Israël: un tribunal militaire condamne une Espagnole pour financement du FPLP

La condamnation de Mme Rashmawi intervient alors que le gouvernement israélien a placé à la mi-octobre six ONG palestiniennes sur sa liste des «groupes terroristes» (Photo, AFP).
La condamnation de Mme Rashmawi intervient alors que le gouvernement israélien a placé à la mi-octobre six ONG palestiniennes sur sa liste des «groupes terroristes» (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 11 novembre 2021

Israël: un tribunal militaire condamne une Espagnole pour financement du FPLP

  • Juana Rashmawi a proposé une peine de 13 mois de prison et une amende de 14000 euros dans le cadre d'un accord de négociation de peine
  • De nombreux militants palestiniens optent pour ces accords afin d'éviter des peines plus longues au terme de procédures qu'ils jugent illégitimes et biaisées à leur égard

JERUSALEM: Un tribunal militaire israélien a condamné mercredi à 13 mois de prison une Espagnole pour avoir détourné des fonds au profit d'un groupe palestinien considéré comme "terroriste" par Israël, dans le cadre d'un accord de négociation de peine.

En détention depuis avril dernier, Mme Rashmawi a admis, selon les autorités israéliennes, que l'ONG palestinienne pour laquelle elle travaillait "Health work committees" était la "branche civile du FPLP", le Front de libération de la Palestine, mouvement palestinien d'obédience marxiste.

D'après la décision de justice consultée par l'AFP, Juana Rashmawi a proposé une peine de 13 mois de prison et une amende de 50.000 shekels (14.000 euros) dans le cadre d'un accord de négociation de peine, une procédure courante dans les tribunaux militaires israéliens en Cisjordanie, territoire occupé depuis 1967 par Israël. 

De nombreux militants palestiniens optent pour ces accords afin d'éviter des peines plus longues au terme de procédures qu'ils jugent illégitimes et biaisées à leur égard.

La condamnation de Mme Rashmawi intervient alors que le gouvernement israélien a placé à la mi-octobre six ONG palestiniennes - dont al-Haq, Addameer et Bisan - sur sa liste des "groupes terroristes" en raison de liens supposés avec le FPLP, une désignation fustigée par Amnesty International, Human Rights Watch et de nombreuses organisations israéliennes.

"La communauté internationale doit oeuvrer avec Israël afin d'empêcher des organisations terroristes d'opérer sous un couvert civil, et des fonds de financer des organisations terroristes", a déclaré le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid, en soulignant que l’organisation de Mme Rashmawi servait "comme" les six ONG de "versant civil" au FPLP. 

Le gouvernement israélien tente de "lier" l'affaire Rashmawi aux six organisations jugées illégales par l'Etat hébreu pour "justifier" sa décision contre ces ONG et ce, "sans fournir de preuve", a dénoncé l'ONG israélienne anticolonisation B'Tselem.

Un rapport de 74 pages du service secret intérieur israélien, le Shin Beth, sur cette affaire, consulté par l'AFP, offre toutefois peu d'éléments pour étayer des relations entre le FPLP et les ONG.

Le dossier s'appuie entre autres sur des entretiens avec un ex-employé du "Health work committees", qui ne fait toutefois pas partie des six ONG dans la mire des autorités israéliennes. 

Les téléphones portables de six membres de ces ONG ont été infiltrés par le logiciel espion Pegasus de la société israélienne NSO --placée la semaine dernière sur une liste noire américaine des sociétés menaçant la sécurité d'Etat-- avant que ces organisations ne soient qualifiées de "terroristes" par Israël, ont révélé cette semaine des groupes de défense des droits humains. 


Maroc: les professionnels du tourisme réclament la réouverture des frontières

Des membres de l'Association nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) portent des pancartes alors qu'ils manifestent dans la capitale Rabat le 26 janvier 2022, contre la fermeture des frontières alors que le pays tente de lutter contre la flambée des cas de coronavirus Omicron. (Photo, AFP)
Des membres de l'Association nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) portent des pancartes alors qu'ils manifestent dans la capitale Rabat le 26 janvier 2022, contre la fermeture des frontières alors que le pays tente de lutter contre la flambée des cas de coronavirus Omicron. (Photo, AFP)
Short Url
  • Rassemblés devant le siège du ministère du Tourisme à Rabat, près de 200 voyagistes ont appelé à la réouverture des frontières, fermées depuis le 29 novembre et au moins jusqu'au 31 janvier
  • Le gouvernement doit se prononcer d'ici le 31 janvier sur une possible réouverture des frontières

RABAT : Les professionnels de l'industrie du tourisme au Maroc ont manifesté mercredi pour dénoncer la fermeture des frontières, en vigueur depuis deux mois pour juguler la propagation du variant Omicron mais qui plombe ce secteur vital de l'économie.

Rassemblés devant le siège du ministère du Tourisme à Rabat, près de 200 voyagistes ont appelé à la réouverture des frontières, fermées depuis le 29 novembre et au moins jusqu'au 31 janvier.

"La fermeture nous assène un coup très dur puisque nous sommes maintenant à l'arrêt alors que nos charges sont toujours fixes", a déploré Mimoun Azzouzi, propriétaire d'une agence de voyage à Témara, près de la capitale. 

"Nous avons été obligés de fermer à cause de la pandémie et malgré ça, nous avons maintenu les salaires de nos travailleurs", a-t-il expliqué à l'AFP.

Ces voyagistes se disent "exclus" du plan de soutien au tourisme de deux milliards de dirhams (190 millions d'euros) approuvé le 18 janvier par le gouvernement. 

L'aide prévoit le versement d'une indemnité de 2 000 dirhams (190 EUR) par mois durant le premier trimestre 2022 pour l'ensemble des employés de ce secteur qui pesait près de 7% du PIB marocain en 2019. 

L'Etat a décidé d'allouer également un milliard de dirhams (950 M EUR) en soutien aux hôteliers pour préparer la reprise d'activité (entretien, rénovation, formation, etc.).

Ces mesures n'apaisent pas la colère des opérateurs qui ont aussi manifesté mercredi à Agadir et Marrakech, les deux capitales touristiques du pays, selon les médias locaux.

"Le peuple veut la réouverture des frontières", scandaient quelques centaines de protestataires à Marrakech, selon des vidéos publiées sur Facebook.

Interrogé lundi au parlement, le chef de la diplomatie Nasser Bourita a estimé qu'il était "important de rouvrir les frontières aériennes comme il est important de suivre l'évolution de la pandémie". 

La fermeture de l'espace aérien soulève les protestations de l'importante diaspora marocaine, d'autant que des compagnies de jets privés opèrent à des prix exorbitants -- plus de 10.000 euros par passager pour un aller simple vers le Maroc --, selon des sites d'information et des témoignages sur les réseaux sociaux.

Si le pic des contaminations au variant Omicron semble avoir été atteint pendant la semaine du 17 au 23 janvier, selon le ministère de la Santé, les autorités s'inquiètent d'une hausse des décès et des cas en réanimation.

Le gouvernement doit se prononcer d'ici le 31 janvier sur une possible réouverture des frontières.


Blinken: les États-Unis apprécient le soutien du Koweït en faveur d’un retour mutuel au respect de l’accord sur le nucléaire iranien

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammed al-Sabah, tiennent une conférence de presse conjointe à Washington, DC. (Photo, AFP)
Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammed al-Sabah, tiennent une conférence de presse conjointe à Washington, DC. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon M. Blinken, le PAGC est «le moyen le plus efficace de garantir que l’Iran ne puisse pas développer une arme nucléaire»
  • Cheikh Ahmad a remercié les États-Unis pour leur engagement en faveur de la stabilité et de la sécurité du Koweït et de la région

LONDRES: Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a déclaré que les États-Unis appréciaient le soutien du Koweït en faveur d’un retour mutuel au respect de l’accord sur le nucléaire iranien. 

Lors d’une conférence conjointe organisée à l’occasion de la visite aux États-Unis du ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammed al-Sabah, M. Blinken a précisé qu’ils avaient discuté de l’Iran et que le Plan d'action global commun (PAGC) était «le moyen le plus efficace d’empêcher l’Iran de développer une arme nucléaire». 

«Nous sommes très reconnaissants au Koweït pour son étroite coordination dans le cadre d’instances telles que le groupe de travail du Conseil de coopération du Golfe (CCG) sur l’Iran, où nous avons fait front commun contre les actions déstabilisatrices de l’Iran dans la région», a indiqué le secrétaire d’État. 

M. Blinken a remercié le Koweït pour avoir contribué à «réduire considérablement la menace que représente Daech pour la sécurité internationale, même si nous restons très vigilants face à la menace permanente». 

Il a également rappelé que le pays du Golfe a soutenu les États-Unis lors de l’évacuation de l’Afghanistan en août 2021, alors que la population fuyait le régime des talibans. 

Le Koweït a aidé les États-Unis à évacuer des milliers de personnes d’Afghanistan, dont des citoyens américains, des ressortissants étrangers et des Afghans, a mentionné M. Blinken. 

«Grâce à l’aide du Koweït, des milliers de personnes ont trouvé refuge, et des familles afghanes ont pu commencer une nouvelle vie aux quatre coins du monde. Ce geste témoigne de la générosité du Koweït et de son engagement envers l’humanitarisme et la stabilité internationale.» 

«Nous pouvons le constater dans le rôle de leader que joue le Koweït dans des institutions telles que le CCG et la Ligue arabe», a-t-il ajouté. 

Quant au cheikh Ahmad, il a remercié les États-Unis pour leur engagement en faveur de la stabilité et de la sécurité du Koweït et de la région. 

«Les États-Unis et le Koweït sont des partenaires solides et de grands amis, et nous apprécions cette relation historiquement forte», a affirmé le ministre. 

«Nous sommes partenaires dans la lutte contre le terrorisme depuis les attentats du 11 septembre 2001 et nous avons également été partenaires dans la libération de l’Irak, a-t-il souligné, ajoutant que le Koweït a également fourni des couloirs de transit sûrs aux personnes craignant le régime taliban dans le pays. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le prince Khaled ben Salmane discute de la coopération avec le ministre chinois de la Défense

Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane. (@kbsalsaud)
Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane. (@kbsalsaud)
Short Url
  • Le prince Khaled et Wei Fenghe ont évoqué les liens historiques entre l’Arabie saoudite et la Chine
  • Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane, et le ministre chinois de la Défense nationale ont discuté mercredi de la coopération en matière de défense

RIYAD: Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane, et le ministre chinois de la Défense nationale ont discuté mercredi de la coopération en matière de défense. Lors d’une réunion virtuelle, le prince Khaled et Wei Fenghe ont évoqué les liens historiques entre l’Arabie saoudite et la Chine et ont étudié les moyens de renforcer leur coordination militaire. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com