilité", a-t-il plaidé, estimant que les "accords d'Abraham" avaient bénéficié aux populations de la région.

Le 15 septembre 2020, les Emirats et Bahreïn étaient devenus les premiers pays du Golfe à normaliser publiquement leurs relations avec Israël. Le Maroc et le Soudan avaient ensuite fait de même.

Après son arrivée au pouvoir, le gouvernement démocrate du président Biden, qui veut pourtant afficher une rupture avec l'ère Trump, a dit approuver ces accords, considérés comme un des principaux succès diplomatiques de son prédécesseur républicain.

Question palestinienne

"Ce gouvernement va continuer à développer les efforts couronnés de succès du gouvernement précédent, pour continuer de faire avancer la normalisation", a confirmé Antony Blinken.

Après les Emirats et Bahreïn, les yeux ont un temps été rivés sur l'Arabie saoudite, première puissance économique arabe, terre des lieux les plus saints de l'islam et proche partenaire des Etats-Unis. Mais Ryad a rejeté toute normalisation sans un règlement de la question palestinienne.

Au cours d'échanges qui se voulaient très chaleureux entre les nouveaux partenaires, le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid a annoncé qu'il se rendrait à Bahreïn d'ici la fin du mois, pour la première visite à ce niveau d'un chef de la diplomatie israélienne.

Il s'est déjà rendu dans les deux autres pays arabes.

"Ce club des accords d'Abraham est ouvert à de nouveaux membres", a lancé le dirigeant centriste, confirmant lui aussi que le nouveau gouvernement israélien s'inscrivait, dans ce domaine, dans les pas de l'ex-Premier ministre de droite Benjamin Netanyahu.

"L'un de nos objectifs communs est de faire en sorte que d'autres pays suivent notre exemple et nous rejoignent dans ces accords et dans cette nouvelle ère de coopération et d'amitié", a-t-il ajouté.

Son homologue marocain Nasser Bourita a lui appelé de ses voeux l'émergence d'un "nouvel ordre régional dont Israël soit partie prenante", mais a déploré "l'animosité" générée par ces accords de normalisation, dans une pique directe à l'Algérie. "Malheureusement, un pays voisin a décidé de rompre ses relations avec le Maroc en invoquant, entre autres, le rétablissement de nos relations avec Israël", a-t-il lancé. 

Les détracteurs de la démarche de Donald Trump et de son gendre et conseiller Jared Kushner, architecte de cette stratégie, déploraient leur volonté de favoriser la réconciliation des pays arabes avec Israël au lieu de promouvoir la paix israélo-palestinienne.

Les trois ministres arabes ont appelé vendredi à des avancées vers la création d'un Etat palestinien, malgré un processus diplomatique au point mort.

"Nous avons l'impression que les accords d'Abraham nous permettront d'assister davantage le processus de paix, pour aboutir à ce que nous considérons tous comme étant l'objectif final, une solution à deux Etats", a dit Anouar Gargash, un haut responsable émirati.

Mardi, la diplomatie américaine avait aussi dit espérer que ce nouvel état d'esprit dans la région permettrait de "faire des progrès concrets vers l'objectif de promouvoir une paix négociée entre Israéliens et Palestiniens".


Dans quelle mesure le territoire autonome des Kurdes dans le nord-est de la Syrie est-il stable?

Des membres des services de sécurité intérieure kurdes syriens connus sous le nom d'«Asayesh» défilent en procession devant le corps de leur camarade mort, Khalid Hajji. (Photo, AFP/Archives)
Des membres des services de sécurité intérieure kurdes syriens connus sous le nom d'«Asayesh» défilent en procession devant le corps de leur camarade mort, Khalid Hajji. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • Bashar Assad ne semble pas intéressé par un État plus décentralisé dans lequel les Kurdes ont une plus grande autonomie
  • Le retrait raté des États-Unis d’Afghanistan pourrait jouer en faveur des Kurdes si Biden veut éviter des scènes similaires en Syrie

MISSOURI, États-Unis : Ilham Ahmed, chef de l'aile politique des Forces démocratiques syriennes(FDS), a fait pression sur Moscou et Washington pour soutenir la représentation kurde dans le processus de paix syrien soutenu par l'ONU.

Ahmed, qui s'est rendu dans les deux capitales ces dernières semaines, souhaite également que la région dirigée par les Kurdes soit exemptée des sanctions imposées en vertu de la Caesar Syria Civilian Protection Act 2019 (la loi César), la législation américaine qui a sanctionné le régime du président Bashar Assad pour crimes de guerre contre le peuple syrien.

Mais qu'espèrent précisément les Kurdes syriens et dans quelle mesure leurs propositions sont-elles viables ?

Des avions à réaction russes, des combattants soutenus par Téhéran, des insurgés soutenus par Ankara, des islamistes radicaux, des troupes américaines et des forces gouvernementales syriennes, ainsi que les Unités de protection du peuple kurde (YPG), opèrent à travers la mosaïque de territoires qui constituent le nord de la Syrie.

Les États-Unis considèrent les YPG comme un allié clé dans la lutte contre Daech dans le nord-est de la Syrie, tandis que la Russie possède des forces dans la région pour soutenir le président Assad.

Alors que certains médias ont rapporté qu'Ahmed, en tant que président du comité exécutif du Conseil démocratique syrien (SDC), faisait pression pour avoir le soutien américain ou russe à la création d'un État séparatiste, les Kurdes syriens ne poussent pas réellement pour un objectif aussi maximaliste.

Les partis kurdes syriens sont favorables à l'idéologie du chef emprisonné du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) Abdellah Ocalan. Ils affirment rejeter le nationalisme, la sécession et l'étatisme en général, conformément aux écrits d'Ocalan post-2001.

Dans le même temps, les organisations kurdes syriennes semblent établir tous les pièges de leur propre État séparé sur le territoire qu'elles contrôlent.

Leurs forces militaires, notamment les FDS, les YPG et les YPJ, la milice entièrement féminine des YPG, travaillent assidûment pour mettre en vigueur et maintenir leur monopole sur l'usage de la force dans le nord-est.

Ils se sont affrontés non seulement avec les forces turques et divers groupes extrémistes islamistes de la région, mais aussi à l'occasion avec des groupes armés kurdes, les forces militaires du régime Assad, les rebelles de l'Armée syrienne libre et d'autres.

img
Une membre des services de sécurité intérieure kurde connu sous le nom d'Asayesh monte la garde lors d'une manifestation de Kurdes syriens contre l'assaut turc dans le nord-est de la Syrie et en soutien aux Forces démocratiques syriennes (SDF), dans la ville de Qamishli. (Photo, AFP/Archives)

Les partis politiques concurrents dans les territoires sous leur contrôle ont également fait l'objet de pressions, voire d'interdictions pures et simples, alors que le Conseil démocratique syrien (SDC) et son allié, le Parti de l'union démocratique (PYD), cherchent à rassembler tout le monde sous les mêmes structures institutionnelles et gouvernementales qu'ils ont créées et dominées.

À certains égards, les Kurdes du Conseil démocratique syrien (SDC) et du PYD se sont avérés très libéraux, accueillant joyeusement les tribus arabes, les chrétiens, les yézidis, les Arméniens, les Turkmènes et d'autres groupes et ethnies dans leurs rangs et leurs structures gouvernantes.

Néanmoins, ils semblent beaucoup moins ouverts et tolérants envers ceux qui cherchent à opérer en dehors du cadre politique d'«autonomie démocratique» qu'ils ont conçu.

Avec leurs propres forces de sécurité, leurs institutions politiques, leurs écoles et diverses organisations de la société civile fondées par le parti, il semble parfois que les Kurdes syriens aient l'intention de bâtir leur propre État séparé. Mais quel choix avaient-ils après le déclenchement de la guerre civile en Syrie en 2011 ?

Le régime d'Assad avait brutalement réprimé les Kurdes pendant des décennies avant la récente guerre. Après qu'Assad ait retiré ses forces et une grande partie du personnel du gouvernement syrien du nord-est de la Syrie au début du conflit, pour se concentrer sur les parties ouest et sud du pays où la menace rebelle semblait la plus grande, quelqu'un a dû combler le vide résultant. 

img 2
Des femmes kurdes syriennes portent des drapeaux du parti, pendant qu'elles participent à un rassemblement de soutien aux Forces démocratiques syriennes (FDS) et aux Forces de protection du peuple. (Photo, AFP/Archives)

Des groupes kurdes syriens alignés sur le PKK se sont déplacés pour défendre la région contre Daech et d'autres groupes extrémistes qui tentaient de prendre le contrôle de cette région. Ils se sont battus extrêmement fort contre les islamistes radicaux, infligeant à Daech sa première défaite, à Kobani en 2014.

Libérés de l'emprise de fer du régime pour la première fois de leur vie, les Kurdes ont saisi l'opportunité d'établir des programmes, des centres culturels, des écoles et des institutions en kurde et dans d'autres langues minoritaires.

Craignant les tactiques malveillantes de «diviser pour régner» des puissances voisines, les nouvelles autorités kurdes syriennes ont rejeté les tentatives d'autres partis kurdes, en particulier ceux sous l'influence du gouvernement régional du Kurdistan irakien, et des groupes rebelles arabes visant à créer des partis et des milices concurrents sur leur territoire durement gagné.

Les autorités turques, quant à elles, étaient préoccupées par ce qu'elles considéraient comme l'émergence d'un proto-État contrôlé par le PKK à leur frontière sud. Au cours de trois incursions militaires durant les cinq dernières années qui ont déplacé des centaines de milliers de Kurdes de souche, Ankara s'est emparée de centaines de kilomètres de la bande frontalière et s’est introduit environ 30 km dans le nord de la Syrie.

En 2018, Moscou a semblé donner son feu vert à l'invasion turque d'Afrin, qui à l'époque était sous contrôle des SDF/YPG/PYD, retirant ses troupes et permettant aux avions de chasse turcs d'opérer dans l'espace aérien précédemment contrôlé par la Russie.

img 3
Une femme regarde depuis un toit les troupes américaines patrouiller en 2020 dans les rues de la ville syrienne d'Al-Jawadiyah et rencontre les habitants, dans la province nord-est de  Hasakeh, près de la frontière avec la Turquie. (Photo, AFP/Archives)

L'année suivante, Washington a semblé faire de même, en retirant les troupes américaines de la région de Tal Abyad à la frontière avec la Turquie juste avant l'invasion turque. 

Ces incursions ont laissé l'administration kurde syrienne dans une sérieuse impasse. Sans le soutien américain et la présence d'une force de déclenchement américaine symbolique, la Turquie pourrait bien étendre sa zone de contrôle dans le nord de la Syrie.

Cette semaine encore, le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la Turquie était déterminée à éliminer les menaces présumées provenant du nord de la Syrie et qu'une attaque présumée des YPG qui a tué deux policiers turcs à Azaz était «la goutte qui fait déborder le vase».

Pendant ce temps-là, le régime d'Assad ne semble pas intéressé par toute proposition d'un «État syrien plus décentralisé» dans lequel des parties du nord-est resteraient nominalement une partie de l'État mais tomberont en réalité sous contrôle kurde syrien.

Les récentes incursions diplomatiques d'Ahmed se sont donc concentrées sur Moscou et Washington. Dans le premier cas, les Kurdes syriens espèrent convaincre les Russes de persuader le régime d'Assad dans une sorte de compromis qui préservera autant d'autonomie que possible dans le nord-est de la Syrie. Dans ce dernier, ils visent à obtenir un engagement des États-Unis à ne plus les abandonner.

img 4
Des voitures passent devant les panneaux d'affichage de la campagne électorale représentant le président syrien Bashar Al-Assad, candidat au scrutin présidentiel, dans la capitale Damas, le 24 mai 2021. (Photo, AFP/Archives)

Ahmed a exposé ses espoirs lors d'une conférence organisée par le Washington Institute le 29 septembre.

«Le Conseil démocratique syrien (SDC) cherche une solution politique durable au conflit, en prônant un dialogue interne et, en fin de compte, une décentralisation politique et culturelle qui respecte la diversité du pays et renforce le développement économique», a-t-elle souligné.

«Le soutien continu de notre partenaire, les États-Unis, est crucial pour cette mission. L'administration autonome du nord et de l'est de la Syrie est confrontée à de nombreux obstacles, notamment l'insécurité, la pauvreté, l'intervention étrangère et le terrorisme.

«De plus, le processus de paix de Genève et le processus constitutionnel sont au point mort. Les États-Unis pourraient aider à atténuer ces problèmes dans la recherche d'une Syrie plus stable, exempte de tyrannie, de conflits par procuration et de terreur».

Le retrait chaotique des États-Unis d'Afghanistan en août aura sans aucun doute perturbé les Kurdes syriens déjà inquiets quant à leur propre avenir. Assad, la Turquie et Daech seraient tous favorables à un retrait américain similaire du nord-est de la Syrie.

Il est peu probable que «l'Administration autonome du nord et de l'est de la Syrie», dont l'organe directeur est Le Conseil démocratique syrien (SDC), puisse résister à de telles pressions combinées. 

img 5
Les troupes américaines patrouillent dans les rues de la ville syrienne d'Al-Jawadiyah. (Photo, AFP/Archives)

Cependant, le retrait raté des États-Unis d'Afghanistan pourrait en fait jouer en faveur des Kurdes syriens, car l'administration Biden essaiera probablement d'éviter un embarras similaire en Syrie de si tôt.

Suite à des rencontres à Washington le mois dernier avec des représentants de la Maison Blanche, du Département d'État et du Pentagone, Ahmed semble avoir reçu une réponse rassurante.

«Les Américains ont promis de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour détruire l'État islamique (Daech) et de travailler à la construction d'infrastructures dans le nord-est de la Syrie», a déclaré Ahmed à l'agence de presse Reuters. « Ils ont affirmé qu'ils allaient rester en Syrie et ne se retireront pas. Ils continueront à combattre l'État islamique».

Elle a ajouté : «Avant, les choses n'étaient pas clairs sous Trump et même pendant le retrait afghan, mais cette fois-ci, les Américains ont tout clarifié».

Sans changement d'attitude à Damas ou à Ankara, les Kurdes syriens n'ont guère d'autre choix que de continuer à compter sur la présence, la coopération et le soutien américains. Au mieux, ils peuvent prolonger le statu quo et la longévité de leur autonomie précaire.

S'ils parviennent à convaincre Washington et Moscou de les aider à rouvrir les points de passage à la frontière avec l'Irak, à les exempter des sanctions visant le régime d'Assad et à autoriser l'acheminement de l'aide internationale directement dans leur enclave, plutôt que de passer par Damas avec le résultat qu'il atteint rarement le nord-est, alors la situation politique et économique s'améliorera.

Sans solution politique plus durable à l'horizon, cela reste probablement le mieux que les Kurdes syriens puissent espérer.

 

David Romano est Thomas G. Strong, professeur de politique au Moyen-Orient à la Missouri State University

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Les familles des victimes de l'explosion de Beyrouth soutiennent le juge malgré la pression

La zone portuaire dévastée de la capitale libanaise Beyrouth peut être vue dans l'obscurité lors d'une panne de courant. (Dossier/AFP)
La zone portuaire dévastée de la capitale libanaise Beyrouth peut être vue dans l'obscurité lors d'une panne de courant. (Dossier/AFP)
Short Url
  • La déclaration des familles visait apparemment à contrer une vidéo publiée par leur porte-parole sur les réseaux sociaux vendredi dans laquelle il appelle le juge Tarek Bitar à se récuser.
  • Le porte-parole n'a pas pu être joint pour commenter et il n'était pas clair s'il avait fait la vidéo sous pression

BEYROUTH : Les familles des victimes de l'explosion de Beyrouth ont réaffirmé samedi leur soutien au juge chargé de l'enquête sur la tragédie, quelques jours après des affrontements meurtriers dans la capitale entre ceux qui le soutiennent et ceux qui demandent son dessaisissement.

La déclaration des familles visait apparemment à contrer une vidéo publiée par leur porte-parole vendredi soir dans laquelle il appelait le juge Tarek Bitar à se récuser.

Les familles ont été prises de court par la vidéo précisant que le porte-parole, Ibrahim Hoteit ne les avait pas consultées.

Certains d'entre elles précisent que la vidéo « a peut-être été filmée sous la menace », Hoteit lisant une déclaration écrite.

William Noun, l'un des représentants des familles, déclare : « Nous ne lui en voulons pas. Ce n'est pas sa façon de parler, mais il habite dans le fief du Hezbollah.

Jeudi, des fusillades ont éclaté dans les rues de Beyrouth entre des camps rivaux sur le rôle de Bitar. Au moins six personnes ont été tuées et des dizaines ont été blessées.

Le ministre libanais de la Justice, Henry El-Khoury, a déclaré samedi qu'il soutenait Bitar et que le juge avait le droit de convoquer qui il voulait dans l'affaire.

Le ministre a également affirmé qu'il n'avait pas le pouvoir de remplacer Bitar et qu'il n'avait subi aucune pression pour le faire, rapportent les médias.

Le Premier ministre Najib Mikati, le président du Conseil supérieur de la magistrature, le juge Suhail Abboud, le procureur général le juge Ghassan Oueidat et El-Khoury se sont réunis samedi pour discuter du cas de Bitar.

Il a été décidé que Bitar serait invité à une réunion mardi avec le Conseil judiciaire suprême.

Une source judiciaire déclare à Arab News que le juge Abboud « est attaché à l’option judiciaire et non politique pour résoudre le problème actuel ».

Le Conseil des ministres ne peut pas exclure Bitar de l'enquête sur l'explosion du port. Il faut le ministre de la justice, ainsi que le Conseil judiciaire suprême, pour le révoquer et nommer un autre enquêteur.

Au cours de la réunion, Mikati a souligné que « le dossier complet est auprès des services de sécurité sous la supervision de la justice compétente ».

Mikati, selon son bureau, a également déclaré que le gouvernement était « désireux de ne s'immiscer dans aucun dossier lié à la justice, et que l'autorité judiciaire doit prendre toutes les mesures qu'elle juge appropriées ».

Les ministres du Hezbollah et du mouvement Amal ont décidé de n'assister à aucune séance gouvernementale à moins que deux conditions ne soient remplies. L'une est le retrait de Bitar de l’enquête et la seconde l'arrestation des personnes responsables du déclenchement des combats meurtriers de jeudi. Ils ont tous deux accusé le parti des Forces libanaises d'être à l'origine des violences.

Bitar avait convoqué trois ministres pour interrogatoire alors qu’ils ne bénéficiaient pas d'immunité. Il a émis un mandat d'arrêt par contumace contre l'ancien ministre Ali Hassan Khalil qui a refusé de comparaitre devant lui.

Le journal libanais An-Nahar rapporte que certains députés « restent chez eux sur la base des conseils qui leur étaient donnés par certains services de sécurité pour éviter tout danger auquel ils pourraient être exposés dans la rue ».

Charles Jabbour, chef de l'aile des médias et des communications du parti des Forces libanaises, déclare à Arab News : « Oui, ce conseil a été donné aux députés des Forces libanaises. On craint qu’ils ne fassent l’objet d’assassinat. C’est une ancienne pratique du Hezbollah. La solution à cette crise émergente nécessite que le Hezbollah remette ses armes à l'État car il en est grand temps. »

Il a également commenté la position embarrassante du président Michel Aoun qui doit défendre le travail de Bitar et l'indépendance de la justice tout en approuvant la demande de son allié le Hezbollah de révoquer Bitar du poste d'enquêteur judiciaire. « Le président doit assumer sa responsabilité de faire appliquer la justice. Il s’agit de notre demande initiale et nous insistons toujours là-dessus », dit-il.

Le député du Courant patriotique libre Asaad Dergham déclare qu'il y a un désaccord entre le CPL et le Hezbollah sur la question de l'explosion de Beyrouth.

Il dit : « Si l'objectif du Hezbollah est de changer une réalité spécifique et d'imposer l'opinion par la force, alors cela est un avertissement. Si les tensions persistent, cela affectera certainement la relation entre le Hezbollah et le CPL, car il ne suffit pas d'être fort uniquement en première ligne, il faut renforcer les rangs de la base. »

L'explosion du 4 août 2020 a fait plus de 200 morts, plusieurs milliers de blessés et dévasté de nombreuses parties de la capitale.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


17 octobre 1961: des militants jugent «insuffisants» les propos de Macron

Emmanuel Macron dépose une gerbe de fleurs près du pont de Bezons, le 16 octobre 2021 à Colombes. (Photo, AFP)
Emmanuel Macron dépose une gerbe de fleurs près du pont de Bezons, le 16 octobre 2021 à Colombes. (Photo, AFP)
Short Url
  • Dominique Sopo, le président de SOS Racisme, a souligné «des avancées bienvenues» tout en regrettant «la frilosité d'Emmanuel Macron» et sa «politique des petits pas»
  • Cette page sanglante de la Guerre d'Algérie, survenue moins de six mois avant les accords d'Evian qui devaient mettre fin au conflit, est longtemps restée taboue dans l'Hexagone

PARIS : Des militants du 17 octobre 1961 ont regretté samedi à Paris que le président Emmanuel Macron, qui a dénoncé des "crimes inexcusables", ait "joué sur les mots" sans réellement reconnaître, comme ils le demandent, un "crime d'Etat".

Que M. Macron dénonce "les crimes inexcusables" perpétrés le 17 octobre 1961 contre ces Algériens venus manifester pacifiquement dans la capitale contre un couvre-feu "n'est pas suffisant", a déploré Rahim Rezigat, 81 ans, ancien de la fédération France du Front de libération nationale (FLN).

Emmanuel Macron "joue sur les mots par rapport à son électorat, dont les nostalgiques de l'Algérie française", a estimé ce militant en marge de débats organisés à Paris par SOS Racisme et réunissant des militants de cette page sanglante de l'Histoire de France et des jeunes d'Ile-de-France.

Le chef de l'Etat "a reconnu les faits: les crimes commis cette nuit-là sous l'autorité de Maurice Papon (le préfet de police de Paris, NDLR) sont inexcusables pour la République", a indiqué un communiqué de l'Elysée.

Les propos de l'Elysée sont "une avancée mais c'est encore partiel. On espérait plus. Papon n'a pas agi seul. On a torturé, on a massacré au coeur de Paris et là-haut, ils étaient au courant", a réagi pour sa part Mimouna Hadjam, porte-parole de l'association Africa93 qui revendique elle aussi la "reconnaissance d'un crime d'Etat".

"Qu'en est-il des archives, interroge-t-elle. Pourquoi les archives fluviales par exemple ne sont-elles pas encore ouvertes pour que la vérité soit faite?"

De son côté, Dominique Sopo, le président de SOS Racisme, a souligné "des avancées bienvenues" tout en regrettant "la frilosité d'Emmanuel Macron" et sa "politique des petits pas".

"Le chef de l'Etat va plus loin que Hollande dans la précision des faits mais sans nommer le colonialisme" et par aileurs le "crime est réduit à la responsabilité de Maurice Papon. Il n'était pas un Etat dans l'Etat", estime le dirigeant associatif, "il y avait bien un chef du gouvernement et un chef de l'État qui décidaient qui était préfet de police. Papon est resté en poste jusqu'en 1967", a rappellé M. Sopo.

Le 17 octobre 1961, quelque 30 000 Algériens avaient manifesté pacifiquement à l'appel du FLN contre un décret du 5 octobre. Le préfet de police Maurice Papon y conseillait "de la façon la plus pressante aux travailleurs algériens de s'abstenir de circuler" dans les rues de Paris et de la banlieue parisienne après 20H30.

Dix mille policiers et gendarmes avaient été déployés. La répression fut sanglante avec plusieurs manifestants tués par balle dont les corps furent pour certains jetés dans la Seine. Le nombre de morts est estimé par les historiens à au moins plusieurs dizaines, le bilan officiel n'en dénombrant que trois et 11 000 interpellés.  

Cette page sanglante de la Guerre d'Algérie, survenue moins de six mois avant les accords d'Evian qui devaient mettre fin au conflit, est longtemps restée taboue dans l'Hexagone. 

Or, comme l'a souligné samedi Alice Cherki, psychanalyste et ancienne militante indépendantiste, "les silences de l'Histoire ont des conséquences psychologiques terribles sur les générations qui suivent, le silence des familles mais aussi les silences juridiques, politiques".