ICESCO: lancement à Rabat du laboratoire international de pensée et de littérature

(Photo, site web officiel)
(Photo, site web officiel)
Short Url
Publié le Jeudi 14 octobre 2021

ICESCO: lancement à Rabat du laboratoire international de pensée et de littérature

  • Cette rencontre, organisée sous le thème «La culture pour repenser le monde», s'inscrit dans le cadre des Journées portes ouvertes internationales de l'ICESCO
  • L'ICESCO, de par sa grande expérience et son expertise, accompagne les pays désireux d'évaluer leurs politiques culturelles

RABAT: L'Organisation du monde islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ICESCO) a lancé, jeudi à Rabat, le "laboratoire international ICESCO de pensée, de littérature et des arts", en collaboration avec une centaine d'intellectuels et d'universitaires.

Cette rencontre, organisée sous le thème "La culture pour repenser le monde", s'inscrit dans le cadre des Journées portes ouvertes internationales de l'ICESCO, qui se tiendront tout au long de l'année dans plusieurs universités, centres de recherche et institutions culturelles à travers le monde.

Ce laboratoire, dont les contributeurs publieront leurs articles sur la plateforme numérique "ICESCO Agora" en cinq langues (arabe, anglais, français, espagnol et l'allemand), vise à renforcer l'action d'un certain nombre de plateformes numériques relevant du programme "Routes de l’ICESCO vers l’avenir" et à créer une synergie entre les intellectuels de différents continents. 

"Ce laboratoire entend faire de la culture et du savoir culturel un levier essentiel pour l'humanité", a souligné le directeur général de l'ICESCO, Salem Mohammed Al Malik dans une allocution à cette occasion, notant que "les communautés humaines vivent – transformation numérique oblige – sous un nouveau concept, un monde en mutation ainsi qu'une économie accélérée du savoir.

"C'est aussi un laboratoire d'offres culturelles et créatives et un cadre de diversité linguistique et intellectuelle que l'ICESCO a initié dans le cadre de sa nouvelle vision afin de jouer son rôle naturel d'organisation internationale de compétences et d'expertises", a-t-il ajouté.

L’ICESCO en bref

Basé à Rabat, l’organisme à but non lucratif créé en 1982 émane de l’Organisation de la coopération islamique. Sa Charte a été adoptée en 1982 à Fès puis amendée à plusieurs reprises au cours des dernières décennies à travers des Conférences Générales trisannuels en session ordinaire. 

Au-delà de son siège à Rabat, l’organisme compte aussi des bureaux en Mauritanie, Émirats arabes unis, Malaisie ou encore les Comores.

Selon sa Charte, l’organisme a notamment pour mission d’« assurer le leadership prospectif et collaboratif de l’action collective commune au niveau du monde islamique, dans les domaines de l’éducation, des sciences, de la technologie, de la culture, de la communication et des sciences humaines et sociales ».

«La culture pour repenser le monde»

L'ICESCO, de par sa grande expérience et son expertise, accompagne les pays désireux d'évaluer leurs politiques culturelles dans le but d'améliorer leurs indicateurs de développement culturel et de promouvoir la recherche et les études dans le domaine de la culture numérique, des industries créatives et de l'économie culturelle.

Abondant dans le même sens, la ministre égyptienne de la Culture, Mme Ines Abdel-Dayem, a soutenu que la culture a un rôle influent dans la construction de l'être humain et la valorisation des arts pour soutenir la tolérance entre les peuples et lutter contre l'extrémisme, appelant à intensifier les efforts et les actions pour parvenir à la justice culturelle et protéger le patrimoine.

Cheikha Mai Al Khalifa, ministre et présidente de l’Autorité pour la Culture et les Antiquités de Bahreïn, a souligné que "la culture est la langue parlée par tous les peuples et, à travers ses différentes expressions, nous pouvons mieux communiquer avec le monde ", notant que la reconnaissance par l'UNESCO de la Journée internationale de l'art islamique (18 novembre) est une invitation à diffuser et mettre en valeur la richesse de ce patrimoine.

De son côté, Mohamed Damir, vice-président de l’université Ibn Tofail de Kénitra, a salué le partenariat et la coopération associant son université à l'ICESCO au service de la culture et des arts, relevant que ledit servira à combler le fossé entre les pays du monde islamique à travers l'éducation, la culture et la science.

"La culture pour repenser le monde", est un thème en guise de rapprochement entre les peuples de toutes les géographies, quelles que soient leurs langues et leurs coutumes, a-t-il dit.

(Avec MAP)


Algérie: la justice annule des poursuites contre une figure du Hirak

Karim Tabbou, l'une des figures les plus en vue sinon la plus connue du « Hirak », à sa sortie de prison le 2 juillet 2020, à l'extérieur de la prison de Kolea près de la ville de Tipasa. (Photo, AFP)
Karim Tabbou, l'une des figures les plus en vue sinon la plus connue du « Hirak », à sa sortie de prison le 2 juillet 2020, à l'extérieur de la prison de Kolea près de la ville de Tipasa. (Photo, AFP)
Short Url
  • Karim Tabbou avait été condamné en première instance le 7 décembre 2020 à un an de prison avec sursis pour «atteinte à la sûreté nationale»
  • «Cette décision mérite d'être saluée», a réagi Said Salhi vice-président de la ligue algérienne de défense des droits de l'Homme

ALGER: Un tribunal algérien a annulé lundi une condamnation à un an de prison avec sursis à l'encontre de Karim Tabbou, figure du mouvement pro-démocratie Hirak, faisant valoir qu'il avait déjà été jugé par une autre Cour pour la même accusation.

"La Cour de Tipaza (ouest d'Alger) a décidé l'extinction des poursuites contre Karim Tabbou", car l'affaire a déjà été jugée pour le même chef d'accusation "d'atteinte à la sûreté nationale" par la Cour d'Alger, a indiqué le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) sur sa page Facebook.

"Cette décision mérite d'être saluée", a réagi Said Salhi vice-président de la ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH).

M. Tabbou avait été condamné en première instance le 7 décembre 2020 à un an de prison avec sursis pour "atteinte à la sûreté nationale". Lors du procès en appel le 27 septembre devant la Cour de Tipaza, le procureur avait requis trois ans de prison ferme.

Mais les avocats de M. Tabbou ont dénoncé une "violation de la loi", arguant que leur client avait été condamné à la même peine et pour le même chef d'inculpation lors d'un précédent procès et ne pouvait donc pas, selon la loi algérienne, être jugé de nouveau sous la même accusation.

M. Tabbou, 47 ans, avait en effet été condamné en appel par la Cour d'Alger le 24 mars 2020 à un an de prison ferme pour le même chef d'"atteinte à la sûreté nationale", en raison d'une vidéo publiée sur la page Facebook de son parti dans laquelle il critiquait l'ingérence de l'armée dans les affaires politiques, peine qu'il a déjà purgée. 

Chef d'un petit parti d'opposition non agréé par les autorités, l'Union démocratique et sociale (UDS), il est l'un des visages les plus populaires du Hirak, mouvement antisystème inédit né en février 2019.

Par ailleurs, Karim Tabbou a été placé le 29 avril sous contrôle judiciaire à la suite d'une altercation avec Bouzid Lazhari, le président du Conseil National des droits de l'Homme (CNDH), un organisme officiel. L'affaire n'a pas encore été jugée.

Plus de 200 personnes sont actuellement emprisonnées en Algérie en lien avec la contestation et/ou les libertés individuelles. Des poursuites fondées, pour beaucoup, sur des publications sur Facebook critiquant les autorités, d'après le CNLD.


Incendie à Djebel Ali à Dubaï, rapidement maîtrisé

Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali. (Twitter: @DXBMediaOffice)
Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali. (Twitter: @DXBMediaOffice)
Short Url
  • Aucune victime n’a été signalée
  • Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali

DUBAÏ: Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination de déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali, située loin des usines de la zone, a indiqué le bureau des médias de Dubaï.

Sur le site, une forte fumée due à la combustion de déchets pétroliers a été observée dans une partie déserte de la zone industrielle.

Aucune victime n’a été signalée.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le pavillon saoudien à l’Expo 2020 de Dubaï accueille 23 000 visiteurs en une journée

Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. (AN, Farah Heiba)
Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. (AN, Farah Heiba)
Short Url
  • Le nombre total de visites du pavillon saoudien est à plus de 200 000
  • Le Dr Khaled ben Hussein al-Biyari, ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécutives, a visité les pavillons saoudien et émirati

DUBAÏ: Le pavillon saoudien à l’Expo 2020 de Dubaï a accueilli 23 000 visiteurs en une journée, ce qui porte le nombre total de visites à plus de 200 000, a rapporté l’agence de presse saoudienne officielle SPA.

Le commissaire général du pavillon saoudien, l’ingénieur Hussein Hanbaza, a remarqué que le pavillon a attiré l’attention des visiteurs grâce à ses sections et activités qui reflètent la richesse humanitaire ainsi que les composantes civiles et de développement du Royaume. 

Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. Des spectacles de folklore populaire ont également eu lieu dans le deuxième plus grand pavillon du site de l’exposition.

Par ailleurs, le Dr Khaled ben Hussein al-Biyari, ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécutives, a visité les pavillons saoudien et émirati. Il a été reçu par l’ambassadeur saoudien aux Émirats arabes unis, Turki ben Abdallah al-Dakhil, et le chef du pavillon saoudien, M. Hanbaza.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com