Afghanistan: Washington n'a pas fait assez pression sur le président Ghani

Le président afghan Ashraf Ghani rencontre le président américain Joe Biden à Washington, le 25 juin 2021. (Photo, AFP)
Le président afghan Ashraf Ghani rencontre le président américain Joe Biden à Washington, le 25 juin 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 24 octobre 2021

Afghanistan: Washington n'a pas fait assez pression sur le président Ghani

  • S'exprimant pour la première fois depuis sa démission annoncée le 18 octobre, Zalmay Khalilzad a défendu vivement l'accord de retrait des forces américaines qu'il avait négocié avec les talibans sous la présidence de Donald Trump
  • Il a exprimé quelques réserves indirectes sur sa mise en œuvre par l'actuel président Joe Biden

WASHINGTON: Les Etats-Unis n'ont pas fait suffisamment pression sur l'ex-président afghan Ashraf Ghani pour qu'il accepte de partager le pouvoir avec les talibans, a déploré l'émissaire américain pour l'Afghanistan qui vient de démissionner, dans un entretien diffusé dimanche sur la chaîne CBS.

S'exprimant pour la première fois depuis sa démission annoncée le 18 octobre, Zalmay Khalilzad a défendu vivement l'accord de retrait des forces américaines qu'il avait négocié avec les talibans sous la présidence de Donald Trump. Et exprimé quelques réserves indirectes sur sa mise en œuvre par l'actuel président Joe Biden.

"L'accord était un ensemble conditionnel" qui prévoyait notamment "des négociations" entre les insurgés et le gouvernement de Kaboul ainsi qu'un "cessez-le-feu global permanent", a expliqué le diplomate.

Mais une fois arrivé à la Maison Blanche, le président Biden a pris la "décision de mettre en œuvre le retrait sur la base d'un calendrier", sans tenir compte de ces conditions, a-t-il relevé.

"C'est une décision prise bien au-dessus de moi", a-t-il ajouté, regrettant que "certains" à Washington fassent de lui un bouc-émissaire pour le départ chaotique d'Afghanistan et la prise du pouvoir par les islamistes.

"On hérite toujours d'accords", "soit vous acceptez de les mettre en œuvre, soit vous dites +non, je veux renégocier+", a-t-il poursuivi.

Le gouvernement démocrate estime que, ayant hérité de l'accord négocié par l'équipe Trump, il n'avait d'autre choix que de quitter l'Afghanistan, car les négociations de paix inter-afghanes étaient dans l'impasse et les talibans auraient repris leurs attaques contre les forces américaines si elles étaient restées.

Zalmay Khalilzad reconnaît cette situation, et admet que les choses ne se sont pas déroulées comme il le souhaitait.

Mais le diplomate semble en imputer l'essentiel de la responsabilité au gouvernement afghan de l'ex-président Ashraf Ghani, qui selon lui n'a jamais accepté de partager le pouvoir alors même que les talibans étaient en position de force militairement.

"Ils préféraient le statu quo à un règlement politique", a-t-il expliqué.

"Nous avons été gentils avec le président Ghani. Nous avons été diplomates. Nous l'avons encouragé", mais "je pense que nous n'avons pas fait assez pression sur lui", a-t-il ajouté.

Selon lui, dans le cadre de l'accord de retrait conditionnel initial, les talibans auraient fini par accepter un partage du pouvoir, mais Ashraf Ghani s'est accroché à son poste, bloquant toute solution. Il déplore que Washington ne l'ait pas clairement menacé de cesser son soutien militaire pour le faire plier.

Zalmay Khalilzad a aussi réaffirmé que la fuite du président afghan, le 15 août, avait précipité la victoire totale des talibans et fait capoter un accord, négocié par les Etats-Unis, pour une transition plus en douceur et une forme de partage du pouvoir.

"Cela a renforcé les talibans les plus radicaux", très influents dans le nouveau gouvernement afghan, a-t-il déclaré. Il a ajouté qu'une issue plus ordonnée, conformément au plan initial, aurait au contraire "renforcé les plus modérés, ceux qui étaient impliqués dans les négociations".


Un amiral allemand sommé de s'expliquer après des propos controversés sur la Russie

La ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, s'entretient avec des journalistes alors qu'elle rend visite aux forces armées allemandes à Arbil, la capitale de la région autonome kurde du nord de l'Irak, le 9 janvier 2022.(AFP)
La ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, s'entretient avec des journalistes alors qu'elle rend visite aux forces armées allemandes à Arbil, la capitale de la région autonome kurde du nord de l'Irak, le 9 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • La ministre de la Défense Christine Lambrecht a organisé dans la matinée une vidéoconférence avec le chef d'Etat-Major Eberhard Zorn pour définir comment traiter cette affaire
  • Les déclarations du chef de la Marine interviennent en pleine crise russo-occidentale autour de l'Ukraine

BERLIN : Le chef de la Marine allemande Kay-Achim Schönbach va devoir s'expliquer après avoir entre autres qualifié d'"ineptie" les intentions prêtées par les alliés de l'Otan à la Russie d'envahir l'Ukraine, a-t-on appris samedi auprès du ministère de la Défense.

Ce que Vladimir Poutine veut, "c'est être respecté", a déclaré le vice-amiral Schönbach selon une vidéo circulant sur internet, filmée lors d'une réunion d'un groupe de réflexion qui s'est tenue vendredi à New Delhi.

"Il est facile de lui accorder le respect qu'il veut, et qu'il mérite aussi probablement", ajoute-t-il. L'idée que la Russie veuille envahir une partie de l'Ukraine serait selon lui "une ineptie".

Ces déclarations "ne correspondent en rien à la position du ministère de la Défense allemand", a mis au point un de ses porte-parole, contacté par l'AFP.

Le vice-amiral va devoir "prendre position", en clair s'expliquer "auprès du chef d'Etat-Major des armées", le plus haut gradé dans la hiérarchie de la Bundeswehr, ajoute-t-il.

Les déclarations du chef de la Marine interviennent en pleine crise russo-occidentale autour de l'Ukraine. 

D'intenses efforts diplomatiques sont actuellement déployés de part et d'autre pour éviter que la situation ne dégénère, alors que des dizaines de milliers de soldats russes sont toujours massés à la frontière ukrainienne. 

Après avoir dans un premier temps posté un tweet précisant que ses propos n'engageaient que lui, M. Schönbach a présenté ses plates excuses.

Il a ainsi qualifié ses déclarations "d'irréfléchies". "Il n'y a pas à ergoter: c'était clairement une faute", a-t-il écrit.

Selon des informations de Der Spiegel, les propos de ce militaire à la carrière jusqu'ici irréprochable ont fortement irrité jusque dans les plus hauts étages du gouvernement allemand, dirigé par le chancelier social-démocrate Olaf Scholz. 

La ministre de la Défense Christine Lambrecht a organisé dans la matinée une vidéoconférence avec le chef d'Etat-Major Eberhard Zorn pour définir comment traiter cette affaire, selon le magazine.


Mine de Turow: Prague réclame des compensations à la Pologne

Dans cette photo d'archive prise le 28 juin 2021, la centrale électrique au charbon polonaise de Turow est vue depuis une colline près du village de Vitkov en République tchèque le 28 juin 2021. (Photo, AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 28 juin 2021, la centrale électrique au charbon polonaise de Turow est vue depuis une colline près du village de Vitkov en République tchèque le 28 juin 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Prague se plaint des conséquences pour l'environnement (bruit, poussières, appauvrissement des réserves souterraines en eau) de l'exploitation de cette mine de lignite en service depuis 1904.
  • La mine est située dans le Sud-Ouest de la Pologne, à la frontière de la République tchèque et de l'Allemagne qui s'en plaint également.

PRAGUE : La République tchèque réclame 50 millions d'euros de compensations dans le cadre d'un projet d'accord bilatéral révisé avec la Pologne à propos de la mine géante de Turow, a déclaré samedi la ministre tchèque de l'Environnement Anna Hubackova.

Prague se plaint des conséquences pour l'environnement (bruit, poussières, appauvrissement des réserves souterraines en eau) de l'exploitation de cette mine de lignite en service depuis 1904.

La mine est située dans le Sud-Ouest de la Pologne, à la frontière de la République tchèque et de l'Allemagne qui s'en plaint également. Malgré les protestations de ces deux pays, le gouvernement polonais a reconduit pour six ans en 2020 l'autorisation d'exploitation de Turow. 

Saisie par la République tchèque, la Cour européenne de justice a ordonné en mai 2021, dans une décision rendue en référé (en urgence), la cessation "immédiate" de l'exploitation de cette mine en raison d'effets nocifs pour l'environnement. 

Cette décision a été suivie le 20 septembre par la condamnation de Varsovie à une astreinte de 500.000 euros par jour jusqu'à l'arrêt de la mine. Mais Varsovie a refusé de payer, fustigeant une "sanction illégale" et jugeant Turow indispensable à la sécurité énergétique du pays.

Mme Hubackova, qui a pris ses fonctions en décembre, a rencontré son homologue polonaise Anna Moskwa mardi à Varsovie et "un projet d'accord révisé avec la Pologne sur Turow est prêt", a-t-elle tweeté.

Mme Hubackova a expliqué à l'agence d'informations tchèque CTK que Prague insistait sur une compensation de 50 millions d'euros alors que la Pologne entendait payer 40 millions d'euros.

Mme Hubackova a ajouté que le gouvernement tchèque allait discuter mercredi du projet d'accord révisé et que des pourparlers avec la Pologne reprendraient "idéalement d'ici fin janvier".

La mine assure la fourniture d'environ 7% de l'électricité en Pologne. Le groupe énergétique public polonais PGE, qui l'exploite, compte en extraire du charbon jusqu'en 2044 et veut l'étendre de 25 à 30 kilomètres carrés.

La Pologne dépend du charbon pour environ 80% de son électricité et compte quelque 80.000 emplois dans le secteur minier. Le pays s'est engagé à développer des sources d'énergie renouvelables et prévoit la fermeture progressive de ses mines d'ici 2049 pour répondre aux objectifs de l'Union européenne en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.


Un rival d'Angela Merkel élu nouveau président des conservateurs allemands

Le président désigné du Parti chrétien-démocrate (CDU), Friedrich Merz, assiste à un congrès du Parti chrétien-démocrate (CDU) au siège du parti à Berlin, en Allemagne, le 21 janvier 2022.(AFP)
Le président désigné du Parti chrétien-démocrate (CDU), Friedrich Merz, assiste à un congrès du Parti chrétien-démocrate (CDU) au siège du parti à Berlin, en Allemagne, le 21 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • Sans avoir attaqué frontalement l'ex-chancelière, Friedrich Merz ne fait pas mystère de sa volonté de rompre avec les années Merkel
  • Après 16 ans à diriger l'Allemagne, la CDU a entamé une cure d'opposition pour les quatre prochaines années face au gouvernement formé par les sociaux-démocrates du chancelier Olaf Scholz avec les écologistes et le parti libéral

BERLIN : Les conservateurs allemands ont élu samedi à une large majorité Friedrich Merz, ancien rival d'Angela Merkel, comme nouveau président, avec la tâche de redresser un parti laminé depuis sa défaite aux législatives.

Les quelque 980 délégués de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), réunis en congrès par visioconférence en raison de la pandémie, ont voté à près de 95% en faveur du député de 66 ans, seul candidat et déjà désigné en décembre comme favori par les membres du parti.

Friedrich Merz, qui avait tenté sans succès d'accéder à ce poste à deux reprises ces dernières années, s'est déclaré "profondément ému" par ce plébiscite. 

Tenant d'un retour à une ligne conservatrice traditionnelle, après les années de centrisme d'Angela Merkel, il va devoir relancer une formation en crise profonde depuis son échec retentissant aux élections législatives du 26 septembre où elle a essuyé le plus faible score de son histoire.

Cette piètre performance avait poussé le dirigeant sortant et candidat malheureux à la chancellerie Armin Laschet à remettre son mandat en jeu.

Samedi, M. Merz a appelé le parti à resserrer les rangs. "Nous devons être une opposition forte. Nous voulons gagner les élections dans les Länder", a-t-il lancé en référence à plusieurs scrutins régionaux prévus cette année dans le pays.

Après 16 ans à diriger l'Allemagne, la CDU a entamé une cure d'opposition pour les quatre prochaines années face au gouvernement formé par les sociaux-démocrates du chancelier Olaf Scholz avec les écologistes et le parti libéral.

Le nouveau chef des conservateurs s'en est pris à M. Scholz, qu'il a accusé d'inaction aussi bien dans le débat sur la vaccination obligatoire contre le Covid-19 que dans la crise en Ukraine.

Sans avoir attaqué frontalement l'ex-chancelière, Friedrich Merz ne fait pas mystère de sa volonté de rompre avec les années Merkel. 

Leur rivalité remonte au début des années 2000, quand Angela Merkel, alors présidente de la CDU, l'avait écarté du poste stratégique de la présidence du groupe parlementaire.

En 2009, il s'était retiré complètement de la vie politique, et reconverti dans la finance. Avocat au sein d'un grand cabinet d'affaires à Düsseldorf, il avait alors accumulé les millions et les postes d'influence dans de grandes entreprises allemandes.

Propriétaire de deux avions --dont un qu'il pilote lui-même-- il a renoncé l'an dernier à ses fonctions au sein de Blackrock, l'un des plus gros gestionnaires d'actifs au monde, à la réputation sulfureuse.