Au Maroc, la décision de Paris de durcir l’octroi des visas surprend

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita. (AFP)
Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 29 septembre 2021

Au Maroc, la décision de Paris de durcir l’octroi des visas surprend

  • Le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, a annoncé que la France allait durcir les conditions d'obtention des visas à l'égard de trois pays du Maghreb
  • Cette décision a fait réagir la diplomatie marocaine qui l’estime injustifiée. Le point avec Mohamed Benhammou, politologue et président du Centre marocain des études stratégiques

CASABLANCA : La décision de durcir l’octroi des visas à l’encontre de trois pays du Maghreb, en l’occurrence le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, n'a pas laissé les marocains de marbre.  «Cette décision est surprenante, déplorable et inacceptable. Ce n’est pas la première fois que la France a un ton menaçant et très ferme à l’encontre du Maroc à l’approche des élections françaises. Cet acte intervient dans un contexte français qui ouvre le bal à une élection où les questions identitaires et de l’immigration sont toujours prédominantes. Nous sommes ainsi face à une opération de communication électorale qui n’est pas justifiée. Aux côtés de Marine le Pen et d’Éric Zemmour, le gouvernement met donc du sien», déclare à Arab News en français, Mohamed Benhammou, politologue et président du Centre marocain des études stratégiques (Cmes). Au Maroc, on tente donc d'emblée de replacer cette décision dans un cadre purement électoral et interne à la France, d’autant plus que pour les marocains, elle reste «injustifiée et ne reflète pas la réalité de la coopération consulaire en matière de lutte contre l'immigration illégale», comme l'a souligné hier, à Rabat, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita.  

Lors d’une conférence de presse à l'issue d'un entretien avec Ismaël Ould Cheikh Ahmed, son homologue mauritanien, le chef de la diplomatie marocaine a estimé que la décision de la France est souveraine mais que les raisons en sont discutables et ne reflètent pas la réalité.

Pour rappel, la France qui a annoncé la réduction de 50% des visas à l’encontre du Maroc, justifie cet acte par le manque de coopération de la part des autorités marocaines lorsqu’il s’agit de rapatrier des personnes en situation irrégulière.

L’islam et l’immigration remis au goût du jour

Toute la question pour le Maroc est désormais de savoir pourquoi alors les autorités françaises ont-elles mis leurs menaces à exécution? 

Sur les réseaux sociaux, c'est la campagne électorale qui est invariablement invoquée. Les internautes font état de cet argument électoraliste où le débat vire toujours vers l’islam, le radicalisme, le voile, le burkini, l’immigration, l’intégration… «Désormais, il sera deux fois plus difficile de rentrer dans le “Zemmourestan”», ironise pour sa part Hatim Kaghat sur sa page Facebook. 

Mohamed Benhammou regrette de son côté qu’une fois de plus «l’élite politique française emprunte la mauvaise voie. On ne peut pas tout ramener à la question de l’immigration, cinq décennies de l’histoire se répètent en France, une France qui doit savoir qu’elle ne vit pas sur une île isolée. Les problèmes de l’immigration existent dans plusieurs pays, mais en France on a l’impression que c’est le seul problème. Nous avons vu comment les élections se sont déroulées en Allemagne et la qualité des sujets débattus. Il est temps que la France guérisse de ce mal qu’elle a choisi délibérément», fustige Benhammou.

La vérité est ailleurs !

Par ailleurs, si le Maroc a toujours travaillé en parfaite coordination avec les autorités françaises sur les questions liées à l’immigration, d’autres pays ne font pas bonne figure sur ce registre. «Il est clair que le Maroc est beaucoup plus engagé et assume clairement ses engagements et ses responsabilités dans ce dossier. En revanche, un des deux autres pays visés par cette décision est à la traîne. Ainsi, pour éviter des frictions avec ce pays et ses éventuelles réactions, la France a préféré adresser la même missive aux trois pays maghrébins, ce qui est dommageable pour le Maroc et ne résoudra en aucun cas le problème de l’immigration», se désole Benhammou.

Un problème franco-français  

Le problème se situerait, toutefois, au niveau des conditions de retour des ressortissants marocains. En effet, le Maroc exige, en plus des documents attestant leur nationalité marocaine et un laisser-passer, un test PCR d’au moins quarante-huit heures. «Ce que la France ne déclare pas, c'est que plusieurs personnes disposant de documents de voyage ont refusé de réaliser le test de dépistage de la Covid-19, car la loi française ne les oblige pas à le faire lorsqu’ils veulent quitter le territoire français. Quand des Marocains veulent partir en France, ils sont, par ailleurs, obligés de réaliser un test PCR», explique pour sa part Nasser Bourita qui estime que ce problème est purement franco-français.

Le ministre marocain regrette qu’à chaque problème lié à l’immigration en France, comme ce fut le cas pour les mineurs, les autorités françaises renvoient la balle dans le camp d’autres pays. Cela alors que le Maroc gère avec responsabilité la question liée à l’immigration clandestine, preuve en est l’émission par les services consulaires du Royaume en France de 400 laissez-passer durant les huit premiers mois de 2021.

 


L'ONU et la pression internationale sont nécessaires pour que les Houthis s'engagent dans le processus de paix

Photo du vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane. (AFP)
Photo du vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane. (AFP)
Short Url
  • Le cessez-le-feu de deux mois est entré en vigueur le 2 avril dans tout le Yémen
  • Le prince Khalid ben Salmane a déclaré avoir affirmé à Timothy Lenderking le « soutien de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Conseil présidentiel yéménite »

RIYAD : Le vice-ministre saoudien de la Défense a rencontré l'envoyé spécial américain pour le Yémen à Washington pour discuter du conflit à Taïz et de la nécessité de propositions de paix soutenues par l'ONU pour faire pression sur le groupe militant Houthi. 

Le prince Khalid ben Salmane a déclaré avoir affirmé à Timothy Lenderking le « soutien de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Conseil présidentiel yéménite », dans un communiqué publié samedi sur son compte Twitter officiel.  

« Bien que la dynamique de la trêve reste élevée, j'ai réaffirmé la nécessité pour les Nations unies et la communauté internationale de faire pression sur les Houthis pour qu'ils rouvrent les routes de Taïz, déposent les revenus du port de Hodeïda et s'engagent dans des propositions de paix », ajoute le communiqué.

Le prince Khalid a également réitéré les « aspirations de l'Arabie saoudite à parvenir à une résolution politique globale de la crise qui conduira le Yémen vers la paix et la prospérité. »

Le cessez-le-feu de deux mois, qui est entré en vigueur le 2 avril, visait à mettre fin aux hostilités dans tout le pays, à permettre la réouverture de l'aéroport international de Sanaa, à autoriser l'entrée de navires de carburant dans le port de Hodeïda et à ouvrir les routes à Taïz et dans de nombreuses autres provinces.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


HRW dénonce l’arrestation «sans fondements» de plusieurs militants en Iran

Au cours de la dernière semaine d'avril, des dizaines de militants du syndicat des enseignants ont été arrêtés après avoir appelé à des manifestations dans tout le pays pour demander des réformes du système d'échelle des salaires. (Photo, AFP)
Au cours de la dernière semaine d'avril, des dizaines de militants du syndicat des enseignants ont été arrêtés après avoir appelé à des manifestations dans tout le pays pour demander des réformes du système d'échelle des salaires. (Photo, AFP)
Short Url
  • Il s'agit d'une « nouvelle tentative désespérée de faire taire le soutien aux mouvements sociaux populaires en plein essor »
  • Le pays est secoué par des grèves du travail et des protestations contre la hausse des prix des produits de base

LONDRES : L'Iran a arrêté plusieurs militants de premier plan sur la base de ce que Human Rights Watch a qualifié vendredi d' « accusations sans fondement », dans un contexte de grèves du travail et de protestations contre la hausse des prix.

Citant des organes de presse proches de l'appareil de renseignement iranien, HRW a déclaré que les personnes arrêtées sont accusées d'être « en contact avec des acteurs étrangers suspects », bien qu'aucune preuve n'ait été fournie pour étayer cette affirmation hormis les autorités qui ont confirmé avoir arrêté deux Européens au début du mois.

« L'arrestation de membres de premier plan de la société civile iranienne sur la base d'accusations sans fondement d'ingérence étrangère malveillante est une nouvelle tentative désespérée de faire taire le soutien aux mouvements sociaux populaires en plein essor dans le pays », a déclaré Tara Sepehri Far, chercheuse senior sur l'Iran à HRW.

« Au lieu de chercher l'aide de la société civile pour comprendre et répondre aux problèmes sociaux, le gouvernement iranien les traite comme une menace inhérente. »

Depuis le 6 mai, les gens se sont rassemblés dans au moins 19 villes et villages pour protester contre la nouvelle selon laquelle l'Iran connaîtra des augmentations de prix des produits essentiels dans les mois à venir ; des députés ont assuré qu'au moins deux personnes ont été tuées dans les protestations jusqu'à présent.

Au cours de la dernière semaine d'avril, des dizaines de militants du syndicat des enseignants ont été arrêtés après avoir appelé à des manifestations dans tout le pays pour demander des réformes du système de rémunération.

HRW indique qu'au cours des quatre dernières années, l'Iran a connu un pic dans les manifestations de grande ampleur, organisées par les principaux syndicats, en raison des inégalités économiques découlant de la baisse du niveau de vie.

L'organisation ajoute que les forces de sécurité ont répondu aux manifestations par une force excessive et meurtrière et ont arrêté des milliers de personnes, utilisant les poursuites et l'emprisonnement sur la base d'accusations illégitimes comme principal outil pour réduire au silence les dissidents éminents et les défenseurs des droits de l'homme.

Depuis que ces dernières manifestations ont commencé début mai, les autorités ont fortement perturbé l'accès à Internet dans plusieurs provinces.

« Les autorités iraniennes cherchent depuis longtemps à criminaliser la solidarité entre les membres des groupes de la société civile à l'intérieur et à l'extérieur du pays », a déclaré Sepehri Far.

« L'intention est d'empêcher la responsabilisation et l'examen des actions de l'État que la société civile fournit. »

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Ankara et Téhéran s'efforcent de combler le «vide» laissé par Moscou en Syrie

Un soldat russe monte la garde dans le nord-est de la province de Hasakeh, en Syrie (Photo, AFP).
Un soldat russe monte la garde dans le nord-est de la province de Hasakeh, en Syrie (Photo, AFP).
Short Url
  • La crise ukrainienne risque d'accroître la dépendance du régime de Damas vis-à-vis de Téhéran, déclare un analyste à Arab News
  • Ankara et Téhéran soutiennent des camps rivaux dans le conflit syrien, l'Iran soutenant le régime d'Assad, tandis que la Turquie soutient l'opposition syrienne

ANKARA: Le retrait de dizaines de milliers de soldats russes de Syrie pour renforcer les troupes russes en Ukraine pourrait marquer un tournant dans le conflit syrien et conduire à une course entre Téhéran et Ankara pour combler le vide laissé par Moscou dans le pays, selon d’éminents analystes. 

La Russie, l'Iran et la Turquie sont les pays garants des pourparlers d'Astana sur la Syrie, qui visent à négocier un accord de paix permanent en réunissant les parties en conflit.

Cependant, la Russie a été la force d'équilibre dans ce trio, empêchant l’enracinement incontrôlé des milices soutenues par l'Iran.

Mais aujourd'hui, les bases russes abandonnées auraient été transférées au corps paramilitaire iranien des gardiens de la révolution (CGRI) et au Hezbollah, tandis que Téhéran devrait envoyer davantage de troupes en Syrie pour combler le vide laissé par le personnel militaire russe à destination de l'Ukraine.