Le Caire annonce son projet de transformer le Nil en voie de navigation internationale

Une vue aérienne de la banlieue de Maadi et de sa partie surplombant le Nil au sud du Caire. (Dossier/AFP)
Une vue aérienne de la banlieue de Maadi et de sa partie surplombant le Nil au sud du Caire. (Dossier/AFP)
Short Url
Publié le Lundi 22 novembre 2021

Le Caire annonce son projet de transformer le Nil en voie de navigation internationale

Une vue aérienne de la banlieue de Maadi et de sa partie surplombant le Nil au sud du Caire. (Dossier/AFP)
  • Les deux parties ont également discuté des répercussions de la crise du Grand Ethiopian Renaissance Dam
  • Abdel-Aty a passé en revue le projet d'un couloir de navigation entre le lac Victoria et la Méditerranée

LE CAIRE : Le ministre égyptien de l'Irrigation Mohamed Abdel-Aty a présenté aux représentants de Washington des plans pour un projet de détournement du Nil en voie de navigation pour les pays du bassin fluvial. 

Lors d'une réunion au Caire, les deux parties ont également discuté des répercussions de la crise du Grand Ethiopian Renaissance Dam. 

Ont pris part à la réunion Matthew Parks, un expert de l'eau au sein du gouvernement américain, Nicole Shampaine, chef de mission adjoint des États-Unis au Caire, et des représentants de l'ambassade des États-Unis au Caire. 

Au cours de la réunion, Abdel-Aty a passé en revue le projet d'un couloir de navigation entre le lac Victoria et la Méditerranée qui transformerait le Nil en une voie de navigation reliant les pays du bassin du Nil. Il n'a pas précisé la date de son lancement ni les pays participants. 

Le projet comprend une autoroute, une voie ferrée et d'autres liaisons pour contribuer au développement des pays du bassin du Nil. 

Selon un communiqué égyptien, « l'expert américain et l'ambassadeur adjoint ont exprimé leur intérêt pour ce projet et ont déclaré qu'il s'agit de l'un des projets régionaux les plus importants et qu'il améliorera les conditions économiques et sociales de tous les pays participants ». 

Les 11 pays du bassin du Nil sont : l'Érythrée, l'Ouganda, l'Éthiopie, le Soudan, le Soudan du Sud, la République démocratique du Congo, le Burundi, la Tanzanie, le Rwanda, le Kenya et l'Égypte. 

Abdel-Aty précise que la pénurie d'eau et le changement climatique rendent la gestion de l'eau plus difficile en Égypte, soulignant que les travailleurs du secteur agricole en seront touchés, ce qui causera des problèmes sociaux et déstabilisera la région. 

Le ministre déclare que l'Égypte fait preuve d'une grande flexibilité dans les négociations sur le barrage Renaissance que l'Éthiopie est en train de construire et que la partie éthiopienne suggère qu'elle est obligée de le remplir pour construire et dans le but de produire de l'électricité, ce qui est contraire à la vérité. 

Il souligne : « L'Éthiopie fait délibérément de fausses déclarations et gère le barrage de manière unilatérale, ce qui nuit aux deux pays. » 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


L’Europe peu mobilisée sur la condition des migrants en Libye, selon le chef d’une ONG

Après avoir été interceptés au large de la mer Méditerranée par les gardes-côtes libyens, les migrants sont détenus à Gasr Garabulli, au nord-ouest de la Libye, le 23 mai 2022. (Photo AP)
Après avoir été interceptés au large de la mer Méditerranée par les gardes-côtes libyens, les migrants sont détenus à Gasr Garabulli, au nord-ouest de la Libye, le 23 mai 2022. (Photo AP)
Short Url
  • Federico Soda, chef de la mission de l’OIM, affirme que les efforts déployés sont trop faibles pour avoir une incidence sur «le cadre de détention arbitraire et les conditions déplorables» du pays
  • Un rapport publié récemment par l’OIM révèle qu’un nombre record de trente-deux mille quatre cent vingt-cinq personnes ont été renvoyées en Libye après avoir tenté de se rendre en Europe l’année dernière

LONDRES: L’Europe se mobilise très peu pour se préoccuper du sort de milliers de migrants qui sont, pour la plupart, détenus arbitrairement et dans des «conditions déplorables» en Libye, déclare le chef d’une organisation non gouvernementale (ONG) internationale.
Federico Soda, chef de la mission de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) des nations unies en Libye, affirme que les efforts déployés sont trop faibles pour avoir une incidence sur «le cadre de détention arbitraire et les conditions déplorables» du pays pour les migrants.
«La plupart des États membres gardent le silence sur ces questions», précise-t-il aux journalistes à Bruxelles. «Sur de nombreux sujets concernant la Libye, l’OIM est la seule voix. C’est problématique. Ce qui me préoccupe par-dessus tout, c’est cette forme de complaisance.»
Il décrit l’attitude qui prévaut en Europe ainsi: «Le problème ne se passe pas chez nous, alors gardons-le éloigné.»
M. Soda soutient que la communauté internationale devrait «condamner» plus fermement ce qui se passe et réclamer «l’adoption de lois et d’enquêtes» sur la situation en Libye.
Un rapport publié récemment par l’OIM révèle qu’un nombre record de trente-deux mille quatre cent vingt-cinq personnes ont été renvoyées en Libye après avoir tenté de se rendre en Europe l’année dernière.
La majorité d’entre elles ont été interceptées ou sauvées dans de petites embarcations souvent dangereuses dans lesquelles elles voyagent pour traverser la mer Méditerranée.
Federico Soda affirme que le problème concerne la société dans son ensemble. De nombreux groupes sont coupables d’avoir permis à la crise de perdurer.
«Il ne s’agit pas que des représentants élus. L’ensemble de la communauté a une part de responsabilité, car lorsque les sociétés deviennent aussi polarisées que nous le sommes sur les questions de migration, je pense que nous devrions tous nous regarder dans le miroir et nous mettre à la place de ces gens», conclut-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Entrée interdite à La Mecque sans permis pour les expatriés

Short Url
  • Le général de brigade Sami al-Shuwairekh, porte-parole de la sécurité publique, déclare que cette mesure est conforme au règlement du pèlerinage du Hajj pour cette année
  • Le Royaume déploie par ailleurs d’importants efforts pour améliorer les services logistiques pendant le Hajj dans le but de proposer une saison de pèlerinage réussie

LA MECQUE: La Direction générale de la sécurité publique a exigé que les expatriés qui souhaitaient entrer à La Mecque pour le Hajj obtiennent un permis des autorités à partir de jeudi.
Pour que les expatriés aient la possibilité d’entrer dans la Ville Sainte, l'un des documents suivants est requis: un permis d'entrée pour travailler dans les Lieux saints délivré par l'autorité compétente, une autorisation de résidence (iqama) délivrée par La Mecque, un permis d’Omra ou de Hajj.
Le général de brigade Sami al-Shuwairekh, porte-parole de la sécurité publique, déclare que cette mesure est conforme au règlement du pèlerinage du Hajj pour cette année.
«Selon ces instructions, seuls les expatriés qui obtiennent un permis d'entrée à La Mecque seront autorisés à entrer dans la Ville sainte à partir de jeudi. Ils peuvent obtenir les permis auprès des autorités compétentes. L’ensemble des véhicules et des résidents qui ne présenteront pas les documents requis seront refoulés», souligne-t-il.
Ahmed Saleh al-Halabi, spécialiste des services du Hajj et de l’Omra, a déclaré à Arab News que ces changements sont le résultat d'années de surveillance des entrées dans les Lieux saints. Des mesures pratiques permettent d'organiser en toute sécurité l'entrée des résidents à La Mecque, précise-t-il.
«Ce dispositif est mis en place afin d'éradiquer toute forme d'infiltration des Lieux saints, notamment en ce qui concerne les résidents qui ne détiennent pas de permis, qui sont en vacances et se rendent à La Mecque pour travailler ou qui restent chez leurs parents et leurs amis et s'infiltrent ensuite dans les Lieux saints pour accomplir le pèlerinage. Ils dorment alors sur les trottoirs, ce qui a des conséquences déplorables sur l'environnement et la propreté publique», explique-t-il.
Le Dr Othman Qazzaz, chef du département de recherche et d'études sur les médias à l'Institut de recherche sur le Hajj et l’Omra du Gardien des deux Saintes Mosquées, fait savoir à Arab News que le Royaume déploie par ailleurs d’importants efforts pour améliorer les services logistiques pendant le Hajj dans le but de proposer une saison de pèlerinage réussie.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les jeunes sous le feu des projecteurs au pavillon Misk du Forum économique mondial

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, visite le pavillon Misk à Davos. (Ksamofa)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, visite le pavillon Misk à Davos. (Ksamofa)
Short Url
  • Au cours de la semaine, le pavillon a accueilli l’inauguration d’un conseil de la jeunesse ainsi que l’annonce de la 2e édition de son Index mondial de la jeunesse
  • Pour le PDG de Misk, le Dr Badr al-Badr, il était important de relayer la voix et les sentiments des jeunes au cours du Forum économique mondial

DAVOS: La jeunesse saoudienne occupait le devant de la scène lors du Forum économique mondial cette semaine au pavillon de la fondation Mohammed ben Salmane (Misk) à Davos.
Le lieu, qui porte le nom de «Youth Majlis», a accueilli plusieurs tables rondes au cours desquelles des ministres saoudiens, des décideurs politiques mondiaux et des leaders de la jeunesse ont discuté des moyens de favoriser l’autonomisation des jeunes non seulement en Arabie saoudite, mais aussi dans le monde. Ils ont également débattu de la manière dont la jeune génération pouvait trouver des solutions aux problèmes mondiaux à l’avenir.

misk
Le ministre saoudien de l’Économie et de la Planification, Faisal al-Ibrahim, au pavillon Misk à Davos. (Ksamofa)

Au cours de la semaine, le pavillon a accueilli l’inauguration d’un conseil de la jeunesse ainsi que l’annonce de la 2e édition de son Index mondial de la jeunesse. Cette dernière initiative a été lancée par la Misk; son objectif est de découvrir la manière dont les jeunes identifient les possibilités futures les plus importantes pour eux dans trente pays.
L’Index mondial de la jeunesse, lancé pour la première fois en 2018, recense des indicateurs sur les facteurs, les politiques et les institutions qui stimulent le développement des jeunes.

misk
Le ministre saoudien des Finances, Mohammed al-Jadaan, au pavillon Misk à Davos. (Ksamofa)

Les résultats de la 2 édition de l’Index mondial de la jeunesse, diffusés au moyen d’un écran numérique interactif au sein du pavillon, mettent en évidence quatre domaines clés d’amélioration pour les trente pays étudiés et pour le monde dans son ensemble.
Il convient de mettre en place de meilleures stratégies numériques nationales, une formation professionnelle et un soutien à la santé plus efficaces, notamment en ce qui concerne les problèmes de santé mentale. Par ailleurs, il est nécessaire de déployer davantage d’efforts pour lutter contre les inégalités sociales.

misk
Des discussions se tiennent au pavillon Misk à Davos. (Ksamofa)

Pour le PDG de Misk, le Dr Badr al-Badr, il était important de relayer la voix et les sentiments des jeunes au cours d’un événement tel que le Forum économique mondial.
«Le Youth Majlis est l’une des rares plates-formes axées sur les jeunes à Davos. Il illustre une vision cruciale lors de la réunion annuelle», déclare-t-il.

misk
Le pavillon Misk à Davos. (Photo fournie)

«Les tables rondes ont réuni des leaders d’opinion et des conférenciers de divers secteurs. Ces derniers ont établi des dialogues constructifs qui visaient à proposer des solutions centrées sur les jeunes afin de relever les plus grands défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui.»
«Le 2e Index mondial de la jeunesse a été lancé au Youth Majlis avec une activation numérique unique. Il met en vedette les pays du G20 ainsi que dix autres nations.»
Il ajoute: «Les données et les attitudes recueillies par le rapport de l’Index mondial de la jeunesse offrent un ensemble unique d’informations aux décideurs et aux responsables. Elles montrent ce que les jeunes pensent des problèmes qui les intéressent le plus.»

misk
Le ministre saoudien de l’Énergie, Khaled al-Faleh, au pavillon Misk à Davos. (Photo fournie)

Des responsables du gouvernement saoudien, dont le ministre des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et le ministre de l’Économie et de la Planification, Faisal al-Ibrahim, ont visité le pavillon. M. Al-Ibrahim a déclaré, lors d’une table ronde, qu’il partagerait les résultats de l’Index mondial de la jeunesse avec les ministères au sein du gouvernement saoudien.
Tout comme l’Autorité saoudienne du tourisme, le pavillon Misk a également cherché à présenter des éléments de la culture saoudienne aux personnalités commerciales et politiques et aux décideurs politiques participant au Forum économique mondial tout en insistant sur les progrès réalisés au Royaume dans le cadre de ses plans de réforme Vision 2030.

misk
Le ministre saoudien des Finances, Mohammed al-Jadaan, au pavillon Misk à Davos. (Photo fournie)

«Je pense qu’il est très intéressant de voir à quel point le développement des jeunes est important pour un pays comme le royaume d’Arabie saoudite, qui est peut-être perçu comme une société plus traditionnelle», affirme Manuel Pedreira, un consultant financier brésilien qui a visité le pavillon.
Une autre participante, Laryssa Tsarnovska, d’Ukraine, indique que, en dépit du conflit qui fait rage dans son propre pays, les conclusions de l’Index mondial de la jeunesse lui donnent l’espoir que les jeunes du monde pourront jouer un rôle pour dessiner la trame des évolutions futures.
«Nous avons certainement besoin de voir les jeunes plus impliqués dans les prises de décision. Ce qui se passe dans mon pays montre ce qui peut arriver si les populations adoptent une attitude complaisante; je salue donc les conclusions de ce rapport», confie-t-elle.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com