Comment l’économie circulaire à faibles émissions de carbone favorise un avenir durable

L’économie circulaire à faibles émissions de carbone est un système en circuit fermé, conçu pour promouvoir la réutilisation de ressources qui auraient autrement été gaspillées ou jetées. Photo fournie
L’économie circulaire à faibles émissions de carbone est un système en circuit fermé, conçu pour promouvoir la réutilisation de ressources qui auraient autrement été gaspillées ou jetées. Photo fournie
Short Url
Publié le Vendredi 24 septembre 2021

Comment l’économie circulaire à faibles émissions de carbone favorise un avenir durable

  • L’économie circulaire à faibles émissions de carbone est un système en circuit fermé, conçu pour promouvoir la réutilisation de ressources qui auraient autrement été gaspillées ou jetées
  • La princesse Noura affirme qu’il est essentiel de se concentrer sur l’aide humanitaire dans les pays les plus vulnérables aux effets physiques du réchauffement climatique

DUBAÏ: Les inondations, les tempêtes et autres phénomènes météorologiques extrêmes ont augmenté en fréquence et en intensité dans de nombreuses régions du monde au cours des deux dernières décennies, notamment en raison du réchauffement climatique. Pour empêcher les températures de grimper, les scientifiques incitent les pays à réduire considérablement leurs émissions de carbone.

Au Moyen-Orient, les gouvernements ont accéléré les mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le cadre des préparatifs du sommet COP26 sur le climat qui devrait se tenir à Glasgow en novembre prochain, avec notamment l’adoption d’énergies renouvelables et de méthodes d’élimination du carbone dans l’atmosphère.

L’une des stratégies innovantes adoptées par l’Arabie saoudite est l’économie circulaire à faibles émissions de carbone, un système en circuit fermé, conçu pour promouvoir la réutilisation de ressources qui auraient autrement été gaspillées ou jetées.

La région du Moyen-Orient est particulièrement vulnérable aux effets du réchauffement climatique. Plusieurs de ses pays connaissent régulièrement des températures supérieures à 50°C, ce qui entraîne des sécheresses, la destruction des écosystèmes fragiles et la perte des moyens de subsistance, en particulier au sein des communautés agricoles pauvres.

En Irak, en Syrie et en Turquie, par exemple, des rivières autrefois puissantes commencent à s'assécher, détruisant les fragiles communautés de pêcheurs le long des rives du Tigre et de l'Euphrate et permettant au désert d’engloutir des terres autrefois considérées comme le grenier à blé de la région.

Les effets du changement climatique ont entraîné le déplacement massif des populations rurales et l’exacerbation des conflits – des tendances qui, selon les experts, ne feront que s’aggraver si des mesures immédiates et radicales ne sont pas prises à l’échelle mondiale.

«Ces événements n’ont pas été directement causés par le changement climatique mais ils seront exacerbés dans les décennies à venir si aucune mesure n’est prise», déclare la princesse saoudienne, Noura bent Turki al-Saoud, s’exprimant lors du 9e Forum mondial sur le développement durable qui s’est tenu virtuellement plus tôt ce mois-ci.

La princesse Noura est cofondatrice d’Aeon Strategy et membre du conseil consultatif de l’Initiative d’économie circulaire à faibles émissions de carbone de l’université des sciences et technologies du roi Abdallah.

charbon
La réduction de la dépendance mondiale à l’égard des combustibles fossiles est au cœur des stratégies internationales de prévention des changements climatiques catastrophiques. (AFP)

L’économie circulaire à faibles émissions de carbone est une stratégie énergétique qui préconise la réduction, la réutilisation et le recyclage des produits carbonés et leur élimination dans le but d’éradiquer les polluants nocifs qui se trouvent dans l’atmosphère.

Les ministres de l’Énergie du Groupe des vingt (G20) ont approuvé l’approche de l’économie circulaire de l’Arabie saoudite pour gérer les émissions de gaz à effet de serre l’année dernière lorsque le Royaume présidait le G20.

En partenariat avec Saudi Aramco, le Royaume a fait de l’efficacité énergétique et de la minimisation du torchage sur ses champs pétroliers des priorités absolues pour lutter contre le réchauffement climatique. Il a également réduit les combustibles fossiles, les substituant par des sources d’énergie à faible émission de carbone comme les énergies renouvelables, l’hydroélectricité, le nucléaire et la bioénergie.

Grâce à des technologies innovantes, le dioxyde de carbone (CO2) peut être capturé dans l’air et réutilisé pour des produits utiles, comme les carburants, la bioénergie, les produits chimiques, les matériaux de construction, les aliments et les boissons. Il peut également être transformé chimiquement en de nouveaux produits tels que les engrais et le ciment, ou même en d’autres formes d’énergie comme les carburants synthétiques.

Des technologies peuvent également être utilisées pour capturer et stocker le CO2 afin de réduire les émissions à grande échelle. Les pays peuvent aussi augmenter le processus de photosynthèse en plantant plus d’arbres – une stratégie qui est au cœur de l’Initiative verte du Royaume.

Bien que la nécessité de réduire les émissions de carbone pour mettre fin au réchauffement climatique soit désormais largement acceptée, la princesse Noura avertit que la réduction se produit actuellement à un rythme trop lent pour empêcher les températures mondiales de grimper de 1,5 à 2°C au-dessus des niveaux préindustriels.

«Malgré trois décennies d’efforts continus dans la diplomatie climatique et l’élaboration de politiques, il n’y a eu que très peu d’impact sur la réduction des émissions», déclare-t-elle lors du Forum mondial sur le développement durable. «Cinq ans après la signature de l’Accord de Paris, les concentrations de CO2 au niveau mondial continuent d’augmenter dans l’atmosphère, résultat des émissions mondiales ininterrompues.»

En réalité, vers la fin de 2020, les émissions de CO2 étaient supérieures de 2 % à celles de l’année précédente à la même époque. Aujourd’hui, les émissions mondiales de CO2 se rapprochent de plus en plus de leur pic d’avant la pandémie en raison d’une demande croissante de charbon, de pétrole et de gaz à mesure que la vie économique reprend.

economie
L’économie circulaire à faibles émissions de carbone est un système en circuit fermé adopté par l’Arabie saoudite pour promouvoir la réutilisation de ressources. (Fourni)

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime qu’en l’absence de nouveaux changements au niveau des politiques, la demande mondiale de pétrole pourrait atteindre 100,6 millions de barils par jour d’ici à la fin de 2021. «Cette tendance récente et historique met en évidence le défi de la réduction des émissions et de la décarbonisation du système énergétique mondial», indique la princesse Noura.

Dans un monde qui demeure fortement dépendant des combustibles fossiles – à la fois comme source d’énergie et, pour de nombreux pays, comme source de revenus – la princesse Noura affirme qu’il est essentiel d’intensifier les efforts d’adaptation et d’atténuation à l’échelle mondiale et de se concentrer sur l’aide humanitaire dans les pays les plus vulnérables aux effets physiques du réchauffement climatique.

Elle a exhorté les gouvernements à envisager l’adoption des voies inclusives et flexibles proposées par la plate-forme de l’économie circulaire à faibles émissions de carbone, qui regroupe toutes les options d’atténuation et de gestion du carbone dans un cadre unique.

«Cela permet aux nations de collaborer dans des domaines d’intérêt communs et de lutter collectivement contre les émissions de manière coordonnée», précise-t-elle.

alok sharma
Des mesures ambitieuses peuvent éviter les effets les plus dévastateurs du changement climatique, mais seulement si toutes les nations agissent ensemble, déclare Alok Sharma (en photo), président de la Conférence COP26 des nations unies sur les changements climatiques. (AFP)

«Le cadre de l’économie circulaire à faibles émissions de carbone met en valeur l’importance des technologies des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique améliorée, qui seront cruciales pour décarboniser notre système énergétique mais il souligne également l’importance des meilleures technologies de gestion du carbone.»

«Celles-ci éliminent le carbone déjà présent dans l’atmosphère ou provenant d’une source ponctuelle avant qu’il ne pénètre dans l’atmosphère, pour le stocker ou le recycler dans d’autres produits, ou l’utiliser directement à des fins spécifiques.»

La plate-forme en question met également l’accent sur les solutions basées sur la nature, qui nécessitent un écosystème complet pour l’innovation, le déploiement et la mise à l’échelle, soutenu par un engagement ferme de la part des gouvernements, ajoute la princesse Noura.

«Il est nécessaire d’appliquer les solutions à plus grande échelle et de stimuler l’innovation à un rythme plus rapide que celui du réchauffement climatique. Une grande partie des politiques, des réglementations et du soutien qui ont favorisé l’introduction des énergies renouvelables modernes sur le marché au cours des dernières décennies sont essentielles pour déployer aujourd’hui les technologies indispensables à la réduction des émissions de carbone.»

voiture
Un employé connecte une voiture électrique Volkswagen (VW) ID.3 à une station de chargement du constructeur automobile allemand Volkswagen, sur le site de production Gläserne Manufaktur de Dresde. (AFP)

Dans son dernier rapport publié en août de cette année, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat tire la sonnette d’alarme: sans une adoption généralisée des technologies de capture, d’utilisation et de stockage du carbone (CCUS), les objectifs climatiques mondiaux à long terme pourraient être impossibles à atteindre.

Selon l’AIE, les investissements annuels dans l'énergie non polluante à travers le monde devront plus que tripler d’ici à 2030 pour atteindre environ 4 000 milliards de dollars (1 dollar = 0,85 euro) afin de parvenir à des émissions nettes nulles d'ici à 2050.

«La technologie CCUS est l’une des rares pouvant décarboniser à la fois la production d’électricité et les industries lourdes, comme la production de ciment, d’acier et de produits chimiques avec des réductions d'émissions vérifiables», affirme l’AIE.

Bien que la communauté internationale discute de l’adoption de ces technologies depuis un moment, la mise en œuvre est lente.

«Tout retard supplémentaire dans la mise en œuvre de la technologie CCUS rendra encore plus difficile la réalisation des objectifs climatiques», confie Aqil Jamal, qui dirige la division de recherche sur la gestion du carbone au centre de recherche et de développement d’Aramco à Dhahran, lors du Forum mondial sur le développement durable.

palestiniens
Des Palestiniens travaillent à l’usine de production de charbon d’Al-Hattab, à l’est de la ville de Gaza, le 28 janvier 2021. Il s’agit du plus grand producteur de la bande de Gaza. (AFP)

Le problème est que les technologies CCUS sont plus facilement accessibles aux pays riches et que l’accès à l’énergie demeure un défi pour de nombreux pays en développement.

«Il y a une grande partie de la population mondiale qui n’a ni électricité ni combustibles de cuisson propres», explique Adam Sieminski, conseiller principal auprès du conseil d’administration du King Abdullah Petroleum Studies and Research Center.

«Nous devons trouver un moyen de le faire – proprement. L'idée fait son chemin sur le plan politique, ce qui signifie que la capacité à élaborer des politiques afin de mettre en place de véritables approches pragmatiques augmente.»

M. Sieminski poursuit: «Le cadre de l’économie circulaire à faibles émissions de carbone est pris très au sérieux en Arabie saoudite.»

«De nombreuses personnes semblent considérer l’ensemble du concept de gestion du carbone comme coûteux; il est important de le considérer comme une création de valeur et de comprendre que le carbone peut créer de la valeur dans l’économie mondiale.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La 100e porte de la Grande Mosquée portera le nom du roi Abdallah ben Abdelaziz

La 100e de la Grande Mosquée de La Mecque (sur la photo ci-dessus) portera le nom du feu roi Abdallah ben Abdelaziz d’Arabie saoudite (Capture d’écran).
La 100e de la Grande Mosquée de La Mecque (sur la photo ci-dessus) portera le nom du feu roi Abdallah ben Abdelaziz d’Arabie saoudite (Capture d’écran).
Short Url
  • Les rois saoudiens ont toujours veillé au bon entretien des deux Saintes Mosquées
  • La Grande Mosquée de La Mecque compte 210 portes

DJEDDAH: La 100e porte de la Grande Mosquée de La Mecque portera le nom du feu roi Abdallah ben Abdelaziz d’Arabie saoudite, a annoncé mercredi la Présidence générale des deux Saintes Mosquées.

Le chef de la Présidence, le cheikh Abdulrahman al-Sudais, a déclaré que cette désignation s’inscrivait dans le cadre des efforts déployés par le Royaume afin d’élargir les deux Saintes Mosquées et de fournir un service de qualité permettant aux pèlerins d’accomplir leurs rituels en toute simplicité.

Il a ensuite rappelé que les rois saoudiens avaient toujours veillé au bon entretien des deux Saintes Mosquées.

La Grande Mosquée de La Mecque compte 210 portes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


HRW: Les autorités iraniennes usent de la violence et tirent sur les manifestants

Une vidéo filmée par un utilisateur de Twitter et publiée le 6 octobre 2022 montre un monument en flammes sur la place Imam Khomeini, dans la ville iranienne de Nourabad. (CGU, AFP)
Une vidéo filmée par un utilisateur de Twitter et publiée le 6 octobre 2022 montre un monument en flammes sur la place Imam Khomeini, dans la ville iranienne de Nourabad. (CGU, AFP)
Short Url
  • Au moins quatre vidéos visionnées par le HRW montrent les forces de sécurité utilisant des fusils de chasse contre des foules de manifestants
  • Le HRW exige une pression internationale pour mettre fin à la violence exercée par le régime

LONDRES: De nouvelles preuves suggèrent que les forces de sécurité iraniennes continuent d’avoir recours à une force meurtrière contre des manifestants pacifiques à travers le pays, a averti l’Observatoire des droits de l’homme (HRW).

Grâce à des vidéos filmées par des manifestants et des reporters, ainsi qu’à des entretiens avec des témoins et des responsables de la sécurité, le HRW a découvert des preuves de l’utilisation d’une force excessive et meurtrière dans plus d’une douzaine de villes en Iran.

Des armes, dont des fusils de chasse et d’autres d’assaut, ont été déployées contre les manifestants lors de la réponse sécuritaire aux manifestations qui ont débuté le mois dernier à la suite de la mort de Mahsa Amini, 22 ans, tuée après avoir été arrêtée par la police des mœurs pour avoir porté le voile «de façon indécente», au lendemain du renforcement par le président Ebrahim Raïssi des lois relatives au hijab.

Selon Tara Sepehri Far, chercheuse sur l’Iran au HRW, «la réponse brutale des autorités iraniennes aux manifestations dans de nombreuses villes témoigne d’une action concertée du gouvernement pour écraser la dissidence avec un mépris cruel de la vie. Les tirs des forces de sécurité sur les manifestants ne font qu’alimenter la colère contre un gouvernement corrompu et autocratique.»

«Les Iraniens protestent parce qu’ils ne considèrent pas la mort de Mahsa Amini et la répression des autorités comme un événement isolé, mais plutôt comme le dernier exemple de la répression systématique du gouvernement contre son propre peuple.» 

«Nous nous étions rassemblés pour scander des slogans lorsque les forces de sécurité se sont approchées de nous, sur leurs motos», raconte au HRW une femme de 35 ans, originaire de la ville de Sanandaj.

«Nous avons couru en direction d’une ruelle, et les forces de sécurité nous suivaient. Elles se sont mises à lancer des gaz lacrymogènes et à tirer des balles. Un homme derrière nous a été touché à la jambe et est tombé. Les gens l’ont emmené dans une autre ruelle, puis à l’intérieur d’une maison. Il saignait sans cesse et sa blessure était très profonde.»

Au moins quatre vidéos visionnées par le HRW montrent les forces de sécurité utilisant des fusils de chasse contre des foules de manifestants.

«Les forces de sécurité se sont ruées sur un garçon de 13 ans qui se tenait au milieu de la foule», raconte un autre témoin.

«Il était si fragile et si petit qu’il n’a même pas résisté. Il était sur l’herbe, se protégeant la tête pendant qu’ils le battaient. J’ai crié «Laissez-le tranquille !» et j’ai marché dans leur direction. Elles ont ensuite tiré en l’air alors qu’elles traînaient le garçon dans la rue, et les gens se sont enfuis.»

«Pendant que je courais, je n’arrêtais pas de crier «C’est mon frère !», pensant que cela finirait par susciter leur pitié. J’ai vu un officier se retourner, s’asseoir, et pointer son arme sur moi. J’ai vu le feu de son arme. J’ai eu peur et je me suis enfui. En courant, j’éprouvais comme une sensation de brûlure. Quand je suis arrivé chez moi, je me suis rendu compte que j’avais été touché à la poitrine.»

Le HRW a dressé une liste de 47 personnes décédées lors des violences en raison du recours à la force meurtrière. Beaucoup d’entre elles ont été abattues.

Cependant, l’Observatoire a précisé que le nombre réel de morts était probablement beaucoup plus élevé que celui communiqué par les médias d’État iraniens. Fin septembre, la télévision d’État a indiqué que le nombre de morts s’élevait à environ 60.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Iran: la mère d'une adolescente accuse les autorités de l'avoir tuée lors d'une manifestation

Une femme regarde la photo de profil de l'adolescente iranienne Nika Shakrami, qui aurait été tuée récemment lors des manifestations en Iran suite à la mort en garde à vue de Mahsa Amini, 22 ans, jeudi. (AFP).
Une femme regarde la photo de profil de l'adolescente iranienne Nika Shakrami, qui aurait été tuée récemment lors des manifestations en Iran suite à la mort en garde à vue de Mahsa Amini, 22 ans, jeudi. (AFP).
Short Url
  • Nasrin Shahkarami a également accusé les autorités de l'avoir menacée via ses proches pour l'obliger à faire de faux aveux sur la mort de Nika, 16 ans, disparue le 20 septembre après s'être rendue à une manifestation à Téhéran
  • La répression des manifestations a causé la mort de dizaines de personnes, selon des groupes de défense des droits humains

PARIS : La mère d'une adolescente iranienne décédée après avoir participé aux manifestations contre la mort de Mahsa Amini a accusé les autorités de l'avoir tuée, dans une vidéo diffusée jeudi par des médias en persan basés à l'étranger.

Nasrin Shahkarami a également accusé les autorités de l'avoir menacée via ses proches pour l'obliger à faire de faux aveux sur la mort de Nika, 16 ans, disparue le 20 septembre après s'être rendue à une manifestation à Téhéran.

L'Iran est le théâtre de manifestations depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une jeune Kurde iranienne de 22 ans, après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs qui lui reprochait d'avoir enfreint le strict code vestimentaire en vigueur.

La répression des manifestations a causé la mort de dizaines de personnes, selon des groupes de défense des droits humains.

Après avoir récupéré son corps, la famille de Nika avait prévu de l'enterrer dans sa ville de Korramabad (ouest) lundi au lendemain de son 17e anniversaire, a indiqué sa tante Atash Shahkarami sur les réseaux sociaux.

Mais selon des médias en langue persane basés à l'étranger, la famille n'a pas été autorisée à l'enterrer dans sa ville, et son oncle et sa tante ont été arrêtés.

Aveux forcés

Plus tard, dans une apparition télévisée, Atash Shahkarami a déclaré que sa nièce avait été "jetée" du haut d'un bâtiment de plusieurs étages.

Néanmoins, selon la mère de Nika qui s'est exprimée jeudi dans une vidéo publiée par Radio Farda, média en persan financé par les Etats-Unis et basé à Prague, "ils l'ont forcée à faire ces aveux et les ont diffusés".

"Nous nous attendions à ce qu'ils disent n'importe quoi pour se dédouaner... et ils se sont en fait incriminés", a déclaré Nasrin Shahkarami.

"Je n'ai pas besoin de me donner du mal pour prouver qu'ils mentent... ma fille a été tuée dans les manifestations le jour où elle a disparu."

"Le rapport de médecine légale indique la même chose, elle a été tuée ce jour-là, à cause d'un traumatisme crânien dû à des impacts contondants répétés", a encore dit la mère de Nika.

"J'ai vu le corps de ma fille moi-même... L'arrière de sa tête montrait qu'elle avait subi un coup très violent, son crâne était enfoncé. C'est comme ça qu'elle a été tuée."

L'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, a tenu pour responsables les autorités iraniennes, appelant à une enquête indépendante sous l'égide des Nations unies.

"Les éléments convergent vers l'implication du gouvernement dans la mort de Nika Shahkarami, à moins que le contraire ne soit prouvé par une mission d'enquête indépendante", a affirmé le directeur de l'ONG Mahmood Amiry-Moghaddam.