L'un des grands alliés de Biden demande la fin des expulsions «ignobles» d'Haïtiens

Le chef de la majorité au Sénat Chuck Schumer. (Photo, AFP)
Le chef de la majorité au Sénat Chuck Schumer. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 22 septembre 2021

L'un des grands alliés de Biden demande la fin des expulsions «ignobles» d'Haïtiens

  • Les assurances de Joe Biden et de son ministre n'ont pas convaincu les républicains qui, depuis des mois, reprochent au démocrate d'avoir assoupli les politiques migratoires de son prédécesseur
  • «Toute personne impartiale dirait que les politiques Biden concernant la frontière et l'immigration ne sont rien de moins qu'un désastre colossal»

WASHINGTON : Dans une rare critique, le chef démocrate du Sénat Chuck Schumer a exhorté mardi Joe Biden à mettre fin immédiatement aux expulsions "ignobles" de migrants haïtiens, renvoyés vers un pays instable et gangréné par la violence.

L'administration du président démocrate peine à gérer un afflux soudain et massif de milliers de migrants haïtiens, qui se sont massés sous un pont la semaine dernière dans la petite ville frontalière Del Rio, au Texas.

Ce week-end, son gouvernement a commencé à les renvoyer par avion dans leur pays. "Une telle décision va à l'encontre du sens commun" et de "la décence", s'est insurgé Chuck Schumer dans l'hémicycle.

Ce "pays ne peut pas les recevoir", a-t-il ajouté. Aux troubles politiques et à l'insécurité à Haïti, s'est ajouté en août un séisme meurtrier qui a ravagé le sud-ouest de l'île, tuant plus de 2 200 habitants. 

Plus largement, Chuck Schumer, un des principaux alliés de Joe Biden, lui a demandé de revenir sur les règles sanitaires adoptées au début de la pandémie par son prédécesseur Donald Trump, pour autoriser le refoulement immédiat de migrants. "Nous ne pouvons pas poursuivre ces politiques ignobles et xénophobes venant de Trump, qui ignorent nos lois sur les réfugiés", a-t-il lancé.

Les Nations unies ont également fait part de leur "profonde inquiétude" face à ces expulsions qui ne laissent pas le temps d'examiner les dossiers des Haïtiens. "Il y a d'autres moyens de gérer la santé publique (...) et en même temps de garantir le droit à demander l'asile", a déclaré Shabia Mantoo, porte-parole de l'agence pour les réfugiés (HCR).

«Horribles»

Le malaise a été accentué par des photos montrant des gardes-frontières à cheval en train de repousser ces migrants, tout en faisant tournoyer leurs rênes de manière menaçante.

"Ces images vous donnent la nausée. Il faut que cela cesse, ce type de violence", a encore déclaré Chuck Schumer.

La vice-présidente Kamala Harris a jugé ces images "horribles" et affirmé devant des journalistes qu'elle soutenait les investigations ouvertes lundi pour faire la lumière sur les faits. "Des êtres humains ne devraient jamais être traités d'une telle façon, cela me préoccupe profondément", a-t-elle ajouté.

Silencieux depuis le début de la crise, Joe Biden, interpellé en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, s'est borné à promettre: "nous allons reprendre le contrôle" de la situation, sans donner plus de détails.

Sur la même ligne, son ministre de la Sécurité intérieure Alejandro Mayorkas a assuré mardi, lors d'une audition au Sénat, "avoir un plan et le mettre en oeuvre" pour dissoudre le camp de fortune de Del Rio. "Nous avons augmenté le nombre de vols d'expulsion vers Haïti et d'autres pays tiers", a-t-il encore dit. 

Plusieurs milliers de personnes ont déjà été transférées dans des centres de rétention ou expulsées hors des Etats-Unis et il reste moins de 10.000 migrants sur place, contre un pic à 15 000 la semaine dernière, a précisé M. Mayorkas. 

«Catastrophe»

Les assurances de Joe Biden et de son ministre n'ont pas convaincu les républicains qui, depuis des mois, reprochent au démocrate d'avoir assoupli les politiques migratoires de son prédécesseur. 

"Quand vous avez une administration qui renonce à toute ambition de sécuriser la frontière (...), vous terminez avec un afflux de personnes qui traversent" le Rio Grande, a commenté le gouverneur du Texas Greg Abbott lors d'une conférence de presse à Del Rio.

Pour lui, Joe Biden est responsable d'une "catastrophe humaine de proportion épique".

"10 000 personnes vivent dans des conditions effroyables à cause de vos politiques", a pour sa part tonné le sénateur Josh Hawley lors d'un échange vif avec Alejandro Mayorkas, en citant la suspension, cet été, des expulsions d'Haïtiens déjà installés aux Etats-Unis.

Même si la mesure ne concerne pas les nouveaux arrivants, elle semble avoir contribué à l'afflux soudain à la frontière de migrants haïtiens, dont une partie vivaient en Amérique latine depuis le grand tremblement de terre de 2010 (plus de 200 000 morts).

Ces arrivées s'ajoutent à des flux inédits depuis l'entrée de Joe Biden à la Maison Blanche, avec plus d'1,3 million de migrants interpellés à la frontière avec le Mexique.

Citant ces chiffres, le sénateur républicain Mitt Romney, un modéré, n'a pas non plus mâché ses mots: "Toute personne impartiale dirait que les politiques Biden concernant la frontière et l'immigration ne sont rien de moins qu'un désastre colossal." 


La reconnaissance de l'Etat de Palestine est « une nécessité », selon Sánchez

Cette reconnaissance est "une nécessité" pour "parvenir à la paix" entre Israéliens et Palestiniens, en plus d'être "une question de justice historique" pour le peuple palestinien, a déclaré mardi le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez. (AFP).
Cette reconnaissance est "une nécessité" pour "parvenir à la paix" entre Israéliens et Palestiniens, en plus d'être "une question de justice historique" pour le peuple palestinien, a déclaré mardi le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez. (AFP).
Annoncée mercredi dernier de façon coordonnée par M. Sánchez et ses homologues irlandais et norvégien, cette reconnaissance sera donc effective à compter de ce mardi. (AFP).
Annoncée mercredi dernier de façon coordonnée par M. Sánchez et ses homologues irlandais et norvégien, cette reconnaissance sera donc effective à compter de ce mardi. (AFP).
Short Url
  • Annoncée mercredi dernier de façon coordonnée par M. Sánchez et ses homologues irlandais et norvégien, cette reconnaissance sera donc effective à compter de ce mardi
  • Le gouvernement irlandais doit également se réunir dans la matinée pour l'entériner, tandis que la Norvège a remis dimanche une note verbale au nouveau Premier ministre palestinien, Mohammed Mustafa, actant l'entrée en vigueur de cette décision.

MADRID: Madrid, Dublin et Oslo reconnaissent formellement mardi l'Etat de Palestine, une décision provoquant la fureur d'Israël, qui y voit "une récompense" pour le mouvement islamiste palestinien Hamas en pleine guerre dans la bande de Gaza.

Cette reconnaissance est "une nécessité" pour "parvenir à la paix" entre Israéliens et Palestiniens, en plus d'être "une question de justice historique" pour le peuple palestinien, a déclaré mardi le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez.

Dans une brève déclaration en espagnol et en anglais, quelques heures avant la reconnaissance d'un Etat palestinien par son gouvernement de gauche, réuni en conseil des ministres à partir de 09H30 locales (07H30 GMT), le dirigeant socialiste a ajouté que cette décision n'était prise "contre personne, et encore moins contre Israël".

Annoncée mercredi dernier de façon coordonnée par M. Sánchez et ses homologues irlandais et norvégien, cette reconnaissance sera donc effective à compter de ce mardi.

Le gouvernement irlandais doit également se réunir dans la matinée pour l'entériner, tandis que la Norvège a remis dimanche une note verbale au nouveau Premier ministre palestinien, Mohammed Mustafa, actant l'entrée en vigueur de cette décision.


L'Ukraine a les mains liées par les restrictions sur l'usage d'armes occidentales en Russie

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg (Photo, AFP).
Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg (Photo, AFP).
Short Url
  • Le secrétaire général de l'Otan a déjà plaidé dans le passé pour la levée des restrictions occidentales
  • Les Etats-Unis, principal fournisseur d'aide militaire à l'Ukraine, et d'autres pays européens comme l'Allemagne se sont montrés très réticents à fournir des armes

SOFIA: L'Ukraine a les mains liées en raison des restrictions sur l'usage des armes fournies par ses alliés occidentaux sur le territoire russe, a déploré lundi à Sofia le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

"Cela lie les mains dans le dos des Ukrainiens et rend très difficile pour eux d'assurer leur défense", a déclaré M. Stoltenberg, à l'ouverture d'une réunion de l'Otan dans la capitale bulgare.

Plusieurs pays ont restreint l'usage des armes qu'ils fournissent à l'Ukraine à son seul territoire, Crimée et Donbass compris, interdisant des frappes sur le sol russe.

"Je pense qu'il est temps de reconsidérer certaines de ces restrictions", a souligné plus tard devant la presse M. Stoltenberg, en marge d'une réunion de l'assemblée parlementaire de l'Alliance atlantique.

Levée 

Kiev "a le droit de se défendre" et a donc "le droit de frapper des objectifs militaires légitimes en dehors de l'Ukraine", a-t-il insisté.

Le secrétaire général de l'Otan a déjà plaidé dans le passé pour la levée des restrictions occidentales.

Mais, a-t-il souligné lundi, cette décision appartient aux Alliés. Certains d'entre eux n'ont pas imposé de restrictions, mais d'autres l'ont fait, a-t-il ajouté, sans plus de détails.

Les Etats-Unis, principal fournisseur d'aide militaire à l'Ukraine, et d'autres pays européens comme l'Allemagne se sont montrés très réticents à fournir des armes sans aucune restrictions.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a toutefois estimé récemment, lors d'un déplacement à Kiev le 15 mai, que cette décision revenait à l'Ukraine.

"Nous n'avons pas encouragé ou favorisé les frappes hors d'Ukraine, mais au final c'est à l'Ukraine de prendre ses décisions sur la manière dont elle mène cette guerre", a-t-il dit, alors que la Russie met régulièrement en garde les Occidentaux contre toute attaque sur son territoire à l'aide d'armes occidentales.


Israël interdit à l'Espagne tous services consulaires aux Palestiniens à partir du 1er juin

Ci-dessus, les drapeaux espagnol et européen flottent sur le bâtiment du consulat espagnol dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, le 22 mai 2024 (Photo, AFP).
Ci-dessus, les drapeaux espagnol et européen flottent sur le bâtiment du consulat espagnol dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, le 22 mai 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • L'Espagne est l'un des pays européens qui a le plus critiqué Israël à propos de la guerre à Gaza
  • «Quiconque décerne un prix au Hamas et tente d'établir un Etat terroriste palestinien ne sera pas en contact avec les Palestiniens»

JÉRUSALEM:Le ministère israélien des Affaires étrangères a ordonné lundi au consulat d'Espagne à Jérusalem de cesser ses services aux Palestiniens à partir du 1er juin, en riposte à la reconnaissance par Madrid de l'Etat de Palestine, selon un communiqué de la diplomatie israélienne.

A compter de cette date, le consulat d'Espagne à Jérusalem sera "autorisé à délivrer des services consulaires aux résidents de la circonscription consulaire de Jérusalem uniquement, et (ne sera) pas autorisé à (...) exercer une activité consulaire à l'égard des résidents de l'Autorité palestinienne", précise le communiqué.

Le ministre des Affaires étrangères, Israël Katz, a déclaré dans un communiqué distinct: "aujourd'hui, j'ai mis en oeuvre des mesures punitives préliminaires à l'encontre du consulat d'Espagne à Jérusalem, suite à la reconnaissance par le gouvernement espagnol d'un Etat palestinien".

"Nous ne tolérons pas que l'on porte atteinte à la souveraineté et à la sécurité d'Israël".

"Quiconque décerne un prix au Hamas et tente d'établir un Etat terroriste palestinien ne sera pas en contact avec les Palestiniens", a-t-il ajouté.

L'Espagne est l'un des pays européens qui a le plus critiqué Israël à propos de la guerre à Gaza.

La semaine dernière, l'Espagne, l'Irlande et la Norvège ont annoncé leur décision de reconnaître l'Etat de Palestine, à partir du 28 mai, s'attirant ainsi les foudres d'Israël.

Justice 

Dimanche, le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a justifié la décision de son gouvernement de reconnaître l'Etat de Palestine en expliquant qu'il s'agissait de rendre "justice" au peuple palestinien, mais également de "la meilleure garantie de sécurité pour Israël".

Josep Borrell, le chef de file de la diplomatie européenne, a accueilli à Bruxelles ce même dimanche le Premier ministre palestinien, Mohammed Mustafa, pour des discussions internationales sur le renforcement de l'Autorité palestinienne du président palestinien, Mahmoud Abbas.

Les discussions avaient pour horizon l'avenir de la bande de Gaza, après plus de sept mois de guerre entre l'armée israélienne et les mouvements armés palestiniens.

Une Autorité palestinienne "forte" est nécessaire pour instaurer la paix au Moyen-Orient, a déclaré M. Borrell juste avant d'entamer la réunion avec M. Mustafa.

Samedi, l'Espagne avait demandé de son côté à Israël de se conformer à l'ordre de la plus haute juridiction de l'ONU de cesser immédiatement ses bombardements et ses attaques terrestres sur la ville gazaouie de Rafah.

Saisie par l'Afrique du Sud, qui estime que l'assaut israélien contre la bande de Gaza constitue un "génocide", la Cour internationale de Justice (CIJ) a ordonné vendredi à Israël de "mettre immédiatement fin" à l'offensive terrestre et aérienne à Rafah.