L'Arabie saoudite remercie le Koweït et Bahreïn pour leur position vis à vis du Liban

Le roi Salmane d'Arabie saoudite, le roi Hamad de Bahreïn, l'émir du Koweït Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Sabah. (Photo, SPA/AFP)
Le roi Salmane d'Arabie saoudite, le roi Hamad de Bahreïn, l'émir du Koweït Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Sabah. (Photo, SPA/AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 31 octobre 2021

L'Arabie saoudite remercie le Koweït et Bahreïn pour leur position vis à vis du Liban

  • Le roi Salmane déclare que les positions du Koweït et de Bahreïn reflètent leur solidarité avec le Royaume
  • Le ministre libanais de l'Information, George Kordahi, avait déclaré que les Houthis affiliés à l'Iran se défendaient

RIYAD : Le roi d'Arabie saoudite a remercié les dirigeants du Koweït et de Bahreïn pour les mesures prises par leurs pays en réponse aux commentaires du ministre libanais de l'Information.

Lors d'appels téléphoniques avec respectivement l'émir du Koweït, Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Sabah et le roi de Bahreïn Hamad, le roi a déclaré que les positions de leurs pays reflétaient leur solidarité avec le Royaume et l'unité du Conseil de coopération du Golfe.

Une vidéo du ministre libanais de l'Information, George Kordahi, affirmant que les Houthis pro-iraniens se défendaient et qualifiant la guerre au Yémen de « futile » a circulé mardi.

Kordahi a également décrit la guerre au Yémen comme une « agression » saoudienne.

Bahreïn a donné vendredi à l'ambassadeur du Liban dans le pays 48 heures pour partir après que l'Arabie saoudite a rappelé son ambassadeur au Liban pour des consultations, demandé le départ de l'envoyé du Liban au Royaume et interdit les importations libanaises quelques heures plus tôt.

Le Koweït a emboîté le pas samedi, convoqué son ambassadeur au Liban pour des consultations et a demandé le départ du chargé d'affaires du Liban dans les 48 heures.

Le roi de Bahreïn a réitéré la profondeur des relations entre son pays et le Royaume et l'unité des pays du CCG.

L'émir du Koweït déclare que les mesures prises par son pays affirment l'unité des pays du CCG et les liens profonds de fraternité entre ses peuples.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Un Américain se souvient de son enfance en Arabie saoudite

Les amis de Sid Fritts adorent la « salle saoudienne» de sa maison avec, entre autres, ses sièges traditionnels. (Fourni)
Les amis de Sid Fritts adorent la « salle saoudienne» de sa maison avec, entre autres, ses sièges traditionnels. (Fourni)
Short Url
  • Sid Fritts, qui a grandi en Arabie saoudite, s’emploie à tordre le cou aux préjugés qui portent sur la culture et les traditions du Royaume
  • «Le peuple arabe était si attentionné et si accueillant que nous ne nous sommes jamais sentis comme des étrangers», se souvient-il

LA MECQUE: De son domicile, aux États-Unis, Sid Fritts, qui a grandi en Arabie saoudite, s’emploie à tordre le cou aux préjugés qui portent sur la culture et les traditions du Royaume. Il n’hésite pas à dire de son enfance qu’elle a été «l'opportunité d'une vie».

Sid Fritts est passionné par le Royaume, où il a également travaillé pendant de nombreuses années.

L'un de ses amis les plus proches en Arabie saoudite, Abid Jan, déclare à Arab News que Fritts consacre sa vie à «rectifier les idées reçues sur la culture saoudienne». Il précise que Fritts a meublé sa maison avec des tapis et des objets inspirés des traditions saoudiennes.

Dans une interview pour Arab News, Fritts affirme: «Oui, j'ai toujours mon thobe [une robe longue saoudienne traditionnelle] que je portais constamment quand j'étais jeune garçon. J'en ai également un que je revêts lorsque je reçois mes amis saoudiens.»

«Mes amis américains adorent la “salle saoudienne” de ma maison; j'ai tant d'amis dans le Royaume! J'aime ce pays que je considère comme ma seconde patrie.»

Il ajoute: «J'ai de merveilleux souvenirs de l'époque où j’étais un jeune homme. Je ressens tellement d'émotions lorsque j'en parle… J’ai tant de souvenirs et j’ai noué tellement d’amitiés là-bas! C'était l'opportunité d'une vie, et je suis vraiment reconnaissant à mon père de me l’avoir offerte.»

Fritts raconte: «Quand j'étais un jeune garçon et que j’étudiais à la Parents Cooperative School, à Djeddah, je ne pouvais imaginer que le fait d'être là ferait de moi l'homme que je suis aujourd'hui.»

«Mon père était responsable de l'équipement au sol pour Saudi Arabian Airlines à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Je suis très reconnaissant envers l’Arabie saoudite d'avoir donné cette chance à mon père.»

Son père a notamment appris aux travailleurs saoudiens à piloter des avions pour le porte-drapeau entre 1978 et 1985.

«Le peuple arabe était si attentionné et si accueillant que nous ne nous sommes jamais sentis comme des étrangers.»

Il poursuit: «Quand nous vivions en Arabie saoudite, nous avons collectionné tant de choses – des objets que vous ne trouverez jamais aux États-Unis. Ils font partie de mes souvenirs les plus précieux.»

Fritts ajoute que, parmi les souvenirs qu'il «n'oubliera jamais», il y a le moment où il a appris que le roi Faysal était le «roi du peuple».

Il continue: «J'étais un jeune garçon. C'était et c'est toujours un rêve pour moi que de rencontrer le roi Salmane ainsi que le prince héritier, Mohammed ben Salmane. Je suis à la fois émerveillé par tous mes souvenirs et par la transformation que connaît l'Arabie saoudite depuis mon départ.»

«Je suis très emballé par cette nouvelle orientation. Mohammed ben Salmane fait un travail incroyable, en particulier en ce qui concerne la Vision 2030.»

Fritts vit désormais à Canton en Géorgie. Il explique que ses amis saoudiens aux États-Unis lui rendent souvent visite et qu’il n’est pas rare qu’ils restent chez lui plusieurs semaines d'affilée. «Mon conseil aux Saoudiens? Restez les gens gentils que vous êtes. J'espère que cela apportera un peu plus de bienveillance», glisse-t-il.

«J'ai 54 ans et je possède plusieurs sociétés. Je possède une entreprise de chauffage et de climatisation depuis quatorze ans, mais je suis également copropriétaire d'une entreprise, Global Vision Plus, qui est spécialisée dans les sports et le divertissement. Nous tentons actuellement de mettre en place un projet dans le Royaume», confie-t-il.


Une chanson satirique israélienne qui critique les accords d’Abraham divise les internautes

La comédienne Noam Shuster-Eliassi, qui parle couramment l’arabe, défend ardemment les droits des Palestiniens. Elle critique l’accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis. (Facebook)
La comédienne Noam Shuster-Eliassi, qui parle couramment l’arabe, défend ardemment les droits des Palestiniens. Elle critique l’accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis. (Facebook)
Short Url
  • La chanson Dubai, Dubai, interprétée par la comédienne et activiste israélienne Noam Shuster-Eliassi, faisait partie d’un sketch comique
  • «C’est la meilleure chose que j’aie vue sur Twitter depuis un moment», écrit un internaute

LONDRES: Une chanson satirique israélienne en langue arabe qui tourne en ridicule la normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis a fait beaucoup de bruit cette semaine sur les réseaux sociaux au Moyen-Orient.
La chanson Dubai, Dubai, interprétée par la comédienne et activiste israélienne Noam Shuster-Eliassi, faisait partie d’un sketch comique diffusé lors de l’émission Shu Esmo, sur la chaîne de langue arabe Makan 33.

 

There it is with subtitles “Dubai Dubai” from the satire show “el shusmo” on مكان | written by Razi Najjar | produced by C-Genic ״דובאי דובאי״ מתוך תוכנית הסאטירה ״א-שוסמו״ בערוץ ״מקאן״ | מלים: ראזי נג׳אר | הפקה: סי-ג׳יניק. "دبي دبي"، أغنية من البرنامج الساتيري الساخر "الشوسمو"، قناة "مكان" | فكرة وكلمات: رازي نجار | إنتاج: c-genic Enjoy, Haifa Wannabe 🦄

Posted by Noam Shuster-Eliassi on Monday, January 17, 2022


La comédienne, qui parle couramment l’arabe, défend ardemment les droits des Palestiniens. Elle dénonce l’accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis, qui met en valeur, selon elle, l’hypocrisie d’Israël envers les pays arabes.
Dans sa chanson parodique, la comédienne se présente comme «Haifa Wannabe», faisant allusion à la célèbre chanteuse arabe Haifa Wehbe.
Elle poursuit: «Je vais chanter une chanson originale que j’ai écrite en arabe pour célébrer le traité de paix avec Dubaï, mais c’est très important pour moi d’envoyer des messages d’amour et de paix, en particulier si les personnes concernées se trouvent à 4 000 kilomètres d’ici.»
«La lumière est au bout du tunnel. Si seulement tous les Arabes, comme ceux qui sont à Dubaï et qui ont beaucoup d’argent, pouvaient aimer le peuple d’Israël et ne pas nous jeter à la mer», dit-elle dans la chanson.
«Il n’y a rien de mieux que les Arabes, qui ont des millions, qui ont oublié leur peuple victime de nakba, qui ont oublié la Palestine. À Dubaï, ils ont oublié le siège imposé à Gaza. Si seulement tous les Arabes venaient de Dubaï…»
La chanson a fait le tour des réseaux sociaux et a suscité une vague de soutien.
Ahmed Ghanim, un internaute, écrit sur Twitter: «Cette chanson est un mélange d’hébreu et d’arabe; elle parle de la coopération entre les Émirats arabes unis et Israël contre les Palestiniens. Elle évoque également la manière dont les Arabes ont oublié la Palestine et la souffrance de son peuple. Nous apprécions sincèrement ce que la chanteuse fait.»


Cette chanson est un mélange d’hébreu et d’arabe; elle parle de la coopération entre les Émirats arabes unis et Israël contre les Palestiniens. Elle évoque également la manière dont les Arabes ont oublié la Palestine et la souffrance de son peuple. Nous apprécions sincèrement ce que la chanteuse fait.»


Un autre internaute s’exprime ainsi: «C’est la meilleure chose que j’aie vue sur Twitter depuis un moment.»

La comédienne israélienne a, quant à elle, publié le Tweet suivant: «Vous êtes-vous déjà remis de la Covid-19 pour la deuxième fois en provoquant un incident diplomatique au moyen d’une vidéo virale qui tourne en ridicule un accord de “paix” entre deux gouvernements qui n’ont jamais été en conflit, échangent des armes et font fi des droits des Palestiniens? N’essayez pas de faire ça chez vous.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


A Riyad, une immersion dans la floriculture pour les citadins

Short Url
  • À Riyad, pour échapper à l'agitation de la vie, rendez-vous dans une superbe plantation de fleurs à seulement quarante minutes de la capitale
  • Cette immersion populaire dans le domaine de la floriculture est proposée tous les vendredis et tous les samedis depuis le mois d’août

RIYAD : Les citadins saoudiens ont la chance de pouvoir renouer avec la nature en plongeant dans le monde des plantes: à Riyad, pour échapper à l'agitation de la vie, rendez-vous dans une superbe plantation de fleurs qui se situe à seulement quarante minutes en voiture du centre de la capitale.
L'agence de voyages Ma’alim, qui organise des voyages spécialisés dans l’ensemble du Royaume, propose la visite d’une ferme située à Al-Muzahmiya. Là, les visiteurs ont l’occasion de découvrir la floriculture ainsi que d’apprendre à planter et à faire pousser toutes sortes de fleurs.

fleurs
Des plantes exotiques sont également présentées parmi les variétés de fleurs, notamment des lys, des chrysanthèmes, des Lilium Casablanca, des roses branchues et des tulipes. Les visiteurs sont invités, au cours de leur visite, à cueillir et à déguster des légumes frais. (Photo de Saad Aldossari)

En plus d'offrir des voyages culturels, agricoles et touristiques, l'agence de voyages prévoit d'introduire des visites d'usines afin d’aider à promouvoir et à soutenir les entreprises et les produits saoudiens.
Cette immersion populaire dans le domaine de la floriculture, qui réunit des groupes de dix-huit à vingt personnes ou se déroule à l’occasion de soirées privées, est proposée tous les vendredis et tous les samedis depuis le mois d’août et se terminera à la fin du mois de janvier.

fleurs
Des plantes exotiques sont également présentées parmi les variétés de fleurs, notamment des lys, des chrysanthèmes, des Lilium Casablanca, des roses branchues et des tulipes. Les visiteurs sont invités, au cours de leur visite, à cueillir et à déguster des légumes frais. (Photo de Saad Aldossari)

Hessah Alajaji, fondateur de l'agence Ma’alim, déclare: «Les citoyens et les visiteurs saoudiens n'ont jamais entendu parler de cette immense ferme florale d’Arabie saoudite, pourtant créée en 1991. Elle a pour vocation d’exporter des produits à l'international. Toutefois, en raison de la forte demande dans le Royaume, ses produits sont aujourd’hui distribués à l’échelle locale.»
«Nous avons décidé de concevoir cette expérience pour mettre en valeur la beauté de la floriculture dans le désert de Nejd.»