Omar Yaghi, chimiste de renommée internationale, est «honoré d’accepter la citoyenneté saoudienne»

Omar Yaghi, chimiste de renommée internationale (Photo, AN).
Omar Yaghi, chimiste de renommée internationale (Photo, AN).
Short Url
Publié le Lundi 15 novembre 2021

Omar Yaghi, chimiste de renommée internationale, est «honoré d’accepter la citoyenneté saoudienne»

  • Un décret royal récent a autorisé l’octroi de la citoyenneté à des ressortissants étrangers dotés de compétences spécialisées dans différents domaines
  • Cette décision est en conformité avec le plan de la Vision 2030 du Royaume qui vise à créer un environnement d’affaires attrayant pour les professionnels

CHICAGO: Omar Yaghi, chimiste de renommée internationale qui s’intéresse notamment à la technologie permettant de collecter l’eau propre des milieux arides, a affirmé qu’il était honoré que l’Arabie saoudite ait décidé de lui accorder la citoyenneté.

Né en Jordanie de parents palestiniens, Yaghi, 56 ans, est un membre élu de l’Académie nationale des sciences et professeur de chimie titulaire du James et Neeltje Tretter à l'Université de Californie à Berkeley.

Dans un entretien exclusif qu’il a accordé à Arab News, Yaghi a annoncé qu’il accepterait la proposition de citoyenneté et a reconnu que c’était l’occasion pour lui de partager ses travaux de recherche avec le monde entier.

 «Obtenir la citoyenneté est un honneur. Cela me permettra de travailler plus étroitement avec les Saoudiens», a-t-il déclaré.

 «Ils savent bien comment développer la science et les recherches, J’ai déjà collaboré avec plusieurs amis saoudiens et je suis heureux de passer à l’étape suivante. Je pense que c’est un honneur d’être choisi.»

Yaghi a dit qu’il a appris, de façon informelle, que son nom avait été proposé par quelqu’un qui suivait de près son travail ainsi que ses collaborations avec l’Arabie saoudite.

 «L’offre est certes un honneur. Je l’accepterais volontiers.»

L’Arabie saoudite a annoncé jeudi qu’une approbation royale a été émise, permettant ainsi d’offrir la citoyenneté saoudienne à nombre de spécialistes éminents issus de domaines variés.

Cette décision fait suite à un décret royal qui a ouvert la voie vers la naturalisation d’experts dans le domaine légal, médical, scientifique, culturel, sportif et technique. Cela développerait le pays et profiterait à la société saoudienne.

Selon l’agence de presse saoudienne, c’est une initiative qui s’inscrit dans le cadre des objectifs de la Vision 2030, entre autres l’encouragement des personnes talentueuses à s’installer au Royaume, la localisation des investissements étrangers et «la création d’un environnement social et d’un climat d’investissement adéquats».

Parmi les personnes qui ont obtenu la citoyenneté saoudienne jeudi, on cite Mukhtar Alam, le calligraphe en chef de la couverture de la Sainte Kaaba à La Mecque, les Drs Amin Seido et Abdul Karim Al-Sammak, historiens éminents, le Dr Mohammed Al-Baqai, chercheur de renom, et Samaan Al-Ani, célèbre metteur en scène.

La liste comprend également des personnalités très respectées du domaine religieux, médical, éducatif, digital, sportif et de l’investissement.

Yaghi est connu pour avoir fait passer la chimie réticulaire de la découverte à l’application et pour avoir changé la façon dont les nouveaux matériaux peuvent être créés – les rendant ainsi plus bénéfiques à tous les peuples du monde.

Il a obtenu son doctorat en chimie de l’Université d’Illinois à Urbana-Champaign (UIUC) aux États-Unis et était boursier postdoctoral de la Fondation nationale des sciences à l’Université Harvard.

Yaghi est le directeur fondateur du  Berkeley Global Science Institute dont la mission est de construire des centres de recherche dans les pays en voie de développement et d’offrir aux jeunes universitaires des opportunités afin de les guider vers la découverte et l’apprentissage.

Il est aussi codirecteur du Kavli Energy NanoSciences Institute qui porte essentiellement sur la science fondamentale de la transformation de l'énergie au niveau moléculaire, et de la California Research Alliance by BASF, qui soutient les innovations conjointes entre les milieux universitaire et industriel.

Yaghi a reçu de nombreux prix pour ses réalisations scientifiques, dont le Prix du centenaire de la Royal Society of Chemistry du Royaume-Uni en 2010 et le Prix du roi Faisal d’Arabie saoudite en 2015.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Europe veut renforcer son partenariat avec l'Arabie saoudite

L'ambassadeur de l'UE en Arabie saoudite, Patrick Simonnet (à droite) avec les délégués lors de la réception pour la Journée de l'Europe au Palais culturel de Riyad. (Photo fournie)
L'ambassadeur de l'UE en Arabie saoudite, Patrick Simonnet (à droite) avec les délégués lors de la réception pour la Journée de l'Europe au Palais culturel de Riyad. (Photo fournie)
Short Url
  • L'UE dévoile sa première stratégie à long terme pour façonner les futurs relations avec les pays du Golfe
  • «Nous sommes tout à fait conscients que la libéralisation des visas pourrait favoriser les échanges entre les deux parties», a souligné Simonnet

RIYAD: L'ambassadeur de l'Union européenne (UE) en Arabie saoudite, Patrick Simonnet, a confirmé vendredi la volonté du bloc de renforcer son partenariat avec le Royaume.

L'UE a dévoilé mercredi sa première stratégie à long terme visant à façonner les futurs relations avec les pays du Golfe, lorsque le Haut représentant et la Commission européenne ont adopté une communication conjointe intitulée «Partenariat stratégique avec le Golfe».

«À une époque d'insécurité et de défis importants pour l'ordre international fondé sur des règles, aggravés par la guerre de la Russie en Ukraine, l'Union européenne et les pays du Golfe ont tout à gagner d'un partenariat plus fort et plus stratégique s'étendant sur un certain nombre de domaines essentiels. Nous devons travailler plus étroitement ensemble sur la stabilité dans le Golfe et au Moyen-Orient, sur les menaces à la sécurité mondiale, la sécurité énergétique, le changement climatique et la transition verte, la numérisation, le commerce et les investissements. Nous devons également renforcer les contacts entre les étudiants, les chercheurs, les entreprises et les citoyens», a déclaré Josep Borrell, responsable de la politique étrangère de l'UE, en dévoilant le plan.

«  La stratégie à long terme, la première de ce type entre les deux groupes, sera déterminante pour les relations entre l'UE et le CCG. Nous avons besoin les uns des autres. L'UE et le CCG ont beaucoup à gagner en renforçant leur partenariat.  »

 Patrick Simonnet, ambassadeur de l'UE en Arabie saoudite

Dans une interview exclusive accordée à Arab News, Simonnet estime que «la stratégie à long terme, la première de ce type entre les deux groupes, sera déterminante pour les relations entre l'UE et le CCG. Nous avons besoin les uns des autres. L'UE et le CCG ont beaucoup à gagner en renforçant leur partenariat. C'est ce que nous avons ressenti lors de différentes visites au cours des 12 derniers mois. Nous avons réalisé que nous avions un intérêt commun à renforcer notre partenariat. Il s'agit de l'économie, de la manière dont nous pouvons mieux soutenir nos stratégies respectives, la Vision 2030 saoudienne et le Green Deal de l'UE (Pacte vert pour l'Europe)».

«Nous importons du combustible fossile d'Arabie saoudite depuis longtemps. Nous allons continuer, mais nous aimerions passer à une consommation plus durable d'énergie renouvelable. Nous savons que le Golfe possède un énorme potentiel d'exportation d'énergies renouvelables, notamment d'hydrogène vert. L'Arabie saoudite a réalisé d'énormes investissements et souhaite devenir un fournisseur mondial d'hydrogène, et il serait très utile pour nous, d'importer cet hydrogène vert afin d’atteindre nos propres objectifs en matière de changement climatique. Cela serait aussi une bonne chose pour le Royaume, pour ses propres objectifs en matière de changement climatique. Il y a donc une excellente adéquation entre nous», a-t-il poursuivi.

«Nous pouvons travailler ensemble sur la crise régionale, il y a beaucoup d'harmonisation entre nos points de vue sur le processus de paix au Moyen-Orient, sur le Yémen, la Syrie, la Libye et le Liban. La stratégie propose que nous collaborions encore plus étroitement sur les questions de stabilité régionale. La coopération en matière de sécurité est également cruciale. Nous voulions une stratégie plus politique, davantage axée sur la sécurité. Nous sommes en train de négocier le JCPOA (l'accord sur le nucléaire iranien, officiellement connu sous le nom de plan d'action global conjoint), et si nous pouvons obtenir un résultat positif à ce niveau, nous pourrons nous appuyer sur celui-ci pour contribuer encore davantage à la stabilité et à la sécurité dans le Golfe», a clarifié l'envoyé de l'UE.

 «Nous sommes le plus grand fournisseur d'investissements directs étrangers ici, et le CCG est le deuxième partenaire commercial de l'UE. Nous allons donc examiner comment nous réengager sur l'accord de libre-échange (ALE)», a-t-il poursuivi.

La communication conjointe vise également à améliorer la coopération dans les domaines de l'enseignement supérieur et la culture. L'un des objectifs est d'attirer davantage d'étudiants saoudiens en Europe et d'étudiants ou d'enseignants européens dans le Royaume, a-t-il expliqué.

Un autre objectif, selon Simonnet, est la suppression des visas vers l’Europe pour tous les pays du Golfe. «Nous sommes tout à fait conscients que la libéralisation des visas pourrait favoriser les échanges entre les deux parties», a-t-il souligné.

«J'ai rencontré des blogueurs de voyage saoudiens il y a quelques jours. C'était intéressant de discuter de tous les joyaux cachés de l'Arabie saoudite en termes de tourisme, des sites où nous pourrions attirer beaucoup plus de touristes, et de la même façon en Europe, il y a beaucoup plus de destinations en Europe qui pourraient être découvertes par les touristes saoudiens, donc la libéralisation des visas est importante.»

Des réunions plus régulières au niveau ministériel seront organisées à l’avenir entre les ministres des Affaires étrangères et les ministres de l'Énergie de l'UE et du CCG.

«L'Europe propose de passer à la vitesse supérieure dans ses relations», a précisé l'envoyé, ajoutant que l'UE va augmenter ses délégations diplomatiques dans la région, en élargissant ses délégations existantes en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et au Koweït.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les tempêtes de sable, un risque pour la santé humaine

Tempête de sable à Basra, en Irak (Photo, AP).
Tempête de sable à Basra, en Irak (Photo, AP).
Short Url
  • Les tempêtes de sable et de poussière touchent au total plus de 150 pays et régions, avec des impacts notamment sur l'environnement, la santé et l'économie
  • Les brumes de sables sont composées de particules pouvant pénétrer dans l'appareil respiratoire et nuire à la sphère respiratoire mais également cardiovasculaire

PARIS: Un risque de troubles surtout respiratoires qui peuvent conduire à l'hôpital, voire tuer: les tempêtes de sable, qui affectent le Moyen-Orient ces derniers jours et risquent de se multiplier avec le dérèglement climatique, ne sont pas sans danger pour la santé humaine.

En Irak, affecté par huit tempêtes de sable depuis mi-avril, au moins 4.000 personnes ont dû se rendre lundi dans des hôpitaux pour des troubles respiratoires. Le précédent épisode avait entraîné le 5 mai un décès dû à des troubles similaires, qui avaient poussé plus de 5.000 personnes à aller à l'hôpital.

Les tempêtes de sable et de poussière touchent au total plus de 150 pays et régions, avec des impacts notamment sur l'environnement, la santé, l'économie, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM). 

Des vents violents soulèvent dans l'atmosphère de grandes quantités de sable et de poussière pouvant parcourir des centaines, voire des milliers de kilomètres. "C'est un phénomène à la fois local et global, avec une intensité plus forte dans les zones d'origine", note Carlos Pérez García-Pando, expert en tempêtes de sable et de poussière au Barcelona Supercomputing Center (BsC) et à l'Icrea (l'institution catalane de recherches et d'études avancés).

Ces tempêtes proviennent surtout des régions arides ou semi-arides d'Afrique du Nord, de la péninsule arabique, d'Asie centrale et de Chine. L'Australie, le continent américain et l'Afrique du Sud sont des sources moins actives.

"Les poussières aéroportées représentent une sérieuse menace pour la santé", écrit l'OMM, institution spécialisée de l'ONU.

Les brumes de sables sont composées de particules pouvant pénétrer dans l'appareil respiratoire et nuire à la sphère respiratoire mais également cardiovasculaire.

Leur taille détermine "en grande partie l'ampleur du danger", souligne l'OMM.

Les particules fines (plutôt autour de 10 micromètres) "se déposent souvent dans le nez, la bouche et les voies respiratoires supérieures et peuvent causer des affections respiratoires (asthme, trachéite, pneumonie, rhinite allergique, silicose, etc)", poursuit l'institution. 

Irrespirable

"La gravité est cependant moindre qu'avec les particules ultrafines, issues par exemple du trafic routier, lesquelles peuvent pénétrer dans le cerveau ou le système sanguin", déclare à l'AFP Thomas Bourdrel, médecin radiologue, chercheur à l'université de Strasbourg, membre du collectif Air Santé Climat.

Si les particules de sable, faites de beaucoup d'éléments minéraux, ont "une composition moins toxique que des particules liées par exemple au chauffage au bois, au charbon, au diesel ou à des incendies de forêt ou industriels", "leur densité extrême lors des tempêtes provoque une hausse de la mortalité cardio-respiratoire assez significative, surtout chez les plus fragiles", explique-t-il.

Avec "une concentration de milliers de micromètres cubes dans l'air, c'est quasi irrespirable", abonde Carlos Perez García-Pando.

Les plus âgés, les jeunes enfants, les insuffisants respiratoires et cardiaques sont plus à risque.

Et les habitants des pays régulièrement confrontés aux tempêtes de sable ont une exposition plus chronique que, par exemple, les Européens confrontés plus rarement aux poussières venant du Sahara comme avec l'épisode marquant en mars.

En fonction des conditions météorologiques et climatiques, la poussière de sable peut rester en suspension dans l'air pendant des jours et voyager sur d'immenses distances, agrégeant parfois au passage des bactéries, des spores de pollen, des champignons et des virus.

La fréquence et l'intensité des tempêtes de sable pourraient augmenter sous l'effet du dérèglement climatique, estiment certains scientifiques.

Mais le phénomène est "plein d'incertitudes" et "complexe", avec un cocktail de facteurs (chaleur, vent, pratiques d'agriculture, etc), précise à l'AFP Carlos Perez García-Pando.

"Dans certaines zones, le changement climatique pourrait réduire les vents à l'origine des tempêtes, mais les phénomènes extrêmes pourraient perdurer voire augmenter", selon lui.

Avec la hausse des températures, il est ainsi probable que les terres dans de nombreuses régions deviennent plus arides. 

"Cette année, une importante anomalie de température a été observée dans l'est de l'Afrique, au Moyen-Orient, en Asie de l'Est, et cette sécheresse affecte la végétation, un facteur qui pourrait accroître les tempêtes de poussière", remarque le chercheur espagnol.


Syrie: trois morts dans des frappes israéliennes près de Damas

Des avions de chasse israéliens en exercice (Photo, AFP).
Des avions de chasse israéliens en exercice (Photo, AFP).
Short Url
  • Les missiles ont été tirés depuis le plateau du Golan annexé par Israël
  • Un incendie s'est déclaré près de l'aéroport de Damas, où des ambulances ont été vues se ruer vers le site des frappes, selon cette même source

DAMAS: Des missiles sol-sol israéliens ont fait trois morts et quatre blessés vendredi près de la capitale syrienne Damas, a rapporté l'agence officielle SANA citant une source militaire.

"L'ennemi israélien a mené une agression (...) qui a tué trois martyrs et fait certains dégâts matériels", a indiqué la même source.

Les missiles ont été tirés depuis le plateau du Golan annexé par Israël, a-t-on précisé.

Des correspondants de l'AFP à Damas ont dit avoir entendu de fortes explosions.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les trois tués sont des officiers et les quatre blessés, des soldats, de la défense antiaérienne.

Un incendie s'est déclaré près de l'aéroport de Damas, où des ambulances ont été vues se ruer vers le site des frappes, selon cette même source.

Le 13 mai une frappe similaire a tué cinq soldats, et le 27 avril une autre a fait cent morts.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais.

L'Etat hébreu commente rarement ses frappes contre la Syrie mais affirme qu'il ne permettra pas à l'Iran d'étendre son influence en Syrie.

Déclenchée par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie a fait environ 500.000 morts, dévasté les infrastructures du pays et déplacé des millions de personnes.