A Marseille, des artistes afghans en exil tentent de se reconstruire

Naseer Turkmani, photographe de 31 ans fait partie de la dizaine d'artistes afghans évacués en France depuis la prise du pouvoir par les talibans fin août (Photo, AFP)
Naseer Turkmani, photographe de 31 ans fait partie de la dizaine d'artistes afghans évacués en France depuis la prise du pouvoir par les talibans fin août (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 14 octobre 2021

A Marseille, des artistes afghans en exil tentent de se reconstruire

Naseer Turkmani, photographe de 31 ans fait partie de la dizaine d'artistes afghans évacués en France depuis la prise du pouvoir par les talibans fin août (Photo, AFP)
  • Appareil photo en main, Naseer Turkmani explore sa nouvelle terre d'accueil
  • Naseer appartient à cette génération résiliente qui, «après l'intervention occidentale en 2001, a développé sa pratique artistique pendant la guerre, dans un contexte d'insécurité permanente, et a commencé à créer avec audace»

MARSEILLE:  Il y a deux ans, Marseille consacrait une exposition aux artistes contemporains d'Afghanistan. Aujourd'hui, certains ont trouvé refuge dans cette ville méditerranéenne et veulent continuer à créer, malgré la nostalgie.  

Appareil photo en main, Naseer Turkmani explore sa nouvelle terre d'accueil. Ce photographe de 31 ans fait partie de la dizaine d'artistes afghans évacués en France depuis la prise du pouvoir par les talibans fin août.  

« Tout est allé très vite. Pour nous, artistes, journalistes, activistes, employés du gouvernement, c'était trop dangereux de rester », explique-t-il.   

Après six jours à attendre à l'ambassade de France à Kaboul et plusieurs échecs pour fuir avec sa famille, Naseer parvient à rejoindre l'aéroport. Sa femme et son fils ne pourront l'accompagner.  

« Du matin jusqu'au soir, tout ce qu'on entendait c'était des cris et des coups de feu », raconte-t-il dans un anglais hésitant.  

« Jamais je n'aurais cru affronter de telles difficultés dans ma vie », assure-t-il. « Tous les jours je parle avec ma femme et mon fils, ils sont inquiets et me disent ‘s'il te plaît, fais quelque chose pour nous, aide-nous à sortir d'Afghanistan’ ».  

« J'ai appris que les talibans avaient créé une liste de femmes dont les maris ont fui, pour les noter comme veuves », s'inquiète Naseer, qui assure « faire tout ce qu'il peut, avec l'aide des gens ici, pour les faire venir ».  

Depuis son arrivée, il a été accueilli par la fondation Iméra de l'Université Aix-Marseille, l'une des institutions culturelles ayant permis aux artistes afghans d'obtenir leur visa.   

Passionné de photographie de mode et d'art visuel, il espère intégrer l'Ecole nationale de la photographie d'Arles et « repartir de zéro »: « J'espère que beaucoup d'Afghans comme moi quitteront l'Afghanistan, qu'ils travailleront dur, essaieront de faire des études et qu'ils reviendront (...) et aideront nos compatriotes ».  

« Génération résiliente »   

Naseer appartient à cette génération résiliente qui, « après l'intervention occidentale en 2001, a développé sa pratique artistique pendant la guerre, dans un contexte d'insécurité permanente, et a commencé à créer avec audace », décrit Guilda Chahverdi, ex-directrice de l'Institut français de Kaboul, à l'origine de la mobilisation pour les artistes.  

C'est elle qui avait monté « Kharmora, l'Afghanistan au risque de l'art », exposition inédite qui avait réuni au Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (Mucem) des artistes débordant de créativité, malgré la guerre et les attentats.  

Mais avec l'arrivée au pouvoir des talibans, qui avaient notamment banni la musique durant leur premier règne, entre 1996 et 2001, la vie des créateurs est devenue impossible.  

« Il était essentiel de les accueillir, de sauver leur vie, mais aussi de leur donner la possibilité de continuer à créer », souligne Guilda Chahverdi, qui espère exfiltrer d'autres artistes menacés.  

Visages fermés, Kaveh et Fatemah peinent à trouver les mots pour définir leur état d'esprit. Pour ce couple, qui a fui un jour avant la prise de Kaboul, « la nostalgie » domine.   

« J'ai dû laisser toutes mes affaires là-bas. Je n'ai pu prendre aucune de mes marionnettes. Une vague de dépression m'a submergée, tout s'est effondré, c'était horrible », résume Fatemah. 

« Toujours triste au fond de moi »   

A ses côtés, Kaveh, 40 ans, auteur, scénariste et metteur en scène hazara, une minorité persécutée, a vécu son enfance exilé en Iran pour fuir la guerre. Revenu en Afghanistan en 2008, il monte un spectacle avec des toxicomanes en sevrage, élabore des performances urbaines pour rendre hommage aux victimes d'attentats. Aujourd'hui, en France, il regrette d'être redevenu « un simple migrant ».   

Avec Fatemah, loin de leur atelier face aux montagnes afghanes, ils tentent de démarrer une nouvelle vie à la Villa des auteurs, ancienne bastide destinée à l'accueil d'artistes.  

Mi-septembre, ils ont été invités à Charleville-Mézières (nord), au festival mondial des marionnettes, leur moyen d'expression favori.  

« Les rues étaient remplies de scènes de théâtre. Toute ma vie j'avais cet espoir de voir un événement comme ça. C'était presque jouissif, j'étais vraiment heureuse, mais toujours très triste au fond de moi », raconte Fatemah.   

« Je n'ai pas pu m'empêcher de penser à ceux qui sont encore là-bas. Mais, qu'est-ce que je peux faire, à part pleurer? »  

Menacé pour son art et son engagement militant, Kaveh veut « pouvoir continuer ses activités ici, avoir de l'influence sur la nouvelle génération. Car plus les jeunes seront sensibilisés à l'art, moins les talibans auront de pouvoir sur eux ».  

« Mais en tant qu'artistes étrangers, la société française est-elle prête à nous accepter? », se demande Fatemah. « Est-ce que la France va nous aider? Pas seulement avec une allocation pour survivre, mais aussi pour nous faire une place dans le domaine artistique? »  

Un de ses espoirs? Qu'une exposition mette de nouveau en lumière l'art contemporain afghan, enrichi de nouvelles désillusions et de nouveaux exils, mais aussi de nouveaux rêves. 


Art Memento à Riyad met en lumière l’Histoire des arts visuels en Arabie saoudite

Short Url
  • Art Memento expose des œuvres d’art et des tableaux réalisés par des artistes saoudiens au cours des cinq dernières décennies
  • Ces séances de dialogue, organisées par le ministère saoudien de la Culture, se focaliseront sur l’Histoire des arts visuels dans le Royaume et les facteurs qui influencent le développement artistique

RIYAD: Des artistes, des professeurs et des critiques saoudiens participeront à cinq tables rondes dans le cadre de l’exposition Art Memento qui se déroule au Musée national de Riyad jusqu’au 6 novembre.

Ces séances de dialogue, organisées par le ministère saoudien de la Culture, se focaliseront sur l’Histoire des arts visuels dans le Royaume et les facteurs qui influencent le développement artistique, ainsi que sur le rôle de ce qui était auparavant connu sous le nom de «Présidence générale de la protection de la jeunesse dans le soutien de l’art et des artistes» pendant cinq décennies.

La première séance se tient aujourd’hui sous le titre «Le parcours des collections d’art de la protection de la jeunesse au ministère de la Culture». Le Dr Suzan al-Yahya et le Dr Hanan al-Ahmed participeront à cette session en tant que panélistes, tandis que le Dr Maha al-Senan sera l’animatrice.

La deuxième séance, «Vers une meilleure organisation de l’acquisition d’œuvres d’art», se tiendra mardi, avec les plasticiens Mohammed al-Saawi, Sara al-Omran et Abdelrahmane al-Sulaiman comme intervenants et Hafsa al-Khudairi comme animatrice.

La troisième séance, qui se tiendra dimanche, s’intitule «Les caractéristiques des arts visuels saoudiens, du moderne au contemporain». Les panélistes seront le Dr Mohammed al-Resayes, le Dr Eiman Elgibreen et Faisal al-Khudaidi, et l’animatrice, le Dr Khulood al-Bugami.

Quant à la quatrième séance, intitulée «Encourager les arts et l’étendue de leur impact culturel sur la société», elle se déroulera mardi prochain, avec Ehab Ellaban comme intervenant et le Dr Hanan al-Hazza comme animatrice.

La cinquième et dernière séance, «Le parcours d’un artiste saoudien entre la scène locale et la scène internationale», aura lieu le 2 novembre et réunira le Dr Ahmed Mater, Bakr Shaikhoun et Maha Malluh en tant que panélistes et le Dr Noura Shuqair en tant qu’animatrice.

Art Memento expose des œuvres d’art et des tableaux réalisés par des artistes saoudiens au cours des cinq dernières décennies, documentant l’Histoire des arts visuels du Royaume afin de la présenter au public.

Le développement artistique saoudien est mis en évidence en termes de formes, de sujets et d’idées. L’exposition célèbre également les efforts des principaux artistes et fondateurs, préserve leur Histoire et présente leur travail à une nouvelle génération.

 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le shogi, les échecs japonais, sous le charme d'un jeune prodige

Le shogi (le «jeu des généraux» en japonais) se joue sur un plateau en bois quadrillé, et existe dans sa version actuelle depuis 400 ans environ (Photo, AFP).
Le shogi (le «jeu des généraux» en japonais) se joue sur un plateau en bois quadrillé, et existe dans sa version actuelle depuis 400 ans environ (Photo, AFP).
Short Url
  • Sota Fujii est devenu en juillet le plus jeune joueur de l'histoire à atteindre le niveau suprême du shogi, juste avant de fêter ses 19 ans
  • Les règles ressemblent à celles des échecs, mais il y a une différence fondamentale: les pièces capturées ne sont pas éliminées mais peuvent être remises dans le jeu en changeant de camp

TOKYO: Le shogi, variante japonaise du jeu d'échecs, s'est trouvé une idole pour dépoussiérer son image et revenir à la mode: un joueur adolescent à l'air gauche mais pulvérisant des records de précocité, au point d'être devenu un phénomène national.

Sota Fujii est devenu en juillet le plus jeune joueur de l'histoire à atteindre le neuvième "dan", le niveau suprême du shogi, juste avant de fêter ses 19 ans. Et en septembre, il est devenu le plus jeune joueur à détenir trois titres majeurs du circuit.

Le petit monde du shogi savoure ce vent de fraîcheur. Avant que Sota Fujii ne crève l'écran "il n'y avait que les passionnés" qui suivaient ce jeu, "mais maintenant les journaux télévisés font des reportages sur le shogi et cela a attiré de nouveaux fans", se félicite Taichi Nakamura, un joueur professionnel de 33 ans interrogé par l'AFP.

Par exemple, "le public féminin pour le shogi n'avait jamais été très conséquent. Mais depuis que Sota Fujii est apparu, beaucoup de femmes s'y intéressent", relève-t-il.

L'originalité de ce champion précoce a attiré un nouveau public moins intéressé par les subtilités du shogi que par les joueurs eux-mêmes, toujours selon M. Nakamura.

"Les gens ont commencé à apprécier les matches sur la base de l'histoire personnelle" de chaque joueur, estime-t-il.

Pas une idole classique

Avec ses cheveux ébouriffés, son sourire maladroit et sa voix haut perchée, Sota Fujii n'a rien d'une idole japonaise ordinaire.

Mais son visage a envahi les médias nippons, et ses moindres faits et gestes font parler: dès qu'il déguste ses gâteaux favoris pendant un match, ils s'arrachent dans les magasins.

"Je n'accorde pas tellement d'attention aux titres", a déclaré le jeune prodige après une récente victoire. "Ce qui m'importe le plus, c'est de voir jusqu'à quel point je peux devenir fort".

Le shogi (le "jeu des généraux" en japonais) se joue sur un plateau en bois quadrillé, et existe dans sa version actuelle depuis 400 ans environ.

Les règles ressemblent à celles des échecs, mais il y a une différence fondamentale: les pièces capturées ne sont pas éliminées mais peuvent être remises dans le jeu en changeant de camp, comme des mercenaires au temps du Japon féodal.

"Je joue au shogi depuis plus de 50 ans maintenant, et je ne m'en suis jamais lassé", confie Kazuo Ishida, un ancien joueur professionnel de 74 ans qui avait atteint le 9ème dan.

"C'est parce que c'est un jeu d'une variété infinie. On ne fait jamais la même partie deux fois".

«Vraiment cool»

Un apprenti doit atteindre le 4ème dan avant ses 26 ans s'il veut devenir professionnel (Sota Fujii l'est devenu à 14 ans). Il existe environ 160 joueurs pros actifs au Japon aujourd'hui.

Des mangas et des dessins animés sur le thème du shogi ont aussi contribué à doper la popularité du sport ces dernières années.

Par ailleurs, Sota Fujii n'est pas la première superstar que le shogi ait produit.

Un autre phénomène de précocité et de records, Yoshiharu Habu, a obtenu son premier titre majeur à 19 ans en 1989. Puis entre 1995 et 1996, il a remporté d'affilée les sept tournois majeurs qui existaient alors (il y en a huit aujourd'hui). Cet exploit sans précédent, équivalent du Grand Chelem en tennis, n'a jamais été réédité depuis.

M. Ishida pense que Sota Fujii est actuellement plus fort que Yoshiharu Habu ne l'a jamais été, mais il doute de sa capacité à durer au sommet aussi longtemps que son aîné.

En attendant, la "Fujiimania" bat son plein, y compris chez les enfants à qui M. Ishida enseigne le shogi le week-end à Kashiwa, près de Tokyo.

"Sota Fujii est vraiment cool" s'extasie Soichi Ishikawa, 7 ans, à peine audible dans le vacarme des innombrables pièces de shogi en train d'être manipulées dans la salle. "Je veux devenir un joueur professionnel quand je serai grand". 


Elton John, toujours à l'écoute

Le chanteur Elton John (Photo, AFP).
Le chanteur Elton John (Photo, AFP).
Short Url
  • Elton John, toujours à l'affût, chante avec des jeunes pousses loin de son univers, tels Young Thug, Nicki Minaj ou encore 6LACK
  • A 74 ans, le chanteur est devenu le premier à classer au total 33 singles dans le top 10 des charts britanniques au cours de six décennies

PARIS: A carrière équivalente, d'autres mégastars s'enferment dans leur tour d'ivoire et se répètent: pas Elton John, toujours à l'affût, qui chante avec des jeunes pousses loin de son univers, tels Young Thug, Nicki Minaj ou encore 6LACK.

A 74 ans, le chanteur est devenu le premier à classer au total 33 singles dans le top 10 des charts britanniques au cours de six décennies (le dernier étant "Cold Heart", récent duo avec Dua Lipa).

De quoi être blasé? Tout le contraire. L'interprète de "Rocket Man" sort vendredi "The Lockdown Sessions", nouvel album entièrement fait de collaborations. S'il y côtoie d'autres monuments de sa génération, comme Stevie Wonder ou Stevie Nicks (Fleetwood Mac), il se frotte aussi à des rappeurs et rappeuses, comme Young Thug, 6LACK, Nicki Minaj ou encore à l'électro de SG Lewis.

"J'ai appris de chacun. A mon âge quand vous apprenez toujours d'autres musiciens, c'est le plus grand cadeau qui soit", lance Elton John lors d'un questions-réponses par zoom avec des journalistes internationaux fin septembre (avant l'opération d'une hanche qui suspend sa tournée mondiale d'adieu). "Dire que j'aurais fait le tour de la question serait la fin de tout. Je suis plus excité par la musique que jamais", assène-t-il.

Sir Elton dit avoir été bluffé par les "freestyles" (sortes d'improvisations) des rappeurs avec qui il a œuvré durant ces sessions de confinement (traduction de "Lockdown Sessions"), parfois par zoom.

Et le compositeur de "Your Song" a incité ses partenaires de micro à ne pas le ménager, à l'emmener sur leur terrain. 

«Peut-être qu'il était intimidé»

"SG Lewis m'avait proposé d'abord quelque chose de trop +Eltonjohnnien+ (rires), peut-être qu'il était intimidé ou avait peur de m'insulter. Mais je voulais être insulté (rires), puis on est arrivé à ce qu'on cherchait", confie l'homme aux plus de 300 millions d'albums vendus.

"The Lockdown Sessions" rassemble des chansons faites pour son album mais aussi celles pour les disques d'autres artistes, comme ses collaborations pour le dernier Gorillaz (projet de Damon Albarn, ex-leader de Blur) ou, plus surprenant, pour "The Metallica Blacklist", album hommage des 30 ans du "Black Album" de Metallica. 

Elton John y reprend "Nothing Else Matters" aux côtés notamment de Miley Cyrus, Robert Trujillo (bassiste de Metallica) et Chad Smith (batteur des Red Hot Chili Peppers). "L'idée était de commencer et finir au piano, alors que c'est un morceau à la guitare au départ, c'est une autre façon de voir le morceau, c'est fun", s'amuse-t-il. 

Et quand il parle de cette ballade, "Captain Fantastic" (surnom hérité d'un de ses albums de 1975) y va franchement, comme l'a récemment raconté James Hetfield, leader de Metallica. 

«Pas possible que ce gars dise ça !»

"Elton John était sur zoom et il a dit +Nothing Else Matters est une des plus belles mélodies, une des plus belles ballades/chansons d'amour jamais écrites+. Et là, je me suis dit +Pas possible que ce gars dise ça!+ (...) C'est un énorme compliment", a confié le guitariste-hurleur dans une récente interview sur Apple Music 1.

Et l'icône pop adore jouer dans le registre dessiné par d'autres, ce qui lui rappelle son passé de "musicien de studio". Et de se souvenir ému des sessions avec les Hollies, quand il était au piano pour eux, dans les célèbres studios londoniens d'Abbey Road en 1969 pour "He Ain't Heavy, He's My Brother".

Il faut savoir qu'Elton John, comme à cette époque, est toujours un boulimique de musique, lui qui, de son propre aveu, aurait sans doute fini disquaire s'il n'avait pas percé dans le showbiz. Et il n'y a pas grand chose qui échappe à ses radars.

Interrogé sur les jeunes talents qui refusent l'étiquette d'un genre sexuel attitré, il cite, entre autres, Oliver Sim (The xx), Jake Wesley Rogers, Perfume Genius, Arlo Parks ou encore St. Vincent.

Avec qui rêve-t-il de travailler désormais? La réponse fuse: "Billie Eilish m'a bluffé, c'est magnifique de voir une fleur devenir un si bel arbre, mais pour l'instant elle trace sa propre voie".