Pakistan: à Lahore, on ne tombe pas malade de Covid, mais de la pollution de l'air

Les gens font la navette le long d'une rue dans des conditions de smog intense à Lahore, le 18 novembre 2021. (Photo, AFP)
Les gens font la navette le long d'une rue dans des conditions de smog intense à Lahore, le 18 novembre 2021. (Photo, AFP)
Les gens font la navette le long d'une rue dans des conditions de smog intense à Lahore, le 18 novembre 2021. (Photo, AFP)
Les gens font la navette le long d'une rue dans des conditions de smog intense à Lahore, le 18 novembre 2021. (Photo, AFP)
110 / 5000 Translation results Les commerçants se rassemblent au marché aux fruits tôt le matin dans des conditions de smog à Lahore, le 8 novembre 2021. (Photo, AFP)
110 / 5000 Translation results Les commerçants se rassemblent au marché aux fruits tôt le matin dans des conditions de smog à Lahore, le 8 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 18 novembre 2021

Pakistan: à Lahore, on ne tombe pas malade de Covid, mais de la pollution de l'air

Les gens font la navette le long d'une rue dans des conditions de smog intense à Lahore, le 18 novembre 2021. (Photo, AFP)
Les gens font la navette le long d'une rue dans des conditions de smog intense à Lahore, le 18 novembre 2021. (Photo, AFP)
110 / 5000 Translation results Les commerçants se rassemblent au marché aux fruits tôt le matin dans des conditions de smog à Lahore, le 8 novembre 2021. (Photo, AFP)
  • Avec ses plus de 11 millions d'habitants, la deuxième plus grande ville du Pakistan, située dans l'Est près de la frontière avec l'Inde, est fréquemment classée parmi celles ayant l'air le plus pollué au monde
  • La population pakistanaise a commencé à prendre conscience de la situation

LAHORE: Des habitants aux yeux rougis qui toussent continuellement, l'odeur insidieuse de la fumée, des voitures qui allument leurs phares en plein milieu de la journée pour se repérer: le smog a une nouvelle fois enveloppé la ville pakistanaise de Lahore, au grand désespoir de la population.  

Avec ses plus de 11 millions d'habitants, la deuxième plus grande ville du Pakistan, située dans l'Est près de la frontière avec l'Inde, est fréquemment classée parmi celles ayant l'air le plus pollué au monde.  

C'est encore le cas depuis quelques jours. Comme ces dernières années, à pareille époque, le smog atteint des niveaux préoccupants au Pakistan, et notamment à Lahore et dans sa province du Pendjab.  

Comme en Inde voisine, la chute des températures accompagnée de vents faibles plaque au sol la pollution, issue de brûlis agricoles et d'émissions industrielles ou automobiles, générant problèmes respiratoires et cardiaques.  

Syed Hasnain vient tout juste de faire admettre son fils de quatre ans à l'hôpital Mayo de Lahore.  

« Il toussait, ne parvenait pas à respirer convenablement et avait une forte fièvre. Nous pensions que peut-être il avait attrapé le coronavirus (...) mais les docteurs nous ont dit qu'il avait une pneumonie causée par le smog », raconte-t-il.  

« C'est très inquiétant », reconnaît-il. « Je savais que le smog pouvait être mauvais pour la santé, mais je ne pensais pas que ce serait mauvais au point que mon fils doive être hospitalisé. J'ai une fille plus âgée, qui a sept ans, et je m'inquiète pour sa santé également. »  

'Un problème même en classe'  

Mercredi matin, Lahore a momentanément été classée la ville avec la pollution atmosphérique la plus élevée au monde par le réseau spécialisé AirVisual.  

Le taux de particules fines PM2,5, les plus dangereuses, y était de 348 microgrammes par mètre cube d'air(μg/m3), soit 23 fois le niveau recommandé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).  

M. Hasnain n'est pas le seul à s'inquiéter pour la santé des enfants. Dans les écoles de la ville aussi, on observe de près les effets de la pollution de l'air.  

« La pollution est un problème même en classe. Nous voyons des enfants avec des yeux rouges et irrités, d'autres toussent en permanence », relève Nadia Sarwar, enseignante dans une école publique.  

En Inde, les autorités de la capitale New Delhi ont fermé les écoles jusqu'à la fin du mois à cause de la pollution atmosphérique.  

Mme Sarwar ne pense toutefois pas que ce soit la solution. Les enfants ont déjà manqué les cours pendant trop longtemps à cause du coronavirus et cela reviendrait à « les punir pour un problème qu'ils n'ont pas causé ».  

Pour les adultes aussi, cette période qui dure généralement trois ou quatre mois, est difficile. Rana Bibi, 39 ans et mère de trois enfants, utilise son dupatta, le long foulard traditionnel, comme masque en attendant le pousse-pousse qui la ramènera chez elle.  

'Rien ne se passe'  

« La fumée me fait mal aux yeux et à la gorge. C'est pour ça que je me couvre le visage comme ça. D'abord, ils nous ont fait faire ça pour le corona(virus), mais maintenant je le fais moi-même », dit cette femme de ménage.  

« Quand je rentre chez moi, je sens toujours la fumée: mes vêtements, mes cheveux, mes mains sont sales. Mais que faire? Je ne peux pas juste rester assise chez moi. Il faut faire avec. »  

D'après Air Visual, le Pakistan était en 2020 le deuxième pays au monde pour sa pollution atmosphérique - derrière le Bangladesh mais devant l'Inde - et Lahore la 18e ville à l'air le plus vicié.  

La population pakistanaise a commencé à prendre conscience de la situation. Des purificateurs à bas coût ont été fabriqués, diverses initiatives menées et des actions en justice contre l'administration lancées.   

Mais les autorités ont tardé à réagir, accusant l'Inde de provoquer le smog ou contestant les chiffres de la pollution.  

« Chaque année, on lit aux infos que Lahore est la ville la plus polluée ou avec le pire smog au monde. (Mais) rien ne se passe. Personne ne s'en préoccupe », s'indigne Saira Aslam, qui travaille pour une entreprise du secteur technologique.  

Elle ne masque pas sa colère. « Le gouvernement s'en est sorti l'an passé parce qu'on était tous à la maison à cause du confinement. Mais ils ne peuvent pas continuer à faire comme si tout allait bien ». 


Fortnum & Mason cherche à étendre ses activités au Qatar à temps pour la Coupe du monde

Fortnum & Mason, une boutique haut de gamme de Piccadilly qui compte parmi ses clients la reine Elizabeth II et le prince Charles, souhaite s'implanter au Qatar. (Shutterstock)
Fortnum & Mason, une boutique haut de gamme de Piccadilly qui compte parmi ses clients la reine Elizabeth II et le prince Charles, souhaite s'implanter au Qatar. (Shutterstock)
Short Url
  • Le magasin de trois-cent-quinze ans compte la reine Elizabeth et le prince Charles parmi ses clients
  • L’entreprise espère que l'expansion au Qatar avant la Coupe du monde en novembre augmentera la visibilité de la marque à l’international

LONDRES: L'un des grands magasins les plus appréciés de Londres est en pourparlers pour ouvrir une succursale au Qatar avant la Coupe du monde de football cet hiver, selon un rapport de Sky News

Fortnum & Mason, un magasin haut de gamme de Piccadilly, qui compte la reine Elizabeth II et le prince Charles parmi ses clients, discuterait d'une opportunité de franchise avec des partenaires dans ce pays. 

Le directeur général de la société, Tom Athron, souhaite poursuivre l'expansion de la marque qui avait eu lieu sous la direction son prédécesseur, Ewan Venters, et qui comprenait un premier point de vente dans le Golfe, à Dubaï, lequel a fermé en 2017. 

Le magasin vieux de trois-cent-quinze ans, qui appartient à une branche de la famille Weston, possède déjà un magasin à Hong Kong et des partenariats en Australie et au Japon. 

«Dans le cadre de notre stratégie, nous examinons les opportunités d'expansion à la fois en ligne et à l'international, la région du Golfe étant un marché que nous aimerions reconsidérer», a indiqué un porte-parole de Fortnum & Mason. 

Fortnum a été durement touché au début de la pandémie de la Covid-19, mais ses ventes en ligne ont depuis connu une forte croissance. L’entreprise espère que l'expansion au Qatar avant la Coupe du monde en novembre augmentera la visibilité de la marque à l’international.  

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


France: baisse record en 2021 du chômage, effaçant la crise du Covid

Logo de l'organisme public Pôle emploi dans la ville de Flamanville, le 18 janvier 2022. (Photo, AFP)
Logo de l'organisme public Pôle emploi dans la ville de Flamanville, le 18 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a enregistré une nette baisse de 5,9% au quatrième trimestre
  • «2021 a été une année exceptionnelle pour l'emploi», a commenté sur Twitter la ministre française du Travail, Elisabeth Borne

PARIS: Le nombre de chômeurs a atteint au quatrième trimestre son plus bas niveau en France depuis près de dix ans, clôturant l'année 2021 par une baisse record qui a plus qu'effacé la hausse provoquée par la pandémie de Covid en 2020. 

Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a enregistré une nette baisse de 5,9% au quatrième trimestre, soit 208 500 inscrits en moins par rapport au trimestre précédent, pour atteindre 3,336 millions fin 2021, selon les chiffres publiés mercredi par l'organisme public Pôle emploi. 

Sur un an, la baisse atteint 12,6%, soit 479 600 chômeurs en moins. Cette diminution record fait plus qu'effacer la hausse spectaculaire de 7,5% de 2020 due à la Covid. Le nombre de chômeurs atteint fin 2021 son plus bas niveau depuis le troisième trimestre 2012. 

En incluant l'activité réduite, le nombre de demandeurs d'emploi est en baisse au quatrième trimestre de 3,6% et s'établit à 5,659 millions, selon la Direction des statistiques (Dares) du ministère du Travail. Sur un an, la baisse est de 5,8%. 

« 2021 a été une année exceptionnelle pour l'emploi », a commenté sur Twitter la ministre française du Travail, Elisabeth Borne.  

La baisse a été surtout marquée au deuxième semestre, grâce aux créations d'emplois record intervenues après les réouvertures en juin dans les services (hébergement-restauration, services culturels...) à la sortie du troisième confinement. 

« 2021 a été une année atypique, très marquée par la crise sanitaire et par une reprise économique forte, plus forte qu'estimée », a résumé le directeur général de Pôle Emploi Jean Bassères. 

Fin 2021, les offres d'emplois déposées chez l'opérateur public ont ainsi progressé de 28% par rapport à fin 2019, dernière année « normale » avant l'épidémie de Covid.  

L'an passé, le chômage des jeunes, une des faiblesses françaises, a reculé de 17,8%, soit 87 400 inscrits en moins. 

Sur le front du chômage longue durée, autre point noir dans l’Hexagone, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits depuis un an ou plus diminue aussi, mais plus modestement de 4,1% au 4e trimestre (-6,2% sur un an) à 2,805 millions. Ils représentent encore 49,6% du total des demandeurs d'emploi. 


Mini propose de convertir ses modèles historiques à l'électrique

Un modèle de voiture électrique Mini Cooper SE est exposé sur le stand du constructeur automobile allemand BMW sur la place Max-Joseph-Platz à Munich, dans le sud de l'Allemagne, le 9 septembre 2021, lors du salon international de l'automobile (IAA). (Photo, AFP)
Un modèle de voiture électrique Mini Cooper SE est exposé sur le stand du constructeur automobile allemand BMW sur la place Max-Joseph-Platz à Munich, dans le sud de l'Allemagne, le 9 septembre 2021, lors du salon international de l'automobile (IAA). (Photo, AFP)
Short Url
  • Après avoir présenté un concept électrique en 2018, le constructeur a mis en place une offre officielle de retrofit dans son usine d'Oxford (Royaume-Uni) appelée « Mini Recharged» et présentée mardi dans un communiqué
  • Le montant de la conversion n'a pas été communiqué, mais il faut compter une dizaine de milliers d'euros au minimum pour le retrofit d'une Mini ou d'une Citroën 2CV par un professionnel

PARIS : La marque britannique Mini a annoncé qu'elle allait proposer aux propriétaires de son petit modèle historique, produit entre 1959 et 2000, de les convertir à l'électrique, un service dit de "retrofit", payant.

Après avoir présenté un concept électrique en 2018, le constructeur a mis en place une offre officielle de retrofit dans son usine d'Oxford (Royaume-Uni) appelée "Mini Recharged" et présentée mardi dans un communiqué.

L'équipe du constructeur remplace le moteur thermique par un électrique, adapte quelques éléments techniques et modifie le compteur central classique des Mini, qui indique désormais le niveau de batterie à la place de la pression de l'huile.

Mais "seules des modifications réversibles sont apportées", précise le constructeur, et le moteur d'origine est stocké "pour pouvoir être réutilisé en cas de transformation inverse". 

La nouvelle motorisation promet une autonomie de 160 kilomètres et le 0 à 100 kilomètres/heure en 9 secondes, soit bien plus vite que les Minis historiques.

Le montant de la conversion n'a pas été communiqué, mais il faut compter une dizaine de milliers d'euros au minimum pour le retrofit d'une Mini ou d'une Citroën 2CV par un professionnel. 

Le retrofit est vu comme une option alternative à l'achat d'une voiture électrique neuve par plusieurs petites sociétés qui essaient de le développer. Mais le coût de la conversion, qui atteint souvent le prix d'une petite voiture, fait q'elle est  réservée pour l'instant à des véhicules lourds ou de collection. Aucun constructeur n'avait encore proposé de programme officiel de retrofit.

La cote de cette petite bombe, peu encombrante, très connue et assez répandue, ne cesse de monter, et certains exemplaires dépassent les 30 000 euros. 

Du côté des voitures neuves, le constructeur britannique, racheté par BMW en 1994, a lancé son premier modèle électrique sur le marché en 2019 et compte devenir 100% électrique en 2030.