Le président libanais renvoie la loi électorale au parlement

Aoun n'a pas signé la loi à laquelle le parlement a introduit quelques amendements. Il a demandé que ces amendements soient réexaminés. (Reuters)
Aoun n'a pas signé la loi à laquelle le parlement a introduit quelques amendements. Il a demandé que ces amendements soient réexaminés. (Reuters)
Short Url
Publié le Dimanche 24 octobre 2021

Le président libanais renvoie la loi électorale au parlement

  • Aoun justifie l'opposition à la loi en invoquant des « facteurs naturels et climatiques » qui surviennent souvent en mars et pourraient empêcher le vote
  • Bassil pourrait bénéficier de ces développements et en tirer profit ailleurs, selon un analyste

BEYROUTH : Le président libanais Michel Aoun a renvoyé une loi modifiant les règles des élections législatives au parlement pour réexamen, indique un communiqué de la présidence.

Aoun n'a pas signé la loi à laquelle le parlement a introduit quelques amendements. Il a demandé que ces amendements soient réexaminés.

L'objection d'Aoun intervient après que le bloc du Courant patriotique libre ait exprimé son opposition à la tenue des élections en mars au lieu de mai ce qui « réduit sa marge de manœuvre ».

Lors de la session législative du 19 octobre, le bloc s'est également opposé aux propositions visant à modifier la formule de vote des expatriés en annulant les six sièges attribués et en permettant aux expatriés de voter pour les listes électorales.

Le CPL a cherché à attribuer ces six sièges dans la loi électorale, à condition que le vote pour ces représentants ait lieu lors des élections de 2022.

Le président du Parlement, Nabih Berri, a appelé les commissions parlementaires à se réunir mardi prochain pour discuter de la réponse d'Aoun à la loi électorale.

Les observateurs décrivent ces développements comme une course à la présidence.

Le parlement qui sera élu en mars devra choisir le nouveau président après la fin du mandat d'Aoun en octobre.

Dans le décret dans lequel il demandait une révision des amendements, Aoun déclare que « raccourcir le délai constitutionnel des élections pourrait empêcher les électeurs d’exercer leur droit électoral en raison des facteurs naturels climatiques qui prévalent souvent en mars, ce qui rend impossible pour les électeurs de se rendre dans leurs bureaux de vote, sans parler des frais de transport et des difficultés pour alimenter les bureaux de vote en électricité.

Il ajoute : « Cela pourrait également empêcher les électeurs résidant en dehors du Liban d'exercer leur droit politique préservé dans la loi électorale actuelle en votant pour leurs représentants dans la circonscription électorale désignée pour les non-résidents.

Le président précise que les amendements à la loi privent 10 685 citoyens qui atteindraient l'âge de 21 ans entre le 1er février et le 30 mars 2022, de droit de vote.

Zeina Helou, une experte en élections, déclare à Arab News : « Aoun essaie de tirer les ficelles afin d'accuser plus tard les autres partis politiques de l'empêcher de mener ses réformes. »

Elle ajoute : « Aoun et son équipe politique préfèrent gagner plus de temps pour les élections plutôt que d'avancer la date.

« Le gel des listes électorales privera les nouveaux électeurs qui auraient bientôt 21 ans du droit de vote, et cela peut être un motif de recours devant le Conseil constitutionnel. »

Helou ajoute que « le CPL craint que les électeurs chrétiens qui vivent dans le Grand Beyrouth ne se rendent pas dans les bureaux de vote de leurs villages et villes reculés du Akkar, du nord, du sud et de Baalbek-Hermel, en raison des prix élevés de l'essence ou à cause du temps orageux dans les montagnes en mars, et insiste sur les mégas centres de vote. »

Elle souligne que « ce processus nécessite beaucoup de temps pour être organisé, mais doute que le reste des partis politiques veuille ces bureaux de vote dans les endroits où vivent les électeurs car ils perdent la capacité de contrôler leurs électeurs et de savoir pour qui ils ont voté. « 

Helou dit : « Le tandem chiite, le Hezbollah et le mouvement Amal – contrairement à Aoun et son équipe politique – ne craignent pas les prochaines élections. Le Hezbollah ne tire pas sa légitimité des élections mais de ses armes et de son pouvoir.

« Le Hezbollah est en mesure d'entraver toute session parlementaire, tout comme il empêche actuellement la tenue des séances du cabinet jusqu'à ce que Tarek Bitar, le juge chargé de l'enquête sur l'explosion du port de Beyrouth, soit dessaisi. À l’instant où le Hezbollah se sentira menacé, il renversera la situation. »

Les justifications pour perturber les élections de mars sont peut-être déjà en marche, quelles que soient les raisons constitutionnelles qui peuvent ou non être prises en compte.

Helou déclare à Arab News que le chef du CPL, le député Gebran Bassil – qui a toujours ambitionné de devenir président – ​​pourrait bénéficier des développements actuels et en tirer profit ailleurs.

Bien que les partis politiques pensent qu'il est encore trop tôt pour discuter de ce que les prochaines élections législatives porteront, Helou rapporte qu'en 2018, les élections se sont tenues dans le cadre d'ententes et de règlements entre les partis politiques au pouvoir, tandis qu'en 2022 elles seront marquées par des tiraillements et la guerre des alliances.

« Les mêmes partis pourraient être réélus et retrouver leurs sièges au parlement, et nous pourrions voir une faible participation électorale faute d'alternatives convaincantes. »

Mardi prochain, le Parlement devrait soit approuver la demande d'Aoun, qui requiert les voix de 61 députés, soit faire appel devant le Conseil constitutionnel.

Le Parlement pourrait également introduire des amendements à la loi, ce qui nécessite les votes de la moitié du quorum plus un; si le quorum est de 65 députés, la loi aurait besoin de 33 voix.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Obsèques de Shireen Abu Akleh: Tollé des autorités catholiques après les abus de la police israélienne

Le patriarche latin de Jérusalem, Pierbattista Pizzaballa, s’adresse aux journalistes pour évoquer la violence lors des funérailles de la journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, à Jérusalem, le 16 mai 2022. (Reuters)
Le patriarche latin de Jérusalem, Pierbattista Pizzaballa, s’adresse aux journalistes pour évoquer la violence lors des funérailles de la journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, à Jérusalem, le 16 mai 2022. (Reuters)
Short Url
  • Monseigneur Tomasz Grysa, représentant du Vatican à Jérusalem, déclare que l’incident viole un accord de 1993 entre le Saint-Siège et Israël
  • «Le monde entier a vu comment les porteurs ont été battus sauvagement, à coups de matraque, sans pitié ni respect pour les funérailles et la défunte», dit le frère de la journaliste

À Jérusalem, des personnalités catholiques romaines ont déclaré qu’Israël avait «brutalement» porté atteinte à la liberté religieuse dans la ville après que la police s’est opposée à des personnes en deuil lors du cortège funèbre de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh, vendredi dernier.

La police a roué de coups des personnes qui, de l’hôpital Saint-Joseph, transportaient le cercueil de la journaliste et elle a lancé des grenades assourdissantes en direction de la foule.

Monseigneur Tomasz Grysa, représentant du Vatican à Jérusalem, déclare que l’incident viole un accord passé en 1993 entre le Saint-Siège et Israël sur «la défense et le respect du droit à la liberté de religion qui, dans le cas présent, a été brutalement violé».

L’archevêque Pierbattista Pizzaballa, patriarche latin de Jérusalem, ajoute: «L’invasion et l’usage de la force excessive par la police israélienne – attaquer les personnes en deuil, les frapper avec des matraques, utiliser des grenades fumigènes, tirer des balles en caoutchouc, effrayer les patients de l’hôpital – constituent de graves violations des normes et des réglementations internationales, y compris celles qui concernent le droit humain fondamental à la liberté de religion.»

Ces déclarations font partie d’une série de condamnations prononcées lors d’une conférence de presse à l’hôpital Saint-Joseph par les dirigeants de quinze communautés religieuses au sein de la ville.

Selon Jamil Koussa, directeur de l’hôpital, la police aurait pris pour cible le cercueil de la journaliste, et pas seulement les personnes en deuil, dans le but d’intimider et «d’horrifier» les personnes présentes.

Plusieurs membres du personnel médical ont également été blessés par les forces policières, qui ont pris d’assaut l’hôpital. Le Dr Mohammed Hmeidat, qui travaille dans l’unité de soins intensifs néonataux, déclare à la BBC qu’il a été brûlé par une grenade assourdissante.

«L’une d’elles était très proche de mes pieds et elle a explosé. Après cela, nous nous sommes précipités aux urgences et la police nous a également suivis», témoigne-t-il.

Les forces de l’ordre israéliennes ont mis en garde les personnalités religieuses de Jérusalem contre les «déclarations extrêmes contenant des affirmations sur des événements qui font toujours l’objet d’une enquête». Elles ajoutent que ces dernières «ne font que susciter l’émotion et ne sont pas responsables».

«Nous nous attendons à ce que les dirigeants religieux aident à rétablir le calme dans la région et évitent les déclarations provocatrices.»

Shireen Abu Akleh, une journaliste chrétienne qui travaillait pour la chaîne Al Jazeera, a été abattue mercredi alors qu’elle couvrait un raid militaire israélien à l’intérieur d’un camp de réfugiés palestiniens dans la ville occupée de Jénine, en Cisjordanie.

Les Forces de défense israéliennes ont d’abord nié être responsables de sa mort, mais, après une série de témoignages selon lesquels elles seraient à l’origine du tir mortel, elles ont ouvert une enquête sur l’activité de leurs soldats pendant l’opération.

La police israélienne, quant à elle, affirme que son intervention pendant les funérailles était nécessaire dans la mesure où les membres de la famille de la journaliste avaient prévu d’utiliser un corbillard pour transporter le cercueil de l’hôpital, mais la foule aurait menacé le chauffeur et se serait emparée du corps contre leur gré.

«La police était présente lors de l’incident pour maintenir l’ordre public et permettre aux funérailles d’avoir lieu. Des extrémistes, présents sur le terrain, ont tenté de transformer les funérailles en un événement violent», indique la police dans un communiqué.

Cependant, le frère de la journaliste, Tony Abu Akleh, déclare à la BBC: «Le monde entier a vu que les porteurs ont été battus sauvagement, à coups de matraque, sans pitié ni respect pour les funérailles ni pour la défunte.»

«Il s’agit de funérailles nationales auxquelles tous les Palestiniens pouvaient participer. La police n’avait pas le droit de faire ce qu’elle a fait.»

Lina, la nièce de la journaliste, déclare à la BBC: «Honnêtement, j’avais très peur, parce que la police a commencé à lancer des grenades assourdissantes. Un policier a même menacé de me battre si je ne me poussais pas», précise-t-elle.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Élections libanaises: les réformateurs émergent

Les résultats au Liban révèlent un Parlement fragmenté et polarisé, divisé entre des députés pro et anti-Hezbollah. (Reuters)
Les résultats au Liban révèlent un Parlement fragmenté et polarisé, divisé entre des députés pro et anti-Hezbollah. (Reuters)
Short Url
  • Le résultat du scrutin a marqué un tournant dans un pays dévasté par une crise financière persistante et une pauvreté galopante
  • La nouvelle chambre devrait élire un nouveau président en l'absence de consensus parlementaire pour la réélection du président sortant, Nabih Berri

BEYROUTH: Le Hezbollah et ses alliés ont perdu leur majorité parlementaire, tandis que les indépendants ont fait des percées surprenantes, selon les résultats définitifs des élections, mardi dernier.

Ces derniers révèlent un Parlement fragmenté et polarisé, divisé entre des députés pro et anti-Hezbollah qui auront probablement du mal à travailler ensemble.

Le scrutin a marqué un tournant dans un pays dévasté par une crise financière persistante et une pauvreté galopante.

Les nouveaux visages réformateurs qui se sont lancés dans la course électorale sur les valeurs du soulèvement contre l'establishment, en 2019, ont enregistré un score plus important que ce que de nombreux observateurs avaient prédit.

L'ambassadeur saoudien au Liban, Walid al-Bukhari, a écrit sur Tweeter que les résultats «prouvent l'inévitable prévalence de la logique de l'État sur l’excès de force absurde du mini-État qui paralyse la vie politique et la stabilité au Liban».

Selon un observateur politique, «ni le Hezbollah ni le Courant patriotique libre ne contrôlent le Parlement».

Le mandat du nouveau parlement débute le 22 mai et le cabinet du Premier ministre, Najib Mikati, deviendra un gouvernement intérimaire.

La nouvelle chambre devrait élire un nouveau président en l'absence de consensus parlementaire pour la réélection du président sortant, Nabih Berri, qui occupe ce poste depuis 1992.

Mardi matin, Beyrouth a été témoin de l'incendie d'un «poing de la révolution» qui avait été installé sur la place des Martyrs en guise de symbole de la protestation populaire contre la classe dirigeante.

Par ailleurs, le taux de change du dollar par rapport à la livre libanaise (LL) sur le marché noir a dépassé les 30 000 LL pour la première fois après les élections.

Le palais présidentiel a annoncé que le président, Michel Aoun, avait été transféré à l'hôpital de l'Hôtel-Dieu de France à Beyrouth «pour y subir des examens médicaux et des radiographies», assurant le public qu'Aoun «quittera l'hôpital dans les prochaines heures, lorsque les examens seront terminés».

Le Parlement ainsi élu ne ressemble à aucun des six parlements précédents depuis l'accord de Taïf, en 1989. Selon les observateurs politiques, «il reflète la tourmente politique que traverse le pays».

La défaite de plusieurs ténors politiques constitue l’un des éléments notables de cette élection. Le ministre de l'Information, Ziad Makari, a estimé que ces forces et ces personnalités «devraient remettre en question le travail qu'elles ont accompli pour leur peuple».

Il a ajouté: «Nous espérons que les forces de changement qui ont atteint le Parlement contribuent sérieusement à l'essor du pays, car ce dernier ne peut souffrir plus longtemps.»

Autre fait remarquable, le Hezbollah et ses alliés ont remporté un total de cinquante-neuf sièges sur cent vingt-huit. Les alliés du groupe comprennent le mouvement Amal, le Courant patriotique libre, le parti Tachnag et l'association Al-Ahbach, ainsi que Jihad al-Samad, Farid al-Khazen et Hassan Mourad.

Le mouvement Amal, dirigé par Nabih Berri, a remporté quinze sièges chiites, dont la plupart sont occupés par des députés actuels, y compris deux qui ont été inculpés dans l'affaire de l'explosion du port de Beyrouth.

Le Hezbollah a remporté treize sièges chiites, avec ses actuels députés et deux nouveaux.

Un député chiite et deux députés sunnites alliés au Hezbollah ont également été élus.

Les Forces libanaises ont remporté vingt sièges. L’un d’eux est occupé par un député sunnite qui figurait sur une liste soutenue par le parti.

Le Courant patriotique libre a obtenu dix-huit sièges.

Le Parti socialiste progressiste, dirigé par Walid Joumblatt, a remporté neuf sièges et le mouvement des Phalanges libanaises (Kataëb) cinq, avec notamment un député arménien.

Le Mouvement de l'indépendance a obtenu deux sièges, le mouvement Marada deux aussi, tout comme Al-Ahbach (un siège à Beyrouth et un autre à Tripoli), alors que le groupe islamique en a gagné un seul.

Camille Dory Chamoun, du Parti national libéral, a remporté un siège. Le parti a annoncé mardi qu'il «fera partie du bloc qui comprend les Forces libanaises et leur allié».

Les élections ont également vu la victoire, principalement dans le Nord, de six anciens membres du courant du Futur qui avaient quitté le parti après la décision de l'ancien Premier ministre Saad Hariri de suspendre son activité politique.

Onze candidats indépendants ont été élus. Certains d’entre eux sont farouchement opposés au Hezbollah, comme Achraf Rifi à Tripoli et Fouad Makhzoumi à Beyrouth.

Quinze députés issus de la société civile et de la révolution de 2019 ont gagné. On compte parmi eux des médecins, des ingénieurs, des scientifiques, des avocats, des hommes d'affaires et des universitaires. Leur victoire brise le monopole des partis politiques conventionnels et traduit la révolte des électeurs contre leurs dirigeants traditionnels.

Parmi les vainqueurs figure Rami Fanj, candidat au siège sunnite de Tripoli. Il a évincé le député Faysal Karamé, issu d'une famille politique de longue date.

Huit des cent cinquante-cinq candidates ont réussi à briser l'écrasante domination masculine au Parlement.

Trois de ces élues étaient déjà députées: Inaya Ezzeddine, du mouvement Amal, Paula Yacoubian, qui a démissionné lors de la révolution du 17-Octobre, et Sethrida Geagea, des Forces libanaises.

Les autres femmes députées sont Nada Boustani Khoury, ancienne ministre de l'Énergie affiliée au Courant patriotique libre, Ghada Ayoub, des Forces libanaises, ainsi que Cynthia Zarazir, Najat Saliba et Halima Kaakour, du mouvement de la société civile.


L'Iran saisit un navire de contrebande de carburant dans le Golfe

Le navire étranger a été intercepté et escorté au port pour les enquêtes nécessaires. (AFP)
Le navire étranger a été intercepté et escorté au port pour les enquêtes nécessaires. (AFP)
Short Url
  • «Un navire étranger, transportant 550 000 litres de carburant de contrebande, a été saisi dans les eaux du Golfe persique», a déclaré le chef du pouvoir judiciaire dans la province de Hormozgan
  • L'Iran a fait état ces dernières semaines de plusieurs arraisonnements de navires dans les voies maritimes desservant le Golfe, d'où provient et transite une grande partie de la production mondiale de pétrole

TEHERAN : La Marine iranienne a saisi un navire se livrant à de la contrebande de carburant et arrêté l'équipage, a indiqué mercredi la télévision d'Etat.

L'Iran a fait état ces dernières semaines de plusieurs arraisonnements de navires dans les voies maritimes desservant le Golfe, d'où provient et transite une grande partie de la production mondiale de pétrole.

"Un navire étranger, transportant 550 000 litres de carburant de contrebande, a été saisi dans les eaux du Golfe persique", a déclaré mercredi Mojtaba Ghahremani, chef du pouvoir judiciaire dans la province de Hormozgan, dans le sud du pays.

Cité par la télévision, il a ajouté que les "sept membres de l'équipage avaient été arrêtés", sans préciser leur nationalité.

Vendredi, M. Ghahremani avait annoncé la saisie de deux navires, tandis qu'au moins trois incidents similaires avaient été signalés en avril.