Soudan: le Premier ministre met un coup d'arrêt aux purges

Le Premier ministre soudanais Abdallah Hamdok (Photo, AFP).
Le Premier ministre soudanais Abdallah Hamdok (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 25 novembre 2021

Soudan: le Premier ministre met un coup d'arrêt aux purges

  • Douze ministres sur 17 issus du bloc réclamant un pouvoir uniquement civil ont démissionné lundi, rejetant la stratégie de dialogue avec l'armée
  • Si M. Hamdok est parvenu à obtenir la libération d'une poignée de politiciens, de son propre aveu des dizaines d'autres sont toujours en détention

KHARTOUM: Le Premier ministre soudanais Abdallah Hamdok a ordonné mercredi l'arrêt "immédiat" des limogeages et annoncé le "réexamen" de toutes les nominations annoncées durant sa détention dans la foulée du putsch militaire du 25 octobre.

Ce jour-là, le général Abdel Fattah al-Burhane a dissous l'ensemble des institutions du pays et dans les semaines suivantes a limogé les patrons des médias d'Etat, d'entreprises et de banques publiques ainsi que de nombreux responsables au sein des différents gouvernorats.

En outre, des ambassadeurs ayant annoncé faire défection ont été relevés de leur fonction par un haut fonctionnaire occupant alors de facto le poste de chef de la diplomatie.

M. Hamdok lui-même a été détenu puis placé en résidence surveillée. Il a repris son poste dimanche après un accord controversé avec le général Burhane mais n'a toujours pas de gouvernement.

Selon un communiqué, M. Hamdok a ordonné "l'arrêt immédiat et jusqu'à nouvel ordre des limogeages et des embauches dans les institutions publiques locales et nationales". Et "les embauches et limogeages décidés récemment seront étudiés et réexaminés".

M. Hamdok, devenu après sa nomination en 2019 le visage civil de la transition soudanaise, est sous le feu des critiques depuis son accord avec le général Burhane, chef de l'armée et auteur du coup d'Etat.

Douze ministres sur 17 issus du bloc réclamant un pouvoir uniquement civil ont démissionné lundi, rejetant la stratégie de dialogue avec l'armée. 

Si M. Hamdok est parvenu à obtenir la libération d'une poignée de politiciens, de son propre aveu des dizaines d'autres sont toujours en détention. 

Appels à manifester jeudi

Dans un entretien mercredi avec des médias locaux, il a expliqué avoir signé l'accord pour "faire cesser l'effusion de sang", pour "ne pas perdre les acquis des deux années écoulées" et parce que l'accord donne "une date claire pour les élections", les premières libres du pays depuis plus de 30 ans, en juillet 2023.

Les autorités de transition, dont le gouvernement de M. Hamdok, avaient été mises en place au Soudan en 2019 après la chute du régime du général Omar el-Béchir mis à l'écart par l'armée sous la pression de la rue.  

M. Hamdok a assuré n'avoir subi "aucune pression" durant sa résidence surveillée au cours de ce qu'il a refusé de qualifier de coup d'Etat et indiqué avoir entamé des rencontres en vue de nommer son cabinet.

La rue, qui l'accuse de "trahison", entend maintenir sa pression sur les nouvelles autorités militaro-civiles dont son exclus les partisans d'un pouvoir uniquement civil.

Sur les réseaux sociaux, les militants ont appelé à faire de jeudi la "journée des martyrs" avec de nouvelles manifestations, malgré une répression qui a fait depuis le 25 octobre 42 morts et des centaines de blessés, selon un dernier bilan annoncé mercredi par un syndicat de médecins prodémocratie.

Volker Perthes, émissaire de l'ONU au Soudan, a appelé à  éviter "l'effusion de sang et les arrestations arbitraires" lors des manifestations, parlant d'un "test" pour les nouvelles autorités.


Le ministre saoudien des Affaires étrangères s’entretient au téléphone avec son homologue chinois

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères
  • Les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu au téléphone lundi avec son homologue chinois.

Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères, et les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine.

Ils ont également discuté de la coopération bilatérale, de l’évolution des événements régionaux et internationaux, des efforts déployés à l’égard de ces événements afin de renforcer la sécurité et la stabilité, ainsi que des principales questions d’intérêt commun.

La Chine a nommé Qin comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la fin du mois de décembre 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite lance un service de visa de transit pour les passagers faisant escale dans le Royaume

Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois
  • Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite à des fins de tourisme et de pèlerinage

RIYAD: Lundi, le ministère saoudien des Affaires étrangères a lancé un service électronique qui permettra aux passagers faisant escale dans le Royaume d’obtenir un visa d’entrée.

Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite aux passagers en transit qui souhaitent accomplir l’Omra, visiter la mosquée du prophète à Médine et découvrir le Royaume.

Ce nouveau service entrera en vigueur à partir de lundi, et les passagers pourront demander un visa de transit via les plates-formes électroniques de Saudia Airlines et Flynas.

La demande sera automatiquement envoyée à la plate-forme nationale unifiée des visas du ministère des Affaires étrangères pour y être traitée. Un visa numérique sera délivré instantanément et renvoyé au bénéficiaire par courrier électronique.

Le ministère a affirmé que le visa e-Transit pour les escales contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030 du Royaume en consolidant sa position et en tirant parti de son emplacement stratégique distingué en tant que lien entre les continents.

Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: Quinze policiers blessés par une explosion visant leur bus

Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa
  • La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable

DAMAS: Quinze membres des forces de sécurité intérieures syriennes ont été blessés dans l'explosion d'une bombe qui a visé le bus qui les transportait dans le sud du pays, selon le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa, lorsque "des terroristes non identifiés ont visé avec un engin explosif le bus les transportant sur l'autoroute Damas-Deraa".

L'attaque a blessé 15 passagers, dont sept gravement.

La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable malgré le retour des forces du régime en juillet 2018.

Le groupe Etat islamique (EI), dont le troisième chef a été tué à Deraa en octobre dernier revendique parfois des attaques dans la région.

Plusieurs attentats, le plus souvent revendiqués par des jihadistes, ont visé par le passé des véhicules de l'armée syrienne.

La guerre complexe en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression de manifestations prodémocraties, a fait environ 500.000 morts depuis 2011.