Démission surprise du président de la Bundesbank, figure de l'orthodoxie monétaire

Short Url
Publié le Jeudi 21 octobre 2021

Démission surprise du président de la Bundesbank, figure de l'orthodoxie monétaire

  • Le mandat de Jens Weidmann, le second depuis 2011 et qui devait s'achever en 2027, est marqué par la perte d'influence de Berlin sur la politique de la BCE
  • Le patron de la «Buba» était le chef de file des «faucons», face aux «colombes» plus laxistes au sein du Conseil des gouverneurs de la BCE

FRANCFORT : Coup de tonnerre dans l'univers feutré des banques centrales: l'influent président de la Bundesbank allemande, Jens Weidmann, figure de l'orthodoxie monétaire, va quitter son poste bien avant la fin de son mandat et à un moment clé pour l'avenir de la politique monétaire européenne.

L'annonce de son départ, au 31 décembre, intervient également au moment où l'Allemagne s'apprête à tourner la page Angela Merkel, à laquelle était liée la carrière de ce banquier central qui a incarné l'obsession du pays pour la lutte contre l'inflation.

"Je suis arrivé à la conclusion qu'après plus de 10 ans, c'est le bon moment pour ouvrir un nouveau chapitre - pour la Bundesbank (la Banque fédérale d'Allemagne), mais aussi pour moi personnellement", écrit le président de la "Buba", âgé de 53 ans, dans une lettre aux salariés de l'institution.

Son mandat, le second depuis 2011, n'aurait dû s'achever qu'en 2027.

La démission de M. Weidmann sonne comme un aveu d'échec pour ce chef de file des "faucons" prônant l'orthodoxie monétaire, face aux "colombes" plus laxistes au sein du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE).

Arrivé à la tête de la banque centrale allemande en pleine crise de l'euro et de la dette grecque, il n'a pu empêcher, en une décennie, la perte d'influence de l'Allemagne sur la politique monétaire menée par la BCE.

Ses réticences face au cap expansionniste pris par la BCE ces dernières années se font encore sentir dans sa lettre de départ :

Il est "crucial de ne pas perdre de vue les risques d'inflation potentiels", qui suggèrent une politique monétaire plus restrictive, écrit-il.

La politique monétaire doit en outre "respecter son mandat étroit et ne pas se laisser entraîner par la politique budgétaire ou les marchés", plaide M. Weidmann.

Jens Weidmann préfère se retirer avant un nouveau round de discussions délicates entre les 25 membres du conseil des gouverneurs de la BCE sur la stratégie monétaire dans un contexte de poussée inflationniste, estime un proche auprès de l'AFP.

Sa décision de partir était même acquise dès cet été, mais il en a retardé l'annonce pour ne pas interférer dans la campagne des élections législatives allemandes du 26 septembre, ajoute cette source.

Le responsable allemand aura été un candidat malheureux à la présidence de la BCE en 2019 face à Christine Lagarde, qui a dit "respecter" mais "regretter aussi énormément" l'annonce du départ de M. Weidmann, en qui elle voit un "bon ami".

L'ancienne ministre française loue notamment sa "volonté de trouver un compromis", qui s'est dernièrement manifestée quand la BCE a adopté, après débats, une nouvelle stratégie révisant la cible d'inflation.

Même regret exprimé par Angela Merkel, dont M. Weidmann fut conseiller pour l'économie : elle a salué "son travail durant des années qui ont été très difficiles en termes de politique monétaire et de budgétaire".

"Le camp des faucons perd une voix importante", commente de son côté Carsten Brzeski, économiste chez ING. Une voix qui "a souvent été incapable de faire accepter ses idées au Conseil de la BCE", relève Jörg Krämer, chez Commerzbank.

M. Weidmann plaide déjà depuis plusieurs mois pour que l'institut se prépare à resserrer la vis du crédit après avoir déployé un arsenal de mesures exceptionnelles de soutien face à la crise du coronavirus.

Mais le banquier allemand a aussi su "jouer collectif" en 2020 quand il a fallu en urgence assouplir la politique monétaire face à la pandémie, d'où l'importance "de savoir qui lui succédera", note Frederik Ducrozet, stratégiste chez Pictet Wealth Management.

La désignation de son successeur s'annonce comme l'une des premières décisions fortes du gouvernement, probablement dirigé par le centriste Olaf Scholz, qui prendra la suite de l'équipe d'Angela Merkel.

Vainqueur des élections, le parti social-démocrate (SPD) négocie actuellement avec les Verts et libéraux du FDP la formation d'une coalition qui pourrait adopter une orientation moins rigide côté politique budgétaire.

Mais le FDP, attaché à l'orthodoxie financière, a souligné qu'il souhaitait "la continuité" au sommet de la Bundesbank, augurant de discussions délicates avec ses partenaires.


Maroc : la fermeture des frontières porte «un coup fatal» au tourisme

La place Jemaa el-Fna dans la ville historique marocaine de Marrakech, le 6 mai 2021. (Photo, AFP)
La place Jemaa el-Fna dans la ville historique marocaine de Marrakech, le 6 mai 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Avalanche d'annulations, hôtels et agences de voyage fermés... La suspension des vols réguliers, en particulier avec la France – dont les ressortissants sont les premiers touristes étrangers – «porte un coup fatal au secteur»
  • Si en 2019 les recettes du secteur touristique avoisinaient 80 milliards de dirhams (7,5 milliards d'euros) pour 13 millions de touristes, elles avaient chuté de 65% début 2021

RABAT: Le tourisme au Maroc risque de recevoir le coup de grâce après l'annonce brutale de la fermeture des frontières en raison du variant Omicron, s'alarment les professionnels de ce secteur vital pour l'économie du royaume, déjà miné par une crise sans précédent depuis près de deux ans. 

Avalanche d'annulations, hôtels et agences de voyage fermés... La suspension des vols réguliers, en particulier avec la France – dont les ressortissants sont les premiers touristes étrangers – « porte un coup fatal au secteur », assène Mohamed Semlali, président de la Fédération nationale des agences de voyage du Maroc (FNAVM). 

Le 25 novembre, le Maroc a décidé de suspendre « jusqu'à nouvel ordre » les vols directs à destination et en provenance de France, du fait de la recrudescence de l'épidémie dans l'Hexagone. Avant de refermer toutes les frontières aériennes pour deux semaines. 

Dans un communiqué, la compagnie à bas prix irlandaise Ryanair a fait savoir jeudi qu'elle est « contrainte » d'annuler tous ses vols vers le Maroc jusqu'au 1er février 2022, « en raison d'un manque de clarté de la part du gouvernement marocain concernant son interdiction de vol », laissant « 230 000 passagers confrontés à des perturbations dans leurs projets de voyage ». 

Les opérateurs du tourisme, qui misaient sur les fêtes de fin d'année pour se redresser, voient rouge : « Toutes les réservations ont été annulées et la plupart des hôtels devront fermer, sachant que la moitié d'entre eux le sont depuis le début de la pandémie » en mars 2020, déplore Lahcen Zelmat, président de la Fédération nationale de l'industrie hôtelière (FNIH). 

Chute des recettes  

Le sort des voyagistes n'est pas meilleur. « Quelque 80% des agences de voyages sont déjà à l'arrêt », déplore M. Semlali, « et les récentes décisions vont empirer notre situation ». 

Sous l'effet des nouvelles restrictions de déplacement, le secteur touristique devrait essuyer des pertes évaluées à « au moins un milliard de dirhams » (88 M EUR) entre Noël et le jour de l'An, selon un opérateur cité par le site d'information économique Medias24. 

Sollicité par l'AFP, le ministère marocain du Tourisme n'a pas donné suite. 

Si en 2019 les recettes du secteur touristique avoisinaient 80 milliards de dirhams (7,5 milliards d'euros) pour 13 millions de touristes, elles avaient chuté de 65% début 2021, à 28 milliards de dirhams, selon les chiffres officiels. 

Les nuitées d'hôtel ont suivi la même tendance en s'effondrant de 25,2 millions en 2019 à 7 millions en 2020, soit une diminution de 72%. 

Mais après de longs mois d'isolement, le royaume chérifien a rouvert progressivement ses frontières à partir de juin, permettant un rebond des activités liées au tourisme, qui pèse près de 7% du PIB.  

Durant la période estivale, il a accueilli près de 2 millions de touristes – contre 165 000 pendant l'été 2020 –, selon le ministère de l'Économie.   

Les professionnels escomptaient voir le bout du tunnel avec l'assouplissement des mesures de restriction grâce à l'amélioration de la situation épidémiologique. 

« Très mauvaise nouvelle »  

Mais c'était sans compter avec la nouvelle flambée des cas de Covid-19 en Europe, qui a conduit les autorités marocaines à fermer les frontières aériennes d'abord avec l'Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, puis avec la France, et enfin le reste du monde depuis lundi minuit. 

« Nous étions très optimistes avec l'arrivée du Nouvel an, mais cette décision nous a pris par surprise. Nous étions au bord de la faillite. Maintenant, on a mis le pied dans la faillite », avertit Khalid Moubarak, le secrétaire général de la FNAVM. 

Les autorités justifient ces mesures drastiques « pour préserver les acquis du Maroc dans la lutte contre la pandémie ».   

« C'est une très mauvaise nouvelle pour l'économie du pays parce qu’il y avait une accélération des réservations vers le Maroc, devenu une alternative à un certain nombre de destinations fermées », analyse pour l'AFP Didier Arino, directeur du cabinet spécialisé français Protourisme. 

Rappelant que les Français représentent un tiers des arrivées, il estime que le calendrier tombe mal : « Sur les fêtes de fin d’année, on attendait une centaine de milliers de touristes français au Maroc. Là ils annulent ». 

L'impact social est également dévastateur : entre 20% et 30% des emplois du secteur ont déjà été détruits, estime M. Zelmat, le patron de la FNIH. 

La ministre du Tourisme Fatima Zahar Amor, citée par Medias24, a annoncé le retour de l'aide mensuelle de 2 000 dirhams (environ 190 euros) aux acteurs du secteur à l'arrêt pendant le dernier trimestre, sans préciser le nombre des bénéficiaires. 


Possible «effondrement économique dans certains pays» si le G20 n'agit pas sur la dette, prévient le FMI

Le Fonds monétaire international a prévenu jeudi qu'un «effondrement économique dans certains pays» n'est pas exclu si le G20 n'agit pas de manière urgente. (Photo, AFP)
Le Fonds monétaire international a prévenu jeudi qu'un «effondrement économique dans certains pays» n'est pas exclu si le G20 n'agit pas de manière urgente. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Il est essentiel que les créanciers du secteur privé mettent en œuvre l'allégement de la dette à des conditions comparables», soulignent les responsables de l'institution de Washington
  • Au début de la pandémie, les pays riches du G20 avaient offert aux pays pauvres un moratoire sur le paiement du service de leur dette jusqu'à la fin de l'année avant de le prolonger jusqu'à la fin 2021

WASHINGTON: Le Fonds monétaire international a prévenu jeudi qu'un « effondrement économique dans certains pays » n'est pas exclu si le G20 n'agit pas de manière urgente dans un contexte de pandémie qui n'est toujours pas sous contrôle.  

« Nous pourrions voir un effondrement économique dans certains pays à moins que les créanciers du G20 n'acceptent d'accélérer les restructurations de la dette et de suspendre le service de la dette pendant que les restructurations sont en cours de négociation », estiment la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva et Ceyla Pazarbasioglu, directrice de la stratégie du Fonds, dans une publication jeudi sur un blog.  

Au début de la pandémie, les pays riches du G20 avaient offert aux pays pauvres un moratoire sur le paiement du service de leur dette jusqu'à la fin de l'année avant de le prolonger jusqu'à la fin 2021.  

Parallèlement à cette initiative de suspension du service de la dette (DSSI), ils avaient créé, en novembre 2020, un « cadre commun » destiné à restructurer voire annuler la dette des pays qui en feraient la demande.   

Mais pour l'heure, les créanciers privés, en particulier chinois, freinent sa mise en oeuvre.  

« Il est essentiel que les créanciers du secteur privé mettent en œuvre l'allégement de la dette à des conditions comparables », soulignent les responsables de l'institution de Washington.  

Malgré les mesures d'aide déployées depuis le début de la pandémie, « environ 60% des pays à faible revenu sont exposés à un risque élevé ou sont déjà en surendettement », rappellent-elles.   

En 2015, ce nombre était inférieur à 30%, soulignent-elles.   

« Pour beaucoup de ces pays, les difficultés s'accumulent », ajoutent les responsables, observant que l'arrivée de nouveaux variants risque de perturber encore davantage l'activité économique.  

« Le récent (variant) Omicron est un rappel brutal que la pandémie sera avec nous pendant un certain temps », écrivent-elles également, exhortant à une « action multilatérale », « dès maintenant pour lutter contre les inégalités en matière de vaccins à l'échelle mondiale et aussi pour soutenir le règlement rapide et ordonné de la dette ». 


Erdogan remplace son ministre des Finances

À rebours des théories économiques classiques, le président Erdogan estime que les taux d'intérêt élevés favorisent la hausse des prix. Il affirme ainsi soutenir la production et les exportations en abaissant les taux. (Photo, AFP)
À rebours des théories économiques classiques, le président Erdogan estime que les taux d'intérêt élevés favorisent la hausse des prix. Il affirme ainsi soutenir la production et les exportations en abaissant les taux. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'économie turque fait face à la dégringolade de la monnaie et à une inflation galopante
  • La livre turque a perdu plus de 40% de sa valeur face au dollar depuis le début de l'année

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a nommé mercredi soir un nouveau ministre des Finances sur fond de turbulences traversées par l'économie turque depuis quelques semaines avec la dégringolade de la monnaie et une inflation galopante.

Dans un décret présidentiel paru mercredi à minuit, le chef de l'Etat a remplacé son ministre de Finances, Lutfi Elvan, par Nureddin Nebati, l'adjoint de M. Elvan.

D'après le décret présidentiel, M. Erdogan a accepté la démission de M. Elvan et a nommé M. Nebati à sa place.

En poste depuis novembre 2020, M. Elvan avait pris ses fonctions après la démission du gendre du chef de l'Etat turc, Berat Albayrak, du ministère.

Sa nomination avait été saluée par l'organisation patronale turque et des analystes.

Mais son mandat a été marqué par des crises.

Mercredi dans la matinée, la Banque centrale turque est intervenue pour stopper la chute de la livre turque qui a perdu quelque 30% de sa valeur face au dollar en un mois.

Conformément au souhait du président, cette institution – officiellement indépendante – a abaissé son taux directeur en novembre (de 16 à 15%) pour la troisième fois en moins de deux mois, à un moment où l'inflation frôle les 20% sur un an, un taux quatre fois supérieur à l'objectif initial du gouvernement.

À rebours des théories économiques classiques, le président Erdogan estime que les taux d'intérêt élevés favorisent la hausse des prix. Il affirme ainsi soutenir la production et les exportations en abaissant les taux.

Depuis 2019, M. Erdogan a limogé trois gouverneurs de la banque centrale qui s'opposaient à son souhait d'abaisser les taux d'intérêt.

La livre turque a perdu plus de 40% de sa valeur face au dollar depuis le début de l'année.