Audrey Azoulay réélue à la tête de l'Unesco

La directrice générale de l’Unesco, la Française Audrey Azoulay (Photo, AFP).
La directrice générale de l’Unesco, la Française Audrey Azoulay (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 10 novembre 2021

Audrey Azoulay réélue à la tête de l'Unesco

  • Élue en 2017, la Française Audrey Azoulay, était seule en lice pour ce nouveau mandat et a obtenu 155 votes pour 165 votants
  • Elle espére «doubler la taille des territoires protégés par l'Unesco d'ici à 2030» dans le but de «protéger 30% de la surface de la terre»

PARIS: La Française Audrey Azoulay a été réélue mardi à une très large majorité pour quatre ans à la tête de l'Unesco, un second mandat qu'elle souhaite tourné tout particulièrement vers l'éducation et la préservation de l'environnement.

"Mes félicitations sincères au nom de tous les États-membres pour votre réélection", a déclaré Santiago Irazabal Mourao, ambassadeur permanent du Brésil à l'Unesco qui préside la conférence générale réunie à Paris, siège de l'institution, jusqu'au 24 novembre.

Élue en 2017, Mme Azoulay, était seule en lice pour ce nouveau mandat et a obtenu 155 votes pour 165 votants (9 contre, une abstention).

"Je veux d'abord vous dire merci du fond du cœur, pour cette confiance si clairement exprimée", a réagi la directrice générale, accueillie sous les applaudissements dans l'hémicycle de l'agence des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture.

Audrey Azoulay avait été élue en novembre 2017, après avoir été notamment ministre de la Culture dans le gouvernement du président socialiste François Hollande. Il est de tradition que les directeurs généraux fassent plusieurs mandats.

Pour celui-ci, elle a affiché des objectifs élevés avec un "nouveau contrat social pour l'éducation", "en encourageant la recherche sur l'apprentissage" et en "promouvant le dialogue avec la communauté éducative", car "l'éducation augmente la prise de conscience sur la fragile beauté de la nature".

«Nouveau contrat pour la planète»

Audrey Azoulay a également espéré "un nouveau contrat pour la planète", qui passera par "doubler la taille des territoires protégés par l'Unesco d'ici à 2030" dans le but de "protéger 30% de la surface de la terre".

"L'Unesco a une contribution unique à faire (...) en forgeant une nouvelle forme d'éthique environnementale", a-t-elle encore lancé. Il s'agira alors de "combiner la protection de la nature et l'emploi durable", ou encore de bâtir "un nouvelle diplomatie de l'eau".

"Nous devons nous engager en tant qu’humanité, via la Communauté des Nations, autour de ces biens communs dont nous avons la garde ici à l’Unesco", a encore harangué sa directrice générale, qui a souligné "l'unité" et le "soutien de partout dans le monde" exprimé "très tôt" pour sa personne, un signe selon elle de "confiance mutuelle" au sein d'une institution autrefois très divisée, qu'elle a contribué à apaiser durant son premier mandat.

La réélection de Mme Azoulay semble consacrer la stratégie de dépolitisation de l'institution qu'elle a voulue dès son élection.

Audrey Azoulay avait pris ses fonctions dans un contexte détérioré, notamment en raison du départ des États-Unis et d'Israël - coïncidant avec son élection. Les deux pays accusaient l'institution de parti-pris pro-palestinien, sur fond de remise en cause frontale du multilatéralisme par l'administration Trump.

«Diminuer les tensions politiques»

"Il fallait diminuer les tensions politiques qui trop longtemps ont entravé l'action de l'Unesco lorsqu'elles tendaient à l'intrumentalisation" pour permettre à l'organisation de se concentrer "sur son mandat et ne pas se perdre dans une discussion à laquelle elle n'apportait que peu", a-t-elle commenté lors d'une brève conférence de presse.

Un dialogue est en cours avec ces deux pays afin qu'ils rejoignent à nouveau l'Unesco. "C'est une processus complexe, mais le dialogue est très positif", a-t-elle ajouté, soulignant "l'engagement de la nouvelle administration américaine pour le multilatéralisme".

L'Unesco ces dernières années a participé à plusieurs projets emblématiques, comme la reconstruction de Mossoul, l'aide au patrimoine du Liban après l'explosion du port de Beyrouth et des actions en faveur de l'éducation pendant la pandémie.

Sous le premier mandat de sa directrice générale, elle a également vu les contributions obligatoires de ses États-membres croître de 3% et leurs contributions volontaires de 50%, un succès selon sous entourage.

Mme Azoulay, deuxième femme à la tête de l'Unesco, est la seule Française à la tête d'une grande organisation des Nations unies.


Le compositeur franco-libanais Gabriel Yared à l'honneur au Festival de Cannes

Gabriel Yared prononce un discours lors de la 12e édition de la cérémonie de remise des prix Lumière du festival du film à Lyon, dans le centre-est de la France, le 16 octobre 2020. (Photo, AFP)
Gabriel Yared prononce un discours lors de la 12e édition de la cérémonie de remise des prix Lumière du festival du film à Lyon, dans le centre-est de la France, le 16 octobre 2020. (Photo, AFP)
Short Url
  • En partenariat avec la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM), le Festival de Cannes rendra un hommage aux 50 ans de carrière de Gabriel Yared
  • Le compositeur français d'origine libanaise Gabriel Yared, né le 7 octobre 1949 à Beyrouth, est l'un des compositeurs de musique de film français les plus courus et dont le travail a été distingué internationalement

CASABLANCA : La bande originale d’un film peut souvent faire pencher la balance aux yeux du jury, lorsqu’il s’agit de départager ces œuvres du 7eme art. Le Festival de Cannes dans sa 75e édition met dans ce sens, les compositeurs des bandes originales à l'honneur.

Parmi ces compositrices et compositeurs de renom, le nom du franco-libanais Gabriel Yared est souvent murmuré. En effet, en partenariat avec la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM), le Festival de Cannes rendra un hommage aux 50 ans de carrière de Gabriel Yared. 

Dès sa première BO en 1980, pour «Sauve qui peut la vie» de Jean-Luc Godard, il figurait au générique d'un film de la compétition. Il revient deux ans plus tard pour «  »Invitation Au Voyage" de Peter Del Monte. Puis ce sont les films de Jean-Jacques Beineix, "La Lune Dans Le Caniveau" (1983), de Youssef Chahine, «Adieu Bonaparte» (1985), et d' Axel Corti, qui lui permettent de revenir à intervalles réguliers soutenir un film en lice pour la caméra d'or

Le compositeur français d'origine libanaise Gabriel Yared, né le 7 octobre 1949 à Beyrouth, est l'un des compositeurs de musique de film français les plus courus et dont le travail a été distingué internationalement. 

Depuis 1980 il consacre l'essentiel de son activité à la composition de musiques de films -plus d'une centaine à ce jour- dont plusieurs lui ont valu de prestigieuses récompenses. En 1997 sa notoriété s'impose au niveau international : il obtient, entre autres, un Oscar, un Golden Globe, un Grammy Award pour la musique du film «Le Patient Anglais» d'Anthony Minghella. Une nouvelle consécration au Festival de Cannes viendra-t-elle étoffer son palmarès ? Les plus optimistes affirment que oui !
 


La lutte contre les déserts médicaux, priorité de la nouvelle ministre de la Santé

La nouvelle ministre de la Santé Brigitte Bourguignon (Photo, AFP).
La nouvelle ministre de la Santé Brigitte Bourguignon (Photo, AFP).
Short Url
  • La nouvelle ministre a toutefois concédé que repenser le système de santé «est une tâche difficile»
  • Elle a rendu hommage à son prédécesseur et aux «gros chantiers» entrepris en deux ans malgré la gestion «éprouvante» de la pandémie

PARIS: La nouvelle ministre de la Santé Brigitte Bourguignon veut faire de "l'accès aux soins pour tous" une priorité de son mandat, notamment en luttant contre les déserts médicaux, a-t-elle affirmé samedi lors de sa passation de pouvoir avec Olivier Véran.

"Ma feuille de route est claire, c'est celle du président" Emmanuel Macron qui est d'"assurer l'accès aux soins pour tous", a déclaré Brigitte Bourguignon devant le personnel du ministère des Solidarités et de la Santé à Paris.  

Il faudra "poursuivre nos efforts pour la prévention, consolider, adapter le système de soins en ville, à l'hôpital, avec l'enjeu particulier de cette lutte contre les déserts médicaux", a poursuivi l'ex-ministre déléguée à l'Autonomie des personnes âgées.

"Nous allons en particulier devoir gérer cette pénurie de médecins, accélérée par une pyramide des âges vieillissante et une évolution des mentalités" préférant le soin à domicile plutôt qu'à l'hôpital, selon elle.

Son premier déplacement en tant que ministre de la Santé s'inscrit dans ce cadre: la native de Boulogne-sur-Mer visitera ce samedi après-midi une maison de santé du Pas-de-Calais.

Un accès pour tous les Français au système de santé, "c'est mon combat depuis des années sur le terrain, je viens d'un territoire rural", a rappelé Brigitte Bourguignon, ancienne travailleuse sociale et élue socialiste dans le Pas-de-Calais.

La nouvelle ministre a toutefois concédé que repenser le système de santé "est une tâche difficile (...), nous sortons d'une crise Covid qui a fatigué et éprouvé tous les professionnels" de santé, alors que 120 hôpitaux sont contraints de limiter leurs activités aux urgences.

Elle a rendu hommage à son prédécesseur et aux "gros chantiers" entrepris en deux ans malgré la gestion "éprouvante" de la pandémie.

De son côté, Olivier Véran a rappelé à son ex-ministre de tutelle "les difficultés de recrutement de médecins et paramédicaux qui ont nécessité que nous prenions toutes les mesures qu'il fallait prendre pour arriver à sauver nos hôpitaux".

Nommé ministre des Relations avec le Parlement, Olivier Véran a également salué l'arrivée de Damien Abad, transfuge des Républicains, qui récupère le nouveau portefeuille de l'Autonomie, des Solidarités et des personnes handicapées.

"Tu reviens aux valeurs premières qui ont jalonné ton parcours politique: le sens de l'Europe, la modération politique et la jeunesse", a dit M. Véran à l'ex n°1 de LR au Parlement, qui s'est présenté comme "le petit nouveau de la bande".

Dans son discours, Damien Abad a estimé qu'il fallait "faire [du handicap] une force, (...) de ne pas se mettre d'auto-barrières, il y en a assez dans la vie", en restant discret par rapport au handicap dont il est lui-même atteint.


Le salon du survivalisme boosté par les crises sanitaire et énergétique

Les gens visitent un stand d'éoliennes en bois au Survival Expo, le 23 mars 2018 à Paris (Photo, AFP).
Les gens visitent un stand d'éoliennes en bois au Survival Expo, le 23 mars 2018 à Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Plus de 150 exposants se sont regroupés porte de la Villette, proposant vêtements ou équipements de protection
  • Les exposants surfent également sur la vague du «bushcraft», qui consiste à vivre en milieu naturel avec un minimum d'impact sur l'environnement

PARIS: La pandémie a empêché pendant deux ans la tenue de Survival Expo, salon dédié au survivalisme et à l'autonomie, mais elle lui a permis de rouvrir plus fort vendredi dans le nord de Paris, grâce à l'engouement grandissant du public et des professionnels.

Plus de 150 exposants se sont regroupés porte de la Villette, proposant vêtements ou équipements de protection, couteaux et arbalètes ou stages de survie mais aussi matériel de pêche, cours permettant de fabriquer sa propre éolienne ou encore diagnostic pour améliorer l'autonomie énergétique de son logement.

"Avant la crise sanitaire, on avait 120 exposants. On a réussi à augmenter malgré deux années d'absence", se réjouit Clément Champault, cofondateur du salon. "L'intérêt est grandissant, tant en nombre de visiteurs dès l'ouverture que de professionnels présents", ajoute-t-il.

Le hall du Paris Event Center a été organisé autour de deux thématiques, d'un côté "Survival expo", où sont regroupés les couteaux, équipements de protections et de premier secours ainsi que les stages de survie. Et de l'autre "Vivre en autonomie", avec les stands consacrés à la "low tech", avec leur lot de machines à laver à pédale, mais aussi aux panneaux solaires et aux kits pour créer son potager bio.

"Le thème de la survie fait partie de notre ADN mais on pense avant tout autosuffisance et adaptation au changement. Le marché du +survivalisme+ n'existe pas à proprement parler, il faut parfois convaincre les marques de l'intérêt", détaille M. Champault.

Les exposants surfent également sur la vague du "bushcraft", qui consiste à vivre en milieu naturel avec un minimum d'impact sur l'environnement, une activité pour laquelle le spécialiste de la distribution sportive, Décathlon, a d'ailleurs développé une gamme de produits.

"Après le confinement, les réservations pour nos stages sont reparties très vite, on a senti qu'il y avait une grosse demande pour des activités nature et un besoin d'immédiateté", souligne Eléonore Lluna, fondatrice de Time on Target, qui propose des stages de survie et d'autonomie.

«Volonté de chercher des solutions»

"Le profil de nos clients n'a pas vraiment évolué, surtout des hommes, de 30-40 ans, plutôt des cadres supérieurs. En revanche, on constate un afflux supplémentaire depuis la pandémie et une évolution des centres d'intérêts. Quand je me suis lancée, on pouvait penser qu'il y avait un effet de mode, aujourd'hui on voit que ça s'installe dans la durée", détaille Mme Lluna.

Un intérêt qui ne concerne pas seulement le retour à la nature mais également l'autonomie des logements, en particulier en matière de consommation d'énergie, dans un contexte de tension sur les marchés et d'augmentation drastique des prix avec la guerre en Ukraine.

"Quand on voit comment évolue la situation, on se dit que ce n'est pas idiot d'y réfléchir", explique Eric, 45 ans, qui vit en région parisienne. "Avec les difficultés d'EDF avec ses réacteurs nucléaires, on fait comment s'il y a des problèmes d'approvisionnement?", s'interroge-t-il.

Après s'être renseigné sur un stage de fabrication d'éolienne artisanale, Eric part en quête d'informations sur les panneaux solaires et les systèmes de stockage d'énergie.

Il passe également devant le stand tenu par Sébastien Deroo et trois autres familles, toutes venues du Cantal pour proposer des solutions "low tech", des stages de formation à la décroissance et des diagnostics sur l'autonomie énergétique.

"On était déjà présents en 2019 et on sent une nette différence dans la démarche des gens, les questions sont plus précises, avec une vraie volonté de chercher des solutions, moins de la simple curiosité", assure M. Deroo.

Dans sa maison, il subvient à tous les besoins du quotidien de sa famille grâce à quatre panneaux solaires et un poêle de masse. Installé à 1 200 mètres d'altitude, il assure ne plus être client d'EDF "depuis 2014" et ne consommer, en appoint, que 25 litres d'essence, "pour le générateur, huit à dix jours dans l'année, quand c'est vraiment trop nuageux".

Un modèle que rêverait de suivre Eric, mais pas tout de suite, car pour cela "il faudrait déjà quitter la région parisienne".