En Chine, les fans font profil bas face à la reprise en mains du monde du divertissement

Les fans alimentent la lucrative économie des idoles, dont les médias d'État avaient prévu qu'elle représenterait 140 milliards de yuans (18,7 milliards d'euros) d'ici 2022 (Capture d’écran, AFP).
Les fans alimentent la lucrative économie des idoles, dont les médias d'État avaient prévu qu'elle représenterait 140 milliards de yuans (18,7 milliards d'euros) d'ici 2022 (Capture d’écran, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 02 octobre 2021

En Chine, les fans font profil bas face à la reprise en mains du monde du divertissement

  • La Chine a interdit les classements de célébrités en ligne, les collectes de fonds et autres outils utilisés par les fans chinois pour que leurs idoles restent tendances sur les réseaux sociaux
  • Dans un pays où les jeunes ont peu d'autres moyens d'influencer la vie publique, les créateurs de contenu pour fans à plein temps peuvent faire sortir une star de l'ombre

PEKIN: Comme une légion d'autres fans chinois, Chen Zhichu, lycéenne de Pékin, passait 30 minutes par jour à promouvoir en ligne son acteur favori, avant que cette pratique n'entre dans le collimateur du gouvernement qui considère qu'elle promeut des "valeurs malsaines".

Le mois dernier, la réglementation de l'Etat a interdit la "chasse irrationnelle aux stars", c'est-à-dire les classements de célébrités en ligne, les collectes de fonds et autres outils utilisés par les fans chinois pour que leurs idoles restent tendances sur les réseaux sociaux, alors que le pouvoir opère une reprise en main dans le monde du divertissement.

"J'avais l'habitude de faire remonter les publications (de l'acteur Xiao Zhan) sur son forum de fans Weibo et d'acheter les produits dont il faisait la promotion", raconte à l'AFP Chen Zhichu, 16 ans.

"C'était assez épuisant d'essayer de faire en sorte qu'il reste en tête des tendances chaque jour", avoue-t-elle.

Les fans alimentent la lucrative économie des idoles, dont les médias d'État avaient prévu qu'elle représenterait 140 milliards de yuans (18,7 milliards d'euros) d'ici 2022.

Dans un pays où les jeunes ont peu d'autres moyens d'influencer la vie publique, les créateurs de contenu pour fans à plein temps peuvent faire sortir une star de l'ombre en créant des images virales d'elle.  

«Chasse irrationnelle»

Selon ses critiques, la culture des fans est une industrie qui exploite les mineurs et repose sur un engagement gonflé artificiellement sur les réseaux sociaux. 

Avec ces nouvelles règles, le gouvernement entend limiter les comportements qu'il considère comme une "chasse irrationnelle aux stars", tels que le harcèlement, le "doxxing" (une pratique qui consiste à dévoiler des informations privées sur quelqu'un) et les guerres acharnées en ligne entre communautés de fans. 

Mais de nombreux fans disent qu'ils prennent plaisir à voir leurs idoles s'épanouir et qu'ils ont trouvé un sentiment de communauté dans l'espace en ligne partagé.

Les autorités communistes s'inquiètent également des idoles pour une autre raison : leur capacité à mobiliser des armées de fans en un instant, dominant souvent les médias sociaux pendant des jours.

"C'est le début d'un mouvement de masse et c'est ce que le gouvernement ne veut pas", estime un professeur de sciences sociales dans une université chinoise qui ne souhaite pas être nommé. 

Ces derniers mois, de multiples mesures de répression ont balayé les secteurs de la technologie, de l'éducation et du showbiz, les autorités ciblant de plus en plus les riches et les puissants dans le but d'instaurer une plus grande égalité socio-économique. 

Mais il s'agit aussi en partie d'inculquer aux jeunes des valeurs sociétales "saines", validées par le gouvernement, afin qu'ils soient moins influencés par les célébrités dévoyées.

"Les jeunes Chinois manquent d'autres types d'idoles", juge Fang Kecheng, professeur de communication à l'Université chinoise de Hong Kong. 

"Il est très difficile pour eux d'avoir d'autres moyens de participation civique" comme l'activisme, ajoute-t-il.

Le mois dernier, l'organisme chinois de réglementation de la radiodiffusion a interdit les artistes ayant une "moralité défaillante" et des "opinions politiques incorrectes", ainsi que ce qu'il a appelé les "hommes efféminés" - une esthétique androgyne popularisée par les boysbands coréens et imitée par des idoles chinoises comme Xiao Zhan.

Les experts y voient le signe d'un malaise croissant de Pékin face à d'autres formes de masculinité, à une époque de baisse des taux de natalité et de montée du nationalisme.

«Une étape»

Pour Li Chengxi, idole en herbe de Shanghai de 26 ans, la répression de la culture des célébrités "est une étape par laquelle l'industrie doit passer pour grandir", explique-t-elle à l'AFP, lors des répétitions d'un concours de danse de téléréalité filmé à Nantong, dans l'est de la Chine. 

Danseuse et actrice, elle a joué dans quelques films et dans des concours d'idoles, un genre désormais interdit par les autorités de régulation de la radiodiffusion.

Mais elle ne se laisse pas impressionner par le risque que cette nouvelle réglementation n'entrave sa carrière. 

"Lorsque d'énormes vagues déferleront sur le rivage, l'or laissé derrière brillera encore plus fort", dit-elle. 

Les artistes chinois qui souhaitent connaître le succès auprès du grand public n'ont guère d'autre choix que d'approuver la politique de l'État, dont la désapprobation peut finir par couler leur carrière.

Et pour l'instant, les superfans font profil bas, en ligne comme hors ligne. 


À Chypre, la petite communauté catholique est en effervescence pour l'arrivée du pape

Le Pape François saluant les religieuses après son audience générale dans le hall Paul VI, le 1er décembre 2021. (AFP).
Le Pape François saluant les religieuses après son audience générale dans le hall Paul VI, le 1er décembre 2021. (AFP).
Short Url
  • La visite du pape est attendue avec une grande impatience par les quelque 25 000 membres de la communauté catholique de ce pays
  • Pour les 5 000 à 7 000 fidèles de l'Église maronite, l’une des Églises catholiques orientales, la visite du pape constitue un signe d'espoir, en particulier pour ceux qui sont originaires du Liban et de la Syrie, pays voisins en crise

NICOSIE: Escalier de l'église repeint, chorales soigneusement préparées, vaccinations Covid à jour: l'effervescence règne au sein des communautés catholique et maronite de Chypre, où le pape François est attendu jeudi prochain.

Cette visite de deux jours sur l'île méditerranéenne est la deuxième d'un pape à Chypre après celle de Benoit XVI en 2010. Elle est attendue avec une grande impatience par les quelque 25 000 membres de la communauté catholique de ce pays qui compte plus d'un million d'habitants, à majorité orthodoxe (80%).

Pour les 5 000 à 7 000 fidèles de l'Église maronite, l’une des Églises catholiques orientales, la visite du pape constitue un signe d'espoir, en particulier pour ceux qui sont originaires du Liban et de la Syrie, pays voisins en crise, mais aussi pour ceux qui souhaitent un avenir pacifié sur cette île divisée.

«Beaucoup de Chypriotes-Grecs, de Chypriotes-Turcs et de maronites ont perdu leurs terres en raison de la guerre», rappelle Neophitou Christofou, un Chypriote maronite qui espère que la visite du pape pourra orienter l'île vers une «réunification».

Chypre est divisée depuis qu’elle a été envahie par l'armée turque, en 1974, en réaction au coup d'État de nationalistes chypriotes-grecs qui souhaitaient la rattacher à la Grèce. La République de Chypre, membre de l'Union européenne, exerce son autorité au Sud. Au Nord, la République turque de Chypre-Nord (RTCN), autoproclamée, est uniquement reconnue par Ankara.

 


Affaire Peng Shuai: la WTA renonce à la Chine, quoi qu'il en coûte

La joueuse Peng Shuai a accusé d'abus sexuels un ex haut-dirigeant communiste chinois (Photo, AFP).
La joueuse Peng Shuai a accusé d'abus sexuels un ex haut-dirigeant communiste chinois (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans un communiqué particulièrement virulent, le président de la WTA Steve Simon a annoncé une mesure forte de son instance et appelé les «dirigeants du monde» à le suivre
  • «J'annonce la suspension immédiate de tous les tournois WTA en Chine, y compris Hong Kong» écrit-il

PARIS: La WTA a annoncé mercredi la suspension des tournois féminins de tennis en Chine "quelles qu'en soient les conséquences financières" en soutien à la joueuse Peng Shuai qui a accusé d'abus sexuels un ex haut-dirigeant communiste chinois, mesure saluée par plusieurs champions de la discipline, dont Novak Djokovic.

Dans un communiqué particulièrement virulent, le président de la WTA Steve Simon a annoncé une mesure forte de son instance et appelé les "dirigeants du monde" à le suivre.

"J'annonce la suspension immédiate de tous les tournois WTA en Chine, y compris Hong Kong. En bonne conscience, je ne vois pas comment je peux demander à nos athlètes d'y participer à des tournois quand Peng Shuai n'est pas autorisée à communiquer librement et a, semble-t-il, subi des pressions pour revenir sur ses allégations d'abus sexuels", écrit Steve Simon.

Il a ajouté être "très inquiet des risques que toutes nos joueuses et nos staffs prendraient si nous organisions des tournois en Chine en 2022 (...) Les dirigeants de la Chine n'ont pas laissé de choix à la WTA".

Le N.1 mondial de tennis Novak Djokovic, toujours en course en Coupe Davis, y a apporté son soutien sans réserve depuis Madrid mercredi soir.

"Je soutiens complètement la position de la WTA parce qu'on n'a pas assez d'informations sur Shuai Peng", a-t-il affirmé.

Billie Jean King, 12 fois championne du Grand Chelem en simple, a également salué la démarche. 

"J'applaudis Steve Simon et la direction de la @WTA pour avoir pris une position forte sur la défense des droits de l'homme en Chine et dans le monde entier", a-t-elle tweeté. 

Appel aux leaders

Aucun tournoi WTA n'était prévu avant la fin de l'année et le calendrier 2022 n'a pas encore été publié.

Lors de la saison 2019, la dernière à ne pas avoir été impactée par le Covid-19, 10 tournois avaient été organisés en Chine, dont les Masters féminins de fin d'année qui, avec 14 millions de dollars, avaient été mieux dotés financièrement que leurs équivalents masculins.

"La WTA fera tout son possible pour protéger ses joueuses, a affirmé Simon. J'espère que les dirigeants du monde vont continuer à se manifester pour que justice soit rendue à Peng et à toutes les femmes, quelles qu'en soient les conséquences financières."

Peng Shuai, 35 ans, avait disparu quelques jours en novembre après avoir publié sur le réseau social chinois Weibo un long message dans lequel elle accusait l'ex-vice Premier ministre Zhang Gaoli, de 40 ans son aîné et retraité depuis, de l'avoir abusée sexuellement avant d'en faire sa maîtresse.

De nombreuses stars du tennis mondial, de Chris Evert à Djokovic déjà, et plusieurs pays occidentaux, notamment la France et les Etats-Unis, mais aussi l'Union européenne et l'ONU, ont demandé à Pékin de clarifier le sort de Peng Shuai.

La jeune femme est réapparue le 21 novembre dans un restaurant de Pékin et lors d'un tournoi de tennis organisé dans la capitale chinoise, selon des vidéos publiées par des médias officiels.

«Doutes sérieux»

Elle a aussi déclaré lors d'une visioconférence avec le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach, être "saine et sauve à son domicile à Pékin" mais qu'elle "aimerait que sa vie privée soit respectée". La membre chinoise du Comité olympique, Li Lingwei, participait à cette visioconférence.

"Même si nous savons maintenant où se trouve Peng, j'ai des doutes sérieux concernant le fait qu'elle soit libre, en sécurité et qu'elle ne soit pas soumise à la censure, à la coercition ni à l'intimidation", a affirmé mercredi Steve Simon.

"Les dirigeants chinois ont eu des occasions de lever la censure, de prouver de façon vérifiable que Peng était libre et en mesure de s'exprimer sans intervention extérieure ni intimidation, et de mener une enquête complète, juste et transparente sur ses accusations d'abus sexuels", ajoute-t-il en regrettant que Pékin n'ait pas "agi de façon crédible".

La seule réaction officielle de Pékin à ce jour a été un appel lancé le 23 novembre par le porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, à "cesser de délibérément monter en épingle cette question à des fins hostiles, et surtout d'en faire une question politique".

"Rien de tout cela n'est acceptable et ne le sera jamais. Si les puissants peuvent supprimer les voix de femmes et balayer sous le tapis des accusations d'abus sexuels, alors les fondements sur lesquels reposent la WTA - égalité pour les femmes - seraient fortement ébranlés. Je ne peux pas laisser ça arriver aux joueuses et je ne le laisserai pas faire", martèle Steve Simon.

Parmi les premières à réagir à cette décision du président de la WTA, la Tchèque Petra Kvitova avait tweeté un émoji applaudissant, tandis que la Française Alizé Cornet a écrit "Quel leader !".

L'ex-N.1 mondial Andy Roddick a souligné le risque pris par le patron de la WTA: "Bien agir est bien plus facile quand ça ne coûte rien. Respect."

"La WTA est restée ferme et fidèle à ses valeurs depuis le début et nous comprenons leur décision", a pour sa part déclaré la Fédération internationale (ITF) à l'AFP.


L'épouse du «parrain de la musique noire» tuée à Beverly Hills par un intrus

Jacqueline et Clarence Avant dans une photo datée de 2016. (Photo, Archive/AFP)
Jacqueline et Clarence Avant dans une photo datée de 2016. (Photo, Archive/AFP)
Short Url
  • Jacqueline Avant, 81 ans, a été retrouvée par les policiers à son domicile, mortellement blessée par balle
  • La victime était l'épouse de Clarence Avant, 90 ans, figure de l'industrie du disque dont les talents ont été célébrés par des stars comme Jay-Z, Snoop Dogg ou Jamie Foxx

LOS ANGELES: L'épouse d'un magnat de l'industrie du disque, surnommé "le parrain de la musique noire", a été abattue mercredi lors d'une intrusion nocturne au domicile du couple, dans un quartier chic de Beverly Hills.

Jacqueline Avant, 81 ans, a été retrouvée par les policiers à son domicile, mortellement blessée par balle, a indiqué lors d'une conférence de presse Mark Stainbrook, le chef de la police de Beverly Hills, petite ville voisine de Los Angeles mondialement réputée pour ses célébrités, milliardaires et ses boutiques de luxe. 

La victime était l'épouse de Clarence Avant, 90 ans, figure de l'industrie du disque dont les talents ont été célébrés par des stars comme Jay-Z, P. Diddy, Quincy Jones, Snoop Dogg, Jamie Foxx, et même par l'ancien président américain Barack Obama. 

La fille du couple, Nicole Avant, est une ancienne diplomate américaine qui est mariée au directeur général de Netflix, Ted Sarandos.

Lors d'une conférence de presse, M. Stainbrook a estimé que le drame n'était pas le résultat d'une "attaque menée au hasard" mais s'est refusé à toute spéculation, s'abstenant de qualifier les faits de "cambriolage" ayant mal tourné comme certains médias locaux.

Selon le chef de la police, les motifs de l'homicide n'ont pas encore été déterminés avec précision.

Aucun des autres occupants de la luxueuse demeure n'a été blessé, a-t-il souligné.

Le site TMZ, spécialisé dans les célébrités et premier à faire état du drame, a évoqué la présence sur place d'un vigile sur lequel l'intrus armé a ouvert le feu. M. Stainbrook a confirmé qu'un garde était "apparemment" dans la maison du couple mais n'a pas voulu donner davantage de détails.

La police de Beverly Hills était arrivée sur place mercredi peu après 02h00 du matin.

"Le ou les suspects n'étaient plus présents. Les pompiers de Beverly Hills ont transporté la victime à un hôpital local. Malheureusement, la victime n'a pas survécu", ajoute le communiqué.

La légende du basketball, Magic Johnson et son épouse ont réagi à la mort de Jacqueline Avant, "l'une de nos plus proches amies", dont la disparition les a "totalement bouleversés".

"Jackie était la personne la plus délicieuse. Elle avait une belle âme, un grand coeur et avait toujours un mot gentil", souligne la star dans son message sur Twitter.

L'ancien président Bill Clinton a lui aussi rendu hommage à Mme Avant, "une femme formidable" et "une amie chère pour Hillary et moi-même durant 30 ans".