Afghanistan: Washington n'a pas fait assez pression sur le président Ghani

Le président afghan Ashraf Ghani rencontre le président américain Joe Biden à Washington, le 25 juin 2021. (Photo, AFP)
Le président afghan Ashraf Ghani rencontre le président américain Joe Biden à Washington, le 25 juin 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 24 octobre 2021

Afghanistan: Washington n'a pas fait assez pression sur le président Ghani

  • S'exprimant pour la première fois depuis sa démission annoncée le 18 octobre, Zalmay Khalilzad a défendu vivement l'accord de retrait des forces américaines qu'il avait négocié avec les talibans sous la présidence de Donald Trump
  • Il a exprimé quelques réserves indirectes sur sa mise en œuvre par l'actuel président Joe Biden

WASHINGTON: Les Etats-Unis n'ont pas fait suffisamment pression sur l'ex-président afghan Ashraf Ghani pour qu'il accepte de partager le pouvoir avec les talibans, a déploré l'émissaire américain pour l'Afghanistan qui vient de démissionner, dans un entretien diffusé dimanche sur la chaîne CBS.

S'exprimant pour la première fois depuis sa démission annoncée le 18 octobre, Zalmay Khalilzad a défendu vivement l'accord de retrait des forces américaines qu'il avait négocié avec les talibans sous la présidence de Donald Trump. Et exprimé quelques réserves indirectes sur sa mise en œuvre par l'actuel président Joe Biden.

"L'accord était un ensemble conditionnel" qui prévoyait notamment "des négociations" entre les insurgés et le gouvernement de Kaboul ainsi qu'un "cessez-le-feu global permanent", a expliqué le diplomate.

Mais une fois arrivé à la Maison Blanche, le président Biden a pris la "décision de mettre en œuvre le retrait sur la base d'un calendrier", sans tenir compte de ces conditions, a-t-il relevé.

"C'est une décision prise bien au-dessus de moi", a-t-il ajouté, regrettant que "certains" à Washington fassent de lui un bouc-émissaire pour le départ chaotique d'Afghanistan et la prise du pouvoir par les islamistes.

"On hérite toujours d'accords", "soit vous acceptez de les mettre en œuvre, soit vous dites +non, je veux renégocier+", a-t-il poursuivi.

Le gouvernement démocrate estime que, ayant hérité de l'accord négocié par l'équipe Trump, il n'avait d'autre choix que de quitter l'Afghanistan, car les négociations de paix inter-afghanes étaient dans l'impasse et les talibans auraient repris leurs attaques contre les forces américaines si elles étaient restées.

Zalmay Khalilzad reconnaît cette situation, et admet que les choses ne se sont pas déroulées comme il le souhaitait.

Mais le diplomate semble en imputer l'essentiel de la responsabilité au gouvernement afghan de l'ex-président Ashraf Ghani, qui selon lui n'a jamais accepté de partager le pouvoir alors même que les talibans étaient en position de force militairement.

"Ils préféraient le statu quo à un règlement politique", a-t-il expliqué.

"Nous avons été gentils avec le président Ghani. Nous avons été diplomates. Nous l'avons encouragé", mais "je pense que nous n'avons pas fait assez pression sur lui", a-t-il ajouté.

Selon lui, dans le cadre de l'accord de retrait conditionnel initial, les talibans auraient fini par accepter un partage du pouvoir, mais Ashraf Ghani s'est accroché à son poste, bloquant toute solution. Il déplore que Washington ne l'ait pas clairement menacé de cesser son soutien militaire pour le faire plier.

Zalmay Khalilzad a aussi réaffirmé que la fuite du président afghan, le 15 août, avait précipité la victoire totale des talibans et fait capoter un accord, négocié par les Etats-Unis, pour une transition plus en douceur et une forme de partage du pouvoir.

"Cela a renforcé les talibans les plus radicaux", très influents dans le nouveau gouvernement afghan, a-t-il déclaré. Il a ajouté qu'une issue plus ordonnée, conformément au plan initial, aurait au contraire "renforcé les plus modérés, ceux qui étaient impliqués dans les négociations".


Affaire Peng Shuai: la WTA renonce à la Chine, quoi qu'il en coûte

La joueuse Peng Shuai a accusé d'abus sexuels un ex haut-dirigeant communiste chinois (Photo, AFP).
La joueuse Peng Shuai a accusé d'abus sexuels un ex haut-dirigeant communiste chinois (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans un communiqué particulièrement virulent, le président de la WTA Steve Simon a annoncé une mesure forte de son instance et appelé les «dirigeants du monde» à le suivre
  • «J'annonce la suspension immédiate de tous les tournois WTA en Chine, y compris Hong Kong» écrit-il

PARIS: La WTA a annoncé mercredi la suspension des tournois féminins de tennis en Chine "quelles qu'en soient les conséquences financières" en soutien à la joueuse Peng Shuai qui a accusé d'abus sexuels un ex haut-dirigeant communiste chinois, mesure saluée par plusieurs champions de la discipline, dont Novak Djokovic.

Dans un communiqué particulièrement virulent, le président de la WTA Steve Simon a annoncé une mesure forte de son instance et appelé les "dirigeants du monde" à le suivre.

"J'annonce la suspension immédiate de tous les tournois WTA en Chine, y compris Hong Kong. En bonne conscience, je ne vois pas comment je peux demander à nos athlètes d'y participer à des tournois quand Peng Shuai n'est pas autorisée à communiquer librement et a, semble-t-il, subi des pressions pour revenir sur ses allégations d'abus sexuels", écrit Steve Simon.

Il a ajouté être "très inquiet des risques que toutes nos joueuses et nos staffs prendraient si nous organisions des tournois en Chine en 2022 (...) Les dirigeants de la Chine n'ont pas laissé de choix à la WTA".

Le N.1 mondial de tennis Novak Djokovic, toujours en course en Coupe Davis, y a apporté son soutien sans réserve depuis Madrid mercredi soir.

"Je soutiens complètement la position de la WTA parce qu'on n'a pas assez d'informations sur Shuai Peng", a-t-il affirmé.

Billie Jean King, 12 fois championne du Grand Chelem en simple, a également salué la démarche. 

"J'applaudis Steve Simon et la direction de la @WTA pour avoir pris une position forte sur la défense des droits de l'homme en Chine et dans le monde entier", a-t-elle tweeté. 

Appel aux leaders

Aucun tournoi WTA n'était prévu avant la fin de l'année et le calendrier 2022 n'a pas encore été publié.

Lors de la saison 2019, la dernière à ne pas avoir été impactée par le Covid-19, 10 tournois avaient été organisés en Chine, dont les Masters féminins de fin d'année qui, avec 14 millions de dollars, avaient été mieux dotés financièrement que leurs équivalents masculins.

"La WTA fera tout son possible pour protéger ses joueuses, a affirmé Simon. J'espère que les dirigeants du monde vont continuer à se manifester pour que justice soit rendue à Peng et à toutes les femmes, quelles qu'en soient les conséquences financières."

Peng Shuai, 35 ans, avait disparu quelques jours en novembre après avoir publié sur le réseau social chinois Weibo un long message dans lequel elle accusait l'ex-vice Premier ministre Zhang Gaoli, de 40 ans son aîné et retraité depuis, de l'avoir abusée sexuellement avant d'en faire sa maîtresse.

De nombreuses stars du tennis mondial, de Chris Evert à Djokovic déjà, et plusieurs pays occidentaux, notamment la France et les Etats-Unis, mais aussi l'Union européenne et l'ONU, ont demandé à Pékin de clarifier le sort de Peng Shuai.

La jeune femme est réapparue le 21 novembre dans un restaurant de Pékin et lors d'un tournoi de tennis organisé dans la capitale chinoise, selon des vidéos publiées par des médias officiels.

«Doutes sérieux»

Elle a aussi déclaré lors d'une visioconférence avec le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach, être "saine et sauve à son domicile à Pékin" mais qu'elle "aimerait que sa vie privée soit respectée". La membre chinoise du Comité olympique, Li Lingwei, participait à cette visioconférence.

"Même si nous savons maintenant où se trouve Peng, j'ai des doutes sérieux concernant le fait qu'elle soit libre, en sécurité et qu'elle ne soit pas soumise à la censure, à la coercition ni à l'intimidation", a affirmé mercredi Steve Simon.

"Les dirigeants chinois ont eu des occasions de lever la censure, de prouver de façon vérifiable que Peng était libre et en mesure de s'exprimer sans intervention extérieure ni intimidation, et de mener une enquête complète, juste et transparente sur ses accusations d'abus sexuels", ajoute-t-il en regrettant que Pékin n'ait pas "agi de façon crédible".

La seule réaction officielle de Pékin à ce jour a été un appel lancé le 23 novembre par le porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, à "cesser de délibérément monter en épingle cette question à des fins hostiles, et surtout d'en faire une question politique".

"Rien de tout cela n'est acceptable et ne le sera jamais. Si les puissants peuvent supprimer les voix de femmes et balayer sous le tapis des accusations d'abus sexuels, alors les fondements sur lesquels reposent la WTA - égalité pour les femmes - seraient fortement ébranlés. Je ne peux pas laisser ça arriver aux joueuses et je ne le laisserai pas faire", martèle Steve Simon.

Parmi les premières à réagir à cette décision du président de la WTA, la Tchèque Petra Kvitova avait tweeté un émoji applaudissant, tandis que la Française Alizé Cornet a écrit "Quel leader !".

L'ex-N.1 mondial Andy Roddick a souligné le risque pris par le patron de la WTA: "Bien agir est bien plus facile quand ça ne coûte rien. Respect."

"La WTA est restée ferme et fidèle à ses valeurs depuis le début et nous comprenons leur décision", a pour sa part déclaré la Fédération internationale (ITF) à l'AFP.


L'épouse du «parrain de la musique noire» tuée à Beverly Hills par un intrus

Jacqueline et Clarence Avant dans une photo datée de 2016. (Photo, Archive/AFP)
Jacqueline et Clarence Avant dans une photo datée de 2016. (Photo, Archive/AFP)
Short Url
  • Jacqueline Avant, 81 ans, a été retrouvée par les policiers à son domicile, mortellement blessée par balle
  • La victime était l'épouse de Clarence Avant, 90 ans, figure de l'industrie du disque dont les talents ont été célébrés par des stars comme Jay-Z, Snoop Dogg ou Jamie Foxx

LOS ANGELES: L'épouse d'un magnat de l'industrie du disque, surnommé "le parrain de la musique noire", a été abattue mercredi lors d'une intrusion nocturne au domicile du couple, dans un quartier chic de Beverly Hills.

Jacqueline Avant, 81 ans, a été retrouvée par les policiers à son domicile, mortellement blessée par balle, a indiqué lors d'une conférence de presse Mark Stainbrook, le chef de la police de Beverly Hills, petite ville voisine de Los Angeles mondialement réputée pour ses célébrités, milliardaires et ses boutiques de luxe. 

La victime était l'épouse de Clarence Avant, 90 ans, figure de l'industrie du disque dont les talents ont été célébrés par des stars comme Jay-Z, P. Diddy, Quincy Jones, Snoop Dogg, Jamie Foxx, et même par l'ancien président américain Barack Obama. 

La fille du couple, Nicole Avant, est une ancienne diplomate américaine qui est mariée au directeur général de Netflix, Ted Sarandos.

Lors d'une conférence de presse, M. Stainbrook a estimé que le drame n'était pas le résultat d'une "attaque menée au hasard" mais s'est refusé à toute spéculation, s'abstenant de qualifier les faits de "cambriolage" ayant mal tourné comme certains médias locaux.

Selon le chef de la police, les motifs de l'homicide n'ont pas encore été déterminés avec précision.

Aucun des autres occupants de la luxueuse demeure n'a été blessé, a-t-il souligné.

Le site TMZ, spécialisé dans les célébrités et premier à faire état du drame, a évoqué la présence sur place d'un vigile sur lequel l'intrus armé a ouvert le feu. M. Stainbrook a confirmé qu'un garde était "apparemment" dans la maison du couple mais n'a pas voulu donner davantage de détails.

La police de Beverly Hills était arrivée sur place mercredi peu après 02h00 du matin.

"Le ou les suspects n'étaient plus présents. Les pompiers de Beverly Hills ont transporté la victime à un hôpital local. Malheureusement, la victime n'a pas survécu", ajoute le communiqué.

La légende du basketball, Magic Johnson et son épouse ont réagi à la mort de Jacqueline Avant, "l'une de nos plus proches amies", dont la disparition les a "totalement bouleversés".

"Jackie était la personne la plus délicieuse. Elle avait une belle âme, un grand coeur et avait toujours un mot gentil", souligne la star dans son message sur Twitter.

L'ancien président Bill Clinton a lui aussi rendu hommage à Mme Avant, "une femme formidable" et "une amie chère pour Hillary et moi-même durant 30 ans".


A New York, la chute de la dynastie Cuomo

Andrew Cuomo, ex-gouverneur de l'Etat de New York (Photo, AFP).
Andrew Cuomo, ex-gouverneur de l'Etat de New York (Photo, AFP).
Short Url
  • C'est une dynastie politique comme l'Amérique en a le secret : la famille Cuomo, descendante d'immigrés italiens, est dans la tourmente
  • Andrew Cuomo, ex-gouverneur de l'Etat de New York, est confronté à des accusations d'agressions sexuelles par au moins 11 femmes

NEW YORK: C'est une dynastie politique comme l'Amérique en a le secret: la famille Cuomo, descendante d'immigrés italiens, est dans la tourmente après qu'Andrew, accusé d'agressions sexuelles, a démissionné de son poste de gouverneur de New York et que son frère Chris, journaliste vedette de CNN, a été écarté pour avoir conseillé son aîné.

La chute est vertigineuse depuis cet été pour les deux frères Cuomo.

Le cadet Chris, un journaliste de 51 ans, a été mis à l'écart mardi soir "pour une durée indéterminée" par la chaîne américaine d'information CNN.

Sur la foi d'une enquête de plusieurs mois de la procureure générale de l'Etat de New York Letitia James - elle-même candidate au poste de gouverneur de l'Etat - CNN reproche à Chris Cuomo d'avoir conseillé et "défendu" son frère aîné Andrew Cuomo, 64 ans en décembre, inculpé en octobre d'agression sexuelle contre une ancienne employée.

Agressions sexuelles

Confronté à des accusations d'agressions sexuelles par au moins 11 femmes, Andrew Cuomo, puissant gouverneur de l'Etat de New York pendant dix ans et qui avait pris une dimension politique nationale en 2020 grâce à sa gestion de la pandémie de Covid-19, a dû démissionner en août dernier.

La procureure James a rendu publiques lundi soir des milliers de pages de retranscriptions écrites et de vidéos d'auditions de nombre de protagonistes de son enquête contre Andrew Cuomo, parmi lesquels Chris Cuomo.

"Oui, c'est mon frère, je l'aime à mourir quoi qu'il arrive. Je n'en ai qu'un", avait répondu le journaliste aux enquêteurs qui l'interrogeaient en juillet sur la nature des conseils et de l'aide apportés à Andrew Cuomo dans la tourmente d'accusations d'agressions sexuelles. 

"Si je peux aider mon frère, je le ferai. S'il veut que j'entende quelque chose, je le ferai. S'il veut que je pèse sur quelque chose, j'essaierai de le faire", avait insisté Chris Cuomo.

C'est parce que ces documents judiciaires "révèlent un niveau d'implication pour aider son frère plus important que ce dont nous avions connaissance" que CNN a décidé mardi d'écarter son présentateur vedette, s'est justifié un porte-parole de la chaîne.

Pour comprendre la force des liens entre les deux frères, il faut se plonger dans la "saga familiale" des Cuomo depuis un siècle, symbole éclatant de l'immigration italienne aux Etats-Unis au début du 20e siècle, explique à l'AFP Michael Shnayerson, auteur de "The Contender", une biographie d'Andrew Cuomo.

Et remonter jusqu'au grand-père italien, Andrea Cuomo, parti de la région de Naples dans les années 1920 pour tenir avec sa femme Immacolata une épicerie dans le quartier du Queens à New York.

«Frapper»

Il parlait "à peine l'anglais et quand on lui demandait ce qui le motivait, il répondait +puncha puncha!+ ce qui signifiait ne pas cesser de frapper et ne jamais renoncer", raconte M. Shnayerson.

Leur fils Mario Cuomo, né en 1932 et éduqué à New York, gravit les échelons de la politique locale et du parti démocrate et sera élu à trois reprises gouverneur de l'Etat (1983-1994), marquant également de son empreinte la plus grande ville des Etats-Unis.

Pour leur biographe, Mario Cuomo était "un homme au charme immense mais qui fut avec ses fils aussi dur que son père l'avait été avec lui". 

Andrew et Chris Cuomo, 13 ans d'écart, grandissent dans un climat familial fait de "brutalité", de "rivalité" l'un contre l'autre, mais aussi avec un "lien fraternel indestructible", une "loyauté l'un envers l'autre et vis-à-vis du reste de la famille", poursuit M. Shnayerson.

Directeur de campagne de son père dans les années 1980, Andrew Cuomo entre aussi en politique au parti démocrate, puis au gouvernement de Bill Clinton dans les années 1990. Il devient procureur général de l'Etat de New York dans les années 2000, avant d'en être le gouverneur de 2011 à août dernier. 

Le clan Cuomo croise aussi pendant des décennies une dynastie politique d'envergure nationale, parfois rivale à New York: les Kennedy. L'une des filles d'Ethel et de Robert Kennedy, sénateur de New York assassiné en 1968, Kerry Kennedy, épouse Andrew Cuomo en 1990 jusqu'à leur divorce houleux en 2005.

"Dans cette grande saga familiale, Mario est resté le patriarche jusqu'à sa mort" en 2015, constate Michael Shnayerson. Mais après le décès de leur père, "Andrew et Chris ont peut-être manqué de la boussole morale pour les empêcher de dériver", conclut-il