«Broadway est de retour»: après 18 mois de Covid, les théâtres new-yorkais s'offrent leurs récompenses

Leslie Odom Jr et Nicolette Robinson sur scène lors de la 74e cérémonie annuelle des Tony Awards, le 26 septembre 2021 à New York (Photo, AFP)
Leslie Odom Jr et Nicolette Robinson sur scène lors de la 74e cérémonie annuelle des Tony Awards, le 26 septembre 2021 à New York (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 27 septembre 2021

«Broadway est de retour»: après 18 mois de Covid, les théâtres new-yorkais s'offrent leurs récompenses

Leslie Odom Jr et Nicolette Robinson sur scène lors de la 74e cérémonie annuelle des Tony Awards, le 26 septembre 2021 à New York (Photo, AFP)
  • «Chacun ici est vacciné et testé et chacun porte un masque. Chaque théâtre de Broadway va ressembler à ça pour un petit moment, et tout ira bien», a lancé d'entrée l'acteur et chanteur américain Leslie Odom Jr
  • C'est la comédie musicale «Moulin Rouge ! The Musical» qui a écrasé le plateau avec dix récompenses

NEW YORK: « Broadway est de retour ! »: après 18 mois de silence imposés par la pandémie, les théâtres new-yorkais rallument leurs scènes et se sont offert dimanche soir leur plus beau spectacle avec leurs récompenses annuelles, les Tony Awards, et un triomphe pour la comédie musicale « Moulin Rouge ! ».  

« Chacun ici est vacciné et testé et chacun porte un masque. Chaque théâtre de Broadway va ressembler à ça pour un petit moment, et tout ira bien », a lancé d'entrée l'acteur et chanteur américain Leslie Odom Jr, hôte d'une soirée haute en couleurs et en chansons dans le splendide Winter Garden Theatre de Broadway, en plein centre de Manhattan. Avec smoking et robe de soirée de rigueur.  

Retransmise par le réseau national CBS, la cérémonie des Tony Awards 2021 a récompensé les oeuvres de la saison 2019-2020 brutalement interrompue, en mars de l'an dernier, par l'épidémie de Covid-19 qui a particulièrement meurtri New York.  

C'est la comédie musicale « Moulin Rouge ! The Musical » qui a écrasé le plateau avec dix récompenses - presque un record - dont la meilleure musique et le meilleur acteur dans une comédie musicale pour Aaron Tveit. Il s'agit de l'adaptation sur scène du film à succès de 2001 « Moulin Rouge ! » de Baz Luhrmann avec Nicole Kidman et Ewan McGregor.  

Le Tony de la meilleure pièce de théâtre est allé à « The Inheritance », adaptation du roman de 1910 du Britannique Edward Morgan Forster, « Howards End », qui dépeint les relations sociales dans l'Angleterre du début du XXe siècle. La pièce se déroule dans le New York d'aujourd'hui. Son metteur en scène Stephen Daldry a également raflé une récompense, sur les quatre obtenues par son oeuvre.  

La chanteuse, comédienne et danseuse Adrienne Warren, qui a remporté le Tony de la meilleure actrice dans une comédie musicale pour son portrait de la chanteuse Tina Turner dans « Tina » a donné sur scène un aperçu de son talent.  

« Hamilton », « Le Roi Lion », « Chicago »: les comédies musicales les plus célèbres jouées à Broadway font leur grand retour depuis le 14 septembre sur l'une des avenues les plus célèbres de la planète, au coeur de la capitale économique et culturelle des Etats-Unis.  

« Broadway est de retour. C'est indispensable. Et Broadway sera encore meilleur », a promis la comédienne Audra McDonald, qui remporta les années précédentes pas moins de six récompenses.  


Tamara al-Gabbani, star saoudienne du style, explique comment se démarquer à la Fashion Week de Paris

Tamara al-Gabbani en YSL à la Fashion Week de Paris. (Fourni)
Tamara al-Gabbani en YSL à la Fashion Week de Paris. (Fourni)
Short Url
  • L'influenceuse a collaboré avec la marque Net-à-Porter pour de nombreux looks pendant la saison de la Fashion Week
  • Tamara al-Gabbani a concocté plusieurs tenues avant-gardistes avec l'aide de la styliste Wafa Nasser

DUBAΪ: La créatrice et influenceuse de mode saoudienne Tamara al-Gabbani est de retour de son voyage «trépidant et exaltant» à la Fashion Week de Paris, et c'était une expérience mémorable, déclare-t-elle à Arab News.

«C'est un peu comme l’impression que vous avez après avoir fait du CrossFit pendant dix jours et que vous ne sentez plus vos jambes», précise-t-elle.

PFW
Tamara Al-Gabbani à la Fashion Week de Paris. (Fourni)

 

Elle attribue en partie l’intensité du voyage au fait que sa styliste et son assistante ont manqué le voyage pour diverses raisons.

«La principale difficulté était que je n'avais pas ma styliste et mon assistante avec moi. Le déballage à lui seul m'a pris six heures. Le deuxième défi était que nous n'avions pas prévu que le temps serait froid et pluvieux. Nous n'étions pas vraiment préparés à cela», ajoute-t-elle.

PFW
Tamara Al-Gabbani en Saint Laurent à Paris. (Fourni)

S'en est suivi un intense exercice de shopping à Paris, alors que la styliste Wafa Nasser passait en revue tous les choix de Tamara al-Gabbani au téléphone.

«Elle était au téléphone avec moi tout le temps et nous choisissions toutes les bottes et tout ce dont nous avions besoin en raison du changement des conditions météorologiques. Nous avons recréé des looks pendant que j'étais à Paris et que je faisais du shopping juste avant le tournage, qui avait lieu quelques heures plus tard, et nous avons dû faire tout cela à la dernière minute par téléphone», explique Mme Al-Gabbani.

Mais avant même d'arriver à Paris, Tamara al-Gabbani avait du pain sur la planche. Derrière les paillettes et le glamour de la vie d'un influenceur se cache un travail d'équipe constant, une attention rigoureuse aux détails et beaucoup de préparation.

«Ma styliste et moi avons commencé notre préparation trois semaines à l'avance. Mais comme elle était à Riyad et moi à Dubaï, puis à la Fashion Week de New York, nous avons dû travailler virtuellement pour mettre au point tous mes looks. Nous avons travaillé en ligne pendant cinq jours d'affilée pour décider de toutes les tenues. Et cette fois-ci, nous avons collaboré avec la marque Net-a-Porter pour la plupart d’entre elles», souligne-t-elle.

Parmi les tenues portées durant son voyage à Paris, les préférées de Tamara al-Gabbani sont de la marque Saint Laurent et Coperni. L'ensemble Coperni combinait un blazer en cady jaune torsadé avec une jupe en crochet vert menthe, le tout parfaitement associé à des talons Barbie roses Bottega Veneta.

Le look Saint Laurent présentait une silhouette plus masculine avec une robe blazer cintrée à simple boutonnage en jean. Tamara al-Gabbani l'a associée à des cuissardes blanches et de gros anneaux dorés.

Tamara a déclaré que parmi les différents défilés auxquels elle a assisté, ceux des marques Monot et Etam s’étaient démarqués.

«Et cette fois, j'ai vraiment eu le temps de manger. Je sais que cela peut paraître bizarre, mais c'est la première semaine de la mode où je suis allée déjeuner», précise-t-elle.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le Festival du film d’Alexandrie rend hommage aux artistes disparus

Une publication sur les cent films comiques les plus importants d’Égypte figurait parmi les nombreux livres parus en marge du festival. (Photo fournie).
Une publication sur les cent films comiques les plus importants d’Égypte figurait parmi les nombreux livres parus en marge du festival. (Photo fournie).
Short Url
  • Les critiques ont souligné l’absence de tout film de Mohamed Sobhi, l’une des plus grandes figures de la comédie en Égypte
  • Adel Imam est en tête du sondage en tant que meilleur acteur, Shouweikar en tant que meilleure actrice, Fatine Abdel Wahab en tant que meilleur réalisateur et Abu al-Saoud al-Ibiari en tant que meilleur auteur

LE CAIRE: La trente-huitième édition du Festival international du film d’Alexandrie pour les pays méditerranéens a été inaugurée à la Bibliotheca Alexandrina. Elle porte le nom de la vedette Mahmoud Hemida.

La direction du festival a rendu hommage aux stars égyptiennes décédées en 2022 en diffusant une vidéo lors de la cérémonie d’ouverture.

Parmi les noms célèbres figurent Hesham Selim, Maha Abou Ouf, Samir Ghanem, Dalal Abdel Aziz, Ahdi Sadiq, Ali Abdel Khalek, Ahmed Halawa et Aïda Abdel Aziz.

Le critique de cinéma Amir Abaza, qui joue un rôle de premier plan dans l’organisation de l’événement, déclare à Arab News: «Le festival porte le nom de la star Mahmoud Hemida, une figure centrale du cinéma qui compte, à son actif, un grand nombre d’œuvres importantes.»

M. Hemida a également réinvesti ses bénéfices dans le cinéma, tout en participant à la production d’un certain nombre de films sans rechercher de profit, ajoute M. Abaza.

Le festival a rendu hommage à un certain nombre de stars, comme le réalisateur Mohamed Abdelaziz, l’actrice Donia Samir Ghanem, le réalisateur Saeed Hamed et le producteur Wajih el-Leithi.

Par ailleurs, l’animateur radio Imam Omar a reçu la médaille du roi de la comédie qui avait été décernée à feu Samir Ghanem et Dalal Abdel Aziz.

Le festival a également rendu hommage à la star grecque Alkistis Protopsalti, à l’artiste française Marianne Borgo et à la vedette arméno-égyptienne Nora Armani.

Un film intitulé Barsoum Looking for a Job, produit en 1923 et réalisé par Mohamed Bayoumi, a été projeté à la fin de la cérémonie.

Une publication sur les cent films comiques les plus importants d’Égypte figurait parmi les nombreux livres parus en marge du festival.

Cependant, l’inclusion de films non comiques comme Entre ciel et terre de Salah Abou Seif a créé une certaine controverse et certains ont remis en question le manque de films comiques de haut niveau comme Al-Kit Kat de Daoud Abdel Sayed et Umm Ratiba, réalisé par Alsayed Badir.

Les critiques ont également souligné l’absence de tout film de Mohammed Sobhi, l’une des plus grandes figures de la comédie en Égypte.

Adel Imam est en tête du sondage en tant que meilleur acteur, Shouweikar en tant que meilleure actrice, Fatine Abdel Wahab en tant que meilleur réalisateur et Abu al-Saoud al-Ibiari en tant que meilleur auteur. Trente-deux critiques de cinéma et chercheurs ont participé au sondage.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Immersion américaine à la Villa Albertine pour les lauréats arabes du prix Recanati-Kaplan

Short Url
  • Une résidence de 2 mois dans une ville américaine sera proposée au lauréat qui se verra également offrir une bourse de 15 000 dollars
  • Présente dans 10 villes aux États-Unis, la Villa Albertine renouvelle le concept de résidence d'artistes : ce n’est plus aux résidents de s’adapter à la Villa, c’est désormais à la Villa de s’adapter aux résidents

PARIS: La Fondation Recanati-Kaplan et la Villa Albertine, en partenariat avec l’Institut du monde arabe, lancent un nouveau prix pour soutenir les échanges artistiques et intellectuels entre les Etats-Unis, la France et le monde arabe. Le Prix Recanati-Kaplan récompensera un créateur, un professionnel de la culture ou un chercheur du monde arabe pour la qualité de son parcours et d’un projet de résidence aux Etats-Unis. Ce projet devra nécessairement être en prise avec un grand enjeu contemporain qui traverse les sociétés américaine et arabe.

Une résidence de 2 mois dans une ville américaine sera proposée au lauréat qui se verra également offrir une bourse de 15 000 dollars. 

L’appel est ouvert jusqu’au 30 novembre 2022, à 23h59 heure française.