Le Prince Charles rend hommage à l’amitié de la reine Elizabeth II et du défunt roi Hussein de Jordanie

Le prince Charles de Grande-Bretagne et son épouse Camilla, duchesse de Cornouailles, visitent l'ancienne cité romaine de la Décapole de Gadara. (Photo, AFP)
Le prince Charles de Grande-Bretagne et son épouse Camilla, duchesse de Cornouailles, visitent l'ancienne cité romaine de la Décapole de Gadara. (Photo, AFP)
Le prince Charles de Grande-Bretagne réagit lorsqu'une femme montre un portrait de lui, lors d'une visite au Centre de soutien communautaire du HCR à Al-Nuzha, en Jordanie. (Photo, Reuters)
Le prince Charles de Grande-Bretagne réagit lorsqu'une femme montre un portrait de lui, lors d'une visite au Centre de soutien communautaire du HCR à Al-Nuzha, en Jordanie. (Photo, Reuters)
Le prince Charles et son épouse Camilla visitent l'ancienne cité romaine de la Décapole de Gadara. (Photo, AFP)
Le prince Charles et son épouse Camilla visitent l'ancienne cité romaine de la Décapole de Gadara. (Photo, AFP)
Le prince Charles et la duchesse de Cornouailles, l'ambassadrice britannique en Jordanie, Bridget Brind, et le prince jordanien, Ghazi ben Mohammed, assistent à une célébration du centenaire de la fondation de l'État jordanien, au Jordan Museum. (Photo, Reuters)
Le prince Charles et la duchesse de Cornouailles, l'ambassadrice britannique en Jordanie, Bridget Brind, et le prince jordanien, Ghazi ben Mohammed, assistent à une célébration du centenaire de la fondation de l'État jordanien, au Jordan Museum. (Photo, Reuters)
Camilla, duchesse de Cornouailles, et présidente de la Women of the World Foundation (WOW) tient dans ses bras la petite fille de Sarah Abou Amira lors d’un évènement organisé par la WOW à la Galerie Manara Arts and Culture à Amman. (Photo, Reuters)
Camilla, duchesse de Cornouailles, et présidente de la Women of the World Foundation (WOW) tient dans ses bras la petite fille de Sarah Abou Amira lors d’un évènement organisé par la WOW à la Galerie Manara Arts and Culture à Amman. (Photo, Reuters)
Le prince Charles de Grande-Bretagne et son épouse Camilla, duchesse de Cornouailles, visitent l'ancienne cité romaine de la Décapole de Gadara. (Photo, AFP)
Le prince Charles de Grande-Bretagne et son épouse Camilla, duchesse de Cornouailles, visitent l'ancienne cité romaine de la Décapole de Gadara. (Photo, AFP)
Le prince Charles de Grande-Bretagne et son épouse Camilla visitent la rue à colonnades d'Oum Qais, en Jordanie. (Photo, AP)
Le prince Charles de Grande-Bretagne et son épouse Camilla visitent la rue à colonnades d'Oum Qais, en Jordanie. (Photo, AP)
Short Url
Publié le Jeudi 18 novembre 2021

Le Prince Charles rend hommage à l’amitié de la reine Elizabeth II et du défunt roi Hussein de Jordanie

  • Le prince Charles et Camilla ont visité le site archéologique gréco-romain d'Oum Qais, au nord d'Amman
  • «Sa Majesté, le roi Hussein, est monté sur le trône en 1952, la même année que ma chère mère, la reine», a signalé Charles dans un discours au Jordan Museum

AMMAN: Le prince Charles de Grande-Bretagne a rendu hommage mercredi à Amman à l’amitié entre sa mère, la reine Elizabeth II, et le défunt roi Hussein de Jordanie, tous deux monarques de longue date.

«Je ressens cette amitié de la manière la plus personnelle qui soit, car la Jordanie a toujours fait partie de ma vie», a confié Charles dans un discours au Jordan Museum.

«Sa Majesté, le roi Hussein, est monté sur le trône en 1952, la même année que ma chère mère, la reine», a-t-il signalé.

«Les deux monarques se soutiendraient mutuellement au cours des décennies à venir.»

Le roi Hussein est décédé en 1999, devenant ainsi le chef d'État exécutif au pouvoir le plus longtemps au monde.

La visite en Jordanie du prince héritier du trône a commencé un jour après que la reine Elizabeth, 95 ans, a manqué dimanche à Londres un service annuel à la mémoire des soldats tombés au combat «pour s’être fait une entorse au dos».

Cependant, Elizabeth, le monarque britannique au règne depuis le plus longtemps, a fait mercredi sa première apparition publique depuis près d'un mois, en donnant une réception au château de Windsor, à l'ouest de Londres.

Le prince Charles, accompagné de son épouse Camilla, a rencontré mardi le roi de Jordanie Abdallah II, fils et successeur d'Hussein, au début d'une tournée en Jordanie et en Égypte.

Ils ont également visité mercredi le site archéologique gréco-romain d'Oum Qais, au nord d'Amman.

Le couple se rendra jeudi en Égypte, qui accueillera l'année prochaine le sommet des Nations unies sur le climat dans sa station balnéaire de Charm el-Cheikh.

Le prince Charles est le plus ancien membre de la famille royale à voyager à l'étranger. Il représente la reine, qui a cessé ses visites à l'étranger il y a quelques années à cause de son âge.

Il fait l’objet d’une attention particulière ces dernières semaines, en raison des inquiétudes liées à la santé de la reine Elizabeth II.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Naufrage d'un bateau de migrants au large de la Tunisie : Six morts et 30 personnes portées disparues

Des migrants secourus au large de Lampedusa, le mardi 25 janvier 2022. (AP)
Des migrants secourus au large de Lampedusa, le mardi 25 janvier 2022. (AP)
Short Url
  • Les 34 survivants ont affirmé aux sauveteurs que le bateau transportait 70 personnes et qu'ils se dirigeaient vers l'Italie
  • Près de 60 000 personnes sont arrivées en Italie par la mer en 2021, et environ 1 200 sont mortes ou ont été portées disparues lors de leur traversée, selon le HCR

TUNIS: Au moins six Africains tentant de migrer vers l'Europe sont morts et une trentaine d'autres sont portés disparus en mer Méditerranée, après le naufrage de leur bateau jeudi au large des côtes tunisiennes, selon le ministère tunisien de la Défense.

Les forces navales et les garde-côtes tunisiens ont récupéré les corps, secouru 34 survivants, et recherchent les personnes portées disparues, a indiqué le ministère dans un communiqué. Les survivants ont dit aux sauveteurs que le bateau transportait 70 personnes et qu'ils se dirigeaient vers l'Italie, a indiqué le ministère.

Le bateau, qui était parti de la Libye voisine, a coulé à environ 40 kilomètres (24 miles) au large de la ville tunisienne de Zarzis, près de la frontière libyenne, a-t-il ajouté.

Parmi les survivants figurent des personnes originaires d'Égypte, du Soudan et de Côte d'Ivoire, selon Mongi Slim, directeur du Croissant-Rouge tunisien.

Il s’agit du dernier naufrage de bateaux de migrants parmi tant d’autres dans la région. La route de la Méditerranée centrale, qui relie l'Afrique du Nord au sud de l'Italie, est la voie migratoire la plus fréquentée et la plus meurtrière pour rejoindre l'Europe. Les migrants voyagent depuis la Libye et la Tunisie dans des bateaux bondés, à la merci des passeurs qu'ils paient pour leur faire traverser la mer.

Près de 60 000 personnes sont arrivées en Italie par la mer l'année dernière, et environ 1 200 sont mortes ou ont été portées disparues au cours de leur voyage, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Le ministère tunisien de la Défense a déclaré que les autorités étaient parvenues à arrêter huit voyages migratoires en bateau ces dernières 48 heures, au large de la ville de Sfax, et que 130 personnes originaires de Tunisie et d'Afrique subsaharienne avaient été arrêtées.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: arrestation d'une femme planifiant un attentat

La franco-tunisienne Umm Yussef, 21 ans, alors qu'elle se dirige vers les Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les Kurdes après avoir quitté Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, au nord de la Syrie, le 22 février 2019.(AFP)
La franco-tunisienne Umm Yussef, 21 ans, alors qu'elle se dirige vers les Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les Kurdes après avoir quitté Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, au nord de la Syrie, le 22 février 2019.(AFP)
Short Url
  • Agée de 22 ans, cette jihadiste présumée, de nationalité tunisienne, a été arrêtée le 10 janvier à l'aéroport de Tunis-Carthage à son arrivée en provenance de Turquie
  • Lors de son interrogatoire, elle a affirmé avoir quitté la Tunisie à l'été  2020 pour la Turquie avant de se rendre en Syrie en 2021

TUNIS : Le ministère tunisien de l'Intérieur a annoncé vendredi avoir déjoué une opération "terroriste" après l'arrestation d'une jeune femme, de retour de Syrie, qui projetait de se faire exploser dans une zone touristique en Tunisie.

Agée de 22 ans, cette jihadiste présumée, de nationalité tunisienne, a été arrêtée le 10 janvier à l'aéroport de Tunis-Carthage à son arrivée en provenance de Turquie, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Lors de son interrogatoire, elle a affirmé avoir quitté la Tunisie à l'été  2020 pour la Turquie avant de se rendre en Syrie en 2021 où elle a rejoint une "organisation terroriste au sein de laquelle elle s'est préparée à mener un attentat suicide", selon la même source.

L'enquête a aussi révélé l'implication dans ce projet d'attentat d’un autre "élément terroriste" de nationalité tunisienne qui devait fournir une ceinture explosive à la jihadiste présumée, a précisé encore le ministère.

L'homme se trouve déjà en détention pour son implication présumée "dans la préparation d'opérations terroristes qui devaient viser fin 2021 des hauts responsables de l'Etat", selon le communiqué.

Après la chute de la dictature de Ben Ali en 2011, la Tunisie a été frappée par plusieurs attaques menées par des groupes jihadistes qui ont coûté la vie à des dizaines de soldats et de policiers, mais aussi à de nombreux civils et touristes étrangers.

En 2018, la capitale tunisienne a été secouée par un attentat perpétré par une femme kamikaze visant des policiers.


Bahaa, le fils de Rafic Hariri, déterminé à «poursuivre le parcours» de son père

Bahaa Hariri, fils de feu le Premier ministre libanais Rafic Hariri. Fichier/Sawa Li Lubnan)
Bahaa Hariri, fils de feu le Premier ministre libanais Rafic Hariri. Fichier/Sawa Li Lubnan)
Short Url
  • Bahaa Hariri a déclaré dans un discours enregistré qu'il «entrerait dans la bataille pour reprendre» le pays et qu'il se rendrait bientôt au Liban
  • Son frère Saad, trois fois Premier ministre, s'est retiré de la politique libanaise au début de la semaine

BEYROUTH : Bahaa Hariri, frère de Saad Hariri, l’un des chefs de file de la communauté sunnite libanaise et dirigeant du courant du Futur, a déclaré vendredi qu'il poursuivrait le parcours de son père, le Premier ministre décédé Rafic Hariri.

Bahaa a déclaré dans un discours enregistré qu'il «entrerait dans la bataille pour reprendre» le pays et qu'il se rendrait bientôt au Liban.

Son frère Saad, trois fois Premier ministre, s'est retiré de la politique libanaise au début de la  semaine, ouvrant une nouvelle phase dans la politique confessionnelle du Liban.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com