Soudan: l'armée ordonne la libération de ministres, promet un gouvernement

Le général Abdel Fattah al-Burhane, assiste à une conférence de presse. (Dossier/Reuters)
Le général Abdel Fattah al-Burhane, assiste à une conférence de presse. (Dossier/Reuters)
Short Url
Publié le Vendredi 05 novembre 2021

Soudan: l'armée ordonne la libération de ministres, promet un gouvernement

Le général Abdel Fattah al-Burhane, assiste à une conférence de presse. (Dossier/Reuters)
  • Aucune date pour leur libération effective n'a été précisée
  • La plupart des ministres avaient été arrêtés le 25 octobre, dont le Premier ministre Abdallah Hamdok qui avait été ramené le lendemain à son domicile à Khartoum, où il est assigné depuis à résidence

KHARTOUM: Le chef de l'armée au Soudan, le général Abdel Fattah al-Burhane, a ordonné jeudi la libération de quatre ministres arrêtés le jour du coup d'Etat le 25 octobre, sur fond d'efforts internationaux accrus pour remettre sur les rails la transition démocratique.

Ce geste est intervenu quelques heures après l'annonce par l'armée de la formation "imminente" d'un gouvernement, dix jours après la dissolution par le général Burhane du gouvernement, l'arrestation des dirigeants civils et l'établissement d'un état d'urgence.

Depuis, le Soudan, englué dans le marasme politique et économique, est à l'arrêt entre militaires intransigeants et manifestants anti-putsch. Et la communauté internationale a appelé au dialogue et au retour du pouvoir civil.

Jeudi soir, le général Burhane a ordonné la libération de quatre ministres: Hamza Baloul (Information et la Culture), Hachem Hassabarrassoul (Télécommunications), Ali Jeddo (Commerce) et Youssef Adam (Jeunesse et Sports).

Aucune date pour leur libération effective n'a été précisée.

La plupart des ministres avaient été arrêtés le 25 octobre, dont le Premier ministre Abdallah Hamdok qui avait été ramené le lendemain à son domicile à Khartoum, où il est assigné depuis à résidence.

La décision de libérer les ministres est intervenue peu après une conversation téléphonique entre le général Burhane et le patron de l'ONU Antonio Guterres qui a exhorté son interlocuteur à libérer les responsables arrêtés et à restaurer d'urgence le gouvernement civil.

- Intransigeance -

Les Etats-Unis, qui ont suspendu une partie de leur aide au Soudan après le putsch, ont dit avoir "pris acte" de la libération des ministres mais réaffirmé en attendre davantage de la part de l'armée, à savoir le retour du gouvernement ainsi que la levée des restrictions d’accès à internet et de l’état d’urgence.

"Nous avons clairement indiqué que nous soutenions les Soudanais qui sont descendus dans la rue manifester pacifiquement afin de réaffirmer leurs aspirations démocratiques", a indiqué le porte-parole du département d'Etat.

Pour tenter de remettre la transition sur les rails et résoudre la crise, les efforts de médiation internationale se sont intensifiés et plusieurs diplomates étrangers se sont succédé à Khartoum.

Les annonces de "libération sont le résultats d'efforts de médiation. Il a été convenu que les détenus seraient libérés par groupes", a déclaré à l'AFP Tut Gatluak, conseiller du président du Soudan du Sud et chef de la délégation sud-soudanaise de médiation en visite à Khartoum.

"Nous avons appelé à la libération de tous les détenus", a-t-il ajouté.

Des responsables importants restent en détention, y compris le membre du Conseil souverain, Mohammed al-Fekki, le conseiller de M. Hamdok, Yasser Arman, et le ministre pour les Affaires du cabinet Khaled Omar Youssef. 

M. Gatluak a fait état de négociations pour former un gouvernement, mais pour le moment les deux camps campent sur leurs positions.

"Burhane n'a aucun problème pour un retour de Hamdok à son poste de Premier ministre, mais il ne veut pas un retour à la situation d'avant le 25 octobre", a-t-il dit.

"Hamdok reste en tête de liste pour le diriger mais seulement s'il accepte. Et Hamdok veut un retour à la situation d'avant le 25 octobre."

- "Gouvernement de technocrates" -

Mercredi, le général Burhane a rencontré l'émissaire de l'Union africaine (UA), Olusegun Obasanjo, et affirmé qu'"un gouvernement de technocrates est sur le point d'être mis en place", selon l'agence soudanaise SUNA.

Avant le coup d'Etat, le Soudan était dirigé par des autorités militaro-civiles de transition -un Conseil souverain dirigé par le général Burhane et formé de militaires et de civils, et un gouvernement dirigé par M. Hamdok.

Elles étaient chargées de mener le pays vers des élections et un pouvoir entièrement civil après 30 ans de dictature du général Omar el-Béchir, écarté par l'armée en avril 2019 sous la pression de la rue.

Mais les divisions croissantes entre clans civil et militaire ont fini par avoir raison de leur fragile entente.

Après le coup d'Etat, les Soudanais sont descendus en masse dans la rue pour dénoncer le pouvoir militaire. Au moins 12 manifestants ont été tués et des centaines blessés dans la répression, selon un comité de médecins prodémocratie.

Des rassemblements ont encore eu lieu jeudi à Khartoum.

 


Une enquête révèle l’utilisation du logiciel espion Pegasus par la police israélienne: les députés indignés

Les députés israéliens ont appelé mardi à l’ouverture d’une enquête parlementaire sur l’utilisation présumée par la police de logiciels d’espionnage sophistiqués sur des citoyens israéliens, notamment des manifestants opposés à l’ancien Premier ministre, Benjamin Netanyahou. (AP)
Les députés israéliens ont appelé mardi à l’ouverture d’une enquête parlementaire sur l’utilisation présumée par la police de logiciels d’espionnage sophistiqués sur des citoyens israéliens, notamment des manifestants opposés à l’ancien Premier ministre, Benjamin Netanyahou. (AP)
Short Url
  • La police israélienne a démenti ces allégations, affirmant qu’elle opérait conformément à la loi
  • Le groupe NSO a assuré qu’il n’identifiait pas ses clients

JÉRUSALEM: Mardi, les députés israéliens ont appelé à l’ouverture d’une enquête parlementaire sur l’utilisation présumée par la police de logiciels d’espionnage sophistiqués sur des citoyens israéliens, notamment des manifestants opposés à l’ancien Premier ministre Benjamin Nétanyahou, à la suite de la publication d’un article de presse. 

Le journal économique en hébreu Calcalist a rapporté qu’en 2020, la police a utilisé le logiciel espion Pegasus du groupe NSO pour surveiller les meneurs des manifestations contre Nétanyahou, qui était alors Premier ministre. Il précise que la police a également piraté les téléphones de deux maires en exercice soupçonnés de corruption et de nombreux autres citoyens israéliens, le tout sans ordonnance du tribunal ni contrôle judiciaire. 

La police israélienne a démenti ces allégations, assurait qu’elle opérait conformément à la loi, et le groupe NSO a assuré qu’il n’identifiait pas ses clients. Des logiciels espions sophistiqués fabriqués par la société israélienne ont été liés à l’écoute de militants des droits de l’homme, de journalistes et d’hommes politiques. Les États-Unis ont interdit au groupe l’accès à la technologie américaine, affirmant que ses produits ont été utilisés par des régimes répressifs. 

La société explique que ses produits sont destinés à être utilisés contre les criminels et les terroristes, et qu’elle ne contrôle pas la façon dont ses clients utilisent le logiciel. Israël, qui réglemente la société, n’a pas précisé si ses propres forces de sécurité utilisaient le logiciel espion. 

L’enquête – qui ne cite aucun responsable actuel ou officiel du gouvernement, de la police ou du NSO corroborant les affirmations du journal – fait référence à huit exemples présumés de l’utilisation de Pegasus par l’unité secrète de renseignement radio de la police pour surveiller les citoyens israéliens. Un des téléphones d’un suspect de meurtre et des opposants à la Jerusalem Pride Parade auraient été piratés. L’enquête ne nomme aucune des personnes dont les téléphones visés. 

«Dans tous les cas mentionnés dans l’article, et dans d’autres cas, l’utilisation de Pegasus a été faite à la seule discrétion des officiers de police supérieurs», indique le journal. «Cela signifie qu’avec Pegasus, la police peut effectivement pirater tous les téléphones portables sans demander l’autorisation d’un tribunal, sans mandat de perquisition, en bref sans contrôle». Ces informations ont suscité un tollé dans l’ensemble de l’échiquier politique israélien, unissant brièvement les ultranationalistes juifs aux députés arabes de l’opposition dans une même indignation. 

La ministre Karine Elharrar a déclaré à la radio de l’armée israélienne qu’une telle surveillance «ne peut être autorisée par un pays démocratique». Le ministre de la Sécurité publique, Omer Barlev, dont le département supervise la police, a pour sa part annoncé sur Twitter qu’il vérifierait si la police avait reçu l’autorisation explicite d’un juge pour utiliser le logiciel espion. 

Le député de l’opposition, Yuval Steinitz, estime que la surveillance des citoyens par les forces de l’ordre sans contrôle judiciaire est inappropriée et que si les allégations sont exactes, une enquête est nécessaire. Le parti ultraorthodoxe Shass a demandé au président de la Knesset de mener une enquête parlementaire. Merav ben Ari, un député israélien qui dirige le comité de sécurité interne de la Knesset, a assuré que le comité organiserait une audition sur les allégations révélées par l’enquête. 

La police israélienne a publié une déclaration après la publication de l’enquête, soulignant que «les affirmations soulevées sont sans fondement» et que «toutes les opérations policières dans ce domaine sont conformes à la loi, aux ordonnances des tribunaux et à des protocoles méticuleux». Amir Ohana, l’ancien ministre de la Sécurité publique pendant les manifestations, a dit n’avoir aucune connaissance de la surveillance signalée. 

Le mouvement de protestation Black Flags, dont les dirigeants auraient été surveillés lors des manifestations hebdomadaires de ces dernières années appelant à la démission de Nétanyahou, a demandé à la police de publier les noms des personnes dont les téléphones ont été piratés. Selon le porte-parole du groupe, Roee Neuman, les dirigeants du mouvement de protestation n’ont été informés de la surveillance numérique qu’après la publication des informations dans la presse. 

Le logiciel Pegasus accorde subrepticement un accès complet au téléphone portable d’une personne, y compris aux communications en temps réel. L’article publié mardi est le dernier coup dur pour la société, qui fait l’objet d’une surveillance et de critiques croissantes pour l’utilisation de ses logiciels par des gouvernements répressifs. 

Le logiciel de NSO a été accusé maintes fois d’avoir surveillé les téléphones portables de militants, de dissidents et de journalistes. Le mois dernier, l’organisme de surveillance de l’internet, Citizen Lab, a précisé que des dizaines de journalistes et de défenseurs des droits de l’homme au Salvador avaient vu leurs téléphones portables piratés à plusieurs reprises par des logiciels espions sophistiqués ces derniers dix-huit derniers mois. 

En novembre, Citizen Lab a déclaré avoir identifié le logiciel Pegasus sur les téléphones de six militants palestiniens des droits de l’homme affiliés à des groupes accusés de manière controversée par Israël d’être impliqués dans des activités terroristes. 

Citizen Lab identifie les victimes du logiciel depuis 2015, depuis que ses abus contre des journalistes et des militants des droits de l’homme ont été révélés. Des dizaines de cas ont depuis été découverts, notamment ceux d’une douzaine d’employés du département d’État américain en Ouganda, d’avocats britanniques et d’un sénateur polonais qui a mené la campagne parlementaire de l’opposition en 2019. 

Le groupe NSO a indiqué qu’il ne pouvait ni confirmer ni infirmer l’existence de clients spécifiques, ajoutant que «la société ne fait pas fonctionner le système une fois qu’il a été vendu à ses clients gouvernementaux» et qu’«elle n’est en aucun cas impliquée dans le fonctionnement du système». «NSO vend ses produits sous licence et réglementation aux agences de renseignement et aux forces de l’ordre pour anticiper les actes de terreur et les crimes en vertu d’ordonnances judiciaires et des lois locales de leurs pays», a souligné la société. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 

 


La faculté de médecine de Batterjee à Djeddah introduit la langue française dans ses cours

La convention comprend également la prestation et la conception de cours de français médicaux pour les étudiants et les travailleurs dans le domaine de la médecine et de la dentisterie. (Photo fournie)
La convention comprend également la prestation et la conception de cours de français médicaux pour les étudiants et les travailleurs dans le domaine de la médecine et de la dentisterie. (Photo fournie)
Short Url
  • La faculté est devenue le premier établissement d'enseignement du Royaume à être sélectionné comme partenaire pour l'enseignement du français
  • Un précédent accord de coopération avait été signé avec le conseil culturel allemand, faisant de la faculté un centre agréé pour les examens de langue allemande

CASABLANCA: Mardi, la faculté de médecine de Batterjee à Djeddah et l'Alliance française ont signé une convention pour l'enseignement de la langue de Molière au sein de l’établissement.

La faculté est ainsi devenue le premier établissement d'enseignement du Royaume à être sélectionné comme partenaire pour l'enseignement du français et comme centre pour le diplôme international de la langue française.

La convention comprend également la prestation et la conception de cours de français médicaux pour les étudiants et les travailleurs dans le domaine de la médecine et de la dentisterie.

La faculté de médecine de Batterjee de Djeddah a reçu une délégation du Consulat général de France, dirigée par M. Moustafa Mirhaje, accompagné de la directrice générale du Conseil culturel français, Marguerite Bickel. 

Étaient également présents la directrice générale du Conseil culturel français de Djeddah, Mégane Moulin c’est pas et l'attaché culturel et de coopération, Charles Henri-Gros. 

Ils ont été reçus par le PDG et superviseur général des Batterjee Medical Colleges, le Dr Oussama Kansara et le doyen du collège médical Al-Batterjee à Djeddah, le Dr Mohammed Tayeb.

L'accord avec le Conseil culturel français est le deuxième partenariat pour les langues signé par la faculté de médecine de Batterjee. Un précédent accord de coopération avait été signé avec le Conseil culturel allemand, qui avait fait de la faculté un centre agréé pour les examens de langue allemande.

La faculté de médecine de Batterjee est l'un des premiers collèges médicaux spécialisés (privés) à offrir une variété de spécialisations et l'un des plus récents et des plus grands collèges médicaux privés d'Arabie saoudite.
 


Les amis du Soudan se réunissent à Riyad pour soutenir les efforts de l'ONU dans le pays

Des représentants des amis du Soudan en au ministère des Affaires étrangères à Riyad. (Twitter/@volkerperthes)
Des représentants des amis du Soudan en au ministère des Affaires étrangères à Riyad. (Twitter/@volkerperthes)
Short Url
  • La réunion des amis du Soudan a été organisée par le gouvernement saoudien
  • Lundi, les forces de sécurité soudanaises ont ouvert le feu sur des manifestants anti-coup d'État à Khartoum, tuant sept personnes

RIYAD: Des représentants des pays occidentaux et des pays du Golfe se sont réunis mardi dans la capitale saoudienne, Riyad, pour discuter des efforts conjoints visant à soutenir la stabilité et la prospérité du Soudan. 

Parmi les amis du Soudan figurent notamment des responsables des Émirats arabes unis (EAU), des États-Unis, du Royaume-Uni, d'Allemagne, de France, de Suède, de Norvège, de l'ONU, de l'Union africaine, de la Ligue arabe, du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. Ils se sont rencontrés au ministère des Affaires étrangères à Riyad. 

«Cette réunion a débattu des moyens de renforcer la coopération conjointe visant à soutenir tous les efforts qui garantissent une transition politique pacifique au Soudan», a indiqué un communiqué publié l’agence de presse saoudienne (SPA). 

Le groupe a également affirmé son intention d'aider et de soutenir davantage les efforts de la Mission intégrée d'assistance à la transition des Nations unies au Soudan (Unitams). 

Le représentant spécial de l'ONU pour le Soudan, Volker Perthes, a seulement pu assister à la réunion par vidéoconférence, ayant été testé positif à la Covid-19. 

«Un soutien et un effet de levier internationaux sont nécessaires. L’appui du processus politique doit aller de pair avec un soutien actif pour mettre fin à la violence», a-t-il expliqué. 

Il a également exprimé sa profonde inquiétude face aux violences qui se sont produites lundi. Les forces de sécurité soudanaises ont ouvert le feu sur des manifestants anti-coup d'État à Khartoum, tuant sept personnes. 

Eid ben Mohammed al-Thaqafi, sous-secrétaire du ministère des Affaires étrangères pour les affaires politiques et économiques, a assisté à la réunion au nom de l'Arabie saoudite. 

La sous-secrétaire d'État américaine aux Affaires africaines, Molly Phee, et l'envoyé nouvellement nommé pour la Corne de l'Afrique, David Satterfield, qui avait rencontré le ministre saoudien des Affaires étrangères la veille, assistent également à cette conférence d’une journée. 

La réunion se tient un jour après que des représentants du quatuor soudanais – Arabie saoudite, EAU, Grande-Bretagne et États-Unis – se sont réunis à Riyad pour discuter des efforts pour soutenir le Soudan et l’Unitams. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com