Deux Iraniens inculpés pour ingérence dans la présidentielle américaine

Les deux Iraniens se faisait passer pour des membres du groupe d'extrême droite Proud Boys (photo), ils auraient diffusé sur Facebook ainsi que dans des courriels aux responsables républicains et aux médias de faux messages accompagnés d'une vidéo sur de prétendues fraudes électorales. (Photo, AFP)
Les deux Iraniens se faisait passer pour des membres du groupe d'extrême droite Proud Boys (photo), ils auraient diffusé sur Facebook ainsi que dans des courriels aux responsables républicains et aux médias de faux messages accompagnés d'une vidéo sur de prétendues fraudes électorales. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 19 novembre 2021

Deux Iraniens inculpés pour ingérence dans la présidentielle américaine

  • Les pirates informatiques auraient obtenu des informations confidentielles sur environ 100000 électeurs dans un Etat américain
  • Les hackeurs «se sont engagés dans une campagne ciblée pour saper la confiance dans le système électoral et semer la discorde» dans la population

WASHINGTON : Deux Iraniens ont été inculpés jeudi aux Etats-Unis pour avoir organisé une opération de désinformation et tenté d'influencer l'élection présidentielle américaine de novembre 2020, a annoncé le ministère de la Justice.

Mohammad Hossein Moussa Kazemi, 24 ans, et Sajjad Kashian, 27 ans, "se sont engagés dans une campagne ciblée et coordonnée pour saper la confiance dans le système électoral américain et semer la discorde" dans la population, a affirmé dans un communiqué Matthew Olsen, procureur adjoint chargé de la Sécurité nationale au sein du ministère.

La campagne a débuté en septembre et a duré jusqu'au lendemain de l'élection du 3 novembre, selon l'acte d'accusation.

Les pirates informatiques auraient ainsi obtenu des informations confidentielles sur environ 100000 électeurs dans un Etat américain.

En se faisant passer pour des membres du groupe d'extrême droite Proud Boys, ils auraient diffusé sur Facebook ainsi que dans des courriels aux responsables républicains et aux médias de faux messages accompagnés d'une vidéo sur de prétendues fraudes électorales.

Ils auraient organisé une campagne d'intimidation visant des dizaines de milliers d'électeurs, toujours sous l'identité des Proud Boys, et auraient créé de faux bulletins de vote par correspondance en utilisant les informations électorales volées.

Enfin, au lendemain du scrutin, les deux pirates auraient tenté de s'introduire dans le système informatique d'un média américain, qui n'est pas identifié, dans le but de poursuivre leur campagne de désinformation.

Mohammad Hossein Moussa Kazemi encourt 26 ans de prison et Sajjad Kashian 11 ans.

En mars, un rapport de la Direction nationale du renseignement avait affirmé que l'Iran avait organisé une campagne clandestine d'influence en vue d'affaiblir les chances de réélection du président Donald Trump, finalement battu par son adversaire démocrate Joe Biden.

Basés en Iran et présentés comme des "pirates expérimentés", Mohammad Hossein Moussa Kazemi et Sajjad Kashian travaillaient pour la société de cybersécurité iranienne Eeleyanet Gostar, devenue depuis Emennet Pasargad. Selon les autorités américaines, elle aurait travaillé pour différents organes gouvernementaux, dont le Conseil des gardiens de la Constitution.

En parallèle de ces poursuites judiciaires, les Etats-Unis ont imposé des sanctions contre Emennet Pasargad, Mohammad Hossein Kazemi et Sajjad Kashian, ainsi que quatre responsables de la société.

Emennet Pasargad, aussi connue sous le nom Net Peygard Samavat, a été sanctionnée par les Etats-Unis en 2019 pour sa collaboration avec les Gardiens de la révolution iraniens, l'armée idéologique du régime considérée comme une organisation terroriste par Washington.


Brésil: fin de campagne à pied et à moto pour Lula et Bolsonaro

Des partisans de l'ancien président brésilien et candidat à la présidence du Parti des travailleurs (PT) de gauche, Luiz Inacio Lula da Silva, assistent à un rassemblement de campagne à la veille de l'élection présidentielle, à Sao Paulo, au Brésil, le 1er octobre 2022. (AFP).
Des partisans de l'ancien président brésilien et candidat à la présidence du Parti des travailleurs (PT) de gauche, Luiz Inacio Lula da Silva, assistent à un rassemblement de campagne à la veille de l'élection présidentielle, à Sao Paulo, au Brésil, le 1er octobre 2022. (AFP).
Short Url
  • Quelque milliers de personnes étaient rassemblées sur l'avenue Paulista, artère emblématique de la mégalopole, pour manifester leur soutien au rythme des tambours envers Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010), qui devance Bolsonaro dans les sondages
  • A environ 5 km de là, pratiquement au même moment, M. Bolsonaro a pris la tête d'un cortège à moto le menant au Parc Ibirapuera, poumon vert de Sao Paulo, en veste en cuir noire et sans casque

SAO PAOLO : L'ex-président de gauche Lula et le chef de l'Etat sortant d'extrême droite Jair Bolsonaro, favoris de la présidentielle de dimanche au Brésil, misent samedi sur des démonstrations de force à Sao Paulo, la plus grande ville du pays, pour le dernier jour d'une campagne ultra-polarisée.

Quelque milliers de personnes étaient rassemblées sur l'avenue Paulista, artère emblématique de la mégalopole, pour manifester leur soutien au rythme des tambours envers Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010), qui devance Bolsonaro dans les sondages et vise même une victoire dès le premier tour.

"Lula doit revenir pour en finir avec ce qui se passe dans le pays. Nous nous battons depuis longtemps pour une société beaucoup plus juste, plus fraternelle, et Bolsonaro a tout gâché", dit à l'AFP Anderson Momesso, 52 ans, venu soutenir le candidat du Parti des travailleurs (PT) vêtu d'un maillot de foot rouge, comme la couleur de la famille politique de Lula.

A environ 5 km de là, pratiquement au même moment, M. Bolsonaro a pris la tête d'un cortège à moto le menant au Parc Ibirapuera, poumon vert de Sao Paulo, en veste en cuir noire et sans casque.

Le long de la route, clôturée par des barrières métalliques, le président d'extrême droite a été acclamé par des partisans vêtus de t-shirts jaunes et verts et portant des drapeaux du Brésil, tandis que des voitures klaxonnaient.

"Lula, voleur, ta place est en prison!", criaient les bolsonaristes.

L'ancien parachutiste a sillonné de nombreuses villes du pays en deux-roues avec ses partisans, y compris à Guaranhuns, dans le Pernambouc (nord-est), où Lula a grandi avant de partir à Sao Paulo avec sa famille pour fuir la faim.

La campagne électorale à la radio et télévision a pris fin ce jeudi à minuit, mais les meetings et la distribution de tracts sont autorisés jusqu'à samedi soir, veille du scrutin.

Fin de campagne tendue

Cette campagne s'est déroulée dans des conditions très particulières, pour des raisons de sécurité: les candidats portent un gilet pare-balle et des barrières de sécurité sont placées lors des meetings pour empêcher la foule de s'approcher trop près de la scène.

Ces dernières heures de campagne "seront très tendues, tout le monde observera les moindres détails qui pourraient faire pencher la balance dans un sens ou dans l'autre", déclare à l'AFP Jairo Nicolau, politologue à la Fondation Getulio Vargas.

Le tout dernier sondage de l'institut de référence Datafolha est attendu en fin de journée samedi.

Jeudi soir, cet institut donnait Lula encore largement en tête des intentions de vote, maintenant 14 points d'avance sur Bolsonaro (48% contre 34%).

Pour obtenir un troisième mandat dès dimanche, l'ex-président doit obtenir au moins 50% des votes exprimés (sans les nuls ni les blancs).

Dans le sondage de jeudi, il était justement crédité de 50% de ces votes dits "valides", la marge d'erreur du sondage (+ ou - 2 points de pourcentage) laissant planer l'incertitude sur la tenue d'un second tour le 30 octobre.

Orban soutient Bolsonaro

Mais la passation de pouvoir pourrait s'avérer "plus difficile" en cas de victoire du candidat de gauche, avec de longues semaines jusqu'à l'investiture, le 1er janvier.

Lula a admis vendredi en conférence de presse craindre des "troubles" durant cette transition.

Jair Bolsonaro a donné de nombreux signes qu'il pourrait ne pas reconnaître les résultats en cas de défaite, invoquant notamment des risques de "fraude" sans apporter de preuve.

La semaine dernière, le chef de l'Etat avait affirmé qu'il serait "anormal" qu'il n'obtienne pas au moins 60% des voix au premier tour.

Viktor Orban, premier ministre de la Hongrie, a apporté son soutien à M. Bolsonaro. "J'ai rencontré beaucoup de dirigeants mais pas beaucoup d'aussi exceptionnels comme votre président Bolsonaro", dit Orban dans une vidéo diffusée samedi matin sur le compte Twitter du président brésilien.

"Votons tous en paix, sécurité et harmonie, avec respect, liberté, conscience et responsabilité. Ensemble, tous les Brésiliens dans la grande célébration de la Démocratie", a enjoint pour sa part le président du Tribunal supérieur électoral, Alexandre de Moraes sur son compte Twitter.


L’Union européenne dénonce le nouveau coup de force au Burkina

Les Djihadistes ont multiplié les attaques meurtrières dans le nord et l'est, où des villes sont désormais soumises à un blocus. Deux convois de ravitaillement ont été attaqués en septembre, avec à chaque fois un bilan lourd. (Photo, AFP)
Les Djihadistes ont multiplié les attaques meurtrières dans le nord et l'est, où des villes sont désormais soumises à un blocus. Deux convois de ravitaillement ont été attaqués en septembre, avec à chaque fois un bilan lourd. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le coup de force « met en danger les efforts engagés depuis plusieurs mois, notamment de la part de la Cédéao, afin d’encadrer la Transition», a déploré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell
  • Le Burkina Faso, un des pays pauvres du Sahel, a connu vendredi son second coup d'Etat en huit mois, mené pour renverser le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, arrivé au pouvoir par un putsch fin janvier

BRUXELLES : L'Union européenne a dénoncé samedi le nouveau coup de force au Burkina Faso et la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire dans le pays.

Le coup de force "met en danger les efforts engagés depuis plusieurs mois, notamment de la part de la Cédéao, afin d’encadrer la Transition", a déploré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell dans un communiqué.

"L’Union européenne en appelle au respect des engagements pris, qui ont été à la base de l’accord trouvé avec la Cédéao le 3 juillet dernier, afin d’accompagner le Burkina Faso vers un retour à l’ordre constitutionnel au plus tard le 1er juillet 2024", a-t-il insisté.

"L’Union européenne déplore aussi la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire dans le pays, et reste aux côtés du peuple burkinabè dans ces moments difficiles", a-t-il ajouté.

Le Burkina Faso, un des pays pauvres du Sahel, a connu vendredi son second coup d'Etat en huit mois, mené pour renverser le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, arrivé au pouvoir par un putsch fin janvier. Le nouvel homme fort est un jeune capitaine de 34 ans, Ibrahim Traoré, chef de l'unité des forces spéciales antijihadistes "Cobra" dans la région de Kaya (nord).

Les Djihadistes ont multiplié les attaques meurtrières dans le nord et l'est, où des villes sont désormais soumises à un blocus. Deux convois de ravitaillement ont été attaqués en septembre, avec à chaque fois un bilan lourd.


Un essai nucléaire de Pyongyang recevrait une «réponse», prévient l'armée américaine

La vice-présidente américaine Kamala Harris (R) utilise une paire de jumelles alors qu'elle est informée par un membre de l'armée à un poste d'opération militaire lors de sa visite de la zone démilitarisée (DMZ) séparant la Corée du Nord et la Corée du Sud, à Panmunjom, le 29 septembre 2022. (AFP).
La vice-présidente américaine Kamala Harris (R) utilise une paire de jumelles alors qu'elle est informée par un membre de l'armée à un poste d'opération militaire lors de sa visite de la zone démilitarisée (DMZ) séparant la Corée du Nord et la Corée du Sud, à Panmunjom, le 29 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • La Corée du Nord a procédé à quatre tests de missiles balistiques en une semaine, et se prépare vraisemblablement à conduire un essai nucléaire après le prochain congrès du Parti communiste chinois qui débute le 16 octobre
  • «Je pense que la possibilité d'un test est plus probable une ou deux semaines après le congrès», a précisé ce responsable ayant requis l'anonymat

HONOLULU : Un essai nucléaire de la Corée du Nord, qui apparait probable dans les prochaines semaines, "changerait la donne" dans la région et recevrait une "réponse" des Etats-Unis, ont indiqué vendredi à Honolulu plusieurs hauts responsables du commandement américain pour l'Asie-Pacifique.

La Corée du Nord a procédé à quatre tests de missiles balistiques en une semaine, et se prépare vraisemblablement à conduire un essai nucléaire après le prochain congrès du Parti communiste chinois qui débute le 16 octobre, a indiqué à quelques journalistes un responsable du commandement Indo-Pacifique (IndoPacom).

"Je pense que la possibilité d'un test est plus probable une ou deux semaines après le congrès", a précisé ce responsable ayant requis l'anonymat.

Son estimation rejoint celle des services de renseignement sud-coréens, pour lesquels cet essai nucléaire, qui serait le premier depuis 2017, pourrait avoir lieu entre le 16 octobre et les élections de mi-mandat aux Etats-Unis le 7 novembre.

Tout en soulignant qu'aucun lien n'a été établi entre les récents tests balistiques de Pyongyang et la possibilité d'un test nucléaire, le chef de la flotte américaine dans la région, l'amiral Sam Paparo, a reconnu que ce serait "un sujet d'inquiétude très profonde".

"Ce serait très inquiétant, il y aurait une réponse", a-t-il ajouté.

"Cette réponse se ferait en consultation étroite avec notre allié sud-coréen et serait conforme à notre doctrine de dissuasion intégrée: elle incorporerait tous les instruments de pouvoir des Etats-Unis", diplomatique, militaire et économique, a-t-il ajouté.

Vision «inhabituelle»

Pour le chef des forces aériennes dans la région, le général Ken Wilsbach, l'idée que la Corée du Nord dispose d'une arme nucléaire est d'autant plus inquiétante que, contrairement à d'autres puissances nucléaires, le régime de Pyongyang ne considère pas ce genre d'armement comme un outil de dissuasion destiné à ne jamais être utilisé.

"Ils ont menacé d'utiliser ces armes contre leurs voisins et même les Etats-Unis. Et c'est inhabituel", a-t-il remarqué. "Les autres pays qui ont ces armes ne parlent pas comme ça et cela devrait inquiéter tout le monde".

Un essai nucléaire nord-coréen "changerait indubitablement la donne" dans la région, a ajouté le général Wilsbach. "Ce serait une source d'inquiétude pour de nombreux pays. Je pense que ça inquièterait même la Chine et la Russie".

Sous le coup de sanctions internationales pour ses programmes d'armement, la Corée du Nord a adopté début septembre une nouvelle doctrine proclamant qu'elle ne renoncerait jamais à l'arme nucléaire.

Le régime nord-coréen a testé des bombes atomiques à six reprises depuis 2006. Le dernier essai nucléaire en date, et le plus puissant, est survenu en 2017, d'une puissance estimée à 250 kilotonnes. Pyongyang a évoqué une bombe à hydrogène.

Des images satellites ont montré ces derniers mois des signes d'activité dans un tunnel du site d'essais nucléaires de Punggye-ri.

Pyongyang avait assuré avoir démoli ce site en 2018 avant un sommet historique entre Kim Jong Un et le président américain de l'époque Donald Trump, début d'une brève phase de dialogue.

Face à la rhétorique guerrière de Pyongyang, les Etats-Unis et la Corée du Sud ont repris leurs exercices conjoints, suspendus depuis 2018 en raison du Covid-19 et d'un réchauffement diplomatique, désormais terminé, entre Séoul et Pyongyang.

La vice-présidente américaine Kamala Harris s'est rendue cette semaine à Séoul et a visité la zone démilitarisée (DMZ) entre les deux Corée, lors d'un voyage visant à souligner l'engagement "inébranlable" de Washington à défendre la Corée du Sud contre le Nord.

Washington est le principal allié de Séoul en matière de sécurité, avec environ 28 500 de ses soldats stationnés en Corée du Sud.