Macron en Croatie, une visite inédite pour resserrer les liens

Emmanuel Macron restera une vingtaine d'heures à Zagreb avant de s'envoler pour Rome, où il signera un traité franco-italien et rencontrera le pape François vendredi (AFP)
Emmanuel Macron restera une vingtaine d'heures à Zagreb avant de s'envoler pour Rome, où il signera un traité franco-italien et rencontrera le pape François vendredi (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 24 novembre 2021

Macron en Croatie, une visite inédite pour resserrer les liens

  • En s'entretenant jeudi avec le Premier ministre Andrej Plenkovic, au pouvoir depuis 2016, Emmanuel Macron va chercher à donner de l'élan à des relations franco-croates jusqu'à présent assez limitées
  • La Croatie est l'un des deux derniers pays de l'UE où Emmanuel Macron ne s'est pas encore rendu depuis le début de son quinquennat

ZAGREB: Emmanuel Macron est arrivé mercredi soir en Croatie, premier président français depuis 1991 à effectuer une visite officielle dans ce pays qui veut renforcer son appartenance à l'Union européenne, dont la France s'apprête à prendre la présidence.

Le chef de l'Etat restera une vingtaine d'heures à Zagreb avant de s'envoler pour Rome, où il signera un traité franco-italien et rencontrera le pape François vendredi, sur fond de rebond de l'épidémie de Covid-19 dans toute l'Europe et de durcissement des restrictions sanitaires, y compris en France.

En s'entretenant jeudi avec le Premier ministre Andrej Plenkovic, au pouvoir depuis 2016, Emmanuel Macron va chercher à donner de l'élan à des relations franco-croates jusqu'à présent assez limitées, notamment sur le plan économique, la part de marché de la France étant inférieure à 3%.

Ces liens ont cependant été dopés par l'annonce, en mai, d'un contrat d'achat de 12 avions de combat Rafale d'occasion par la Croatie pour un milliard d'euros. Il sera acté jeudi par les ministres de la Défense en présence des deux dirigeants. 

Avec cette acquisition, Zagreb entend moderniser ses forces armées et réalise sa plus importante commande d'armement depuis la guerre des Balkans et l'indépendance. 

"Il ne s'agit pas uniquement d'un contrat commercial, mais aussi du renforcement de la coopération stratégique" entre les deux pays, souligne le palais de l'Elysée. 

MM. Plenkovic et Macron échangeront aussi sur les tensions dans les Balkans avec "la dégradation de la situation" en Bosnie voisine, a précisé la présidence française.

Le dirigeant croate devrait de nouveau demander le soutien de Paris pour que la Croatie, qui est entrée dans l'UE en 2013, puisse rejoindre la zone euro et l'espace Schengen. 

- Adopter l'euro -

Emmanuel Macron devrait donner des signes positifs puisque Zagreb "remplit les critères" qui devraient lui permettre d'adopter la monnaie unique dans les prochaines années, selon l'Elysée. 

Et "nous accueillons avec bienveillance" la demande d'entrée dans l'espace Schengen de la Croatie, qui a l'une des frontières extérieures "les plus étendues" de l'UE, insiste-t-on de même source.  

La Croatie est l'un des deux derniers pays de l'UE où Emmanuel Macron ne s'est pas encore rendu depuis le début de son quinquennat.

Une visite dans le dernier pays, la Hongrie de Viktor Orban, n'est pas exclue, a indiqué l'Elysée, en soulignant qu'elle devrait se faire dans le cadre de la présidence par Budapest du groupe des pays de Visegrad, qui regroupe quatre nations d'Europe centrale.

Emmanuel Macron entamera jeudi après-midi la seconde étape de son déplacement en étant reçu à Rome par son homologue Sergio Mattarella puis en se réunissant avec le président du Conseil Mario Draghi, avant de signer le lendemain matin le traité du Quirinal, du nom du siège de la présidence italienne.

Ce traité, qui s'inspire de celui entre la France et l'Allemagne, vise à "stabiliser la relation franco-italienne sur le long terme", souligne l'Elysée.

La "confiance" et "le respect mutuel" entre MM. Macron et Draghi contrastent fortement avec les exécrables relations qu'entretenaient Paris et Rome, "les deux soeurs latines", lorsque le patron de la Ligue, Matteo Salvini, était ministre de l'Intérieur.

Vendredi à 11H00 locales, Emmanuel Macron sera reçu en audience par le pape François au Vatican, où il sera accueilli pour la deuxième fois depuis le début de son quinquennat après la visite de juin 2018. 

Ils devraient s'entretenir du climat, des inégalités, de l'accès à la vaccination dans le monde, mais aussi de l'Europe. 


L'aéroport de Montpellier fermé après la sortie de piste d'un avion de fret

Cette photo montre un Boeing 737 de l'Aéropostale après qu'il soit sorti de la piste lors de sa phase d'atterrissage de nuit à l'aéroport de Montpellier, le 24 septembre 2022. (AFP).
Cette photo montre un Boeing 737 de l'Aéropostale après qu'il soit sorti de la piste lors de sa phase d'atterrissage de nuit à l'aéroport de Montpellier, le 24 septembre 2022. (AFP).
Short Url
  • «Par mesure de sécurité et dans l’attente qu’une entreprise spécialisée vienne déplacer l’appareil, les vols commerciaux et de fret» ne peuvent plus atterrir à Montpellier pour une durée indéterminée
  • «Les trois personnes présentes dans l’appareil sont indemnes. Elles ont pu être désincarcérées et mises en sécurité grâce à l’intervention rapide des secours»

MONTPELLIER : L’aéroport de Montpellier a été fermé pour une durée indéterminée, un avion de fret ayant fait une sortie de piste dans le courant de la nuit lors de son atterrissage sans faire de blessés, a annoncé samedi la préfecture de l’Hérault.

"Par mesure de sécurité et dans l’attente qu’une entreprise spécialisée vienne déplacer l’appareil, les vols commerciaux et de fret" ne peuvent plus atterrir à Montpellier pour une durée indéterminée, a indiqué la préfecture dans un communiqué.

"Les trois personnes présentes dans l’appareil sont indemnes. Elles ont pu être désincarcérées et mises en sécurité grâce à l’intervention rapide des secours", a-t-on précisé de même source.

Il était 02H50 lorsqu'un avion de l'aéropostale, un Boeing 737 chargé de fret, a raté son atterrissage à l'aéroport de Montpellier et fini sa route dans l'étang de Mauguio situé en bout de piste. Le nez de l'avion est actuellement immergé.

"Tant que cet aéronef est sur la piste, et que l’enquête n’est pas terminée, nous ne rouvrirons pas l’aéroport. Après l’enlèvement de l’appareil, la piste sera elle aussi attentivement diagnostiquée", ont indiqué à l'AFP les services de l'aéroport.

42 mouvements d’avions étaient prévus ce samedi, soit 21 vols commerciaux. En moyenne, cet aéroport situé sur le littoral voit transiter jusqu'à 197 000 passagers par mois en pleine saison estivale.

Les annulations des vols ou leurs déplacements vers les aéroports les plus proches relèvent des compagnies aériennes, à précisé l'aéroport de Montpellier sans plus de précisions sur les décisions prises.

Soixante sapeurs-pompiers du service départemental d'incendie et de secours de l'Hérault, dont des spécialistes du secours aquatique, ont été dépêchés sur place avec une équipe du SAMU, de la brigade de gendarmerie des transports aériens et des équipes de l'aéroport.

Une enquête a été confiée au BEA, Bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile, qui devra s'atteler à comprendre les causes de cet accident survenu sur cet avion affrété par La Poste. Chaque nuit, ce vol atterrissait à 02H45, transportant du courrier.

"Quatre enquêteurs du BEA ont été dépêchés sur place" avec "l'ouverture d'une enquête de sécurité", a twitté samedi le BEA en précisant que l'appareil était exploité par la compagnie "West Atlantic".

Situé en bord de littoral, l'aéroport de Montpellier n'est pas connu pour sa dangerosité et cet accident revêt un caractère très exceptionnel.


Renaissance demande une commission d'enquête sur d'éventuels «financements russes» de partis

Huit députés Renaissance ont demandé l'ouverture d'une commission d'enquête à l'Assemblée sur de possibles "financements russes" de partis français. (AFP)
Huit députés Renaissance ont demandé l'ouverture d'une commission d'enquête à l'Assemblée sur de possibles "financements russes" de partis français. (AFP)
Short Url
  • Ces députés du parti présidentiel font référence à une lettre adressée la veille à la présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet
  • Il s'agit «de savoir si des partis politiques français -et lesquels- ont bénéficié de financements russes». Ils citent «des prises de position en faveur de la Russie de plusieurs dirigeants politiques français de premier plan»

PARIS: Huit députés Renaissance ont demandé l'ouverture d'une commission d'enquête à l'Assemblée sur de possibles "financements russes" de partis français, après la révélation d'informations déclassifiées américaines faisant état de plusieurs centaines de millions d'euros versés par la Russie dans plusieurs pays.

Dans un communiqué publié samedi, ces députés du parti présidentiel font référence à une lettre adressée la veille à la présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, dans laquelle ils justifient l'instruction d'une telle enquête "au regard de la gravité des faits" et afin que les informations établies puissent "être portées à la connaissance des citoyens français et de notre justice".

Il s'agit, détaillent-ils, "de savoir si des partis politiques français -et lesquels- ont bénéficié de financements russes". Ils citent "des prises de position en faveur de la Russie de plusieurs dirigeants politiques français de premier plan", ainsi que "des prêts contractés pour financer des campagnes électorales et dont les sommes sont toujours dues bien des années plus tard" ou encore "la nomination au sein d'entreprises russes d'anciens parlementaires et ministres français".

Vendredi, le Rassemblement national, qui réfute les accusations de la majorité de dépendre du pouvoir russe, avait également annoncé qu'il déposerait une résolution lundi en vue de créer une commission d'enquête à l'Assemblée. Son rôle, selon le RN, serait de "préciser la nature des liens entre certains élus de la majorité présidentielle et le Qatar", "déterminer" d'éventuels liens entre la majorité et la Chine et enquêter sur "ce qui s'apparente à une véritable coproduction législative entre le parti présidentiel et les géants américains Amazon, Microsoft, Google ou encore Uber".

Selon un document déclassifié du renseignement américain rendu public le 13 septembre, plusieurs centaines de millions d'euros ont été versés depuis 2014 par la Russie à des partis politiques de plusieurs pays dans le but d'accroître son influence et de peser sur les scrutins.


Escroquerie à la capsule Nespresso entre la France et la Côte d'Ivoire

Un client achète du café dans une boutique Nespresso à l'intérieur d'un centre commercial à Pékin le 15 septembre 2020. (AFP)
Un client achète du café dans une boutique Nespresso à l'intérieur d'un centre commercial à Pékin le 15 septembre 2020. (AFP)
Short Url
  • Les quatre suspects sont soupçonnés d'avoir piraté des comptes de clients Nespresso pour y changer les informations, notamment l'adresse de livraison en point relais
  • Ils récupéraient ensuite les commandes et les envoyaient en Côte d'Ivoire, selon le parquet

CRETEIL: Quatre personnes seront jugées en France en novembre pour escroquerie, après avoir commandé frauduleusement près de 12 000 capsules de café Nespresso pour les expédier en Côte d'Ivoire, a indiqué samedi à l'AFP le parquet de Créteil, en banlieue parisienne.

Entre juin et juillet 2022, "plusieurs victimes ont porté plainte pour escroquerie à la suite d’une commande frauduleuse de capsules de café effectuée sur leur compte internet Nespresso". Au total, les policiers identifient 35 victimes.

Les quatre suspects sont soupçonnés d'avoir piraté des comptes de clients Nespresso pour y changer les informations, notamment l'adresse de livraison en point relais.

Ils récupéraient ensuite les commandes et les envoyaient en Côte d'Ivoire, selon le parquet.

"Le règlement devait s'effectuer à la réception de la facture, de sorte que seule la société Nespresso subissait un préjudice", estimé à 8 600 euros pour l'entreprise, souligne le parquet.

Les policiers ont exploité la téléphonie pour identifier les suspects, nés entre 1967 et 1987 et jusqu'alors inconnus de leurs services.

Interpellés mercredi à leur domicile en région parisienne, ils seront jugés le 24 novembre au tribunal correctionnel de Créteil.