En appel, l'ex-Premier ministre Fillon défend la présence locale «essentielle» de son épouse

François Fillon à son arrivée au tribunal le 15 novembre dernier. (AFP).
François Fillon à son arrivée au tribunal le 15 novembre dernier. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 22 novembre 2021

En appel, l'ex-Premier ministre Fillon défend la présence locale «essentielle» de son épouse

  • Aujourd'hui retraité, l'ex-chef de gouvernement, 67 ans, ne s'est pas encore exprimé en longueur depuis le début du procès en appel
  • Il est rejugé jusqu'au 30 novembre aux côtés de sa femme et de son ancien suppléant pour des soupçons d'emplois "fictifs ou surévalués" de Penelope Fillon comme assistante parlementaire entre 1998 et 2013, rémunérés au total 612.000 euros nets

PARIS: A son procès en appel à Paris pour des soupçons d'emplois fictifs de son épouse, l'ancien Premier ministre français François Fillon a défendu lundi le caractère "essentiel" des missions exercées par sa femme dans l'ouest de la France, tentant de rebattre les cartes après une condamnation en première instance.


Aujourd'hui retraité, l'ex-ministre et sénateur de droite est rejugé jusqu'au 30 novembre aux côtés de sa femme et de son ancien suppléant pour des soupçons d'emplois "fictifs ou surévalués" de Penelope Fillon comme assistante parlementaire entre 1998 et 2013, rémunérés au total 612 000 euros nets, notamment.


Le 29 juin 2020, l'ancien locataire de Matignon, 67 ans, avait été condamné à cinq ans d'emprisonnement dont deux ferme et 375 000 euros d'amende. Son épouse s'était vu infliger trois ans de prison avec sursis et 375 000 euros d'amende, son suppléant Marc Joulaud trois ans avec sursis et 20 000 euros d'amende avec sursis.


Celui qui a été chef de gouvernement sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a répondu pendant plus de cinq heures aux questions de la cour, d'une voix calme où perçait parfois l’agacement. L'atmosphère est bien moins électrique mais sur le fond, sa défense n'a pas changé depuis le procès de première instance.


"Le rôle principal que j'avais confié à mon épouse, c'est d'être présente sur le terrain", de "créer ce lien personnel, ce lien de confiance" avec les habitants, répète lundi François Fillon. "C'est un travail permanent de maillage de la circonscription (...) qui, exercé pendant une longue période, est irremplaçable."


Le remplacer aux repas des anciens, recevoir des habitants chez eux, trier le courrier et y détecter des "revendications" ou des "broncas"... Autant d'activités que réalisait Mme Fillon, qui peuvent sembler éloignées des enjeux nationaux mais sont "indispensables" car "ça vous donne votre légitimité" auprès des électeurs, a fait valoir son époux.


"Penelope apportait sa connaissance des situations personnelles, individuelles", a soutenu M. Fillon, qui a aussi assuré qu'elle relisait "tous (ses) discours importants". "Combien de fois elle m'a fait modifier un point de vue parce qu'il était trop technocratique, trop éloigné des réalités, trop pessimiste ?"

«Pratique généralisée»
Le président de la cour relève que très peu de personnes savaient qu'elle était son assistante parlementaire et souligne au détour d'une question la "forte tonalité immatérielle" de cette "collaboration", dont très peu de traces ont été retrouvées.


Penelope Fillon mettait en avant son statut d'épouse, "c'était mieux", répond le prévenu. Le conjoint d'élu "incarne la présence du parlementaire sur le terrain, que n'incarne pas un autre collaborateur" - nombre de députés ont d'ailleurs embauché leur conjoint "pendant 40 ans", soutient-il.


En 2002, François Fillon est nommé au gouvernement et sa femme est alors embauchée par son suppléant, Marc Joulaud. "Transférer l'équipe de collaborateurs au suppléant" était une "pratique généralisée", assure-t-il. 


Sa rémunération augmente pour atteindre 5 300 euros bruts ? C'est ce qu'elle "méritait" mais qu'il ne pouvait pas verser lui, à cause des règles des emplois familiaux, dit le prévenu. "Penelope était la plus diplômée de mes collaborateurs, et de loin, et le travail qu'elle a fourni était pour moi le plus essentiel."

«Pas orthodoxe»
S'il a embauché deux de ses enfants comme collaborateurs entre 2005 et 2007, lorsqu'il était sénateur, c'était pour travailler à "l'élaboration du programme" du parti de droite UMP pour la présidentielle. Rien ne l'interdisait alors, dit l'ancien candidat à l'élection de 2017.


"C'est quand même une constante chez vous - n'y voyez pas une familiarité déplacée - mais on laisse assez peu de traces de ses ouvrages...", glisse le président de la cour, alors qu'aucun document n'établissant le travail de son fils n'a pu être retrouvé, et seulement sur une partie de la période concernée pour sa fille.


Oui, il a demandé au milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, dont il était proche, une activité pour Penelope Fillon "qui lui soit propre" en 2012: son emploi à la Revue des deux mondes, qui n'avait rien de fictif, assure-t-il.


Au même moment, il a aussi réembauché sa femme comme assistante dans la Sarthe (Ouest) alors qu'il était député de Paris, une pratique "pas orthodoxe", observe l'accusation. Dans cette période "de réflexion, d'hésitation" sur son avenir politique, l'une des options est "de revenir" dans son fief, justifie-t-il, tandis que son avocat souligne les nombreux courriers que les Sarthois continuent à lui envoyer, même s'il n'est plus leur député.


Dans ce dossier, "il y a cette espèce d'idée préconçue, ce préjugé, qu'une femme de député, ça fait le boulot d'une femme de député. Non ! Elle faisait un travail de collaboratrice".


UE: Zemmour reproche à Macron de vouloir «imposer les valeurs du progressisme»

Le candidat à la présidentielle Eric Zemmour lors de son déplacement à Calais, le 19 janvier 2022. (Photo, AFP)
Le candidat à la présidentielle Eric Zemmour lors de son déplacement à Calais, le 19 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Il n'a pas le droit et la Commission de Bruxelles n'a pas le droit d'imposer les valeurs du progressisme occidental contemporain à des pays comme la Pologne et la Hongrie qui le refusent», a estimé le candidat d'extrême droite
  • Emmanuel Macron a plaidé pour l'intégration du droit à l'avortement et de la protection de l'environnement dans la Charte des droits fondamentaux de l'UE

CALAIS: Eric Zemmour a accusé Emmanuel Macron et la Commission européenne de vouloir « imposer les valeurs du progressisme occidental » à des pays comme la Pologne et la Hongrie, mercredi lors d'un déplacement à Calais, qu'il présente comme le symbole de « l'immigration folle ». 

« Il n'a pas le droit et la Commission de Bruxelles n'a pas le droit d'imposer les valeurs du progressisme occidental contemporain à des pays comme la Pologne et la Hongrie qui le refusent », a estimé le candidat d'extrême droite à la présidentielle. 

Un peu plus tôt, devant le Parlement européen, où il présentait les priorités de la présidence française du Conseil de l'Union européenne, Emmanuel Macron a plaidé pour l'intégration du droit à l'avortement et de la protection de l'environnement dans la Charte des droits fondamentaux de l'UE. 

Pour lui répondre, Eric Zemmour a choisi de se rendre sur le site de l'ancienne « jungle » de Calais, le plus grand bidonville de France qui avait accueilli jusqu'à 10 000 migrants avant son démantèlement en 2016. 

Calais, c'est « le symbole évidemment du traité de Schengen qui ne fonctionne pas, d'une immigration folle qui détruit tout sur son passage » et « d'une Europe qui a complètement renoncé à se protéger des invasions migratoires », a estimé le candidat, perché en plein vent en surplomb de l'ancienne « jungle » sur une batterie d'artillerie en béton, bâtie par les Allemands pendant la Seconde guerre mondiale. 

Il a reproché à Emmanuel Macron un « discours d'abdication d'un homme qui fait mine de diriger un pays qu'il trouve trop petit pour ses ambitions. (...) Contrairement à ce que croit Emmanuel Macron, l'Europe n'est pas un nation ».  

Le président de la République a fait « l'éloge (...) de l'Etat de droit, il oublie et il ne veut pas voir que l'Etat de droit est devenu aujourd'hui le paravent du gouvernement des juges » qui veulent « nous imposer leur vision idéologique », a ajouté M. Zemmour. 

Au loin, une poignée de militants antifascistes ont crié au mégaphone « Zemmour, on ne veut pas de toi ici, repris de justice », alors que le candidat a fait appel lundi d'une nouvelle condamnation pour provocation à la haine pour des propos de 2020 sur les mineurs isolés. 

Le député ex LREM Aurélien Taché, soutien de Yannick Jadot à la présidentielle, a aussi brièvement interpellé Eric Zemmour, pour contester sa vision de l'immigration.  


Nice: une interpellation tourne mal, un homme tué par un policier

Une vue de la ville de Nice. (AFP).
Une vue de la ville de Nice. (AFP).
Short Url
  • Un homme d'une vingtaine d'années a été tué par un policier mercredi au cœur de Nice au cours de son interpellation
  • Une série d'interpellations avait été organisée ce mercredi matin, dans le cadre d'une information judiciaire ouverte après le décès d'un homme de 24 ans dans la nuit du 24 au 25 décembre dans le quartier niçois de Las Planas

NICE: Un homme d'une vingtaine d'années a été tué par un commandant de police mercredi au cœur de Nice, au cours d'une opération d'interpellation planifiée dans le cadre de l'enquête sur la mort d'un jeune homme à Noël dans une cité de la ville. 

Une série d'interpellations avait été organisée ce mercredi matin, dans le cadre de l'information judiciaire ouverte après le décès d'un homme de 24 ans dans la nuit du 24 au 25 décembre dans le quartier niçois de Las Planas. 

"Une de ces interpellations s'est mal passée", a expliqué le procureur de la République de Nice, Xavier Bonhomme, dans un point presse improvisé sur place, rue la Buffa, au cœur de la cité azuréenne. 

"Un policier, pour des circonstances à ce stade ignorées, a fait usage de son arme de dotation, en tirant sur une personne et en la touchant semble-t-il au cou. Elle est décédée 45 minutes plus tard", a précisé le procureur à l'AFP. 

"Pour le moment, nous n'avons pas retrouvé d'arme qui aurait pu être en possession de la victime", a souligné le procureur, en précisant que le policier, membre de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de la police judiciaire de Nice, un commandant de police "expérimenté", a insisté le magistrat, "a été placé en garde à vue pour homicide volontaire" et que l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) de Nice a été saisie du dossier. 

La victime, née en 1999, est décédée vers 12h30, a indiqué le procureur, précisant n'avoir "pas d'éléments sur ses antécédents judiciaires". 

L'intervention des policiers s'est déroulée dans une rue du centre de Nice, à environ 500 m de la Promenade des Anglais. Selon un témoin interrogé sur place par l'AFP, un seul coup de feu aurait été tiré.  

"Plusieurs personnes étaient visées par cette opération ce matin sous l'autorité d'un magistrat instructeur, c'était calé pour avoir lieu dans le centre de Nice", a encore indiqué le procureur à l'AFP. 

Quant les policiers sont intervenus, en fin de matinée, "plusieurs interpellations se sont semble-t-il bien déroulées, car nous avons plusieurs gardes à vue en cours dans le cadre du dossier initial", a ajouté M. Bonhomme. 

Le corps de la victime a été retrouvé à proximité d'une voiture "qui semble faussement plaquée, donc certainement volée et qui appartiendrait à l'équipe visée par l'opération initiale", a encore déclaré le procureur. 

Cette série d'interpellations s'inscrivait dans le cadre de l'information judiciaire ouverte pour assassinat en bande organisée suite à l'homicide d'un jeune homme de 24 ans prénommé Ermelindo, mort d'une balle dans la poitrine dans la nuit du 24 au 25 décembre, dans le quartier de Las Planas, dans le nord de la ville.  

Une marche blanche avait été organisée en sa mémoire le 2 janvier, réunissant plusieurs centaines de personnes et remontant jusqu'au lieu du drame dans la cité. 

Dans ce dossier, une source policière avait émis l'hypothèse d’un conflit avec des jeunes d’un autre quartier sensible de Nice. 

Opération de Police en cours, 7 rue de la BUFFA à Nice.
Restriction de circulation, éviter le secteur. pic.twitter.com/KVJ0tb0ZHg

— Police Nationale 06 (@PoliceNat06) January 19, 2022

 


Affaire des sondages de l'Elysée: décision vendredi pour Guéant et quatre ex-proches de Sarkozy

L'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant arrive pour son procès au palais de justice de Paris, le 18 octobre 2021. (Photo, AFP)
L'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant arrive pour son procès au palais de justice de Paris, le 18 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'ancien ministre de l'Intérieur, qui vient d'avoir 77 ans, pourrait cependant quitter la prison de la Santé avant le jugement
  • Sa demande de remise en liberté doit être examinée mercredi par une juge d'application des peines, selon son avocat

PARIS : Des soupçons de favoritisme et de détournement d'argent public à l'Elysée: le tribunal se prononce vendredi sur le sort de cinq anciens conseillers et collaborateurs de Nicolas Sarkozy, dont l'ex-secrétaire général Claude Guéant, incarcéré depuis plus d'un mois en exécution d'une précédente condamnation.

L'ancien ministre de l'Intérieur, qui vient d'avoir 77 ans, pourrait cependant quitter la prison de la Santé avant le jugement: sa demande de remise en liberté doit être examinée mercredi par une juge d'application des peines, selon son avocat.

Claude Guéant a été écroué le 13 décembre, la cour d'appel de Paris ayant estimé qu'il ne payait pas dans les temps les sommes auxquelles il a été définitivement condamné en 2019 dans un autre dossier, celui des primes en liquide du ministère de l'Intérieur.

L'ex-bras droit de Nicolas Sarkozy a "totalement payé" sa dette "depuis un mois" via des prêts consentis par ses proches et sa "situation de santé (ne) peut que se dégrader, au regard de la triple pathologie" dont il souffre, a fait valoir son conseil Me Philippe Bouchez El Ghozi.

Avant de l'envoyer en prison, ce passé judiciaire a entraîné une réouverture, rarissime, des débats, plus de trois semaines après la fin du procès dit des sondages de l'Elysée. Ce jour-là, le parquet national financier (PNF) a en outre alourdi ses réquisitions contre lui.

Claude Guéant ne "respecte pas les décisions de justice" et a un comportement "indigne" de sa carrière de grand commis de l'Etat, a tancé le 3 décembre le procureur, demandant non plus six mois mais un an d'emprisonnement ferme, ainsi que 10 000 euros d'amende, pour favoritisme et détournement de fonds publics par négligence.

Le témoin Sarkozy

Lors du procès en octobre et novembre, la 32e chambre correctionnelle s'est penchée sur des millions d'euros de conseil politique et de sondages, facturés à l'Elysée entre 2007 et 2012 par les sociétés de Patrick Buisson et Pierre Giacometti, ainsi que par l'institut Ipsos, ouvrant une fenêtre sur le fonctionnement du "Château" sous Sarkozy.

Couvert par son immunité présidentielle, l'ancien chef de l'Etat a été sommé, dans une décision inédite, de comparaître comme témoin à ce procès: lors d'une audience le 2 novembre aussi brève que tendue, il a refusé de répondre aux questions du président Benjamin Blanchet au nom de la séparation des pouvoirs.

Pour le PNF, les dépenses litigieuses ont fait l'objet de favoritisme, car attribuées sans publicité ni appel d'offres - à hauteur de 2,7 millions pour Patrick Buisson, 2,1 million pour Pierre Giacometti et 1,5 million pour Ipsos.

Deux contrats signés par les sociétés de l'historien venu de l'extrême droite représentent en outre pour l'accusation un détournement de fonds publics: rémunéré 10 000 euros par mois pour du conseil, il pouvait aussi livrer des sondages à sa libre appréciation.

Entre 2007 et 2009, le PNF en a comptés 235, achetés puis revendus avec des marges de 65 à 71%, pour un bénéfice d'1,4 million d'euros.

Une «fable» pour la défense

Contre l'ancien influent inspirateur du président, poursuivi en outre pour recel de favoritisme et abus de biens sociaux, le ministère public a requis deux ans d'emprisonnement dont un an ferme et 100 000 euros d'amende, ainsi qu'une amende de 550 000 euros contre ses entreprises Publifact et Publi-Opinion.

Pour l'ex-sondeur Pierre Giacometti, le ministère public a demandé six mois d'emprisonnement avec sursis et 70 000 euros d'amende ainsi que 250 000 euros d'amende pour son entreprise No Com. Une sanction de 500 000 euros a en outre été réclamée contre Ipsos.

Le PNF a été plus clément dans ses réquisitions avec celle qui était alors directrice de cabinet de l'Elysée, Emmanuelle Mignon (10 000 euros d'amende), comme avec l'ex-conseiller technique "opinion" Julien Vaulpré (5 000 euros d'amende).

En réplique, la défense a harponné la "fable" de l'accusation, plaidant la relaxe générale en arguant qu'en 2007, le code des marchés publics ne s'appliquait pas à l'Elysée, au nom d'une "coutume" épargnant les finances de la présidence.

C'est justement sous le quinquennat Sarkozy que seront passés les premiers appels d'offres de la présidence sous la Ve République, ont souligné les avocats, dénonçant une volonté d'appliquer le droit de façon "rétroactive" et de sanctionner ceux qui ont "mis de l'ordre".

La défense de Patrick Buisson a aussi contesté la caractère "léonin" de ses contrats, assurant que les "marges" correspondaient à d'autres prestations, en partie "secrètes", pour le président.