Explosion au port de Beyrouth: grave crise au gouvernement à propos de l'enquête

Cette photo prise le 11 octobre 2021 montre une vue aérienne au coucher du soleil de la capitale libanaise Beyrouth, avec des bâtiments dans l'obscurité lors d'une panne de courant. (AFP)
Cette photo prise le 11 octobre 2021 montre une vue aérienne au coucher du soleil de la capitale libanaise Beyrouth, avec des bâtiments dans l'obscurité lors d'une panne de courant. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 13 octobre 2021

Explosion au port de Beyrouth: grave crise au gouvernement à propos de l'enquête

  • Cible d'une campagne de dénigrement, le juge Bitar avait été contraint mardi de suspendre pour la deuxième fois ses investigations, après avoir émis un mandat d'arrêt à l'encontre de l'ancien ministre des Finances et député Ali Hassan Khalil
  • L'explosion, survenue le 4 août 2020 et causée par le stockage sans mesures de précaution d'énormes quantités de nitrate d'ammonium, a fait au moins 214 morts, plus de 6 500 blessés

BEYROUTH: Le gouvernement libanais a dû reporter une réunion prévue mercredi en raison de fortes tensions à propos de l’enquête sur l'explosion au port de Beyrouth, le Hezbollah pro-iranien et ses alliés réclamant de dessaisir le juge d'instruction Tareq Bitar.

Cible d'une campagne de dénigrement, le juge Bitar avait été contraint mardi de suspendre pour la deuxième fois ses investigations, après avoir émis un mandat d'arrêt à l'encontre de l'ancien ministre des Finances et député Ali Hassan Khalil.

Le député Khalil est un haut responsable du mouvement Amal, formation chiite alliée au Hezbollah et dirigée par le président du Parlement, Nabih Berri.

Le magistrat est la cible d'une campagne menée par plusieurs formations politiques, notamment le Hezbollah. Le chef de la puissante formation chiite, Hassan Nasrallah, avait accusé lundi M. Bitar de politiser l'enquête et demandé son remplacement.

L'explosion, survenue le 4 août 2020 et causée par le stockage sans mesures de précaution d'énormes quantités de nitrate d'ammonium, a fait au moins 214 morts, plus de 6 500 blessés et dévasté plusieurs quartiers de la capitale.

- Manifestation -

Pointées du doigt pour négligence criminelle, les autorités refusent toute investigation internationale et sont accusées par les familles des victimes et des ONG de torpiller l'enquête locale pour éviter des inculpations. 

Les responsables politiques refusent d'être interrogés par le juge. 

L'affaire a failli faire imploser une réunion houleuse mardi après-midi du gouvernement de Nagib Mikati, formé en septembre dernier après un blocage politique de près d'un an, a indiqué à l'AFP un haut responsable qui a requis l'anonymat.

Les ministres relevant du Hezbollah et d'Amal "ont demandé que le juge soit remplacé, mais le gouvernement n'est pas habilité à le faire et la question relève du haut conseil de justice", a ajouté cette source.

La réunion avait été levée et un conseil des ministres était prévu mercredi après-midi, mais il a été reporté faute d'accord sur cette question.

Dans le même temps, des partisans du Hezbollah et d'Amal, ont appelé sur les réseaux sociaux à une manifestation jeudi devant le palais de Justice, où se rassemblent régulièrement les proches des victimes de l'explosion pour demander que l'enquête aboutisse.

Les forces de sécurité ont d'ores et déjà été mises en état d'alerte, a indiqué une source des services de sécurité à l'AFP.

Depuis qu'il a été chargé de l'enquête, M. Bitar a convoqué l' ex-Premier ministre Hassan Diab et quatre ex-ministres en vue de leur inculpation. Ils ne se sont jamais présentés devant le juge, qui a également délivré un premier mandat d'arrêt resté sans exécution contre un ex-ministre des Transports.

Fadi Sawan, prédécesseur du juge Bitar, avait été écarté en février après l'inculpation de hauts responsables dans l'affaire de l'explosion.


Le ministère égyptien de la Santé dément la détection du variant Omicron dans le pays

Un agent de police au Sphinx International Airport, dans l'ouest du Caire, le 26 janvier 2019. (Reuters)
Un agent de police au Sphinx International Airport, dans l'ouest du Caire, le 26 janvier 2019. (Reuters)
Short Url
  • Ce commentaire fait suite à la présence de deux personnes contaminées par le nouveau variant du coronavirus sur un vol en provenance d'Éthiopie
  • Le ministère de la Santé a ordonné des tests rapides pour toutes les personnes arrivant en Égypte en provenance d'Afrique du Sud, du Lesotho, du Botswana, du Zimbabwe, du Mozambique, de Namibie et d'Eswatini

LE CAIRE: Le ministère égyptien de la Santé a rejeté mardi des rumeurs selon lesquelles deux personnes contaminées par le variant du coronavirus Omicron, récemment découvert, étaient présentes sur un vol en provenance d'Éthiopie. 

Le porte-parole Hossam Abdel Ghaffar a déclaré: «Ce n'est pas vrai. L'Égypte n’a pas été touchée par le nouveau variant du coronavirus.» 

Le ministère de la Santé a ordonné des tests rapides pour toutes les personnes arrivant en Égypte en provenance d'Afrique du Sud, du Lesotho, du Botswana, du Zimbabwe, du Mozambique, de Namibie et d'Eswatini. Tous les passagers testés positifs doivent retourner au pays de provenance sur les mêmes avions dans lesquels ils sont arrivés. Ceux dont le test est négatif doivent se mettre en quarantaine pendant sept jours et passer un test PCR à la fin de cette période. 

Abdel Ghaffar a souligné l'importance du respect des mesures de prévention mises en œuvre par les autorités égyptiennes pour empêcher la propagation du virus. Il a affirmé que ces mesures étaient conçues pour empêcher le variant Omicron d'entrer dans le pays, et a ajouté que bien qu'aucun cas de contamination par le nouveau variant n'ait été découvert, «si cela se produisait, il serait annoncé en toute transparence». 

Mohammed al-Nadi, membre du comité scientifique chargé de la lutte contre le coronavirus, a déclaré que bien que l'Égypte n’ait pas été jusqu'à présent touchée par le variant Omicron, ce n'est qu'une question de temps avant que des cas ne soient découverts dans le pays. Il a ajouté que même si de nombreux pays tentaient d'empêcher ou de ralentir l'arrivée du variant, celui-ci finirait probablement par arriver. 

Jusqu'à présent, les autorités égyptiennes ont fait du bon travail, selon Al-Nadi, en isolant les personnes en provenance de lieux où le variant a été détecté, afin de réduire les risques de propagation, tandis que les informations à son sujet – comme les symptômes spécifiques, son degré de contagion, et sa possible résistance aux vaccins ou aux traitements — sont encore incertaines. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Journée mondiale contre le sida : le Maroc veut éradiquer le virus d’ici 2030

Capture d’écran du site du Fonds mondial de lutte contre le sida
Capture d’écran du site du Fonds mondial de lutte contre le sida
Short Url
  • L'objectif du nouveau plan national 2020-2023 est de réduire de 50% les nouvelles infections et taux de mortalité liés au VIH
  • Environ 22 000 personnes vivaient avec le VIH au Maroc (adultes et enfants) fin 2020, année au cours de laquelle ont été enregistrés 730 nouvelles contaminations et 420 décès dus au sida

MONTRÉAL: À la veille de la Journée mondiale de lutte contre le sida, le ministère de la Santé et de la Protection sociale marocain a présenté le Plan stratégique national (PSN) de lutte contre le Sida 2020-2023. L'objectif étant de réduire de 50% les nouvelles infections et taux de mortalité liés au VIH. 

L’année 2021 marque le 20ᵉ anniversaire de la création du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, qui a accompli des progrès remarquables dans la lutte contre ces maladies. 

Le Maroc a été le premier pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena) et le septième au monde à recevoir des subventions successives du Fonds mondial de plus de 130 millions de dollars (un dollar = 0,88 euros) pour lutter contre le sida et la tuberculose, indique le ministère de la Santé dans un communiqué.

La même source ajoute que cet appui complémentaire aux investissements nationaux, en termes d’infrastructures, d’équipements et de ressources humaines, et la mobilisation des différents partenaires ont permis d’éviter plus de 27 000 décès et de 50 000 nouvelles infections au sida.

Vaincre le sida d'ici à 2030  : le Plan stratégique du ministère de la Santé

Le Plan stratégique national de lutte contre le sida 2020-2023 consiste à accélérer la riposte nationale au sida pour atteindre, d’ici à 2030, zéro nouvelle infection au VIH, zéro décès lié au sida et zéro discrimination. Différents axes sont privilégiés:  

  • La réduction de la discrimination des PVVIH (personnes vivant avec le VIH)  
  • L’accès à l’appui psychologique 
  • L’équité dans l’accès aux services VIH 

 


Le Maroc signe un accord d'achat de gaz après l'arrêt des fournitures algériennes

Les livraisons de gaz algérien à l'Espagne se feront désormais exclusivement via le gazoduc sous-marin Medgaz lancé en 2011. (AFP)
Les livraisons de gaz algérien à l'Espagne se feront désormais exclusivement via le gazoduc sous-marin Medgaz lancé en 2011. (AFP)
Short Url
  • Aux termes du nouveau contrat, Sound Energy s'engage à produire et à livrer à l'ONEE jusqu'à 350 millions de mètres cubes de gaz naturel liquéfié par an, sur une durée de 10 ans
  • L'annonce de cet accord survient un mois après la décision d'Alger de mettre fin au contrat du Gazoduc Maghreb Europe (GME) desservant l'Espagne via le Maroc

RABAT: Une société britannique a annoncé mardi avoir signé un accord de fourniture de gaz au Maroc depuis un gisement qu'elle exploite dans l'est du pays, un mois après la décision d'Alger de ne pas reconduire le contrat d'un gazoduc desservant l'Espagne via le royaume.


Sound Energy a conclu un accord avec l'établissement public marocain ONEE (Office national de l'électricité et de l'eau potable) pour la vente du gaz naturel de la concession de Tendrara à l'est du Maroc", indique mardi un communiqué de la firme spécialisée dans l'exploration gazière et pétrolière. 


L'annonce de cet accord survient un mois après la décision d'Alger de mettre fin au contrat du Gazoduc Maghreb Europe (GME) desservant l'Espagne via le Maroc. 


Aux termes du nouveau contrat, Sound Energy, dont le siège est situé au Royaume-Uni, s'engage à produire et à livrer à l'ONEE jusqu'à 350 millions de mètres cubes de gaz naturel liquéfié par an, sur une durée de 10 ans.


Le gaz transitera par la partie marocaine de GME, selon le communiqué, ce qui doit permettre le redémarrage de ce gazoduc traversant le Maroc et qui livrait le gaz algérien à la péninsule ibérique avant qu'Alger ne mette fin à son contrat, fin octobre, sur fond de rivalités régionales entre les deux voisins du Maghreb.


Les tensions se sont récemment accrues, culminant avec la rupture par Alger de ses relations diplomatiques avec Rabat le 24 août.


Leur voisinage est historiquement difficile en raison, notamment, de l'épineux dossier du Sahara occidental.


Cette ancienne colonie espagnole --considérée comme un "territoire non autonome" par l'ONU en l'absence d'un règlement définitif-- oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario soutenus par l'Algérie.


Depuis 1996, l'Algérie expédiait vers l'Espagne et le Portugal environ 10 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an via le GME. 


En contrepartie du transit du gazoduc, Rabat recevait annuellement près d'un milliard de mètres cubes de gaz naturel, soit 97% de ses besoins. En 2020, la redevance pour le transit du gaz algérien avait rapporté au Maroc environ 50 millions de dollars (43,2 millions d'euros), selon un expert marocain.


Les livraisons de gaz algérien à l'Espagne se feront désormais exclusivement via le gazoduc sous-marin Medgaz lancé en 2011.


Au lendemain du non renouvellement du contrat du GME par Alger, l'ONEE avait assuré que la décision algérienne "n'aurait dans l'immédiat qu'un impact insignifiant sur la performance du système électrique national".