La France veut donner un coup de jeune à sa relation avec l'Afrique

(FILES) Dans cette photo d'archive prise le 28 novembre 2017, le président français Emmanuel Macron (C) salue les habitants, marchant avec le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kabore (L), alors qu'il quitte l'Université de Ouagadougou après avoir prononcé un discours, dans le cadre de sa première tournée africaine depuis sa prise de fonction. LUDOVIC MARIN / AFP
(FILES) Dans cette photo d'archive prise le 28 novembre 2017, le président français Emmanuel Macron (C) salue les habitants, marchant avec le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kabore (L), alors qu'il quitte l'Université de Ouagadougou après avoir prononcé un discours, dans le cadre de sa première tournée africaine depuis sa prise de fonction. LUDOVIC MARIN / AFP
Short Url
Publié le Vendredi 08 octobre 2021

La France veut donner un coup de jeune à sa relation avec l'Afrique

  • Ce sommet se tient à un moment où l'influence de la France dans son ancien pré-carré est de plus en plus disputée, particulièrement par la Russie, et où Paris est en crise ouverte avec le Mali et l'Algérie
  • Pour la première fois depuis 1973, début des sommets France-Afrique (devenus Afrique-France), aucun chef d'Etat du continent n'est invité

MONTPELLIER : Des centaines de jeunes de la "société civile" africaine sont invités vendredi à Montpellier (sud de la France) par le président Emmanuel Macron, pour un sommet Afrique-France inédit visant à "refonder" la relation, mais qualifié de "rupture en trompe-l'oeil" par certains intellectuels africains.

Ce sommet se tient à un moment où l'influence de la France dans son ancien pré-carré est de plus en plus disputée, particulièrement par la Russie, et où Paris est en crise ouverte avec le Mali et l'Algérie.

Pour la première fois depuis 1973, début des sommets France-Afrique (devenus Afrique-France), aucun chef d'Etat du continent n'est invité. Ce nouveau format doit permettre, selon la présidence française, "d'écouter la parole de la jeunesse africaine" et de "sortir des formules et des réseaux obsolètes". En clair, rompre, encore et toujours, avec la "Françafrique", ses pratiques opaques et ses réseaux d'influence.

Ce seront donc de jeunes entrepreneurs, artistes, sportifs du continent qui rencontreront leurs alter ego français et de la diaspora pour discuter de sujets économiques, politiques et culturels. Puis un panel de douze jeunes Africains, du Mali, de la Côte d'Ivoire, de la Tunisie, d'Afrique du Sud, du Kenya... s'entretiendra l'après-midi avec le président Macron en séance plénière.

Ce panel a été sélectionné à l'issue des dialogues menés pendant des mois à travers le continent par l'intellectuel camerounais Achille Mbembe, chargé de préparer le sommet.

Dans son rapport, remis mardi au président français, M. Mbembe estime notamment que la France est trop déconnectée "des nouveaux mouvements et des expérimentations politiques et culturelles" portés par la jeunesse africaine.

Il souligne également que de tous les différends, "aucun n'est aussi corrosif que l'appui présumé de la France à la tyrannie sur le continent". Le récent exemple tchadien, lorsque le président français a immédiatement apporté son soutien à la junte militaire mise en place par le fils Deby après l'assassinat de son père, est dans toutes les têtes.

Interventions militaires françaises, souveraineté, gouvernance, démocratie, "les sujets qui fâchent seront sur la table", insiste l'Elysée.

"L'Afrique est travaillée par deux forces: celles de l'innovation et celles de la clôture, des forces de mort. La question principale que poseront les jeunes à Macron c'est: de quel côté êtes-vous ?", assurait jeudi M. Mbembe au micro de France inter.

Trompe-l'oeil

Le penseur du postcolonialisme a été sévèrement critiqué par certains de ses pairs africains pour avoir accepté de piloter le sommet.

Dans une tribune publiée jeudi sur le site senegalactu.info, l'écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop dénonce "un faux coup de pied dans la fourmillière". "Le face-à-face entre Macron et la société civile africaine aurait été beaucoup plus crédible ou même fructueux si on avait au moins senti sur le terrain des signes concrets de sa volonté de changement", écrit-il.

De  leur côté, les intellectuels du collectif panafricain Cora critiquent "une société civile taillée sur mesure" à Montpellier, "l'Afrique qui réussit", "pour donner l'illusion" que la France est "à l'écoute des populations africaines et de leurs intellectuels".

Au-delà des sujets politiques, le sommet donne une large place aux acteurs économiques. Il a été précédé par des rencontres pendant deux jours à Paris avec 350 entrepreneurs africains. 

Une autre table ronde sera consacrée aux questions des restitutions des biens culturels, un des domaines dans lesquels les intellectuels les plus critiques reconnaissent à Emmanuel Macron des gestes forts.

Pour le philosophe canadien d'origine guinéenne Amadou Sadjo Barry, "les lignes ont bougé sur le plan symbolique, il y a eu des gestes importants" comme la restitution de biens pillés au Bénin, l'annonce de la fin du franc CFA, la reconnaissance des "responsabilités accablantes" de la France dans le génocide des Tutsi au Rwanda en 1994...

A l'issue du sommet, le président français, probable candidat à sa réélection dans sept mois, pourrait faire des annonces générales, s'appuyant sur les propositions d'Achille Mbembe. Parmi elles, la création d'un Fonds destiné à soutenir les initiatives de promotion de la démocratie, des programmes permettant une plus grande mobilité étudiante, ou la mise en place d'un "forum euro-africain sur les migrations".


Pour Xavier Bertrand, le pari raté du retour au bercail LR

"Je ne regrette vraiment pas, ce sont les adhérents qui ont décidé, c'est la démocratie", a affirmé le président des Hauts-de-France, éliminé au premier tour de la course à l'investiture LR, à son QG de campagne parisien (AFP)
"Je ne regrette vraiment pas, ce sont les adhérents qui ont décidé, c'est la démocratie", a affirmé le président des Hauts-de-France, éliminé au premier tour de la course à l'investiture LR, à son QG de campagne parisien (AFP)
Short Url
  • Il était pourtant le premier à être parti en campagne, avec une candidature officialisée en mars et une volonté à toute épreuve
  • Le président des Hauts-de-France, qui avait claqué la porte de LR en 2017 sur des désaccords avec le président d'alors Laurent Wauquiez, excluait à l'origine de se soumettre au vote de son ancienne famille

PARIS: L'élimination de Xavier Bertrand de la course LR à la présidentielle, malgré son retour au bercail, est un petit séisme à droite, qui se prive de celui qui semblait le mieux placé dans ses rangs pour battre Emmanuel Macron.

"Je ne regrette vraiment pas, ce sont les adhérents qui ont décidé, c'est la démocratie", a affirmé le président des Hauts-de-France, éliminé au premier tour de la course à l'investiture LR, à son QG de campagne parisien.

Sitôt les résultats connus, il a appelé au rassemblement derrière Valérie Pécresse, qu'il a rejointe à son siège de campagne. "Pour le second tour, je voterai Valérie Pécresse", a-t-il affirmé très rapidement sur twitter.

Il était pourtant le premier à être parti en campagne, avec une candidature officialisée en mars et une volonté à toute épreuve.

Son programme travaillé très en amont, sur un triptyque travail-autorité-territoires l'ancrant dans une ligne de droite sociale, ses équipes issues notamment de son think tank La Manufacture, lui permettaient d'avancer dans la bataille présidentielle parfaitement préparée.

Et il n'a rien négligé pour convaincre, multipliant les meetings et réunions zoom, donnant des interviews à répétitions... le candidat revendiquait avoir rencontré jusqu'à 14 000 personnes lors de cette campagne.

Son aisance en réunion, son énergie en débat et sa volonté de rassemblement lui laissaient espérer de décrocher l'investiture. 

D'autant que depuis plusieurs mois, il disposait d'une légère avance sur ses concurrents dans les sondages testant les hypothèses de premier tour à la présidentielle.

Le président des Hauts-de-France, qui avait claqué la porte de LR en 2017 sur des désaccords avec le président d'alors Laurent Wauquiez, excluait à l'origine de se soumettre au vote de son ancienne famille.

La présidentielle est "la rencontre d'un homme et des Français", affirmait-il alors.

- "Disponible" -

Mais il n'a jamais réussi à écraser le match, ni à décoller dans les sondages, restant comme ses concurrents de droite derrière Emmanuel Macron et l'extrême droite. 

Partir seul au combat risquait alors de faire de lui le diviseur de sa famille politique, alors que la droite ne peut se permettre le luxe de divisions mortifères.

Xavier Bertrand n'a donc eu d'autre choix que de réintégrer la course commune, acceptant début septembre de se présenter au congrès et reprenant sa carte début octobre.

Conscient que certains pouvaient lui garder rigueur de son départ, il avait à coeur de revenir à chaque meeting sur sa décision en la liant à sa lutte contre l'extrême droite: "je veux m'en expliquer devant vous", répétait-il.

Il avait pourtant, au cours de cette campagne placée à l'ombre d'Eric Zemmour, beaucoup durci son discours sur le régalien, prônant une baisse drastique de l'immigration, des peines minimales obligatoires pour les agresseurs de policiers et d'élus...

Plaidant le rassemblement en meeting, s'interdisant les piques même feutrées en débat, celui qui dans les dernières réunions publiques refusait de faire allusion aux sondages aura finalement échoué dans son pari.

"Je n'ai pas réussi à convaincre", a-t-il reconnu jeudi, en assurant que "maintenant le plus important est le rassemblement".

Et "à partir de maintenant, c'est ma région, dans laquelle j'habite, je vis", a-t-il assuré, manière de dire qu'il abandonnait toute ambition présidentielle.

Jeudi après-midi, il s'est rendu au QG de campagne de Valérie Pécresse. 

"Samedi je suis évidemment disponible pour montrer que tous les candidats se rejoignent, se retrouvent", a-t-il ajouté, en allusion à l'annonce samedi, à l'issue du deuxième tour, du vainqueur de ce congrès.


Candidature LR: Ciotti et Pécresse qualifiés pour le deuxième tour

Combinaison de photographies d'archives créée le 2 décembre 2021, montre les deux candidats restants après l'annonce des résultats du premier tour des primaires du parti Les Républicains (LR) : Valérie Pécresse et Eric Ciotti. (AFP)
Combinaison de photographies d'archives créée le 2 décembre 2021, montre les deux candidats restants après l'annonce des résultats du premier tour des primaires du parti Les Républicains (LR) : Valérie Pécresse et Eric Ciotti. (AFP)
Short Url
  • Après un second tour vendredi et samedi, le nom du candidat sera annoncé samedi à 14H30
  • La droite reste pour le moment à la traîne dans les sondages, derrière Emmanuel Macron et l'extrême droite

PARIS: Double surprise au premier tour du congrès LR: Eric Ciotti s'est qualifié pour le second tour où il affrontera Valérie Pécresse, tandis que Xavier Bertrand, qui passait pour le mieux placé à droite, a été éliminé, comme Michel Barnier.

Le député des Alpes-Maritimes, tenant d'une ligne droitière, a recueilli 25,59% des voix, devançant de peu la présidente de l'Ile-de-France, qui a totalisé 25% des suffrages sur sa ligne de "compétence" et "d'ordre".

Parti avec le statut de favori mais affaibli après les débats télévisés, Michel Barnier a recueilli 23,93% des voix.

Xavier Bertrand n'est arrivé que quatrième avec 22,36%, ses appels au rassemblement n'ayant visiblement pas réussi à effacer son départ fracassant du parti, en 2017.

Philippe Juvin, challenger de la compétition, n'a fait que 3,13% des voix.

Quelques minutes après l'annonce des résultats, Xavier Bertrand, qui apparaissait à droite comme le mieux placé dans les sondages nationaux, a appelé au "rassemblement" derrière Valérie Pécresse. 

Michel Barnier, qui a jugé Valérie Pécresse "la mieux préparée pour gagner l'élection présidentielle", et Philippe Juvin, louant "une femme qui peut amener la droite à la victoire", ont également appelé à voter pour la présidente de l'Ile-de-France.

Se retrouveront au second tour deux candidats aux lignes bien distinctes.

Mme Pécresse, 54 ans, "bosseuse" méthodique et attachée aux valeurs républicaines, était la seule femme en lice, et espère décrocher l'investiture avec une ligne libérale sur l'économie et ferme sur le régalien.

En face, Eric Ciotti, 56 ans, "ne s'excuse pas d'être de droite", prône la "rupture", libérale sur l'économie et dure sur le régalien, avec des propositions choc: préférence nationale sur l'emploi et le logement, retour au droit du sang, "Guantanamo à la française"....

"J'ai l'intime conviction qu'un positionnement trop centriste, trop proche du macronisme ne permettra en aucun cas de battre le président de la République sortant", a insiste M. Ciotti après sa qualification qu'il a accueillie avec "une immense joie" et sur laquelle "peu de commentateurs auraient parié il y a quelques semaines".

"Ca démontre que la clarté en politique finit toujours par triompher", a ajouté celui qui dit porter un "puissant projet d'autorité, de sécurité et de liberté".

Avant même le résultat, son évocation faisait grincer des dents: le maire LR de Saint-Etienne Gaël Perdriau a affirmé qu'il ne soutiendrait pas Eric Ciotti s'il venait à gagner le congrès.

Marine Le Pen a elle ironisé: "Je ne suis pas sûre que ce soit une très bonne nouvelle pour LR de voir que leurs adhérents sont aussi divisés. Je note également que M. Ciotti arrive en tête ce qui démontre en réalité la revanche de la ligne Wauquiez".

- Le deuxième tour commence vendredi -

Pour Xavier Bertrand, la chute est sévère.

"Je ne regrette vraiment pas d'avoir présenté ma candidature à ce congrès, je vais rejoindre Valérie Pécresse à son quartier général pour lui témoigner mon soutien", a dit le président de la région Hauts-de-France visiblement ému, à la presse, promettant de continuer à faire campagne pour aider la droite à s'imposer en 2022.

Le vote pour le deuxième tour commencera vendredi à 08h00 et se terminera samedi à 14H00. Là aussi, les résultats seront annoncés à 14H30 lors d'une conférence de presse.

Un entre-deux tours volontairement bref. "On n'a pas envie qu'il y ait du sang sur les murs, il faut que ça aille vite et bien", a affirmé mercredi le porte-parole du parti Gilles Platret sur BFMTV.

Car LR, échaudé par les divisions mortifères de la primaire de 2016 suivies d'une élimination historique au premier tour de la présidentielle, ne peut plus se payer le luxe de rivalités.

En 2022, soit elle accède au second tour, soit son avenir de grand parti à vocation gouvernementale sera compromis.

La droite reste pour le moment à la traîne dans les sondages, derrière Emmanuel Macron et l'extrême droite.

LR espère que le candidat décollera une fois désigné par le congrès.

Revenu sur le devant de la scène, LR doit aussi déjouer les télescopages, alors que le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour vient de déclarer sa candidature.

Le parti doit enfin convaincre la part de son électorat potentiellement tentée par la macronie: mercredi, le maire de Nice Christian Estrosi, qui a claqué la porte de LR en mai, a rejoint Horizons, le mouvement de l'ancien Premier ministre Edouard Philippe (ex-LR lui aussi).

 

 


LR désigne ses deux finalistes à l'investiture pour 2022

Short Url
  • Lesquels de Michel Barnier, Xavier Bertrand, Eric Ciotti, Philippe Juvin ou Valérie Pécresse s'affronteront en finale ?
  • Le nom du vainqueur et candidat officiel de la droite pour 2022 sera annoncé samedi à 14H30.

PARIS: Fin du suspense pour les adhérents LR qui connaîtront jeudi après-midi, après une campagne intense, les noms des deux finalistes encore en lice pour l'investiture de droite pour la présidentielle de 2022.

Lesquels de Michel Barnier, Xavier Bertrand, Eric Ciotti, Philippe Juvin ou Valérie Pécresse s'affronteront en finale ?

Aucun candidat n'ayant écrasé le match, le résultat du premier tour s'annonce serré. Seule chose certaine: la participation sera forte, puisque jeudi à 10H00 elle atteignait déjà 73,6%.

Les adhérents ont jusqu'à 14H00 jeudi pour voter lors de ce premier tour, organisé de façon dématérialisée. Une fois les urnes électroniques ouvertes en présence d'un représentant de chaque candidat, les résultats seront annoncés à 14H30 par le président du parti Christian Jacob, lors d'une conférence de presse.

Place alors aux réactions, dans le sillage d'échanges discrets entre les équipes: les candidats pourront sortir de la réserve imposée par la campagne, jusqu'à 23H59 jeudi soir, le deuxième tour commençant dans la foulée, pour se terminer samedi à 14H00.

Le nom du vainqueur et candidat officiel de la droite pour 2022 sera annoncé samedi à 14H30.

L'entre-deux tours s'annonce donc bref: "On n'a pas envie qu'il y ait du sang sur les murs. On ne veut pas de tractations, de couteaux sous la gorge, il faut que ça aille vite et bien", a affirmé mercredi le porte-parole du parti Gilles Platret sur BFMTV.

Car LR, échaudé par les divisions mortifères de la primaire de 2016 suivies d'une élimination historique au premier tour de la présidentielle, ne peut plus se payer le luxe de rivalités.

En 2022, soit elle accède au second tour, soit son avenir de grand parti à vocation gouvernementale sera compromis.

Après le verdict du premier tour, toutes les configurations sont possibles entre les quatre "gros" candidats, qui ont chacun joué leur partition dans cette campagne: compétence pour Valérie Pécresse, rassemblement pour Xavier Bertrand, sérieux et loyauté pour Michel Barnier, aile droitière pour Eric Ciotti...

Hésitations 

Ces dernières semaines, une multitude de déplacements et de réunions par visio aura permis à chaque candidat de rencontrer plusieurs milliers de personnes, et de convaincre les sympathisants de prendre leur carte chez LR.

Près de 140.000 personnes au total peuvent voter, un bond par rapport à l'été, même si on reste très loin des quelque 4 millions d'électeurs à la primaire ouverte de 2016.

Touchant un public plus large, les candidats ont aussi pu exposer leur projet au cours de quatre débats télévisés, où l'accent a beaucoup été mis sur les thématiques d'immigration et d'insécurité.

Lors de ces débats, Michel Barnier, qui s'était lancé dans la course avec le statut de favori, est apparu moins à l'aise que ses concurrents, tandis qu'Eric Ciotti et Philippe Juvin ont pu gagner en audience.

La droite reste pour le moment à la traîne dans les sondages, derrière Emmanuel Macron et l'extrême droite, même si Xavier Bertrand dispose d'une légère avance sur ses concurrents, suivi par Valérie Pécresse. LR espère que le candidat décollera une fois désigné par le congrès.

L'incertitude est renforcée par le fait que certains semblent avoir attendu la dernière minute pour se décider. 

"J'y ai pensé hier puis toute la nuit, ce matin j'ai pris la décision" affirmait mercredi un adhérent, Henri Formica, à la permanence LR de Pegomas (Alpes-Maritimes).

Revenu sur le devant de la scène, LR doit aussi déjouer les télescopages, alors que le polémiste Eric Zemmour vient de déclarer sa candidature.

Le parti doit également convaincre la part de son électorat potentiellement tentée par la macronie: mercredi, le maire de Nice Christian Estrosi, qui a claqué la porte de LR en mai, a rejoint Horizons, le mouvement de l'ancien Premier ministre Edouard Philippe (ex-LR lui aussi).

Car si tous les candidats se sont engagés à soutenir le vainqueur final, le projet de rupture d'Eric Ciotti fait tiquer certains au centre: le maire LR de Saint Etienne Gaël Perdriau a affirmé au Progrès qu'il ne le soutiendrait pas.

"Je ne lui apporterai pas mon soutien", a également assuré l'UDI François Sauvadet sur Public Sénat, tandis que le président du Nouveau centre Hervé Morin assurait sur France 2: "Si on veut avoir une chance de gagner, mieux vaut être avec Pécresse, Bertrand, Barnier, qu'avec Ciotti".