De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?

L'écrivain algérien Boualem Sansal. (Photo, Liberté/DR)
L'écrivain algérien Boualem Sansal. (Photo, Liberté/DR)
Short Url
Publié le Samedi 25 septembre 2021

De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?

  • «Dans cette Algérie qui torture son peuple et ses artistes, on ne donnerait pas mon nom à un galet ramassé dans l’oued»
  • «Beaucoup croyaient que l’Algérie avait fait la guerre à la France coloniale pour l’indépendance, la liberté, la justice, la dignité, la culture, la prospérité, la sécurité, la littérature pour tous, le bonheur quoi»

La littérature est aussi une grande école de l’évasion carcérale. La liberté est un poème, elle se vit en plein air.”

À une jeune journaliste française qui lui demandait s’il était aussi célèbre en Algérie qu’il l’était dans le vaste monde, Kateb Yacine, qui ne ratait jamais l’occasion de tout mélanger pour clarifier les choses, lui aurait répondu : “Oui c’est sûr je suis très connu au bled, mais les uns pensent que je suis un boxeur et les autres pensent que je suis un footballeur.” 

Les moins de vingt ans ne le savent pas, parce que personne ne le leur a dit, mais en ces années coloniales d’avant 62, la boxe et le football étaient les seules voies pour les jeunes Algériens dégourdis et ambitieux de se faire une petite place dans la vie. 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Russie effrayée... Russie épouvantable

La Russie est une puissance nucléaire et un membre permanent du Conseil de sécurité (Photo, AFP).
La Russie est une puissance nucléaire et un membre permanent du Conseil de sécurité (Photo, AFP).
Short Url
  • Les Européens, emmenés par le président Emmanuel Macron, sont conscients du danger d'humiliation de la Russie en Ukraine
  • En même temps, ils comprennent le risque d'admettre que la force a le droit de modifier les cartes et de manipuler les frontières internationales reconnues

Un diplomate m'a demandé si je voyais des similitudes entre l'invasion russe de l'Ukraine et l'invasion irakienne du Koweït. J'ai été surpris et j'ai répondu que les deux événements se déroulaient dans un monde et une région différents. La Russie n'est pas l'Irak. Vladimir Poutine n'est pas le même que Saddam Hussein. Le mécanisme de prise de décision dans le Moscou d'aujourd'hui est différent de celui du Bagdad de Saddam.

De plus, la Russie est un État nucléaire et un membre permanent du Conseil de sécurité. Il est vrai, cependant, que l'invasion irakienne a menacé une denrée vitale pour le monde, qui est le pétrole, tandis que la guerre russe en Ukraine menace deux denrées vitales, à savoir la nourriture et l'énergie.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


«Le Ziryab des Virtuoses» 2022 attribué à l’artiste émirati Ali Obaid

Le luthiste émirati Ali Obaid a été l’un des premiers lauréats de la Maison du luth arabe à Abou Dhabi, où il a étudié auprès de grands maîtres comme le célèbre Nasser Shamma (Photo, Le Matin).
Le luthiste émirati Ali Obaid a été l’un des premiers lauréats de la Maison du luth arabe à Abou Dhabi, où il a étudié auprès de grands maîtres comme le célèbre Nasser Shamma (Photo, Le Matin).
Short Url
  • Le Prix «Ziryab des Virtuoses» a été créé par feu l’artiste Hassan Mégri
  • Ce trophée est octroyé par le Comité national de la musique en collaboration avec le ministère de la Jeunesse, de la culture

Le Festival international du luth de Tétouan souffle cette année sa 23e édition, du 20 au 22 mai, avec une programmation très recherchée par la directrice artistique du festival, la Soprano Samira Kadiri. Pendant trois jours, la Colombe blanche vivra aux rythmes de plusieurs sonorités du luth, venant de divers pays, avec comme invitée d’honneur l’Arabie saoudite qui sera représentée par le Dr Ibrahim Dakhil et plusieurs autres luthistes.

Placé sous le Haut Patronage de S.M. le Roi Mohammed VI, cet événement, organisé par le ministère de la Jeunesse, de la culture et de la communication, en partenariat avec la province de Tétouan et la Commune urbaine de la ville, est devenu un rendez-vous incontournable dans la cartographie des festivals les plus importants au Maroc. Il a acquis ses lettres de noblesse grâce au travail professionnel et aux efforts assidus de l’équipe organisatrice, dont l’artiste Samira Kadiri qui ne ménage aucun effort pour offrir, chaque année, aux passionnés de cet instrument un menu exceptionnel et original. «Effectivement, l’objectif de cette manifestation artistique et culturelle est d’apporter de la nouveauté et de la spécificité, à travers des musiciens virtuoses du Maroc et d’autres pays du monde. Notre ouverture sur l’extérieur permet à notre fidèle public de Tétouan et à nos artistes de prendre connaissance des expériences qui se font ailleurs.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Festival de l’amandier à Sfax du 20 au 22 mai: le temps des amandiers en fleurs

L’amandier, il faut le savoir, est l’arbre symbolique de Sfax avec 30% de la production nationale—qui lui consacre 87.000 hectares, et détient incontestablement la première place dans le domaine de la pâtisserie tunisienne à base d’amande (Photo, AFP).
L’amandier, il faut le savoir, est l’arbre symbolique de Sfax avec 30% de la production nationale—qui lui consacre 87.000 hectares, et détient incontestablement la première place dans le domaine de la pâtisserie tunisienne à base d’amande (Photo, AFP).
Short Url
  • Sous l’impulsion de Radhia Kamoun qui, en ce moment, est sur tous les fronts, le Festival de l’amandier annonce sa deuxième session
  • Du 20 au 22 mai prochain, à Sfax, sa capitale incontestée, sera célébré le Festival de l’amandier

L’amandier, il faut le savoir, est l’arbre symbolique de Sfax—avec 30% de la production nationale—qui lui consacre 87.000 hectares, et détient incontestablement la première place dans le domaine de la pâtisserie tunisienne à base d’amande.

Nous avons eu la saison des grenades, le mariage du palmier, l’année de l’olivier. Aujourd’hui, nous célébrons le Festival de l’amandier. Aristocratique et discret, assurant sa seconde place incontestée dans le monde de l’arboriculture, se manifestant avec grâce le temps d’une rapide floraison, l’amandier est un arbre—et l’amande un fruit—auxquels il fallait savoir rendre hommage.

Sous l’impulsion de Radhia Kamoun qui, en ce moment, est sur tous les fronts, le Festival de l’amandier annonce sa deuxième session.

Du 20 au 22 mai prochain, à Sfax, sa capitale incontestée, sera célébré le Festival de l’amandier.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, renvoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.