La Corée du Nord annonce avoir testé un missile hypersonique

Cette photo prise le 28 septembre 2021 et publiée par l'agence de presse centrale coréenne officielle de Corée du Nord (KCNA) le 29 septembre montre l'Académie des sciences de la défense de la RPDC en train de tirer un missile hypersonique Hwasong-8 nouvellement développé par elle à Toyang-ri , comté de Ryongrim de la province de Jagang, Corée du Nord. (Photo, AFP)
Cette photo prise le 28 septembre 2021 et publiée par l'agence de presse centrale coréenne officielle de Corée du Nord (KCNA) le 29 septembre montre l'Académie des sciences de la défense de la RPDC en train de tirer un missile hypersonique Hwasong-8 nouvellement développé par elle à Toyang-ri , comté de Ryongrim de la province de Jagang, Corée du Nord. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 29 septembre 2021

La Corée du Nord annonce avoir testé un missile hypersonique

  • L'essai, réalisé depuis la province de Jagang, dans le nord du pays, a «confirmé le contrôle de la navigation et la stabilité du missile»
  • Le lancement du missile, identifié comme le Hwasong-8, a été supervisé par un membre haut placé de l'appareil d'Etat, selon le communiqué qui ne fait pas mention du dirigeant Kim Jong Un

SEOUL : La Corée du Nord a testé avec succès mardi un missile planeur hypersonique, a annoncé mercredi l'agence officielle KCNA, qui a présenté cet essai comme une avancée technologique majeure.

La réussite de cet essai revêt "une grande importance stratégique" au moment où Pyongyang cherche à "multiplier par mille" ses capacités de défense, a affirmé KCNA.

Les missiles hypersoniques sont beaucoup plus rapides que les missiles balistiques ou de croisière classiques. Ils sont aussi beaucoup plus difficiles à détecter et à intercepter par les systèmes de défense antimissile, pour lesquels les Etats-Unis dépensent des milliards de dollars.

«Multiplier par mille»

L'essai, réalisé depuis la province de Jagang, dans le nord du pays, a "confirmé le contrôle de la navigation et la stabilité du missile" de même que "la manoeuvrabilité de son système de guidage et les caractéristiques de vol plané de l'ogive hypersonique détachée", a encore affirmé KCNA.

"Les résultats des tests ont prouvé que toutes les spécifications techniques étaient conformes aux exigences de conception", ajoute le communiqué.

Le lancement du missile, identifié comme le Hwasong-8, a été supervisé par un membre haut placé de l'appareil d'Etat nord-coréen, Pak Jong Chon, selon le communiqué qui ne fait pas mention du dirigeant Kim Jong Un.

Le journal officiel Rodong Sinmun a publié une photo de l'engin, muni d'un ensemble d'ailettes de guidage, s'élevant dans le ciel du matin.

L'armée sud-coréenne avait annoncé le lancement d'un projectile par le Nord peu après l'avoir détecté mardi matin. Mais contrairement à son habitude, elle n'a pas dévoilé officiellement l'altitude maximale atteint par le missile ni la distance parcourue, des informations que Séoul rend généralement publiques dans l'heure.

Selon des médias sud-coréens, le projectile lancé mardi par la Corée du Nord avait "des catactéristiques de vol différentes" des précédents. Le président sud-coréen Moon Jae-In a demandé une "analyse exhaustive" de l'événement.

Pyongyang avait déjà procédé à plusieurs autres tirs de missiles ce mois-ci, l'un impliquant des missiles de croisière à longue portée et un autre, selon l'armée sud-coréenne, des missiles balistiques à courte portée.

Le Nord fait l'objet de multiples sanctions internationales en raison de ses programmes d'armement nucléaire et de missiles balistiques interdits, et a déclaré au début du mois avoir testé un missile de croisière à longue portée.

«Tâche prioritaire»

Le développement du missile hypersonique est l'une des cinq tâches "prioritaires" du plan quinquennal pour les armes stratégiques, selon KCNA.

Ce plan présenté en janvier par Kim Jong Un, qui a érigé à cette occasion les Etats-Unis en "ennemi principal", prévoit aussi le développement d'un sous-marin à propulsion nucléaire et des missiles balistiques intercontinentaux.

Selon Lim Eul-chul, professeur à l'Institut d'études de l'Extrême-orient, Pyongyang utilise le développement de son armement "comme un moyen de créer un espace pour des manoeuvres diplomatiques et aussi pour renforcer sa posture militaire".

Le chercheur s'attend à d'autres tirs dans l'avenir: "d'une certaine manière, le comportement récent du Nord est très prévisible, ils avaient annoncé des actions militaires et les exécutent maintenant étape par étape".

Les deux Corées renforcent leurs capacités militaires dans ce qui pourrait devenir une course aux armements sur la péninsule divisée. 

Séoul consacre également des milliards de dollars au développement militaire et a réussi ce mois-ci le premier tir d'essai d'un missile balistique lancé par sous-marin (SLBM), ce qui en fait l'une des rares nations à disposer de cette technologie avancée. Mardi, elle a organisé une cérémonie pour le lancement de son troisième sous-marin SLBM.

Washington et Séoul sont liés par un traité de sécurité, et les États-Unis stationnent environ 28 500 soldats dans le Sud pour le protéger de son voisin.

Pyongyang est actuellement plus que jamais isolé depuis la fermeture de ses frontières en début d'année dernière pour empêcher la propagation du coronavirus.

Ses pourparlers avec les Etats-Unis sont dans l'impasse depuis l'échec du sommet de 2019 à Hanoï entre Kim Jong Un et le président américain de l'époque Donald Trump.

Depuis l'arrivée de Kim Jong Un à la tête du pays, les programmes d'armement ont progressé, mais Pyongyang n'a procédé à aucun essai nucléaire ou tir de missile balistique intercontinental depuis 2017.

L'administration Biden, qui a condamné le lancement de mardi comme une violation des sanctions et une menace pour la communauté internationale, a déclaré à plusieurs reprises qu'elle était disposée à rencontrer des responsables nord-coréens partout, à tout moment et sans conditions préalables, dans le cadre de ses efforts de dénucléarisation.

Mais le Nord n'a montré aucune volonté de renoncer à son arsenal, dont il dit avoir besoin pour se défendre en cas d'invasion américaine.


Le Forum de Davos en présentiel du 22 au 26 mai

Le fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, Klaus Schwab (à gauche), s'adresse au chancelier allemand Olaf Scholz, avant le discours du chancelier pour l'Agenda 2022 de Davos, à la chancellerie de Berlin, en Allemagne, le 19 janvier 2022.(AFP)
Le fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, Klaus Schwab (à gauche), s'adresse au chancelier allemand Olaf Scholz, avant le discours du chancelier pour l'Agenda 2022 de Davos, à la chancellerie de Berlin, en Allemagne, le 19 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • Le Forum reviendra pour la première fois depuis deux ans dans cette station de ski où les grands décideurs du monde l'économie, de la politique et de la diplomatie ont l'habitude de se rencontrer
  • La propagation foudroyante du variant Omicron a de nouveau forcé les organisateurs à déplacer à nouveau l'édition qui devait se tenir cette semaine à Davos

GENEVE: Le Forum économique mondial (WEF) se tiendra en présentiel dans la station de ski chic de Davos en Suisse du 22 au 26 mai, annoncent vendredi ses organisateurs, alors que des réunions en ligne se sont tenues cette semaine.  

Le Forum reviendra pour la première fois depuis deux ans dans cette station de ski où les grands décideurs du monde l'économie, de la politique et de la diplomatie ont l'habitude de se rencontrer, précisent les organisateurs qui ont dû repousser l'événement face à la propagation rapide du variant Omicron.

Le thème choisi pour cette édition est "Travailler ensemble, Restaurer la confiance", précisent les organisateurs dans le communiqué, avec au programme des discussions notamment sur la reprise après la pandémie, le changement climatique, l'évolution du travail ou les changements technologiques avec la quatrième révolution industrielle.

"Après toutes les réunions virtuelles qui se sont tenues au cours des deux dernières années, les leaders de la politique, des affaires et de la société civiles doivent enfin se réunir à nouveau en personne", a déclaré Klaus Schwab, son fondateur et président exécutif, cité dans le communiqué, pour "relever les multiples défis auxquels nous faisons face", a-t-il ajouté. 

Depuis le début de la pandémie, toutes les rencontres prévues pour cette événement ont été repoussées compte tenu des restrictions sanitaires et de voyages qui ont compliqué l'organisation de grands événements. 

L'an passé, les organisateurs avaient d'abord reporté l'événement au mois de mai, le déplaçant au Bürgenstock, non loin de Lucerne, en Suisse centrale, avant de décider de la repousser au mois d'août à Singapour avant que la rencontre ne soit simplement annulée.

La propagation foudroyante du variant Omicron a de nouveau forcé les organisateurs à déplacer à nouveau l'édition qui devait se tenir cette semaine à Davos. Ils ont cependant mis en place une série de sessions virtuelles avec pour ambition de faire le point sur l'état du monde.  

 


Chine: un A330 victime d'une « panne de moteur présumée » en vol

Un Airbus A330 de China Eastern Airlines atterrit à l'aéroport de Londres Heathrow, dans l'ouest de Londres, le 14 février 2021.(AFP)
Un Airbus A330 de China Eastern Airlines atterrit à l'aéroport de Londres Heathrow, dans l'ouest de Londres, le 14 février 2021.(AFP)
Short Url
  • Des internautes avaient fait part de l'incident sur Weibo dès jeudi après-midi
  • D'après l'application VariFlight, spécialisée dans le suivi de vols, l'appareil concerné est un A330 vieux de 10 ans

PEKIN : Un appareil Airbus A330 a subi jeudi une "panne de moteur présumée" lors d'un vol intérieur en Chine, mais s'est posé sans encombre à son aéroport de destination, a indiqué la compagnie locale, Sichuan Airlines.

Le transporteur n'a pas précisé la gravité de l'incident qui a affecté le biréacteur du constructeur européen. L'appareil s'est posé sans encombre à sa destination.

"Le vol 3U8884 entre Pékin et Chengdu (B6535/A330) a reçu un message de panne de moteur présumée pendant le vol", a annoncé Sichuan Airlines dans un communiqué publié jeudi soir sur le réseau social Weibo.

"L'équipage a immédiatement lancé une procédure d'urgence" et "le vol a pu se poursuivre sans heurt, atterrissant en toute sécurité à l'aéroport international de Chengdu" (sud-ouest), a-t-elle indiqué.

Airbus a de son côté indiqué avoir été informé de l'"incident" et qu'il "apportera tout le soutien nécessaire à la compagnie aérienne".

Des internautes avaient fait part de l'incident sur Weibo dès jeudi après-midi.

Sans confirmer explicitement la panne d'un moteur, Sichuan Airlines a indiqué dans son communiqué que "les pannes monomoteur font partie du programme de formation quotidienne des pilotes à la gestion des situations particulières".

D'après l'application VariFlight, spécialisée dans le suivi de vols, l'appareil concerné est un A330 vieux de 10 ans.

Selon les sites Airfleets.net et Planespotters.net, l'avion de Sichuan Airlines est équipé de deux moteurs Rolls-Royce.


Les îles Tonga font face à une immense pénurie d'eau potable

Cette image satellite distribuée par 2022 Planet Labs PBC montre une photo de la ville de Kanokupolu sur l'île de Tongatapu, l'île principale des Tonga, le 14 janvier 2022, un jour avant l'éruption de Hunga-Tonga-Hunga-Ha'apai à proximité volcan qui a dévasté de nombreuses îles voisines et provoqué un tsunami dans l'océan Pacifique. (AFP)
Cette image satellite distribuée par 2022 Planet Labs PBC montre une photo de la ville de Kanokupolu sur l'île de Tongatapu, l'île principale des Tonga, le 14 janvier 2022, un jour avant l'éruption de Hunga-Tonga-Hunga-Ha'apai à proximité volcan qui a dévasté de nombreuses îles voisines et provoqué un tsunami dans l'océan Pacifique. (AFP)
Short Url
  • Le 15 janvier, l'éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha'apai, qui a provoqué un tsunami, a coupé cette petite nation du Pacifique du reste de la planète
  • Les opérations de secours ont véritablement commencé jeudi après que la principale piste d'atterrissage de l'archipel a finalement été débarrassée de l'épaisse couche de cendres qui la recouvrait

SIDNEY : Les îles Tonga faisaient face vendredi à une immense pénurie d'eau potable, près d'une semaine après l'éruption du volcan dans l'archipel, dont l'effet a été comparé à l'explosion d'une "bombe atomique" par un responsable des secours.

Sur Tongatapu, l'île principale de Tonga, "nous avons senti une grande... c'était comme une bombe atomique", a témoigné par téléphone à l'AFP Sione Taumoefolau, secrétaire général de la Croix-Rouge de Tonga. 

"Toute l'île a tremblé en raison du vacarme (causé) par l'éruption". 

Le 15 janvier, l'éruption du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha'apai, qui a provoqué un tsunami, a coupé cette petite nation du Pacifique du reste de la planète après la rupture du câble de communications reliant l'archipel au réseau internet. 

La situation demeure difficile, en raison du manque d'aide humanitaire et de la titanesque opération de nettoyage des cendres auxquels les habitants doivent désormais s'atteler. 

"Le pire, pour nous, ce sont les cendres. Tout est recouvert par les cendres du volcan", a souligné M. Taumoefolau.

Jonathan Veitch, en charge de coordonner les opérations pour les Nations Unies depuis les Fidji, a estimé que le principal problème pour les Tongiens est l'eau potable. 

Les réserves d'eau de dizaines de milliers de personnes pourraient être contaminées par les cendres du volcan ou l'eau salée du tsunami qui a suivi.

"Avant l'éruption, une majorité d'entre eux dépendaient de l'eau de pluie", a déclaré à l'AFP M. Veitch. 

« Triple coup dur? »

"Si les cendres ont rendu tout cela toxique, c'est un problème, à moins qu'ils puissent accéder à des sources souterraines". Pour lui, il "est désormais vital de pouvoir déterminer leur emplacement".  

Des analyses de l'eau ont commencé, mais après l'éruption de samedi dernier "tout le pays est couvert de cendres", a rapporté M. Veitch. 

Les opérations de secours ont véritablement commencé jeudi après que la principale piste d'atterrissage de l'archipel a finalement été débarrassée de l'épaisse couche de cendres qui la recouvrait. 

Des avions militaires australien et néo-zélandais transportant de l'aide d'urgence ont pu se poser. 

Mais la distance, les difficultés de communication et les mesures mises en place pour éviter que le Covid-19 n'affecte ce royaume de 170 îles, jusque-là épargné, compliquent les opérations de secours.

"Ce n'est pas facile. C'est loin de tout, comme vous le savez. Il y a donc des contraintes d'accès. Et puis le problème de Covid, évidemment, ainsi que l'absence de moyens de communications", a reconnu le coordinateur de l'ONU.

"Je dirais que c'est presque un triple coup dur".

Alors que les arrivées de l'aide étrangère s'intensifient, l'ONU "s'inquiète" des risques liés au Covid , a déclaré M. Veitch, évoquant le variant Omicron qui se propage actuellement dans plusieurs archipel du Pacifique, notamment les Iles Salomon et Kiribati. 

Le gouvernement cherche actuellement un moyen de faire entrer des travailleurs humanitaires dans le pays sans prendre le risque qu'ils ne contaminent la population. 

« Nombreuses destructions »

Le gouvernement des îles Tonga a terminé l'évaluation de l'ampleur des dégâts, notamment sur les îles qui ont été touchées par le tsunami provoqué par l'éruption.

Trois personnes ont été tuées mais l'ampleur financière des dommages matériels reste à établir.

"Rien ne laisse à penser que le bilan humain est plus lourd mais les destructions (matérielles) sont nombreuses", selon M. Veitch.

De nombreuses personnes vivant sur des îles éloignées et dont les maisons ont été détruites ont été évacuées sur la grande île de Nomuka. 

Le navire néo-zélandais HMNZS Aotearoa a accosté à Tonga vendredi, transportant d'importantes réserves d'eau potable. 

"(Il) a également la capacité de dessaler 70 à 75.000 litres d'eau par jour, ce qui est fera une différence pour la population, au moins sur Tongatapu", a déclaré Veitch.  

L'Unicef a envoyé un grand nombre de kits d'eau et d'assainissement à bord du navire humanitaire australien HMAS Adelaïde, qui a quitté Brisbane jeudi soir. 

"Nous envoyons également beaucoup d'équipements pour traiter l'eau ", a déclaré M. Veitch.  

L'éruption volcanique a entendue jusqu'en Alaska à plus de 9.000 km de là. Un champignon de fumée de 30 km de hauteur a dispersé cendres, gaz et pluies acides sur les 170 îles que comptent les Tonga.

Cette éruption a provoqué une énorme onde de pression qui a traversé la planète, se déplaçant à une vitesse de 1.231 km/h, selon l'Institut national néo-zélandais de recherche sur l'eau et l'atmosphère.