L'Europe et l’Afrique du Nord face à une pollution plastique catastrophique en Méditerranée

Les pays où le tourisme occupe une place importante, comme la France, l’Italie, la Grèce et Chypre, unissent leurs efforts pour lutter contre le problème. (AFP)
Les pays où le tourisme occupe une place importante, comme la France, l’Italie, la Grèce et Chypre, unissent leurs efforts pour lutter contre le problème. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 22 novembre 2021

L'Europe et l’Afrique du Nord face à une pollution plastique catastrophique en Méditerranée

  • Pour les 21 pays qui se partagent les 28 000 kilomètres de littoral méditerranéen, le problème des déchets plastiques est de plus en plus grave
  • L’Égypte se dirige rapidement vers ce que l’ONU définit comme une pénurie d’eau absolue, quand l’approvisionnement annuel en eau pour chaque personne devient inférieur à 500 m3

LONDRES: Aux yeux de millions de personnes à travers le monde, la Méditerranée représente une destination de vacances idéale: de jolis villages au bord de l’eau, une cuisine des plus exquises, de belles plages et, surtout, des eaux d’un bleu limpide. Si ces paysages sont dignes d’une carte postale, la mer Méditerranée, elle, est en proie à une crise environnementale causée par l’homme.

En septembre, lors du Congrès mondial de la nature, organisé par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à Marseille, la crise du plastique en Méditerranée était inscrite noir sur blanc à l’ordre du jour. Des représentants de pays où le tourisme occupe une place importante, comme la France, l’Italie, la Grèce et Chypre, ont uni leurs voix pour dénoncer le niveau de pollution plastique et mettre en lumière leurs propres efforts en vue de lutter contre le problème.

Selon un rapport publié l’année dernière par l’UICN, le volume total de déchets plastiques – trouvés principalement sous les vagues – en Méditerranée s’élèverait à 3,5 millions de tonnes, avec 150 000 à 610 000 tonnes supplémentaires se frayant un chemin jusqu’à la mer chaque année.

Pour les 21 pays qui se partagent les 28 000 kilomètres de littoral méditerranéen, le demi-milliard de personnes qui vivent le long des 1 693 bassins versants qui l’alimentent et les 340 millions de touristes qui visitent ces pays chaque année, ce problème est de plus en plus grave.

mediterranee
La mer Méditerranée est en proie à une crise environnementale causée par l’homme. (AFP)

Cependant, parmi tous ces pays, un seul a été désigné comme la principale source du problème. Les doigts accusateurs sont pointés vers l’Égypte qui, selon l’UICN, rejette plus de plastique dans la mer que tout autre pays. Ce taux est d’ailleurs deux fois plus élevé que celui du deuxième pays le plus polluant.

Selon le rapport, baptisé «La Méditerranée: Mare Plasticum» – «la mer de plastique» en latin – cette région est «largement considérée comme l’un des environnements les plus menacés au monde» et elle «est soumise à une catastrophe d’origine humaine désormais omniprésente: la pollution plastique».

Le pays le plus polluant, rapporte l’UICN, est l’Égypte, responsable chaque année de la «fuite» de plus de 74 000 tonnes de macroplastiques – des morceaux d’un diamètre supérieur à 5 mm – puis l’Italie (34 000 tonnes) et la Turquie (24 000 tonnes).

Ensemble, ces trois pays les plus polluants sont responsables de plus de 50 % des 216 269 tonnes de macroplastiques qui finissent dans la mer Méditerranée chaque année, en grande partie à cause de «déchets mal gérés».

En ce qui concerne les microplastiques – dont plus de 13 000 tonnes se retrouvent dans la mer – l’Égypte s’en tire légèrement mieux et se classe deuxième derrière l’Italie (3 000 tonnes par an) avec 1 200 tonnes. La poussière des pneumatiques représente plus de la moitié du total des microplastiques, suivie par les textiles (33 %) et les microbilles de plastique utilisées dans les cosmétiques (12 %).

Bien que les bouteilles et autres déchets plastiques soient omniprésents sur les plages méditerranéennes, la plupart des plastiques polluants se trouvent sous la surface, encrassant les sédiments et perturbant les cycles de vie de plusieurs espèces de poissons et de plantes aquatiques.

Les chiffres sont choquants: parmi les 100 principaux sites du bassin méditerranéen qui contribuent à la fuite annuelle de macroplastiques, pas moins de 75 se trouvent en Égypte. Cependant, on ne sait toujours pas à quel point l’Égypte est réellement responsable des torts qui lui sont imputés.

Après tout, le bassin versant du Nil, qui contribue à lui seul à 25 % des fuites totales de plastique dans la Méditerranée, est partagé par l’Égypte avec 10 autres pays en amont, tous ayant leur part de responsabilité dans la pollution du puissant système fluvial déversé dans la mer.

Marine Moulin, porte-parole de l’Union pour la Méditerranée – dont l’Égypte est membre et dont le secrétaire général, Nasser Kamel, est un ancien diplomate égyptien – déclare: «De nombreux littoraux ont été identifiés comme les endroits de la Méditerranée les plus pollués par le plastique, mais nous le savons tous, le plastique, une fois en mer, ne connaît plus de frontières.»

Un porte-parole de l’organisation non gouvernementale WWF insiste sur la «nécessité pour tous les pays de mettre en place des politiques solides pour réduire la consommation de plastique, assurer une collecte des déchets à 100 % et augmenter les systèmes de recyclage et de réutilisation, car la Méditerranée est un bassin à moitié fermé».

En outre, «les pays de l’Union européenne (UE) devraient aider les pays du sud de la Méditerranée à augmenter les investissements visant à renforcer les installations de collecte et de recyclage. Dans le même temps, les pays de l’UE devraient veiller à ce que les pays qui importent leurs déchets disposent des installations nécessaires pour gérer efficacement tous leurs déchets, tant internes qu’importés.»

mediterranee
Greenish a organisé un certain nombre d’opérations de nettoyage de plages pour éliminer les déchets plastiques. (Photo fournie).

«Il n’est guère réaliste», ajoute l’Union pour la Méditerranée, «de s’attendre à ce que l’Égypte règle seule le problème. Il existe de solides arguments pour que les États méditerranéens européens plus riches aident leurs pays voisins plus pauvres, compte tenu de l’importance des pertes en matière de tourisme.»

«Les gouvernements, le secteur privé, les institutions de recherche et les institutions financières doivent tous collaborer pour repenser les processus et les chaînes d’approvisionnement, investir dans l’innovation et adopter des modes de consommation durables, ainsi que des pratiques améliorées de gestion des déchets pour fermer le robinet de plastique.»

 

mediterranee
Pour les 21 pays qui se partagent les 28 000 kilomètres de littoral méditerranéen, le problème des déchets plastiques est de plus en plus grave. (AFP).

L’Égypte est très consciente du problème de la pollution plastique. L’année dernière, l’agence pour l’environnement du pays a déclaré que les Égyptiens utilisaient près de 12 milliards de sacs en plastique par an, causant de «graves problèmes» dans le Nil, la Méditerranée et la mer Rouge.

Greenish, une entreprise sociale qui organise des activités éducatives pour atteindre les objectifs de développement durable, a organisé un certain nombre d’opérations de nettoyage de plages pour éliminer les déchets plastiques. Le cofondateur, Shady Khalil, affirme que «les Égyptiens sont de plus en plus conscients du plastique que nous utilisons, ainsi que des déchets sur les plages et dans les stations balnéaires autour de l’Égypte».

Il précise toutefois que «la gestion des déchets en Égypte est un travail en cours». Lui aussi pense que «les pays du nord de la Méditerranée devraient aider financièrement l’Égypte et, surtout, faire pression sur les entreprises européennes, comme Nestlé et L’Oréal, pour les inciter à réduire l’utilisation de plastiques dans leurs produits».

«En nettoyant les plages, nous trouvons beaucoup de produits de ces entreprises, dans le Nil mais aussi en Méditerranée», indique M. Khalil. «Une grande partie des déchets plastiques en Égypte appartiennent à des entreprises d’un pays du nord», précise-t-il.

mediterranee
La Méditerranée est «largement considérée comme l’un des environnements les plus menacés au monde». (AFP).
​​​​​​

En avril 2019, le gouvernorat égyptien de la mer Rouge, qui abrite certaines des destinations touristiques les plus célèbres du pays, comme le centre de plongée de Hurghada, a annoncé qu’il interdisait l’utilisation d’objets en plastique à usage unique, comme les pailles, les sacs en plastique et les couverts.

Au cours d’un événement parallèle peu médiatisé lors du Congrès mondial de la nature le mois dernier, l’Égypte faisait partie des sept pays (avec la France, la Grèce, l’Algérie, le Maroc, l’Italie et Monaco) qui ont lancé une nouvelle initiative, baptisée «La Méditerranée: une mer exemplaire d’ici à 2030», pour «mettre fin à la surpêche, limiter la pollution plastique et développer un transport maritime durable d’ici à 2030».

Cependant, la crise du plastique n’est ni le seul problème environnemental de l’Égypte ni d’ailleurs le plus urgent. Les défis environnementaux auxquels le pays est confronté sont innombrables. Nombre d’entre eux exigent une action urgente et au moins un problème représente une véritable menace existentielle.

Pour les 21 pays qui se partagent les 28 000 kilomètres de littoral méditerranéen, le problème des déchets plastiques est de plus en plus grave. (AFP)

La pénurie d’eau chronique en Égypte figure en tête de liste. C’est un problème qui s’aggrave à mesure que les populations des dix pays qui se développent rapidement le long du Nil se multiplient et sollicitent de plus en plus le débit limité du fleuve.

L’Égypte se dirige rapidement vers ce que l’Organisation des nations unies (ONU) définit comme une pénurie d’eau absolue, quand l’approvisionnement annuel en eau pour chaque personne devient inférieur à 500 m3. Avec seulement 20 m3 d’eau provenant de ressources internes, la population égyptienne et l’importante industrie agricole dépendent totalement de l’eau douce du Nil. L’ONU affirme que le pays pourrait connaître une pénurie d’eau absolue d’ici à 2024.

L’érosion côtière et l’affaissement progressif du delta du Nil constituent d’autres problèmes étroitement liés aux demandes de plus en plus impossibles imposées au fleuve.

Le problème réside en partie dans la hausse du niveau de la Méditerranée, qui devrait s’accélérer avec les changements climatiques. Mais les scientifiques ont également découvert que le delta du Nil, qui n’est en moyenne qu’à un mètre au-dessus du niveau de la mer, s’affaisse lentement, en grande partie en raison de la réduction de la quantité de sédiments déposés dans le delta à cause du débit réduit du Nil.

D’autres défis environnementaux nécessitent l’attention du gouvernement. En août, le pays a été frappé par une vague de chaleur inhabituellement violente, que l’Autorité météorologique a attribuée au changement climatique. De plus, le pays continue de lutter contre la malédiction saisonnière des «nuages noirs», le smog annuel qui s’accumule au-dessus des villes égyptiennes entre septembre et novembre.

mediterranee
La plupart des plastiques polluants se trouvent sous la surface, encrassant les sédiments et perturbant les cycles de vie de plusieurs espèces de poissons et de plantes aquatiques. (AFP).

Une étude menée par le ministère de l’Environnement sur les causes de ce phénomène donne une idée des multiples enjeux auxquels le gouvernement doit faire face pour tenter d’atteindre ses objectifs climatiques. L’incinération des déchets agricoles représente 42 % du problème; les émissions des usines, 23 %; les gaz d’échappement des véhicules, 23 % et la combustion des déchets urbains, 12 %.

Le réchauffement climatique figure, bien entendu, en tête de liste pour tout le monde, mais les fonds demeurent largement insuffisants.

Lorsque les 42 pays membres de l’Union pour la Méditerranée se sont réunis pour discuter des questions environnementales et de l’action climatique au Caire le 5 octobre, l’accent a été mis sur l’échec des pays développés à tenir l’engagement qu’ils avaient pris en 2009 pour allouer 100 milliards de dollars (1 dollar = 0,89 euro) par an, jusqu’en 2020, en vue d’aider les pays en développement à faire face à la crise climatique.

Quoi qu’il en soit, lors de cette même réunion, la ministre égyptienne de l’Environnement s’est engagée, au nom de son gouvernement, à «écologiser» la moitié de ses programmes d’ici à 2024. C’est une tâche considérable, compte tenu du volume actuel des émissions de CO2 de l’Égypte et du niveau général de pollution.

En octobre, l’Égypte a fait part de son souhait d’accueillir la Conférence des nations unies sur les changements climatiques l’année prochaine à Charm el-Cheikh – une excellente nouvelle pour les hôtels et restaurants de la station balnéaire de la mer Rouge, durement touchés par la pandémie mondiale.

Toutefois, accueillir le principal événement mondial sur le changement climatique mettra en lumière les multiples défis environnementaux auxquels l’Égypte est confrontée. Alors que Le Caire intensifie ses efforts en la matière avant la COP27, l’espoir est que la crise de la pollution plastique qui se cache sous la surface de la Méditerranée se retrouve en tête du programme écologique du gouvernement.

 

Twitter: @JonathanGornall

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


« First Cat of the United States »:les Biden accueillent Willow à la Maison Blanche

Cette image non datée de la Maison Blanche montre le nouveau chat présidentiel "Willow". Les Bidens amoureux des chiens ont enfin rempli un engagement clé de la Maison Blanche : adopter un chat.(AFP)
Cette image non datée de la Maison Blanche montre le nouveau chat présidentiel "Willow". Les Bidens amoureux des chiens ont enfin rempli un engagement clé de la Maison Blanche : adopter un chat.(AFP)
Short Url
  • Le service de presse de la "First Lady", a expliqué que le désormais « First Cat » avait « fortement impressionné » Jill Biden en sautant sur l'estrade et en interrompant un discours qu'elle donnait en Pennsylvanie
  • La professeure d'université et le chat, venu d'une ferme, se sont immédiatement liés d'amitié

WASHINGTON : Elle a conquis le cœur de Jill Biden en interrompant un discours de campagne: la Première dame a annoncé vendredi l'arrivée de Willow, chatte de deux ans, auprès du couple présidentiel américain.

"Et voilà Willow": Jill Biden a tweeté quelques photos du félin, qui doit son nom à sa ville natale, Willow Grove, clichés accompagnés de deux petits cœurs roses.

L'on y voit Willow, pelage tigré dans les tons gris et blancs, longues moustaches et grands yeux verts, allongée sur un rebord de fenêtre ou explorant, le port altier, les couloirs de la Maison Blanche.

Le service de presse de la "First Lady", a expliqué que le désormais "First Cat" avait "fortement impressionné" Jill Biden en sautant sur l'estrade et en interrompant un discours qu'elle donnait en Pennsylvanie (nord-est), pendant la campagne de Joe Biden en 2020.

La professeure d'université et le chat, venu d'une ferme, se sont immédiatement liés d'amitié, avec la bénédiction du propriétaire de l'exploitation agricole en question, a précisé la Maison Blanche.

La chatte "prend ses marques à la Maison Blanche avec ses jouets favoris, des friandises, et un grand espace à renifler et à explorer", a indiqué le porte-parole de Jill Biden.

Pas un mot en revanche de l'accueil réservé au "First Cat" par le "First Dog", le jeune berger allemand Commander, qui s'ébat depuis quelques semaines sur les pelouses du 1600 Pennsylvania Avenue, à Washington.

Renouant avec une longue tradition présidentielle interrompue par les Trump, qui n'avaient pas d'animal de compagnie, les Biden ont toujours été accompagnés d'un chien à la Maison Blanche, et toujours un berger allemand.

Ils y sont arrivés avec Champ, qui est mort l'an dernier à un âge avancé, et Major, qui est depuis reparti à la campagne faute d'avoir pu s'acclimater, avant d'accueillir Commander.

 


Ukraine : Zelensky tempère, Poutine et Macron prônent la désescalade

Cette photo prise et publiée par le service de presse présidentiel ukrainien le 28 janvier 2022 montre le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprimant lors d'une conférence de presse avec des médias étrangers à Kiev.(AFP)
Cette photo prise et publiée par le service de presse présidentiel ukrainien le 28 janvier 2022 montre le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprimant lors d'une conférence de presse avec des médias étrangers à Kiev.(AFP)
Short Url
  • Plus de 100.000 soldats russes sont déployés aux frontières ukrainiennes depuis fin 2021, signe pour Washington qu'une invasion pourrait être imminente
  • La Russie dément tout projet d'invasion, mais s'estime menacée par l'expansion de l'Otan depuis 20 ans et par le soutien occidental à l'Ukraine

KIEV : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé vendredi les Occidentaux à ne pas semer la "panique" autour des tensions avec la Russie, accusée de préparer une invasion de l'Ukraine, tout en lui réclamant un geste prouvant qu’elle n’allait pas attaquer.

Ses déclarations sont intervenues à un moment où le président russe Vladimir Poutine et son homologue français Emmanuel Macron sont convenus, dans un entretien téléphonique, de la "nécessité d'une désescalade", selon la présidence française.

Plus de 100.000 soldats russes sont déployés aux frontières ukrainiennes depuis fin 2021, signe pour Washington qu'une invasion pourrait être imminente.

"La probabilité de l'attaque existe, elle n'a pas disparu et elle n'a pas été moins grave en 2021", mais "nous ne voyons pas d'escalade supérieure à celle qui existait" l'année dernière, a cependant déclaré vendredi M. Zelensky, au cours d'une conférence de presse.

"Nous n'avons pas besoin de cette panique", a-t-il souligné, tout en appelant la Russie à "faire des pas pour prouver" qu'elle ne va pas passer à l'attaque.

"Le plus grand risque pour l'Ukraine" actuellement, c'est "la déstabilisation de la situation à l'intérieur du pays", a-t-il estimé.

La Russie dément tout projet d'invasion, mais s'estime menacée par l'expansion de l'Otan depuis 20 ans et par le soutien occidental à l'Ukraine.

Elle a donc lié la désescalade à la fin de la politique d'élargissement de l'Alliance atlantique, notamment à l'Ukraine, et au retour des déploiements militaires occidentaux aux frontières de 1997.

Les Etats-Unis et l'Otan ont formellement rejeté mercredi ces demandes.

"Les réponses des Etats-Unis et de l'Otan n'ont pas tenu compte des inquiétudes fondamentales de la Russie", a relevé le Kremlin dans un communiqué consacré à l'entretien entre MM. Poutine et Macron.

"La question clé a été ignorée, à savoir comment les Etats-Unis et leurs alliés comptent (...) mettre en oeuvre le principe selon lequel personne ne doit renforcer sa sécurité au détriment d'autres pays", a fait valoir le chef de l'Etat russe, selon la même source.

« Aucune intention offensive »

Selon l'Elysée, les deux dirigeants sont toutefois convenus de la "nécessité d'une désescalade" et d'une poursuite du "dialogue" dans la crise ukrainienne.

"Le président Poutine n'a exprimé aucune intention offensive", a noté la présidence française.

Les Européens et les Américains ont promis des sanctions féroces et sans précédent en cas d'attaque contre l'Ukraine.

Ont été évoqués le gazoduc stratégique Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne ou encore l'accès des Russes aux transactions en dollars, la monnaie reine dans les échanges internationaux.

Washington et l'Union européenne ont affirmé vendredi dans une déclaration commune qu'ils travaillaient à la fourniture de "volumes supplémentaires de gaz naturel" destinés à l'Europe, afin de faire face à un éventuel contre-coup d'une "nouvelle invasion russe de l'Ukraine".

Les Etats-Unis ont par ailleurs saisi jeudi le Conseil de sécurité de l'ONU, réclamant une réunion lundi en raison de la "menace claire" que fait peser à leurs yeux la Russie sur "la paix et la sécurité internationales".

De son côté, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a assuré dans la matinée que la Russie ne voulait "pas de guerre" et préférait la "voie de la diplomatie".

Un haut responsable américain, sous couvert de l'anonymat, a "salué" ces déclarations. "Mais il faut que ce soit appuyé par des actes", a-t-il souligné, insistant sur le "retrait" des troupes russes de la frontière ukrainienne.

Moscou avait pour sa part prévenu qu'un rejet de ses demandes allait se traduire par des représailles d'ampleur, sans plus de précisions. "Nous ne permettrons pas (...) que nos intérêts soient grossièrement bafoués, ignorés", a souligné vendredi M. Lavrov.

Dans la soirée, la diplomatie russe a annoncé interdire d'entrée en Russie des représentants des forces de l'ordre, des organes législatifs et exécutifs de certains pays de l'UE qui sont "personnellement responsables de la propagation de la politique antirusse".

Des députés russes en vue ont proposé quant à eux que la Russie reconnaisse l'indépendance des territoires séparatistes prorusses en Ukraine et qu'elle les arme.

Le Kremlin est déjà considéré comme l'instigateur de ce conflit dans l'est du territoire ukrainien, qui a été déclenché en 2014 peu après l'annexion russe de la Crimée ukrainienne et dans la foulée d'une révolution pro-occidentale à Kiev. 


Les États-Unis autorisent plus d'antennes 5G autour des aéroports

Une tour cellulaire 5G se dresse (L) alors qu'un avion United Airlines atterrit à l'aéroport international de Los Angeles (LAX) dans le quartier Lennox de Los Angeles, Californie, le 19 janvier 2022. (AFP)
Une tour cellulaire 5G se dresse (L) alors qu'un avion United Airlines atterrit à l'aéroport international de Los Angeles (LAX) dans le quartier Lennox de Los Angeles, Californie, le 19 janvier 2022. (AFP)
Short Url
  • L'agence avait déjà indiqué la veille avoir autorisé environ 90% de la flotte d'avions américains à atterrir dans la majeure partie des cas
  • Des contraintes restent encore en place pour quelques modèles d'avions et quelques pistes d'aéroports en cas de faible visibilité

NEW YORK : L'autorité américaine de l'aviation, la FAA, a annoncé vendredi avoir autorisé le déploiement par les opérateurs de téléphonie mobile AT&T et Verizon d'antennes 5G supplémentaires autour des aéroports, certaines restrictions restant en place pour garantir la sécurité des atterrissages. 

La FAA craignait des interférences entre les nouvelles fréquences de l'internet ultra-rapide et celles utilisées par des instruments importants pour la sécurité des avions, les altimètres. Les opérateurs avaient accepté mi-janvier de commencer à déployer leur réseau 5G en différant l'activation des tours installées près de certains aéroports. 

"Grâce à une collaboration technique continue, la FAA, Verizon et AT&T se sont mis d'accord sur des mesures qui permettront à plus d'avions d'utiliser en toute sécurité les principaux aéroports tout en activant plus d'antennes pour leur réseau 5G", explique la FAA dans un communiqué. 

L'agence avait déjà indiqué la veille avoir autorisé environ 90% de la flotte d'avions américains à atterrir dans la majeure partie des cas. 

Les informations fournies par les opérateurs sur la localisation exacte des antennes et de nouvelles analyses sur les interactions entre les signaux 5G et les altimètres ont permis de réduire davantage les zones posant potentiellement problème, a souligné la FAA vendredi.  

Des contraintes restent encore en place pour quelques modèles d'avions et quelques pistes d'aéroports en cas de faible visibilité.

Les fédérations représentant aux États-Unis les secteurs de la téléphonie mobile (CTIA) et de l'aviation (A4A) ont salué cette avancée. 

A4A a toutefois relevé qu'il y avait "encore beaucoup de travail à faire" pour minimiser les perturbations sur le trafic aérien au fur et à mesure que les tours 5G sont déployées. 

Les plus grandes compagnies ont signalé ces derniers jours que les concessions effectuées par les opérateurs avaient permis d'éviter des annulations massives de vols, mais qu'il fallait encore s'attendre à de petites perturbations.

Le patron de JetBlue a ainsi indiqué jeudi faire face à des restrictions dans certains aéroports pour les Embraer 190 de sa flotte. "Il s'agit heureusement d'un très faible pourcentage de vols, mais ça existe", a-t-il déclaré lors d'une conférence téléphonique.

L'association représentant les compagnies régionales aux États-Unis a aussi souligné que ses membres étaient plus affectés que les grandes sociétés de transport aérien.