La coopération de défense franco-britannique en question

Une tête de missile exocet dans le banc d'essai dynamique de la salle Bedyra pour radars et autodirecteurs à la Direction générale de l'armement (DGA) le 30 mai 2017 à Bruz, près de Rennes, dans l'ouest de la France. (Damien Meyer / AFP)
Une tête de missile exocet dans le banc d'essai dynamique de la salle Bedyra pour radars et autodirecteurs à la Direction générale de l'armement (DGA) le 30 mai 2017 à Bruz, près de Rennes, dans l'ouest de la France. (Damien Meyer / AFP)
Short Url
Publié le Samedi 09 octobre 2021

La coopération de défense franco-britannique en question

  • La discorde franco-britannique sur la suite du programme de développement de missiles s'ajoute aux nombreux points de tensions entre les deux pays provoqués par le Brexit
  • Une première étude de 100 millions d'euros, financée à parts égales, avait démarré en mars 2017, à la veille du lancement officiel du processus de sortie de l'UE par le Royaume-Uni

PARIS : La coopération militaire franco-britannique traverse elle aussi une zone de turbulences, Paris et Londres ne parvenant pas à s'accorder sur la suite du programme de missiles antinavires et de croisière qu'ils avaient prévu de développer en commun.

Cette discorde sur un projet jugé crucial pour l'autonomie stratégique européenne intervient dans un contexte politique très tendu après l'annonce d'un partenariat stratégique entre les États-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni pour contrer la Chine, AUKUS, incluant la fourniture de sous-marins à propulsion nucléaire à Canberra et qui a sorti de fait Paris du jeu.

Et elle s'ajoute aux nombreux points de tensions entre les deux pays provoqués par le Brexit, que ce soit sur la pêche ou l'immigration.

«Indubitablement c'est un programme en difficulté, compte tenu de l'état de nos relations avec le Royaume-Uni. Nous sommes en train  de réfléchir à ce qu'il est possible de faire ou non avec les Britanniques», a confié mardi la ministre des Armées Florence Parly devant la commission défense des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale.

Une rencontre prévue fin septembre entre Florence Parly et son homologue britannique Ben Wallace a été annulée à la demande de Paris, selon une source au ministère français.

Dans le cadre du Traité de Lancaster House de 2010, qui scelle la coopération franco-britannique dans la défense, Paris et Londres travaillent sur un programme destiné développer à l'horizon 2030 une nouvelle génération de missiles antinavires pour remplacer les Exocet de la marine française et les Harpoon de fabrication américaine de la Royal Navy, ainsi que des missiles de croisière pour succéder aux Scalp et Storm Shadow développés par MBDA pour les deux pays.

Mais ce projet FMAN/FMC (futur missile antinavire/futur missile de croisière) patine.

«Ce programme devait faire l'objet de discussions intenses dans les prochaines semaines, précisément parce que nous devions nous assurer que nous avions bien des besoins convergents. Cette discussion sera différée par rapport au calendrier initial», expliquait Mme Parly fin septembre dans un entretien au Monde.

«Au moment où ils ont fait le choix, d'abord du Brexit, ensuite du Global Britain (concept stratégique qui oriente la politique étrangère britannique vers les États-Unis et l'Indo-Pacifique) et, enfin, de la dépendance encore accrue vis-à-vis des États-Unis, la balle est dans leur camp», concluait-elle.

- Furtivité ou vélocité -

Une première étude de 100 millions d'euros, financée à parts égales, avait démarré en mars 2017, à la veille du lancement officiel du processus de sortie de l'UE par le Royaume-Uni. Celle-ci portait sur une phase de concept.

Les deux pays négocient depuis plusieurs mois une nouvelle étude de trois ans sur les deux concepts retenus: un concept subsonique furtif pour remplir le besoin de missile de croisière longue portée aéroporté et un concept supersonique pour le missile antinavire aéroporté ou tiré des bâtiments de surface, détaillait un rapport de députés français fin 2020.

Dans ces discussions, les Britanniques mettaient l'accent sur la furtivité de l'engin, les Français sur sa vélocité, selon les députés.

Mais les Britanniques tendent à se désintéresser du projet de missile antinavire porté par les Français, selon une source française proche du dossier.

L'enjeu de cette coopération est d'importance, les deux pays représentent 60% des dépenses européennes de défense et 80% des dépenses de recherche et développement dans le domaine de la défense. Et même si Paris a multiplié les coopérations avec Berlin depuis 2017 et appelle à l'avènement d'une autonomie stratégique européenne, Londres reste au cœur de ses projets de coopération militaires.

La relation franco-britannique «subit de facto un coup de froid», affirme Christian Cambon, président de la commission de la Défense du Sénat et «le Brexit, qu'on le veuille ou non, n'a pas créé le climat le plus favorable».

Mais, selon lui, «nos intérêts industriels et en matière de défense et de sécurité sont tellement importants et communs que les choses vont reprendre leur place».

Outre la coopération sur les missiles, les accords de Lancaster House ont notamment instauré le partage des capacités de simulation dans le domaine des armes nucléaires (programme Teutates) ou encore la création d'une Force expéditionnaire interarmées combinée (CJEF), prévoyant le déploiement de 10.000 militaires. Et au Mali, Londres met à disposition des hélicoptères lourds Chinook dont les Français ont cruellement besoin.


Seule la «diplomatie» mettra fin à la guerre en Ukraine, assure Zelensky

La guerre en Ukraine ne peut prendre fin que par des biais «diplomatiques», a assuré samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
La guerre en Ukraine ne peut prendre fin que par des biais «diplomatiques», a assuré samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Short Url
  • Le 17 mai, un conseiller du président ukrainien, Mykhaïlo Podoliak, avait indiqué que les pourparlers entre Moscou et Kiev étaient «en pause»
  • Le lendemain, le Kremlin avait accusé l'Ukraine d'«absence totale de volonté» de négocier avec la Russie pour mettre fin à l'invasion de l'Ukraine

KIEV: La guerre en Ukraine ne peut prendre fin que par des biais "diplomatiques", a assuré samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, alors que les négociations entre Moscou et Kiev sont dans l'impasse.

"La fin (du conflit) sera diplomatique", a-t-il déclaré lors d'un entretien à la chaîne télévisée ukrainienne ICTV. La guerre "sera sanglante, ce sera des combats, mais elle prendra fin définitivement via la diplomatie".

"Les discussions entre l'Ukraine et la Russie auront résolument lieu. Je ne sais pas sous quel format: avec des intermédiaires, sans eux, dans un cercle élargi, au niveau présidentiel", a-t-il déclaré.

"Il y a des choses que nous ne pourrons atteindre qu'à la table des négociations. Nous voulons que tout revienne" comme avant le début de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février, ce que "la Russie ne veut pas", a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

Les résultats de ces pourparlers - dont le sujet peut varier "selon le moment de la rencontre" - doivent être "justes" pour l'Ukraine, a souligné le président.

Evoquant un document portant sur les garanties de sécurité de l'Ukraine, il a affirmé qu'il sera signé par "les amis et partenaires de l'Ukraine, sans la Russie", tandis qu'en parallèle se tiendra "une discussion bilatérale avec la Russie".

Il a aussi rappelé avoir mis comme condition sine qua non de la poursuite des pourparlers le fait que les militaires ukrainiens retranchés dans le vaste complexe métallurgique d'Azovstal à Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, ne soient pas tués par l'armée russe.

Or les troupes russes "ont donné la possibilité, trouvé une façon pour que ces personnes sortent vivantes" d'Azovstal, a-t-il noté. "Le plus important pour moi est de sauver le maximum de gens et de militaires".

Le 17 mai, un conseiller du président ukrainien, Mykhaïlo Podoliak, avait indiqué que les pourparlers entre Moscou et Kiev étaient "en pause", estimant que Moscou ne faisait preuve d'aucune "compréhension" de la situation.

Le lendemain, le Kremlin avait accusé l'Ukraine d'"absence totale de volonté" de négocier avec la Russie pour mettre fin à l'invasion de l'Ukraine.

Plusieurs rencontres entre négociateurs des deux camps ont eu lieu mais n'ont donné aucun résultat concret.

La dernière rencontre entre les chefs des délégations - Vladimir Medinski côté russe et David Arakhamia pour l'Ukraine - remonte au 22 avril, selon les agences de presse russes.

Après avoir échoué à prendre le contrôle de Kiev et sa région, l'armée russe concentre désormais ses efforts dans une offensive contre l'Est de l'Ukraine, où les combats sont intenses.


Londres veut une Moldavie «équipée aux normes de l'Otan» contre une éventuelle agression russe

La ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss souhaite voir la Moldavie, pays voisin de l'Ukraine, «équipée aux normes de l'OTAN» (Photo, AFP).
La ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss souhaite voir la Moldavie, pays voisin de l'Ukraine, «équipée aux normes de l'OTAN» (Photo, AFP).
Short Url
  • Liz Truss a expliqué que le Royaume-Uni discutait avec ses alliés des moyens de s'assurer que l'Ukraine soit «capable de se défendre de façon permanente»
  • Elle a estimé que la Russie représente «absolument» une menace pour la sécurité de la Moldavie

LONDRES: La ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss souhaite voir la Moldavie, pays voisin de l'Ukraine, "équipée aux normes de l'OTAN" pour la protéger contre une éventuelle agression russe, a-t-elle déclaré dans une interview publiée samedi dans le Telegraph. 

Liz Truss a expliqué que le Royaume-Uni discutait avec ses alliés des moyens de s'assurer que l'Ukraine soit "capable de se défendre de façon permanente", ce qui s'applique également à d'autres "États vulnérables" comme la Moldavie qui n'est pas membre de l'Otan. 

"Ce sur quoi nous travaillons actuellement, c'est une commission conjointe avec l'Ukraine et la Pologne sur la mise à niveau des défenses ukrainiennes aux normes de l'Otan", a-t-elle déclaré. 

"Cela s'applique également à d'autres États vulnérables comme la Moldavie. Parce qu'encore une fois, la menace venant de la Russie est plus large, nous devons également nous assurer qu'ils sont équipés aux normes de l'Otan", a ajouté Mme Truss.

Elle a estimé que la Russie représente "absolument" une menace pour la sécurité de la Moldavie. Cette ancienne République soviétique de 2,6 millions d'habitants est située au sud-ouest de l'Ukraine qui a été envahie le 24 février par les troupes russes.

"Poutine a été clair sur ses ambitions de créer une plus grande Russie. Et ce n'est pas parce que ses tentatives de prendre Kiev ont échoué qu'il a abandonné ces ambitions", a ajouté Mme Truss.

Selon un assistant de la ministre cité par le Telegraph, "équiper la Moldavie aux normes de l'Otan" impliquerait que des membres de l'alliance fournissent des équipements modernes pour remplacer ceux de l'ère soviétique et forment les soldats à leur utilisation.


Tempête en Allemagne: un mort et près de 60 blessés

Ce phénomène rare et localisé aurait également frappé la ville de Lippstadt, à une trentaine de kilomètres (Photo, AFP).
Ce phénomène rare et localisé aurait également frappé la ville de Lippstadt, à une trentaine de kilomètres (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans le sud, dans la région de Roth, une cabane en bois où s'étaient réfugiés des randonneurs s'est effondrée
  • Quatorze personnes ont été blessées, dont une femme et un enfant grièvement, a indiqué la police bavaroise locale

 

BERLIN: La tempête qui a balayé l'Allemagne vendredi a fait au moins un mort, près de 60 blessés et des dégâts considérables essentiellement dans l'ouest du pays, selon un bilan samedi des autorités locales.

En Rhénanie-Palatinat, un homme de 38 ans est décédé après subi un choc électrique en pénétrant dans une cave inondée suite aux intempéries, et avoir chuté sur la tête, a indiqué la police de Coblence.

La Rhénanie du nord-Westphalie a été particulièrement touchée: une tornade a traversé Paderborn faisant 43 blessés, dont dix graves, a précisé samedi la police de cette ville de quelque 150 000 habitants.

Une trentaine d'entre eux étaient soignés à l'hôpital, une femme est "en danger de mort", a-t-elle détaillé. 

La police a évalué à "plusieurs millions" d'euros les "ravages" provoqué par la tornade.

Ce phénomène rare et localisé aurait également frappé la ville de Lippstadt, à une trentaine de kilomètres, selon un porte-parole des pompiers, mais sans faire de blessé. 

Les intempéries, survenues après plusieurs jours de températures anormalement élevées pour la saison dans le pays, ont provoqué de nombreux dommages dans cette région de l'ouest de l'Allemagne, les forces de l'ordre faisant état d'innombrables arbres déracinés, de toits arrachés, de magasins dévastés.

Les trafics ferroviaire et routier restaient perturbés samedi matin.

Dans le sud, dans la région de Roth, une cabane en bois où s'étaient réfugiés des randonneurs s'est effondrée. Quatorze personnes ont été blessées, dont une femme et un enfant grièvement, a indiqué la police bavaroise locale.

Les services météorologiques allemands ont levé samedi la plupart des avis de tempête, mettant toutefois en garde contre des risques d'orages violents isolés en Bavière et de fortes rafales de vent à l'est.

La violence de la tempête vendredi est liée à l'arrivée en Allemagne d'air particulièrement chaud en provenance d'Espagne et de France, d'une part, et d'air froid venant du nord d'autre part, avait expliqué le météorologue Özden Terli à la télévision publique ZDF, parlant d'un "mélange explosif".