A Marseille, des artistes afghans en exil tentent de se reconstruire

Naseer Turkmani, photographe de 31 ans fait partie de la dizaine d'artistes afghans évacués en France depuis la prise du pouvoir par les talibans fin août (Photo, AFP)
Naseer Turkmani, photographe de 31 ans fait partie de la dizaine d'artistes afghans évacués en France depuis la prise du pouvoir par les talibans fin août (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 14 octobre 2021

A Marseille, des artistes afghans en exil tentent de se reconstruire

Naseer Turkmani, photographe de 31 ans fait partie de la dizaine d'artistes afghans évacués en France depuis la prise du pouvoir par les talibans fin août (Photo, AFP)
  • Appareil photo en main, Naseer Turkmani explore sa nouvelle terre d'accueil
  • Naseer appartient à cette génération résiliente qui, «après l'intervention occidentale en 2001, a développé sa pratique artistique pendant la guerre, dans un contexte d'insécurité permanente, et a commencé à créer avec audace»

MARSEILLE:  Il y a deux ans, Marseille consacrait une exposition aux artistes contemporains d'Afghanistan. Aujourd'hui, certains ont trouvé refuge dans cette ville méditerranéenne et veulent continuer à créer, malgré la nostalgie.  

Appareil photo en main, Naseer Turkmani explore sa nouvelle terre d'accueil. Ce photographe de 31 ans fait partie de la dizaine d'artistes afghans évacués en France depuis la prise du pouvoir par les talibans fin août.  

« Tout est allé très vite. Pour nous, artistes, journalistes, activistes, employés du gouvernement, c'était trop dangereux de rester », explique-t-il.   

Après six jours à attendre à l'ambassade de France à Kaboul et plusieurs échecs pour fuir avec sa famille, Naseer parvient à rejoindre l'aéroport. Sa femme et son fils ne pourront l'accompagner.  

« Du matin jusqu'au soir, tout ce qu'on entendait c'était des cris et des coups de feu », raconte-t-il dans un anglais hésitant.  

« Jamais je n'aurais cru affronter de telles difficultés dans ma vie », assure-t-il. « Tous les jours je parle avec ma femme et mon fils, ils sont inquiets et me disent ‘s'il te plaît, fais quelque chose pour nous, aide-nous à sortir d'Afghanistan’ ».  

« J'ai appris que les talibans avaient créé une liste de femmes dont les maris ont fui, pour les noter comme veuves », s'inquiète Naseer, qui assure « faire tout ce qu'il peut, avec l'aide des gens ici, pour les faire venir ».  

Depuis son arrivée, il a été accueilli par la fondation Iméra de l'Université Aix-Marseille, l'une des institutions culturelles ayant permis aux artistes afghans d'obtenir leur visa.   

Passionné de photographie de mode et d'art visuel, il espère intégrer l'Ecole nationale de la photographie d'Arles et « repartir de zéro »: « J'espère que beaucoup d'Afghans comme moi quitteront l'Afghanistan, qu'ils travailleront dur, essaieront de faire des études et qu'ils reviendront (...) et aideront nos compatriotes ».  

« Génération résiliente »   

Naseer appartient à cette génération résiliente qui, « après l'intervention occidentale en 2001, a développé sa pratique artistique pendant la guerre, dans un contexte d'insécurité permanente, et a commencé à créer avec audace », décrit Guilda Chahverdi, ex-directrice de l'Institut français de Kaboul, à l'origine de la mobilisation pour les artistes.  

C'est elle qui avait monté « Kharmora, l'Afghanistan au risque de l'art », exposition inédite qui avait réuni au Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (Mucem) des artistes débordant de créativité, malgré la guerre et les attentats.  

Mais avec l'arrivée au pouvoir des talibans, qui avaient notamment banni la musique durant leur premier règne, entre 1996 et 2001, la vie des créateurs est devenue impossible.  

« Il était essentiel de les accueillir, de sauver leur vie, mais aussi de leur donner la possibilité de continuer à créer », souligne Guilda Chahverdi, qui espère exfiltrer d'autres artistes menacés.  

Visages fermés, Kaveh et Fatemah peinent à trouver les mots pour définir leur état d'esprit. Pour ce couple, qui a fui un jour avant la prise de Kaboul, « la nostalgie » domine.   

« J'ai dû laisser toutes mes affaires là-bas. Je n'ai pu prendre aucune de mes marionnettes. Une vague de dépression m'a submergée, tout s'est effondré, c'était horrible », résume Fatemah. 

« Toujours triste au fond de moi »   

A ses côtés, Kaveh, 40 ans, auteur, scénariste et metteur en scène hazara, une minorité persécutée, a vécu son enfance exilé en Iran pour fuir la guerre. Revenu en Afghanistan en 2008, il monte un spectacle avec des toxicomanes en sevrage, élabore des performances urbaines pour rendre hommage aux victimes d'attentats. Aujourd'hui, en France, il regrette d'être redevenu « un simple migrant ».   

Avec Fatemah, loin de leur atelier face aux montagnes afghanes, ils tentent de démarrer une nouvelle vie à la Villa des auteurs, ancienne bastide destinée à l'accueil d'artistes.  

Mi-septembre, ils ont été invités à Charleville-Mézières (nord), au festival mondial des marionnettes, leur moyen d'expression favori.  

« Les rues étaient remplies de scènes de théâtre. Toute ma vie j'avais cet espoir de voir un événement comme ça. C'était presque jouissif, j'étais vraiment heureuse, mais toujours très triste au fond de moi », raconte Fatemah.   

« Je n'ai pas pu m'empêcher de penser à ceux qui sont encore là-bas. Mais, qu'est-ce que je peux faire, à part pleurer? »  

Menacé pour son art et son engagement militant, Kaveh veut « pouvoir continuer ses activités ici, avoir de l'influence sur la nouvelle génération. Car plus les jeunes seront sensibilisés à l'art, moins les talibans auront de pouvoir sur eux ».  

« Mais en tant qu'artistes étrangers, la société française est-elle prête à nous accepter? », se demande Fatemah. « Est-ce que la France va nous aider? Pas seulement avec une allocation pour survivre, mais aussi pour nous faire une place dans le domaine artistique? »  

Un de ses espoirs? Qu'une exposition mette de nouveau en lumière l'art contemporain afghan, enrichi de nouvelles désillusions et de nouveaux exils, mais aussi de nouveaux rêves. 


Jeff Bezos à la première de la série à gros budget «Le Seigneur des Anneaux»

Jeff Bezos et Lauren Sánchez assistent à la première du « Seigneur des Anneaux: les Anneaux du Pouvoir », le 15 août 2022, à Los Angeles, Californie. (Photo, AFP)
Jeff Bezos et Lauren Sánchez assistent à la première du « Seigneur des Anneaux: les Anneaux du Pouvoir », le 15 août 2022, à Los Angeles, Californie. (Photo, AFP)
Short Url
  • La série, qui sera lancée le 2 septembre sur la plateforme d'Amazon, est considérée comme étant une obsession personnelle de Jeff Bezos
  • La série prévoit cinq saisons, chacune d'une durée de dix heures

LOS ANGELES: Elle a été qualifiée de série la plus chère au monde mais Amazon, producteur du « Seigneur des Anneaux: les Anneaux du Pouvoir », a estimé que le budget d'un milliard de dollars était « une bonne affaire », lors de la première mondiale lundi soir à Los Angeles en présence du PDG Jeff Bezos. 

La série, qui sera lancée le 2 septembre sur la plateforme d'Amazon, est considérée comme étant une obsession personnelle de M. Bezos, le fondateur multi-milliardaire du site d'achats en ligne qui s'est lancé dans le streaming. 

L'ambitieuse adaptation de l'univers créé par J.R.R. Tolkien dans ses romans a débuté lorsqu'Amazon Prime a fait l'achat des droits pour 250 millions de dollars, voici environ cinq ans. 

La série prévoit cinq saisons, chacune d'une durée de dix heures. 

Jeff Bezos s'est joint lundi soir aux stars et producteurs de la série aux studios Culver à Los Angeles, où les deux premiers épisodes ont été projetés avant un grandiose spectacle de lumière mettant en vedette des dizaines de drones illuminés. 

La productrice Lindsey Weber a estimé que le budget d'un milliard de dollars était « un gros titre très accrocheur dont les gens aiment parler » mais elle a promis que les spectateurs allaient voir « que l'argent est vraiment à l'écran ». 

Le coût faramineux de la série s'explique par « la construction de cinq saisons », a-t-elle dit depuis le tapis rouge. 

« Si vous regardez ce qu'il en coûte pour faire un long-métrage, par comparaison, c'est vraiment une bonne affaire », a-t-elle ajouté, en référence aux blockbusters à méga-budget des studios d'Hollywood les plus prestigieux. 

« Les Anneaux du Pouvoir » se déroulent 4 000 ans avant la trilogie de films tournée par Peter Jackson et les livres originaux, dans un « Deuxième Age », une période historique fictive de l'univers inventé par Tolkien et sur laquelle il a livré relativement peu de détails. 

Le casting de la série est relativement peu connu à l'échelle mondiale. 

Morfydd Clark et Robert Aramayo jouent des versions très rajeunies de Galadriel et Elrond, des personnages déja familiers des fans des films du « Seigneur des Anneaux ». 

« C'est une histoire d'aventure épique, avec des thèmes universels, et il y a un vrai travail d'amour -- nous avons tous travaillé très très dur dessus, et j'espère que les gens apprécieront », a commenté Robert Aramayo à la première lundi. 


Dans le sud de l'Ukraine, sauver le patrimoine culturel à tout prix

Natalia Tcherguik, conservatrice de Khortytsia, une île-musée à Zaporijjia, répond aux questions des journalistes le 12 août 2022. (Photo, AFP)
Natalia Tcherguik, conservatrice de Khortytsia, une île-musée à Zaporijjia, répond aux questions des journalistes le 12 août 2022. (Photo, AFP)
Des employés de Khortytsia, une île-musée à Zaporijjia préparent des œuvres d'art à emporter pour les conserver dans l'ouest du pays à Zaporizhzhia, le 12 août 2022. (Photo, AFP)
Des employés de Khortytsia, une île-musée à Zaporijjia préparent des œuvres d'art à emporter pour les conserver dans l'ouest du pays à Zaporizhzhia, le 12 août 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Natalia Tcherguik a pris la route vers l'ouest: dans son camion, une tonne de tableaux, d'armes de collection et de céramiques du 17e siècle
  • «Nous avons fait 1 000 kilomètres en cinq jours. C'était un voyage épouvantable, nous roulions avec des avions passant au-dessus de nos têtes sans même savoir s'ils étaient ukrainiens», se souvient cette femme de 50 ans

ZAPORIJJIA: Début mars, quand l'avancée de l'armée russe dans la région de Zaporijjia semblait inéluctable, Natalia Tcherguik a pris la route vers l'ouest: dans son camion, une tonne de tableaux, d'armes de collection et de céramiques du 17e siècle. 

« Nous avons fait 1 000 kilomètres en cinq jours. C'était un voyage épouvantable, nous roulions avec des avions passant au-dessus de nos têtes sans même savoir s'ils étaient ukrainiens », se souvient cette femme de 50 ans, commissaire d'exposition du musée de Khortytsia. 

« Le plus difficile, c'était de convaincre les gens aux barrages de ne pas fouiller les collections et de laisser passer le camion au plus vite », poursuit-elle. 

L'île-musée de Khortytsia, sur le fleuve Dnipro, fut occupée dès le 16e siècle par les cosaques ukrainiens, qui en firent leur base jusqu'à sa destruction par l'impératrice russe Catherine II en 1775. 

C'est là que vit le jour la première « Sitch » zaporogue, un régime politique pratiquant la démocratie directe. 

C'est « un lieu sacré pour l'histoire de l'Ukraine », confie Maksym Ostapenko, 51 ans, qui dirige le musée créé sur place, un haut-lieu culturel ukrainien abritant notamment des dizaines d'objets historiques trouvées au fil des fouilles archéologiques. 

« Plan d'évacuation »  

Originaire de la région, M. Ostapenko a rejoint l'armée ukrainienne au début de l'invasion russe, comme la plupart de ses collègues. Mais ils n'ont pas abandonné leur musée pour autant. 

« A vrai dire, nous avions esquissé un plan d'évacuation en 2014, après l'annexion de la Crimée » par la Russie, reprend M. Ostapenko: »Nous avions élaboré une 'liste prioritaire' d'une centaine d'œuvres, les plus précieuses, qui devaient être évacuées en cas de danger ». 

« Le patrimoine culturel ne peut pas être reconstitué. Nous sommes obligés de prendre des précautions », insiste le directeur. 

Dès le 23 février, deux jours après un discours de Vladimir Poutine laissant peu de doutes quant à la réalité de l'invasion, les équipes du musée commençaient à démonter les collections. Quand l'offensive de Moscou a été lancée le lendemain, c'est sous les pilonnages russes qu'ils démarraient l'évacuation. 

Arrêtée une quarantaine de kilomètres au sud de Zaporijjia, l'armée russe n'a finalement pas pris possession de Khortytsia même si trois missiles sont tombés sur l'île, sans toucher les bâtiments du musée. 

La « Sitch Kamianska », une de ses filiales située plus au sud, dans la région de Kherson, où fut pensée la première Constitution ukrainienne, a en revanche été rapidement occupée par les troupes russes. 

« Le personnel n'a plus d'accès au site. D'ailleurs, nous n'avons plus de contact avec nos collègues depuis un moment », déplore M. Ostapenko. 

Pillage 

D'après l'Unesco, 175 sites culturels ont été endommagés en Ukraine depuis le début de l'invasion le 24 février. Le ministère ukrainien de la Culture considère qu'environ 100 musées, et près de 17 000 objets du patrimoine culturel, se trouvent dans les territoires occupés. 

À 60 kilomètres de Khortytsia, Vassylivka, proche de la ligne de front, a été occupée par l'armée russe dans les premiers jours de l'invasion. 

La ville héberge le manoir de Popov, une étrange bâtisse néogothique datant du 19e siècle et endommagée par des tirs début mars. 

Une partie de l'équipe du musée a décidé de rester. Sa directrice Anna Golovko, 39 ans, vit à Zaporijjia mais tente de garder le contact avec ses collègues. 

« Ils font tout pour préserver les bâtiments mais ça reste extrêmement compliqué. Dès qu'ils recouvrent une fenêtre, un nouveau bombardement la fait sauter », confie-t-elle. 

L'équipe du musée n'a pas eu le temps d'évacuer hors des territoires occupés les collections du manoir qui, dès le lendemain de la chute de la ville, a reçu la visite de militaires russes cherchant, selon Mme Golovko, à piller les bâtiments. 

Début août, deux de ses collègues ont été emprisonnés quatre jours et interrogés pour qu'ils dévoilent l'emplacement des collections, ajoute-t-elle. 

Quant à Natalia Tcherguik, elle est revenue vivre à Zaporijjia après son périple dans l'ouest mais confie que le sort du patrimoine ukrainien, notamment dans les régions occupées, est une question « douloureuse, omniprésente » pour elle. 

« Si nous n'arrivons pas à sauver notre patrimoine culturel, la victoire de l'Ukraine ne vaudra rien ». 

 


Le rappeur américain A$AP Rocky inculpé pour une fusillade

La chanteuse barbadienne Rihanna et le rappeur américain A$AP Rocky arrivent pour le Met Gala 2021 au Metropolitan Museum of Art, le 13 septembre 2021 à New York. (Photo, AFP)
La chanteuse barbadienne Rihanna et le rappeur américain A$AP Rocky arrivent pour le Met Gala 2021 au Metropolitan Museum of Art, le 13 septembre 2021 à New York. (Photo, AFP)
Short Url
  • De son vrai nom Rakim Mayers, le musicien de 33 ans est visé par deux chefs d'accusation pour agression avec une arme semi-automatique
  • A$AP Rocky avait été condamné en août 2019 à une peine de prison avec sursis pour violences après une rixe à Stockholm

LOS ANGELES: Le rappeur américain A$AP Rocky, compagnon de Rihanna, a été inculpé pour son rôle dans une fusillade en novembre dernier à Hollywood, ont annoncé lundi les autorités de Los Angeles en Californie. 

De son vrai nom Rakim Mayers, le musicien de 33 ans est visé par deux chefs d'accusation pour agression avec une arme semi-automatique, selon le bureau du procureur de Los Angeles. 

Il est soupçonné d'avoir pointé son arme vers un ancien ami lors d'une dispute en novembre dernier, puis, plus tard, d'avoir tiré sur lui à deux reprises, lui infligeant une »blessure légère » selon la police. 

A$AP Rocky doit comparaître mercredi devant un tribunal de Los Angeles. 

Le rappeur avait été arrêté en avril à l'aéroport de Los Angeles, à sa descente d'un jet privé en provenance de la Barbade, d'où est originaire sa compagne Rihanna et avec qui il a eu un enfant en mai. 

Rihanna, immense star à l'origine des tubes « Diamonds » et « Umbrella », est « l'amour de ma vie » et « l'unique », avait confié le chanteur au magazine GQ en mai 2021. 

A$AP Rocky avait été condamné en août 2019 à une peine de prison avec sursis pour violences après une rixe à Stockholm.