Les soldats restent mais pas de solution américaine pour la Syrie

Un convoi de véhicules américains est aperçu après s'être retiré du nord de la Syrie, au poste frontière irako-syrien à la périphérie de Dohuk, en Irak, le 21 octobre 2019. (Photo, REUTERS)
Un convoi de véhicules américains est aperçu après s'être retiré du nord de la Syrie, au poste frontière irako-syrien à la périphérie de Dohuk, en Irak, le 21 octobre 2019. (Photo, REUTERS)
Short Url
Publié le Vendredi 08 octobre 2021

Les soldats restent mais pas de solution américaine pour la Syrie

  • «Un élément de la guerre continue dans l'est de la Syrie est l'assistance militaire américaine aux milices YPG et SDF pour protéger les champs pétrolifères»
  • «L'aile gauche du Parti démocrate est d'accord avec le mouvement America First au sein du Parti républicain sur la nécessité de réduire les déploiements et les coûts militaires américains»

Deux délégations syriennes se sont rendues à Washington la semaine dernière. Ils n'ont pas vision commune pour résoudre le conflit en Syrie et ont rencontré des Américains séparément, sans se rencontrer mutuellement. Le chef de la délégation de la Coalition nationale syrienne a déclaré plus tard à Asharq Al-Awsat qu'il y avait une différence dans le traitement américain des deux organisations d'opposition. Il était poli. En fait, les Américains sont depuis des années mal à l'aise avec les islamistes de la Coalition nationale et son soutien turc.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Pourquoi certaines personnes vaccinées résistent à Omicron et d'autres non

Une femme se fait tester dans un centre de test rapide de la ville de Düsseldorf, dans l'ouest de l'Allemagne, le 19 janvier 2022. (AFP)
Une femme se fait tester dans un centre de test rapide de la ville de Düsseldorf, dans l'ouest de l'Allemagne, le 19 janvier 2022. (AFP)
Short Url
  • La protéine de pointe d'Omicron est différente de celle que les vaccins visaient à combattre, et c'est pourquoi nous voyons des reportages selon lesquels les vaccins sont «moins efficaces»
  • La vie est profondément injuste. Chez certains d'entre nous, les vaccins anti-Covid-19 fonctionnent de manière assez robuste, même contre l'omicron

La variante omicron se propage si rapidement qu'on a parfois l'impression que la résistance est vaine. Il est décourageant d'entendre parler d'omicron infectant des personnes qui sont à jour sur leurs vaccins et portent un masque N95 chaque fois qu'elles quittent la maison. Même certains experts bien connus de la santé publique sont infectés. Mais cela ne signifie pas que tout le monde va l'attraper.


Cela signifie que la vie est profondément injuste. Chez certains d'entre nous, les vaccins anti-Covid-19 fonctionnent de manière assez robuste, même contre l'omicron. Dans d'autres, l'effet des vaccins est plus faible. Cela tient à la diversité spectaculaire du système immunitaire humain, qui est en partie régulé par certains des gènes les plus variés du corps humain.

Lire la suite 

 

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en Français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.

 


La condition des femmes turques se dégrade

La condition des femmes turques se dégrade
Short Url
  • Le président islamiste Erdogan a retiré son pays de la Convention d’Istanbul contre les violences à l’égard des femmes
  • Les femmes en ressentent les conséquences un peu plus chaque jour

Ebru s’écrase sur sa chaise en s’autorisant une mini-pause. Dans ce café stambouliote où elle se sent suffisamment en sécurité pour parler, l’étudiante de 23 ans tend ses deux poignets marqués par les ecchymoses. «Voilà comment les flics nous traitent. Voilà ce qu’ils nous font quand on veut manifester. Voilà ce que c’est qu’être une femme aujourd’hui en Turquie.»

Un soupir au-dessus de sa tasse de thé, la jeune femme se retient de craquer. Le matin même, elle est rentrée épuisée d’Ankara après avoir échoué à y organiser un sit-in avec sa bande de copains activistes pour dénoncer la pénurie en logements étudiants. «La police a bloqué notre bus à l’entrée de la capitale. On nous a tabassés, menottés et embarqués au commissariat, où nous avons été retenus une dizaine d’heures. Je vous passe les insultes sexistes - “salope”, “traînée” - dont toutes les filles ont fait l’objet!»

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en Français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Assad nous sauve d'un terrible choix

Dans cette photo d'archive prise le 23 avril 2020, l'accusé syrien Anwar Raslan est photographié au tribunal pour un procès sur la torture parrainée par l'État en Syrie, à Coblence, dans l'ouest de l'Allemagne. (AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 23 avril 2020, l'accusé syrien Anwar Raslan est photographié au tribunal pour un procès sur la torture parrainée par l'État en Syrie, à Coblence, dans l'ouest de l'Allemagne. (AFP)
Short Url
  • Ce n'est qu'après avoir vu les photographies de César que j'ai pris conscience de l'énorme brutalité
  • Le procès de Coblence nous rappelle qu'en réalité, la tragédie en Syrie est principalement de la responsabilité du gouvernement syrien

Il est facile de saluer la décision du tribunal de Coblence qui a reconnu Anwar Raslan coupable de torture, de viol ainsi que de meurtres à la branche 251 de Damas.
Lorsque j'étais ambassadeur à Damas, j'ai écouté des Syriens parler de plusieurs centres de détention, dont la branche 251. Nous connaissions intellectuellement les mauvais traitements infligés aux prisonniers, mais ce n'est qu'après avoir vu les photographies de César que j'ai pris conscience de l'énorme brutalité.

Le tribunal de Coblence a condamné cet l’ex-colonel des services de renseignement syriens pour son implication dans 27 meurtres, de torture et de viol à la branche 251. Il convient de noter qu'un expert allemand en identification de preuves a fait savoir que 110 victimes parmi les 6 786 morts dans les photographies du dossier César semblaient provenir de la branche 251, en partie sur la base du code numérique écrit sur leur corps.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en Français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.