Polémique diplomatique en Turquie autour de la déclaration commune de dix ambassadeurs

Photo d'archive non datée publiée le 15 octobre 2021 par le Centre culturel Anatolie. (via l'AFP)
Photo d'archive non datée publiée le 15 octobre 2021 par le Centre culturel Anatolie. (via l'AFP)
Cette photo d'archive non datée, publiée le 15 octobre 2021 par le Centre culturel Anatolie, montre Osman Kavala en train de s’exprimer lors d'un événement organisé à Istanbul. (AFP)
Cette photo d'archive non datée, publiée le 15 octobre 2021 par le Centre culturel Anatolie, montre Osman Kavala en train de s’exprimer lors d'un événement organisé à Istanbul. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 25 octobre 2021

Polémique diplomatique en Turquie autour de la déclaration commune de dix ambassadeurs

  • Le président Recep Tayyip Erdogan a ordonné au ministère des Affaires étrangères de déclarer les ambassadeurs personæ non gratæ
  • «La politique étrangère turque a été pilotée de manière excessive par les considérations intérieures, et cette affaire ne déroge pas à la règle», explique un analyste à Arab News

ANKARA: La politique intérieure de la Turquie vient d’être fortement marquée par la déclaration des ambassadeurs de dix pays occidentaux dans laquelle ces derniers recommandent avec insistance la libération du philanthrope Osman Kavala, âgé de 64 ans et emprisonné en Turquie. Le président Recep Tayyip Erdogan a ordonné au ministère turc des Affaires étrangères de déclarer ces ambassadeurs personæ non gratæ.

Cette décision entraînerait probablement des répercussions politiques et économiques dans le pays ainsi que sur la scène internationale.

Kavala est en prison depuis quatre ans et nie avoir financé les manifestations antigouvernementales qui ont secoué la Turquie en 2013.

Le 18 octobre – date qui marque la quatrième année de détention de Kavala –, les ambassadeurs de France, d'Allemagne, de Norvège, de Suède, de Finlande, de Nouvelle-Zélande, des États-Unis, du Canada, du Danemark et des Pays-Bas ont appelé à une résolution de cette affaire.

«Nous estimons que son cas doit être résolu de manière juste et rapide, et dans le respect des obligations internationales et des lois nationales de la Turquie. Prenant note des décisions de la Cour européenne des droits de l'homme [CEDH] sur la question, nous appelons la Turquie à sa libération immédiate», peut-on lire dans la déclaration commune des ambassadeurs, qui reprend l'arrêt rendu par la CEDH à l'encontre de la Turquie en tant que pays membre.

photo
Cette photo d'archive non datée, publiée le 15 octobre 2021 par le Centre culturel Anatolie, montre Osman Kavala en train de s’exprimer lors d'un événement organisé à Istanbul. (AFP)

De son côté, le ministère turc des Affaires étrangères a convoqué les ambassadeurs après la publication de cette déclaration.

Dans un discours prononcé samedi, le président turc affirme: «J'ai ordonné au ministre des Affaires étrangères de faire le nécessaire: les dix ambassadeurs doivent être immédiatement déclarés personæ non gratæ [“personnes qui ne sont pas les bienvenues”].»

«Ils doivent connaître et comprendre la Turquie. Sinon, ils devront quitter le pays», ajoute-t-il, précisant que les envoyés refuseraient de libérer des «terroristes» si ces derniers se trouvaient sur leurs territoires.

Désigner un envoyé comme persona non grata est une mesure diplomatique qui précède l'expulsion.

En effet, le communiqué relayé par les ambassadeurs est perçu par le gouvernement turc comme une ingérence directe dans sa politique intérieure et non comme un moyen de rappeler l'arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme.

Entre-temps, M. Kavala, qui a fait partie du conseil consultatif du réseau de fondations turc Open Society, créée par le philanthrope américain George Soros – qui a été à sa tête jusqu'en 2018 –, a publié une déclaration vendredi dernier: il refuse de comparaître à son prochain procès, le 26 novembre, jugeant son audition inéquitable à la lumière de ces dernières évolutions.

Dans leur communiqué, les ambassadeurs font référence à la CEDH. En effet, au mois de décembre 2019, la première instance judiciaire d'Europe a ordonné la libération immédiate du philanthrope turc, estimant que sa détention visait à le réduire au silence.

Par ailleurs, le Conseil de l’Europe a récemment menacé Ankara de sanctions qui pourraient être engagées à la fin du mois de novembre si l'opposant n’était pas libéré d'ici là.

Les ambassades du Danemark, des Pays-Bas et de la Norvège en Turquie affirment qu’elles n’ont pas été averties par les autorités turques et qu'elles poursuivraient leurs efforts auprès de la Turquie pour qu'elle se conforme à ses obligations internationales.

Les experts soulignent toutefois que l'expulsion de dix ambassadeurs de pays européens et nord-américains – mesure inédite dans l'histoire politique turque – risque de déboucher sur des actions similaires de la part de ces pays.

«Comme partout dans le monde, les politiques sont dictées par la politique intérieure», explique à Arab News Ozgur Unluhisarcikli, directeur du bureau d'Ankara du German Marshall Fund of the United States (institution américaine de politique publique qui vise à promouvoir les relations transatlantiques, NDLR).

«La politique étrangère turque a été pilotée de manière excessive par les considérations intérieures, et cette affaire ne déroge pas à la règle», ajoute-t-il. 

En ordonnant au ministère turc des Affaires étrangères de déclarer ces ambassadeurs personæ non gratæ, M. Erdogan séduira sans doute ses électeurs et détournera l'attention des problèmes intérieurs, estime M. Unluhisarcikli. Mais cette mesure ne fera que plonger la Turquie dans un isolement international plus profond, à un moment où le pays pâtit des sanctions américaines. Rappelons que, l'année dernière, il a échappé de justesse aux sanctions de l'Union européenne.

C’est dans ce contexte que les États-Unis ont sanctionné l’an dernier l'industrie de la défense turque pour avoir acquis le système de défense russe S-400. Cette action s'inscrit dans la lignée de la loi baptisée «Countering America's Adversaries Through Sanctions Act» («Loi de lutte contre les adversaires de l'Amérique par des sanctions»), adoptée en 2017.

«À dix-huit mois de l’élection présidentielle et du scrutin parlementaire prévus au mois de juin 2023, la Turquie traverse en outre une crise monétaire qui risque de dégénérer en crise financière», précise M. Unluhisarcikli.

Les anciens ambassadeurs de Turquie ont rappelé, à travers des déclarations officielles, que les relations diplomatiques devaient avoir pour objectif principal la gestion et la résolution des crises en dépit des réactions virulentes qu'elles suscitent de temps à autre.

Abdurrahman Bilgic, diplomate à la retraite et ancien ambassadeur de Turquie à Tokyo et au Royaume-Uni, estime que les ambassadeurs des dix pays en Turquie ont le droit d'exprimer la position de leur pays sur la libération de Kavala, à titre individuel ou par le biais d'une déclaration commune.

«En contrepartie, le ministère turc des Affaires étrangères a lui aussi le droit de faire une déclaration dans laquelle il exprime son mécontentement. Cependant, les ambassadeurs ne doivent pas attaquer notre gouvernement ni notre système judiciaire en publiant successivement leurs déclarations sur les médias sociaux», confie-t-il à Arab News.

Toutefois, M. Bilgic estime que le fait de déclarer ces diplomates personæ non gratæ ne sert en rien les intérêts de la Turquie et risque de conduire à des représailles. «Si la situation est gérée de la sorte, la Turquie risque de perdre son droit de vote au Conseil de l'Europe, mais aussi d'en être exclue», affirme-t-il.

L'article 90 de la Constitution turque garantit la primauté des accords internationaux en cas de conflit dans le domaine des libertés et des droits fondamentaux.

«Expulser des ambassadeurs ne constitue pas un moyen efficace pour défendre les intérêts de la Turquie ou pour expliquer sa position sur quelque sujet que ce soit. Cette politique étrangère impulsive tournée vers la politique intérieure n'a fait que renforcer l'isolement dans lequel se débat la Turquie. Il faut renoncer aux actions irréfléchies qui pourraient accentuer cet isolement», écrit sur Twitter Alper Coskun, ancien ambassadeur de Turquie en Azerbaïdjan et chercheur principal au Carnegie Endowment (Fondation Carnegie pour la paix internationale, NDRL), un groupe de réflexion dont le siège se trouve à Washington.

Au cours des cinquante dernières années, seuls trois diplomates ont été considérés comme personæ non gratæ par la Turquie: l'ambassadeur de Libye en 1986, l'ambassadeur de Syrie la même année et l'ambassadeur d'Iran en 1989. Le dernier ambassadeur étranger ainsi désigné par Ankara était l’ambassadeur d'Iran.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Le chef du Conseil présidentiel du Yémen soutient la prolongation de la trêve négociée par l'ONU

Rashad Al-Alimi. (AFP)
Rashad Al-Alimi. (AFP)
Short Url
  • Des manifestants bloquent la route sortant de Taïz pour souligner l'implacable siège des Houthis
  • Al-Alimi : L'initiative saoudienne de 2021 visant à mettre fin à la guerre au Yémen sera la pierre angulaire des plans pour parvenir à la paix au Yémen

 

AL-MUKALLA : Le président du Conseil présidentiel du Yémen, Rashad Al-Alimi, a promis samedi de soutenir les efforts actuels des médiateurs internationaux pour prolonger la trêve négociée par l'ONU, lutter contre la corruption et unifier les unités militaires et de sécurité.  

Dans un discours télévisé prononcé à la veille du 32e anniversaire de la Journée de l'unification, M. Al-Alimi a déclaré que le Conseil soutenait les actions continues de l'ONU et de l'envoyé américain pour le Yémen en vue de renouveler la trêve qui doit expirer le 2 juin. Il a appelé le monde à faire pression sur les Houthis pour qu'ils cessent de violer la trêve et qu'ils en appliquent les dispositions, notamment en levant le siège de la ville de Taïz.

« Au nom des membres du Conseil des dirigeants, nous affirmons notre soutien continu aux efforts inlassables des envoyés de l'ONU et des États-Unis pour prolonger la trêve humanitaire », a déclaré Al-Alimi, soulignant qu’elle ouvrirait la voie à la paix, sauverait des vies et le pays de la famine.

Il a précisé que l'initiative saoudienne de 2021 visant à mettre fin à la guerre au Yémen serait la pierre angulaire des plans pour parvenir à la paix au Yémen.

« Nous renouvelons également notre adhésion à l'initiative des frères du Royaume d'Arabie saoudite que nous considérons comme une base juste pour un processus de paix global. »

Al-Alimi est arrivé au pouvoir en avril lorsque l'ancien président du Yémen, Abed Rabbo Mansour Hadi, a cédé son autorité au Conseil présidentiel de leadership, composé de huit membres, chargé de diriger le pays et d'entamer des pourparlers de paix avec les Houthis.

Samedi, le nouveau président s'est engagé à résoudre les problèmes économiques à Aden et dans les autres provinces, à lutter contre la corruption, à augmenter les revenus et à rassembler les différents groupes armés sous le commandement du conseil sur la base de l'accord de Riyad.

« Nous allons fermement avancer pour unifier l'establishment militaire et sécuritaire ».

La trêve entrée en vigueur le 2 avril a largement réduit les violences et le nombre de victimes dans tout le pays, malgré des centaines de violations par les Houthis, et a permis aux vols commerciaux de décoller de l'aéroport de Sanaa avec l’arrivée d’au moins une douzaine de navires de carburant dans le port de Hodeidah.

La promesse du président yéménite de soutenir la prolongation de la trêve est intervenue alors que le gouvernement yéménite et les Houthis se préparent à participer à des discussions sur l'ouverture de routes à Taïz et dans les autres provinces.

Les médias des Houthis ont déclaré dimanche que leur délégation avait quitté Sanaa pour la capitale jordanienne à bord d'un avion de l'ONU.

Un responsable gouvernemental a déclaré samedi à Arab News que leurs négociateurs avaient reçu l'ordre de se préparer à se rendre à Amman pour la réunion.  

Dans la ville assiégée de Taïz, des dizaines de personnes ont organisé dimanche une rare manifestation près d'une route bloquée qui relie la province de Hodeidah, à l'ouest de la ville, pour attirer l'attention sur le siège des Houthis.

Ces personnes se sont tenues en file sur la route, portant des affiches qui appelaient à mettre fin à l'assaut des Houthis.

« Taïz a payé une lourde facture humanitaire en raison du siège de la milice houthie », pouvait-on lire sur l'une des affiches.

Les Houthis assiègent la ville de Taïz depuis 2015 pour forcer les troupes gouvernementales qui défendent la ville à se rendre.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le chef des deux saintes mosquées annonce une initiative pour les étudiants doués

Des dizaines d'étudiants saoudiens ont remporté des prix à l'ISEF 2022 et ont été félicités par le cheikh Abdelrahman Al-Sudais. (@ReasahAlharmain)
Des dizaines d'étudiants saoudiens ont remporté des prix à l'ISEF 2022 et ont été félicités par le cheikh Abdelrahman Al-Sudais. (@ReasahAlharmain)
Short Url
  • Al-Sudais a souligné dans son discours que la présidence tenait à soutenir les étudiants talentueux qui se distinguent.
  • Il a annoncé un concours annuel sous les auspices de la présidence pour les étudiants talentueux.

 

DJEDDAH : Le cheikh Abdelrahman Al-Sudais, président de la présidence générale pour les affaires des deux saintes mosquées, a annoncé une initiative pour les étudiants doués en coordination avec la Fondation du roi Abdelaziz et de ses compagnons pour le talent et la créativité (Mawhiba).

La coordination entre la présidence générale et Mawhiba vise à mettre en place un partenariat ou un protocole d'accord pour développer et encourager les talents locaux à faire partie intégrante de la scène mondiale.

Al-Sudais a souligné dans son discours que la présidence tenait à soutenir les étudiants talentueux, son objectif étant de multiplier ses partenariats avec le système éducatif.

Après le succès de la délégation saoudienne au Salon international des sciences et de l'ingénierie 2022 au début du mois, les membres de l'équipe décorée et leurs familles ont été accueillis par la présidence pour effectuer la Omra le 21 mai.

1
Après le succès de la délégation saoudienne à l'ISEF 2022, les membres de l'équipe et leurs familles ont été accueillis par la présidence pour accomplir la Omra. (Photo, fournie)

Des étudiants de niveau pré-collégial du monde entier ont participé à l’ISEF 2022 et présenté des innovations en matière de recherche et de progrès scientifiques. Des dizaines d'étudiants saoudiens ont remporté des prix lors de l'exposition.

M. Al-Sudais a salué leurs réalisations et s’est étendu sur les liens de la présidence avec le secteur de l'éducation.

« Ce que l'équipe talentueuse a réalisé est considéré comme un exploit mondial sans précédent à l'ISEF 2022, avec 22 prix internationaux, dont le prix du meilleur projet, 15 prix majeurs et 6 prix spéciaux, surpassant les étudiants de 85 pays.

« La présidence a envoyé un grand nombre de personnes à l'étranger pour des études universitaires dans le but de développer leurs capacités éducatives et académiques, ainsi que d'inciter les chercheurs et les étudiants diplômés à exploiter la technologie et la numérisation au service des pèlerins et des visiteurs par le biais de recherches spécialisées, d'études élaborées et de soutien aux créateurs et aux inventeurs. »

Il a indiqué que les étudiants talentueux pourront breveter leurs inventions et développer leurs propositions, et il a encouragé les jeunes générations à faire partie de la transformation numérique du Royaume dans divers domaines par le biais des programmes scolaires et activités trimestrielles.

Il a ajouté que les partenariats étaient importants, surtout si l'on considère que les deux collèges de la Grande Mosquée de La Mecque et de la Mosquée du Prophète à Médine comptent plus de 1 000 étudiants provenant de plus de 50 pays.

Al-Sudais a annoncé un concours annuel sous les auspices de la présidence pour les étudiants talentueux qui concernera tout travail de développement présenté aux deux saintes mosquées.

Il a également annoncé une coopération entre la présidence et le secteur de l'éducation pour permettre aux étudiants de se porter volontaires dans tous les domaines dont la présidence a besoin pour servir les deux saintes mosquées.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Israël: six prisonniers palestiniens condamnés à cinq ans de prison pour s'être évadés

Le 6 septembre 2021, ces six Palestiniens écroués pour des attaques anti-israéliennes s'étaient enfuis de la prison de Gilboa, dans le nord d'Israël, via un tunnel creusé sous un évier et débouchant à l'extérieur du pénitencier. (Photo, AP)
Le 6 septembre 2021, ces six Palestiniens écroués pour des attaques anti-israéliennes s'étaient enfuis de la prison de Gilboa, dans le nord d'Israël, via un tunnel creusé sous un évier et débouchant à l'extérieur du pénitencier. (Photo, AP)
Short Url
  • Qualifiés de «héros» côté palestinien, ils étaient devenus les hommes les plus recherchés d'Israël qui avait déployé des renforts militaires et des drones pour les retrouver
  • Deux semaines après leur spectaculaire évasion, les six hommes se trouvaient à nouveau sous les verrous, tous devant purger des peines de prison à vie

JÉRUSALEM: Six Palestiniens, qui purgent en Israël une peine de prison à perpétuité, ont été condamnés dimanche à une nouvelle peine de cinq ans de prison ferme pour leur rocambolesque évasion à l'origine d'une chasse à l'homme de plusieurs jours, ont annoncé leurs avocats. 

Le 6 septembre 2021, ces six Palestiniens écroués pour des attaques anti-israéliennes s'étaient enfuis de la prison de Gilboa, dans le nord d'Israël, via un tunnel creusé sous un évier et débouchant à l'extérieur du pénitencier. 

Qualifiés de « héros » côté palestinien, ils étaient devenus les hommes les plus recherchés d'Israël qui avait déployé des renforts militaires et des drones pour les retrouver. 

Deux semaines après leur spectaculaire évasion, les six hommes se trouvaient à nouveau sous les verrous, tous devant purger des peines de prison à vie. 

Inculpés par la justice pour leur évasion, ils ont écopé dimanche d'une nouvelle peine de cinq années de prison ferme ainsi que d'une amende de 5 000 shekels (environ 1 500 euros). 

« Mon client a dit au tribunal qu'il ne regrettait pas son évasion car il n'avait rien à perdre », a affirmé devant la presse Raslan Mahajana, l'avocat d'un des détenus. 

Parmi les prisonniers, Mahmoud Ardah, du mouvement armé Jihad islamique écroué depuis 1996 et considéré comme le cerveau de l'opération d'évasion, et Zakaria al-Zoubeidi, un ex-chef local de la branche armée du parti Fatah du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. 

Le frère de ce dernier, Daoud al-Zoubeidi, est mort le 15 mai des suites de ses blessures après une opération militaire israélienne dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine, en Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis 1967.