Sportifs, politiques, artistes à la messe en hommage à Tapie à Paris

Des personnalités des sports, des arts et de la politique ont entouré mercredi la famille de Bernard Tapie, lors d'une cérémonie religieuse à Paris (Photo, AFP).
Des personnalités des sports, des arts et de la politique ont entouré mercredi la famille de Bernard Tapie, lors d'une cérémonie religieuse à Paris (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 06 octobre 2021

Sportifs, politiques, artistes à la messe en hommage à Tapie à Paris

  • Tour à tour entrepreneur, chanteur, président de l'Olympique de Marseille, ministre éphémère de la Ville, acteur et patron de presse à la tête de la Provence, Bernard Tapie est décédé dimanche à 78 ans
  • Écharpe de l'OM à la main, des supporters ont salué les sportifs venus dire un adieu ému à l'ancien patron du club, sur le parvis de l'église où résonnaient les cris «Tapie, Tapie», «merci boss»

PARIS: Jean-Pierre Papin, Basile Boli, Claude Lelouch et Jean-Louis Borloo ont aidé à porter le cercueil: des personnalités des sports, des arts et de la politique ont entouré mercredi la famille de Bernard Tapie, lors d'une cérémonie religieuse à Paris.

En présence de la Première dame Brigitte Macron et de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, la messe en sa mémoire s'est tenue dans l'ancienne abbaye bénédictine de Saint-Germain-des-Près (VIe arr.), près d'un mois après la cérémonie en hommage à l'acteur Jean-Paul Belmondo dans cette église.

Tour à tour entrepreneur, chanteur, président de l'Olympique de Marseille, ministre éphémère de la Ville, acteur et patron de presse à la tête de la Provence, Bernard Tapie est décédé dimanche à 78 ans à son domicile parisien des suites d'un cancer. 

Écharpe de l'OM à la main, des supporters ont salué les sportifs venus dire un adieu ému à l'ancien patron du club, sur le parvis de l'église où résonnaient les cris "Tapie, Tapie", "merci boss". 

Leur restera l'image de l'ex-attaquant Jean-Pierre Papin, ballon d'or avec l'OM, prenant dans ses bras Basile Boli, auteur du but de la victoire en 1993 de l'OM face au Milan AC en finale de la Ligue des champions.

Les deux footballeurs ont aidé les proches à porter le cercueil à la sortie de l'église, tout comme le réalisateur Claude Lelouch - qui avait fait tourner Tapie en 1996 dans "Hommes, Femmes, mode d'emploi" - et l'ancien ministre Jean-Louis Borloo, ami et ancien avocat du défunt.

"C'était un homme au coeur tendre", a ensuite glissé Jean-Louis Borloo, 70 ans. L'actrice et chanteuse Line Renaud, 93 ans, a vanté son ami qui "aimait la vie, qui était gai". 

Parmi les 300 invités venus soutenir l'épouse et les quatre enfants de Bernard Tapie, figurait l'entraîneur Rolland Courbis, ainsi que Bernard Hinault, ancien coureur cycliste de l'équipe La Vie Claire, propriété de Bernard Tapie entre 1984 à 1991. 

L'ancien président Nicolas Sarkozy côtoyait les ex-ministres François Bayrou, Bernard Kouchner, Rachida Dati et Christian Estrosi.

«Ah, c'est pour Nanard»

L'animateur Michel Drucker, le directeur général de BFM TV Marc-Olivier Fogiel, le publicitaire Jacques Séguéla ou l'homme d'affaires Xavier Niel étaient présents, comme l'acteur Pierre Arditi et l'écrivain André Bercoff.  

De nombreux policiers encadraient le parvis de l'église, où étaient massées 250 personnes. "Ah, c'est pour Nanard", s'est exclamé un homme en passant. 

"Je suis venu saluer le sportif et l'homme qui a beaucoup apporté au football français", a dit à l'AFP Hugues Modestin, 54 ans. "Je suis originaire des Antilles et le fait qu'il ait donné leur chance, à l'OM, à des joueurs comme Jocelyn Angloma originaire de Guadeloupe, a été important pour moi".

Jean-Claude, retraité de 68 ans du Val-de-Marne, a vanté "une figure en France des affaires et de la politique". "Il a fait des choses bien, d'autres mal, il faut se rappeler de l'ensemble", a ajouté sa femme, Françoise, 77 ans, l'homme d'affaires ayant été condamné dans plusieurs affaires judiciaires, en particulier pour le match truqué Marseille-Valenciennes, qui lui valut de passer 165 jours en prison en 1997.

Cette cérémonie avait lieu le jour où la cour d'appel de Paris aurait dû rendre sa décision dans l'affaire de l'arbitrage controversé de 2008 entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais, autour de la revente de l'équipementier sportif Adidas. 

Du fait de sa mort, la cour a "constaté l'extinction de l'action publique" à son encontre, après la relaxe prononcée par le tribunal correctionnel en 2019. Mais elle rendra sa décision le 24 novembre concernant les cinq autres prévenus, dont le patron d'Orange Stéphane Richard.

Une chapelle ardente sera dressée jeudi à Marseille, où Bernard Tapie doit être inhumé vendredi.


Médias et personnalités furieux de l'utilisation de leurs images dans le clip de Zemmour

L'équipe du polémiste s'est défendue de ces critiques en citant le droit dit «de courte citation». (AFP)
L'équipe du polémiste s'est défendue de ces critiques en citant le droit dit «de courte citation». (AFP)
Short Url
  • Côté médias audiovisuels, la chaîne de télévision d'information internationale France 24, a dit «s'opposer par principe à l'utilisation de ses images et de son logo dans tout clip de campagne politique»
  • Le réalisateur Luc Besson et l'écrivain Jacques Attali ont ainsi réagi de façon extrêmement véhémente contre cet usage sans leur consentement

PARIS: Médias audiovisuels et personnalités ont fustigé mardi l'utilisation de leurs images par Éric Zemmour, lors de son annonce de candidature à l'élection présidentielle, diffusée sur sa chaîne Youtube, certains menaçant le polémiste d'extrême droite de poursuites judiciaires.


Le réalisateur Luc Besson et l'écrivain Jacques Attali ont ainsi réagi de façon extrêmement véhémente contre cet usage sans leur consentement. 


Le premier a annoncé avoir saisi son avocat "pour engager les poursuites nécessaires" après l'utilisation par Zemmour d'images de son film "Jeanne d'Arc", avec Milla Jovovich, sorti en 1999.


Ces images ont été utilisées de manière "frauduleuse", a précisé le réalisateur qui "tient à faire savoir qu'il ne partage en rien les idées d'Eric Zemmour".


Jacques Attali a adressé une mise en demeure au candidat à la présidentielle de retirer sous 24 heures son image de son montage vidéo.


"En cas de refus de votre part ou d'absence de réponse je saisirai le juge compétent", a-t-il écrit dans une lettre à M. Zemmour, dont l'AFP a obtenu une copie.


Position également ferme du distributeur de cinéma Gaumont qui n'a reçu "aucune demande" de la part des équipes de Zemmour pour l'utilisation des images des films "Un Singe en hiver" et "Jeanne d'Arc" dont la société détient les droits. "Nous allons étudier toutes les options qui s’ouvrent à nous", a ajouté un porte-parole.


Côté médias audiovisuels, la chaîne de télévision d'information internationale France 24, a dit "s'opposer par principe à l'utilisation de ses images et de son logo dans tout clip de campagne politique". 


"En conséquence, la chaîne va demander le retrait immédiat de ces images dans ce clip et étudiera les recours légaux s'il n'est pas donné suite à sa demande", a ajouté le média qui propose quatre chaînes mondiales d'information continue (en français, en anglais, en arabe et en espagnol).

«Courte citation»


De leur côté, France Télévisions, l'Ina et Radio France ont déclaré conjointement: "il conviendra que Éric Zemmour s’acquitte des droits des images reprises comme tout le monde".


L'équipe du polémiste s'est défendue de ces critiques en citant le droit dit "de courte citation", dans un courriel adressé à l'AFP. 


Un juriste de la SCAM, société française de gestion des droits d'auteur, interrogé par l'AFP, a cependant balayé ces arguments: les brefs extraits ne peuvent être utilisés que dans le cadre d'un document à caractère "critique, polémique, scientifique, pédagogique, ou d’information". Il s'agit là d'un clip promotionnel qui ne rentre a priori pas dans les critères, selon lui.


Est également posée la question du droit moral: "l'auteur d'une oeuvre a le droit de dire qu'il ne faut pas qu'elle soit dénaturée quelle que soit son utilisation", a continué le juriste.


Par ailleurs, un porte-parole de la chaîne Public Sénat a remarqué qu'il y avait cinq secondes d'images avec son logo, qui appartenaient en réalité à En Marche. 


"Nous allons faire injonction à l'équipe du candidat Zemmour de retirer notre logo", a-t-il précisé à l'AFP.


Le Parisien, quotidien qui fait également des vidéos, s'emportait lui aussi au sujet de l'utilisation de ses images qui "n'ont pas vocation à servir quelconque candidat".


"Nous avons retiré la vidéo de notre site" (qui avait été initialement intégrée dans un article), a déclaré au sujet du clip d'Eric Zemmour, Pierre Chausse, directeur délégué de la rédaction du Parisien. "L'article en question mentionne à présent que les images ont été utilisées sans l'approbation du Parisien", a-t-il continué.


"On a fait un signalement auprès de YouTube comme on le fait habituellement quand d'autres comptes utilisent nos images sans nous l'avoir demandé", a-t-il poursuivi. 


Sollicité par l'AFP, un porte-parole de YouTube France a refusé de commenter, arguant "qu'il n'avait pas l'habitude de le faire pour les cas individuels".


YouTube dispose d'une procédure pour retirer automatiquement des vidéos quand elles contiennent des images qui ne leur appartiennent pas.


Au procès du 13-Novembre, le mystérieux voyage de Mohamed Abrini en Angleterre

Ce croquis d'audience réalisé le 2 novembre 2021 montre les coaccusés Mohamed Abrini, Mohamed Amri et Salah Abdeslam, principal suspect des attentats de Paris du 13 novembre 2015. (Photo, AFP)
Ce croquis d'audience réalisé le 2 novembre 2021 montre les coaccusés Mohamed Abrini, Mohamed Amri et Salah Abdeslam, principal suspect des attentats de Paris du 13 novembre 2015. (Photo, AFP)
Short Url
  • La photo du visage du Belge de 36 ans s'affiche en grand sur les écrans de la cour d'assises spéciale de Paris, mais lui n'est pas dans la salle
  • A Raqqa, capitale autoproclamée de l'Etat islamique, Mohamed Abrini retrouve son ami de 20 ans Abdelhamid Abaaoud, futur coordinateur des attentats qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis

PARIS: Quel était le but caché du séjour de Mohamed Abrini en Angleterre à son retour de Syrie à l'été 2015 ? Au procès des attaques djihadistes du 13-Novembre, la cour s'est penchée mardi sur ce mystérieux voyage, en l'absence de l'"homme au chapeau" des attentats de Bruxelles. 

L'enquêteur belge "441.157.616" commence son témoignage en citant l'accusé: "mon parcours est comme les lettres de l'alphabet. A comme Abrini, Z comme Zaventem", avait dit lors d'un interrogatoire celui qui avait renoncé à se faire exploser à l'aéroport bruxellois en mars 2016. 

La photo du visage du Belge de 36 ans s'affiche en grand sur les écrans de la cour d'assises spéciale de Paris, mais lui n'est pas dans la salle. 

Pour la troisième journée d'audience consécutive, cinq accusés dont Mohamed Abrini et son ami d'enfance et principal accusé Salah Abdeslam, refusent de comparaître pour protester contre l'absence physique à la barre et l'anonymisation des enquêteurs belges. 

"Tout a commencé en 2014", situe le policier antiterroriste depuis Bruxelles. Mohamed Abrini est en prison pour de la petite délinquance quand il apprend la mort de son frère cadet en Syrie. 

"En rentrant dans ma cellule j'ai pété un câble. Je me suis dis +je sors, je pars+", dit l'enquêteur, qui lit de toute évidence de larges passages d'audition et un texte déjà écrit. 

L'une des avocates de Mohamed Abrini, Me Marie Violleau, s'en exaspère vite. L'enquêteur ralentit, et poursuit.  

Dès sa sortie de prison, les proches de Mohamed Abrini remarquent qu'il se radicalise, entre dans "un trip Etat islamique". Il "parle bco (beaucoup, ndlr) de jihad lol", dit sa petite amie dans un texto à sa soeur.  

A celle qu'il traite désormais de "mécréante", Mohamed Abrini écrit fin 2014: "je vais me battre pour défendre la cause du tout-puissant", "le prix à payer c'est de laisser sa vie".  

Aux enquêteurs, il affirmera qu'il ne veut que se rendre sur la tombe de son frère.  

Il leur raconte son passage en Syrie depuis la Turquie, en juin 2015. "Un jeu d'enfant", "il suffit de traverser un champ de maïs", rappelle l'enquêteur en visioconférence.  

« Mission »

A Raqqa, capitale autoproclamée de l'Etat islamique, Mohamed Abrini retrouve son ami de 20 ans Abdelhamid Abaaoud, futur coordinateur des attentats qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis. 

"Il ne m'a pas parlé de ses projets pour l'Europe", assurait-il en interrogatoire. Ça aurait été "comme si le braqueur parlait à des petits voleurs de poules", lit encore "441.157.616".  

Dans les citations choisies par l'enquêteur, on reconnaît le parler coloré dont Mohamed Abrini a déjà usé devant la cour. "On n'est pas sortis du ventre de nos mères avec une Kalachnikov à la main", avait-il notamment lancé début novembre.  

A la fin de ce séjour d'une dizaine de jours - sans formation au combat, selon Mohamed Abrini - Abdelhamid Abaaoud lui aurait donné 2.000 euros pour une "mission": aller "récupérer de l'argent" - 4.000 euros - en Angleterre. 

L'enquêteur n'y croit pas. "Pourquoi prendre autant de risques" pour si peu ? 

Le véritable but de ce voyage reste un mystère, et les versions de Mohamed Abrini et de certains de ses coaccusés soupçonnés de l'avoir aidé ont "beaucoup varié", note le président de la cour, Jean-Louis Périès. 

Mohamed Abrini assure qu'il n'a rencontré les hommes chargés de lui remettre de l'argent qu'une seule fois. Pourquoi alors a-t-il passé une semaine sur place, pourquoi ces échanges téléphoniques et déplacements à Londres, Birmingham et Manchester, révélés par l'enquête ? 

Et cette photo, que l'enquêteur fait passer à l'écran: on y voit Mohamed Abrini poser devant le stade de Manchester United. Un "repérage" pour un projet d'attentat ? Un détour touristique, avait plutôt balayé le fan de foot, qui a aussi fait des arrêts au casino et dans "le plus grand bar à chicha d'Angleterre". 

L'enquêteur voit lui "un lien" entre ce voyage et le retour en Europe du chef opérationnel des attentats: "deux jours après avoir reçu l'info qu'Abrini avait réceptionné l'argent, Abaaoud quitte la Syrie". 

"On peut donner un autre sens à cette mission", dit l'enquêteur: quand Abaaoud "arrive, tout est prêt". 


Fin du procès en appel des époux Fillon, date de délibéré fixée au 9 mai 2022

Les époux Fillon comparaissaient aussi pour complicité et recel d'abus de biens sociaux, concernant l'emploi de Mme Fillon comme «conseillère littéraire» en 2012. (AFP)
Les époux Fillon comparaissaient aussi pour complicité et recel d'abus de biens sociaux, concernant l'emploi de Mme Fillon comme «conseillère littéraire» en 2012. (AFP)
Short Url
  • Les peines requises sont cependant plus légères que celles infligées par le tribunal en première instance
  • La date annoncée de la décision reste cependant soumise à une incertitude: la cour d'appel doit d'abord trancher le 14 décembre sur deux questions prioritaires de constitutionnalité

PARIS: La cour d'appel de Paris a fixé mardi une date de délibéré au 9 mai 2022 à l'issue du deuxième procès de l'ancien Premier ministre François Fillon, de son épouse et de son ex-suppléant Marc Joulaud pour des soupçons d'emplois fictifs de Penelope Fillon.


Au dernier jour d'audience, la défense a de nouveau bataillé pour la relaxe. La veille, le parquet général a requis cinq ans de prison dont un an ferme sous bracelet électronique et 375 000 euros d'amende contre François Fillon, deux ans de prison avec sursis et 100 000 euros d'amende contre Penelope Fillon et trois ans avec sursis contre Marc Joulaud.


La date annoncée de la décision reste cependant soumise à une incertitude: la cour d'appel doit d'abord trancher le 14 décembre sur deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC). Si elle les transmet à la Cour de cassation, l'arrêt sur le fond pourrait être reporté.


Près d'un an et demi après leur condamnation par le tribunal correctionnel le 29 juin 2020, les trois prévenus étaient rejugés depuis le 15 novembre pour détournement de fonds publics, complicité ou recel de cette infraction notamment.


En cause: trois contrats d'embauche de Penelope Fillon comme assistante parlementaire entre 1998 et 2013, pour une rémunération totale de plus de 612 000 euros nets.


Les époux Fillon comparaissaient aussi pour complicité et recel d'abus de biens sociaux, concernant l'emploi de Mme Fillon comme "conseillère littéraire" en 2012 et 2013 (135 000 euros bruts) à la Revue des deux mondes, propriété du milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière.


François Fillon, dont la campagne présidentielle en 2017 avait été minée par le "Penelopegate", devait en outre s'expliquer sur l'embauche de ses deux aînés comme assistants parlementaires quand il était sénateur entre 2005 et 2007, ainsi que sur un prêt non-déclaré à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).


Tout au long du procès, les prévenus ont défendu, comme en première instance, la réalité du travail de Penelope Fillon, collaboratrice "de terrain" dans la Sarthe au rôle "indispensable" pour "l'implantation" de son mari mais aussi de Marc Joulaud quand François Fillon était ministre.


Des activités considérées comme "impalpables" voire "évanescentes" par l'accusation qui a en outre réclamé lundi des peines d'inéligibilité: 10 ans pour l'ancien locataire de Matignon, 67 ans, deux ans pour Penelope Fillon, 66 ans et cinq ans pour Marc Joulaud, 54 ans.


Les peines requises sont cependant plus légères que celles infligées par le tribunal en première instance: M. Fillon avait en particulier été condamné à deux ans de prison ferme et son épouse à une plus lourde amende.