Face à la recrudescence des attaques, l'Agence européenne de cybersécurité veille

En 2020, 949 incidents significatifs ont été dénombrés au sein de l'UE, dans des secteurs aussi variés que la santé, les transports, l'énergie. (Photo, AFP)
En 2020, 949 incidents significatifs ont été dénombrés au sein de l'UE, dans des secteurs aussi variés que la santé, les transports, l'énergie. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 12 novembre 2021

Face à la recrudescence des attaques, l'Agence européenne de cybersécurité veille

  • En seulement un an, entre 2019 et 2020, les incidents ont augmenté de 72%
  • Créée en 2004 pour faciliter l'échange d'informations entre Etats-membres de l'UE, l'agence a vu son budget passer de 17 à 23,5 millions d'euros de 2019 à 2021, et devrait encore être renforcé

ATHÈNES : Avec la recrudescence des cyberattaques en Europe, l'Agence européenne de cybersécurité (ENISA), basée à Athènes, est montée en puissance pour mieux repérer les menaces de plus en plus sophistiquées et répondre rapidement aux besoins grandissants en sécurité informatique.

Cyberattaques contre les parlements norvégiens et finlandais, contre l'Agence européenne des médicaments ou encore piratage des téléphones du président et d'au moins cinq ministres français avec le logiciel espion Pegasus... En seulement un an, entre 2019 et 2020, les incidents ont augmenté de 72%. 

"Face à cette augmentation des cyberincidents depuis 2019, il est nécessaire que nous prenions tous la cybersécurité plus au sérieux, que nous investissions, que nous augmentions nos capacités et nos possibilités", a déclaré le directeur général de l'Agence européenne de cybersécurité (ENISA), Juhan Lepassaar.

Autrefois basée en Crète, l'ENISA, composée de 119 experts et techniciens a déménagé dans une bâtisse néoclassique de la banlieue d'Athènes. Leurs anciens bureaux étaient devenus trop petits.

Créée en 2004 pour faciliter l'échange d'informations entre Etats-membres de l'UE, l'agence a vu son budget passer de 17 à 23,5 millions d'euros de 2019 à 2021, et devrait encore être renforcé. Les effectifs aussi ont été doublés en quinze ans.

"L'ENISA est identifiée comme un acteur et un partenaire clé notamment pour promouvoir l'adoption des premiers systèmes de certification en cybersécurité dans l'UE", explique une porte-parole de la Commission européenne.

Mais "dans l'ensemble, les investissements en cybersécurité au niveau européen ne sont pas si élevés" que cela, estime M. Lepassaar. 

Il espère que "non seulement les acteurs du secteur privé mais aussi ceux du public investissent davantage dans ce domaine". Car les entreprises européennes dépensent 40% de moins que les sociétés américaines en cybersécurité, assure-t-il.

«Comme se préparer à des incendies»

En 2020, 949 incidents significatifs ont été dénombrés au sein de l'UE, dans des secteurs aussi variés que la santé, les transports, l'énergie.

Par exemple, l'ENISA a dû faire face à l'attaque "SolarWinds" contre le gouvernement américain, mais aussi la Belgique, l'Espagne et le Royaume-Uni. Elle a aidé le gouvernement irlandais lorsque le 14 mai dernier une attaque au rançongiciel, un virus qui verrouille les ordinateurs et réseaux informatiques, a visé son service public de santé.

"C'est un peu comme lorsque vous faites des exercices pour vous préparer aux éventuels prochains incendies", explique Christian Van Heurck, expert à l'ENISA.

Les menaces auxquelles l'Europe doit faire face sont diverses: "Certaines ont des motivations politiques, d'autres proviennent d'acteurs qui veulent s'enrichir" ou usent de "désinformation pour influencer des campagnes électorales", précise M. Van Heurck.

L'UE prend au sérieux ces risques, "d'autant plus que ces groupes de pirates informatiques sont souvent liés à des Etats comme la Russie, la Chine ou la Corée du Nord qui peuvent interférer dans les processus démocratiques en Europe", souligne Raphaël Glucksmann, président de la commission du parlement européen sur l'ingérence étrangère dans les processus démocratiques de l'UE. 

Sanctions «insuffisantes»

Dans quelques mois, la commission qu'il préside doit soumettre ses recommandations aux Etats-membres: responsabiliser les plateformes pour qu'elles suppriment les faux comptes, financer le journalisme indépendant et renforcer l'éducation aux médias, prendre des sanctions plus sévères contre les hackers...

"Actuellement, ces pirates ne sont sanctionnés que par le gel de leurs avoirs en Europe, or en général, ils n'ont pas de comptes en Europe, et une simple interdiction de territoire...ce n'est pas suffisant!", proteste M. Glucksmann. 

"Le moment est venu pour l'Europe de passer à la vitesse supérieure" pour se "défendre contre les cyberattaques", avait exhorté en septembre la présidente de la Commission européenne Ursula van der Leyen.

La Commission veut créer, d'ici le 30 juin, une unité spéciale pour permettre aux agences nationales de cybersécurité de mieux lutter ensemble. "L'ENISA aura un rôle clé" dans cette création, selon la Commission. 

Mais certains Etats-membres restent réticents et veulent conserver leur compétence nationale. 

Or les experts de l'ENISA en sont persuadés, l'union fera la force face à la prochaine cybercrise.


Ukraine: le directeur général de la centrale de Zaporijjia libéré

La centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, le 11 septembre 2022. (Photo, AFP)
La centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, le 11 septembre 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Je salue la libération d'Igor Mourachov», a tweeté le chef de l'instance onusienne, Rafael Grossi. «J'ai reçu la confirmation qu'il est rentré chez lui sain et sauf»
  • Il avait été interpellé par une «patrouille russe» alors qu'il se rendait depuis la centrale vers la ville d'Ernogodar, contrôlée par les Russes, selon l'opérateur ukrainien Energoadom

VIENNE: Le directeur général de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, arrêté vendredi par la Russie qui contrôle le site, a été libéré, a annoncé lundi l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), qui dispose d'experts sur place. 

"Je salue la libération d'Igor Mourachov", a tweeté le chef de l'instance onusienne, Rafael Grossi. "J'ai reçu la confirmation qu'il est rentré chez lui sain et sauf". 

Il avait été interpellé par une "patrouille russe" alors qu'il se rendait depuis la centrale vers la ville d'Ernogodar, contrôlée par les Russes, selon l'opérateur ukrainien Energoadom. 

Le véhicule transportant le directeur de la centrale avait été stoppé et ce dernier extrait de la voiture puis "conduit, les yeux bandés, vers une destination inconnue", d'après la même source. 

Le ministre des Affaires étrangères ukrainien Dmytro Kouleba avait condamné samedi cette "détention illégale" au motif inconnu. 

"Ce crime est un nouvel acte de terrorisme d'État de la part de la Russie et représente une grave violation du droit international", avait-il fustigé. 

La centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, est occupée depuis début mars par les troupes russes, mais se trouve non loin de la ligne de démarcation entre les territoires contrôlés par Kiev et ceux occupés par Moscou. 

Elle est située dans la région de Zaporijjia, l'un des territoires ukrainiens officiellement annexés vendredi par la Russie. 

Une délégation de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) s'est rendue début septembre sur place. Deux de ses inspecteurs y sont toujours. 

Face aux bombardements réguliers faisant craindre un accident nucléaire majeur, l'agence onusienne prône la mise en place d'une zone de sécurité autour du site. 

Dans cette optique, M. Grossi a entamé des consultations avec Kiev et Moscou, où "il devrait se rendre" cette semaine, avait indiqué l'AIEA ce week-end. 


Covid-19: Kiev recommande le retour du port du masque

L'Organisation mondiale de la santé avait relevé en août qu'avec l'approche de l'hiver, le système de santé ukrainien sera confronté à des défis sans précédent. (Photo, AFP)
L'Organisation mondiale de la santé avait relevé en août qu'avec l'approche de l'hiver, le système de santé ukrainien sera confronté à des défis sans précédent. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Les autorités de la ville appellent les résidents de Kiev à porter de nouveau les masques» en raison de l'essor des cas de coronavirus, a indiqué la mairie sur la messagerie Telegram.
  • Entre le 19 et le 25 septembre, 44 137 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés en Ukraine et 161 personnes sont décédées, selon le ministère de la Santé

KIEV: La capitale ukrainienne Kiev a recommandé lundi le retour au port du masque dans les lieux publics face à une nouvelle vague de Covid-19, alors que le système de santé est sous pression du fait de l'invasion russe. 

"Les autorités de la ville appellent les résidents de Kiev à porter de nouveau les masques" en raison de l'essor des cas de coronavirus, a indiqué la mairie sur la messagerie Telegram. 

Au cours de la semaine écoulée, 2 515 cas, 242 hospitalisations et 22 décès ont été recensés dans la capitale ukrainienne, selon un décompte officiel. 

Les autorités municipales recommandent le port du masque "dans les transports publics, les endroits accueillant de la clientèle et dans les lieux d'enseignement", selon le communiqué. 

Entre le 19 et le 25 septembre, 44 137 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés en Ukraine et 161 personnes sont décédées, selon le ministère de la Santé. 

La semaine dernière, le vice-ministre de la Santé Igor Kouzine s'était inquiété de la hausse des cas de Covid auprès du média allemand Deutsche Welle, relevant en outre que le système de santé "enregistrait des pertes tous les jours" à cause de la guerre. 

Depuis le début de l'invasion en février, "18 établissements accueillant des patients du Covid ont été détruits, 15 autres partiellement détruits et plus de 100 sont sous occupation", avait-il ajouté. 

M. Kouzine avait aussi appelé les Ukrainiens à se faire vacciner, tout en estimant que les restrictions pour ralentir la progression du Covid seraient difficiles à mettre en œuvre, la population étant "concentrée sur une autre ennemi". 

Les restrictions anti-Covid ont été suspendues en Ukraine lorsque la loi martiale a été instaurée en Ukraine le 24 février, le jour où la Russie a envahi le pays. 

Le pic des nouveau cas est attendu entre fin septembre et début octobre, selon M. Kouzine. 

L'Organisation mondiale de la santé avait relevé en août qu'avec l'approche de l'hiver, le système de santé ukrainien sera confronté à des défis sans précédent.


Le Parlement russe ratifie la loi sur l'annexion de quatre régions ukrainiennes

Carte localisant la ville de Lyman dans le nord-est de l'Ukraine et les positions des forces russes et ukrainiennes. (Graphique, AFP)
Carte localisant la ville de Lyman dans le nord-est de l'Ukraine et les positions des forces russes et ukrainiennes. (Graphique, AFP)
Short Url
  • Les députés de la Douma, chambre basse du Parlement, ont tous voté en faveur de l'annexion des régions de Donetsk et de Lougansk (est de l'Ukraine), ainsi que de celles de Kherson et de Zaporijjia (sud)
  • L'UE a convoqué lundi le plus haut diplomate russe en poste à Bruxelles dans le cadre d'une action coordonnée avec les États membres pour condamner et rejeter «l'annexion illégale» d'une partie du territoire ukrainien

MOSCOU/ BRUXELLES: Les députés russes ont approuvé lundi à l'unanimité la loi sur l'annexion de quatre régions ukrainiennes, une décision qui avait déjà été approuvée par le président Vladimir Poutine et suscité une pluie de condamnations internationales. 

Les députés de la Douma, chambre basse du Parlement, ont tous voté en faveur de l'annexion des régions de Donetsk et de Lougansk (est de l'Ukraine), ainsi que de celles de Kherson et de Zaporijjia (sud), selon la retransmission en direct de la cérémonie du vote à la télévision russe. 

Ni abstention ni vote contre n'ont été enregistrés. 

Le président Vladimir Poutine a signé vendredi dernier l'annexion de quatre territoires ukrainiens lors d'une cérémonie au Kremlin, aux côtés des dirigeants prorusses de ces quatre régions, occupées en partie ou en quasi totalité par Moscou. 

L'Ukraine a répliqué en demandant une "adhésion accélérée" à l'Otan et en déclarant qu'elle ne négocierait pas avec Moscou tant que Vladimir Poutine est président.