Prix de l'énergie: l'UE divisée, entre appels aux réformes et attentisme

Le gaz qui vient du froid: le tiers du gaz consommé en Europe provient de Russie, où Poutine est aux commande des robinets. (Photo, AFP)
Le gaz qui vient du froid: le tiers du gaz consommé en Europe provient de Russie, où Poutine est aux commande des robinets. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 07 octobre 2021

Prix de l'énergie: l'UE divisée, entre appels aux réformes et attentisme

  • Le sujet brûlant s'est invité au château de Brdo, en marge du sommet consacré à l'élargissement aux Balkans occidentaux
  • Bruxelles proposera le 13 octobre un arsenal de mesures temporaires, mais les adaptations à plus long terme attendront le sommet européen du 21 octobre

CHATEAU DE BRDO, SLOVENIE : Les dirigeants de l'Union européenne, réunis mercredi en Slovénie, ont affiché leurs divisions quant à la réponse à apporter à la flambée des prix de l'énergie, France et Espagne appelant à une réforme en profondeur tandis que d'autres prônent la patience.

Bruxelles proposera le 13 octobre un arsenal de mesures temporaires mais il faudra attendra le prochain sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'UE les 21 et 22 octobre, pour discuter des adaptations à plus long terme.

En attendant, le sujet s'est invité au château de Brdo, en marge du sommet consacré à l'élargissement aux Balkans occidentaux, alors que le cours du gaz naturel a atteint de nouveaux records historiques sur les marchés européens en raison d'une forte demande à l'approche de l'hiver.

"Nous avons demandé à la Commission", l'exécutif européen, "d'être audacieuse dans sa réponse", a déclaré le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, à son arrivée au château de Brdo. "Nous sommes confrontés à une crise sans précédent qui requiert des mesures exceptionnelles, innovantes et énergiques", a-t-il insisté.

L'Espagne fait partie des cinq pays de l'UE qui réclament une "approche commune", aux côtés de la France, de la République tchèque, de la Grèce et de la Roumanie.

Paris souhaite une révision importante du marché de l'électricité, notamment de la fixation des prix jugé trop dépendante des cours des énergies fossiles, tandis que Madrid propose des "achats groupés" de gaz, sur le modèle de l'approvisionnement européen en vaccins anti-Covid-19.

Mais d'autres pays, comme l'Allemagne et les Pays-Bas, ont mis en garde contre des "mesures extrêmes", arguant qu'il s'agissait d'une situation temporaire liée aux limites de l'offre, contrecoup de la crise sanitaire et sur fond de reprise économique.

"La question est: doit-on changer fondamentalement le marché en réaction aux prix élevés de l'énergie, ou cela relève-t-il des États membres?", s'est interrogé le Premier ministre néerlandais sortant Mark Rutte.

Le dirigeant souverainiste hongrois Viktor Orban en a profité pour blâmer une nouvelle fois la politique de l'UE qui vise à réduire de 55% ses émissions carbone d'ici 2030, et le marché du carbone où les fournisseurs d'énergie doivent s'acquitter de "droits à polluer" fortement renchéris.

"La flambée actuelle des prix, c'est la faute de la Commission", a-t-il asséné, appelant à "modifier certaines régulations".

Depuis le Luxembourg, où se tenait une réunion des ministres européens de l'Environnement, le ministre grec Kostas Skrekas a lui lancé un avertissement contre de telles tentations "populistes".

De même, pour le vice-président de la Commission, Frans Timmermans, il faut accélérer la transition énergétique pour "protéger les citoyens contre les hausses de prix".

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a jugé mercredi l'Europe responsable de la crise du gaz, car elle n'a pas conclu suffisamment de contrats de livraison à long terme avec Moscou, favorisant ainsi l'envolée des prix.

Certains en Europe comme aux États-Unis accusent Moscou de ne pas ouvrir suffisamment les robinets afin d'obtenir la mise en service au plus vite de son gazoduc controversé vers l'Allemagne, Nord Stream 2, achevé et dont le remplissage a commencé.

Mais la chancelière allemande Angela Merkel a dit ne pas avoir de preuves de commandes européennes non honorées par Moscou.

"La Russie ne peut livrer que sur la base d'engagements contractuels. Et pas juste comme cela. La question est donc de savoir : y a-t-il assez de commandes?", a-t-elle souligné.

"Tout cela doit être analysé d'ici au sommet" de mi-octobre à Bruxelles, a jugé Mme Merkel.


La livre Sterling au plus bas face au dollar, craintes de récession

Des pièces et des billets en livres sterling exposés sur une table, à Londres (Photo, AFP).
Des pièces et des billets en livres sterling exposés sur une table, à Londres (Photo, AFP).
Short Url
  • Face à un dollar résistant grâce à son statut de valeur refuge, la livre a plongé à 1,0350 dollar vers 01H25 GMT contre 1,0859 dollar vendredi à 21H00 GMT
  • Les investisseurs se sont détournés de la livre après l'annonce des mesures budgétaires du nouveau ministre britannique des Finances Kwasi Kwarteng

HONG KONG: La livre Sterling a atteint lundi un plancher record face au dollar, les annonces budgétaires de Londres inquiétant les investisseurs sur la santé des finances publiques britanniques, dans un pays peut-être déjà en récession.

Face à un dollar résistant grâce à son statut de valeur refuge, la livre a plongé à 1,0350 dollar vers 01H25 GMT contre 1,0859 dollar vendredi à 21H00 GMT, selon des données de Bloomberg, des analystes avertissant qu'elle pourrait même atteindre la parité avec le billet vert.

Les investisseurs se sont détournés de la livre après l'annonce des mesures budgétaires du nouveau ministre britannique des Finances Kwasi Kwarteng, mêlant aides massives aux factures énergétiques et baisses d'impôts tous azimuts, dont le coût vertigineux n'a pas été pleinement dévoilé.

L'ensemble devrait contraindre le Royaume-Uni à emprunter 72 milliards de livres supplémentaires sur les marchés, ce qui inquiète les opérateurs.

Lundi, la tendance était toujours à la baisse, le ministre affirmant que des mesures supplémentaires étaient attendues. Ce qui a précipité les marchés londoniens dans le gouffre, l'indice FTSE perdant autour de 2%.


Budget Sécu: déficit prévu en forte baisse en 2023, à 6,8 milliards d'euros

Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années. (AFP).
Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années. (AFP).
Short Url
  • Malgré le ralentissement de la croissance, le gouvernement table sur des recettes plus dynamiques que les dépenses, avec des cotisations dopées par l'inflation et la hausse des salaires
  • L'amélioration profitera essentiellement à la branche maladie, dont les pertes vont se réduire d'environ 20 milliards en 2022 à 6,5 milliards en 2023

PARIS : Le déficit de la Sécu va nettement se réduire en 2023, à 6,8 milliards d'euros contre 17,8 milliards attendus cette année, selon l'avant-projet de loi de financement de la sécurité sociale, publié par l'Agence de presse médicale et consulté dimanche par l'AFP.

Ces chiffres, qui couvrent un périmètre plus large que le régime général des caisses de Sécu, confirment néanmoins le spectaculaire redressement des comptes depuis le record abyssal de 2020 (près de 39 milliards).

Malgré le ralentissement de la croissance, le gouvernement table sur des recettes plus dynamiques que les dépenses, avec des cotisations dopées par l'inflation et la hausse des salaires.

L'amélioration profitera essentiellement à la branche maladie, dont les pertes vont se réduire d'environ 20 milliards en 2022 à 6,5 milliards en 2023.

Un résultat toutefois largement dû à la fonte de la facture du Covid, qui passerait de plus de 11 milliards à seulement 1 milliard l'an prochain, bien que cette provision "risque de se révéler très insuffisante", selon l'avis du Haut conseil des finances publiques, cité dans le document.

Au-delà de cette échéance, le déficit de la branche maladie continuerait de se réduire à un rythme beaucoup plus modéré, pour s'établir à 2,6 milliards en 2026.

A l'inverse, la branche vieillesse devrait vite replonger: proche de l'équilibre cette année (-1,7 milliard), elle devrait creuser ses pertes jusqu'à 13,6 milliards en 2026.

Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années.

L'avant-projet de loi ne comprend cependant aucune mesure de réforme des retraites, alors que l'exécutif songe à introduire une hausse de l'âge légal ou de la durée de cotisation par un amendement lors des débats au Parlement au mois d'octobre.

Par ailleurs, les branches famille et accidents du travail devraient rester excédentaires au moins jusqu’en 2026, tandis que la branche autonomie, déficitaire en 2023, repasserait ensuite dans le vert.


L’Arabie saoudite favorise l’économie basée sur l’intelligence artificielle

La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA (fournie)
La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA (fournie)
Short Url
  • La technologie apportera une contribution de plusieurs milliards au produit intérieur brut
  • De plus, cela pourrait dynamiser l’économie au moyen d’emplois, d’investissements et de possibilités pour le Royaume

RIYAD: L’Autorité saoudienne des données et de l’intelligence artificielle (SDAIA) vise à mettre en place une économie de premier plan axée sur les données et l’intelligence artificielle et à faire de l’Arabie saoudite l’un des meilleurs pays en matière de technologie, déclare le directeur adjoint de l’agence.

Mishari al-Mishari, le directeur adjoint de la SDAIA, déclare à Arab News, en marge du Sommet mondial sur l’intelligence artificielle à Riyad, que la SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA.

«La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national des données et de l’intelligence artificielle en vue de mettre en place une économie de premier plan axée sur les données et l’IA», dit-il.

La conférence, organisée par la SDAIA, a accueilli jusqu’à 30 000 participants et des représentants de plus de 90 pays, ajoute-t-il.

«Lors de ce sommet, nous ne nous sommes pas limités aux dialogues et à la discussion; nous avons également mis l’accent sur l’expérience», insiste-t-il.