Guerre d'Algérie, réfugiés espagnols et Napoléon III: Jean Castex disserte sur son rapport à l'Histoire

Interrogé sur la guerre d'Algérie, le locataire de Matignon estime qu' « on ne peut pas se réconcilier si on n'est pas lucide sur ce qui s'est passé ». (Photo/AFP)
Interrogé sur la guerre d'Algérie, le locataire de Matignon estime qu' « on ne peut pas se réconcilier si on n'est pas lucide sur ce qui s'est passé ». (Photo/AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 25 novembre 2021

Guerre d'Algérie, réfugiés espagnols et Napoléon III: Jean Castex disserte sur son rapport à l'Histoire

  • L'ancien maire de Prades, dans les Pyrénées-Orientales frontalières de l'Espagne, estime encore qu' « on a très mal accueilli » les réfugiés qui fuyaient la dictature franquiste
  • Jean Castex raconte comment « on assiste alors, dans cette ville encore très paysanne, très populaire, à une ouverture à la culture, à la musique de chambre, qui restait l'apanage d'une élite »

PARIS : "L'histoire nous enseigne que le repli sur soi n'est jamais la solution", estime le Premier ministre, Jean Castex, dans un entretien au mensuel Historia, au cours duquel il aborde la guerre d'Algérie ou confie son admiration pour Napoléon III.

"La nation, c'est un croisement, et non une pureté", affirme le chef du gouvernement, qui définit "l'histoire de France (comme) un socle de valeurs, parmi lesquelles le respect et l'intégration".

"Toute la plus-value de l'homme consiste à lutter contre (le) tragique (de l'Histoire): en période de crise, la tentation systématique est de nous replier sur nous-mêmes" mais "le repli sur soi n'est jamais la solution", poursuit Jean Castex.

Interrogé sur la guerre d'Algérie, le locataire de Matignon estime qu'"on ne peut pas se réconcilier si on n'est pas lucide sur ce qui s'est passé".

"C'est notre passé commun, avec ses parts de drames, de malheur, mais aussi de bonheur, de réussites, ses parts de mélanges et d'échanges. Mais il faut en faire l'inventaire, et non pas le jugement", ajoute-t-il, en rejetant "la simplification et la démagogie", autant que "la nostalgie".

A propos du débat sur le déboulonnage de statues de personnages controversés, le Premier ministre "peut admettre que tel personnage statufié a sa part d'ombre et qu'après un travail d'historiens, collectif, démocratique, on décide de retirer sa statue".

"Mais proclamer : +Je réécris l'Histoire, je passe à l'acte et je vais démolir cette statue+, ça veut dire que mes idées s'imposent aux autres. Ce n'est pas ma conception du pacte républicain", fait-il observer.

L'ancien maire de Prades, dans les Pyrénées-Orientales frontalières de l'Espagne, estime encore qu'"on a très mal accueilli" les réfugiés qui fuyaient la dictature franquiste.

En prenant exemple sur l'histoire du violoncelliste virtuose Pablo Casals, installé à Prades en 1936 et qui refusa d'abord de jouer pour protester contre Franco avant de consentir à reprendre son instrument 14 ans plus tard, Jean Castex raconte comment "on assiste alors, dans cette ville encore très paysanne, très populaire, à une ouverture à la culture, à la musique de chambre, qui restait l'apanage d'une élite".

Quels personnages historiques ont marqué le Premier ministre? "J'ai autant envie de citer Napoléon III, qui a été heureusement réhabilité, que ce roi d'une grande intelligence tombé dans l'oubli qu'est Henri III, dernier héritier d'une dynastie qui va s'éteindre, dans une période de guerre civile", répond Jean Castex. De là à considérer que la période actuelle serait une "fin de régime"? "Je crois qu’on aurait tort de le penser", conteste le Premier ministre.


Migrants dormant dans un tunnel en IDF: des manifestants réclament un toit pour eux

 Plus de 300 personnes ont manifesté dimanche entre Le Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis) et Paris pour réclamer la mise à l'abri d'une centaine de migrants dont des mineurs qui dorment depuis plus d'un mois dans un tunnel. (AFP)
Plus de 300 personnes ont manifesté dimanche entre Le Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis) et Paris pour réclamer la mise à l'abri d'une centaine de migrants dont des mineurs qui dorment depuis plus d'un mois dans un tunnel. (AFP)
Short Url
  • «Le bonheur et le malheur de ce tunnel, c'est qu'il est abrité de la pluie donc les gens y trouvent un logement de fortune en l’absence d'autres propositions décentes», se désole un habitant du Pré-Saint-Gervais
  • Ce rassemblement a été organisé à l'initiative d'habitants de quartier du Pré-Saint-Gervais, de Pantin et du XIXe arrondissement de Paris face à «une situation devenue intolérable»

LE PRE-SAINT-GERVAIS: Plus de 300 personnes ont manifesté dimanche entre Le Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis) et Paris pour réclamer la mise à l'abri d'une centaine de migrants dont des mineurs qui dorment depuis plus d'un mois dans un tunnel, a constaté une journaliste de l'AFP.


Ce rassemblement a été organisé à l'initiative d'habitants de quartier du Pré-Saint-Gervais, de Pantin et du XIXe arrondissement de Paris face à "une situation devenue intolérable", explique Victor Moati, un habitant du Pré-Saint-Gervais.


Depuis plus d'un mois, il a constaté que le tunnel qui relie sa ville à Paris, situé sous le périphérique, avait été investi par près de 150 personnes, "une trentaine de mineurs et des familles", précise le jeune homme.


"Le bonheur et le malheur de ce tunnel, c'est qu'il est abrité de la pluie donc les gens y trouvent un logement de fortune en l’absence d'autres propositions décentes", se désole ce riverain qui dit avoir tapé "en vain" aux portes des mairies et de la préfecture de la Région Ile-de-France.


"Un logement pour tous ou on va dormir chez Macron!", ont scandé les manifestants qui ont déambulé dans les rues du Pré-Saint-Gervais et de Pantin avant de se retrouver devant la mairie du XIXe arrondissement.


Abass, qui faisait partie du cortège, a "tout le temps froid". Le jeune Gambien, qui dit être mineur, dort dans le tunnel depuis un mois: "Jamais je n'aurais imaginé vivre cette expérience", dit-il.


Des solutions d'hébergements citoyens sont proposées tous les soirs aux familles et aux mineurs isolés mais "cela ne suffit pas pour tout le monde, donc on est contraint d'installer des campements tous les soirs", explique Pierre Mathurin, coordinateur de l'antenne parisienne de l'association Utopia 56.


"On exige une mise à l'abri de ces personnes au moins pour la durée de l'hiver. Il faut pousser les mairies à trouver des solutions d'hébergement d'urgence", a insisté M. Mathurin.


Inondations Nord/Pas-de-Calais: premières évacuations d'habitants

Onze départements sont par ailleurs maintenus jusqu'à lundi en vigilance orange neige et verglas, a précisé Météo-France. (AFP)
Onze départements sont par ailleurs maintenus jusqu'à lundi en vigilance orange neige et verglas, a précisé Météo-France. (AFP)
Short Url
  • En début d'après-midi, 60 personnes ont été évacuées de 20 habitations dans la commune d'Arneke
  • Dans le Pas-de-Calais en milieu de journée, les pompiers avaient procédé à 59 interventions de pompage, la plupart dans le secteur de Saint-Omer et notamment à Arques

LILLE: Les pompiers ont procédé dimanche à des évacuations d' habitants dans le Nord, touché par des inondations  et fortes précipitations affectant aussi le  Pas-de-Calais limitrophe, placé en vigilance orange pour "inondation" par Météo-France, avec des crues des rivières Lys, Lawe et Clarence. 


En début d'après-midi, 60 personnes ont été évacuées de 20 habitations dans la commune d'Arneke, et ont été regroupées dans une salle communale, ont indiqué les pompiers du Nord. 


Dans ce département, des voies publiques étaient aussi inondées dans les communes d'Esquelbecq et d'Eringhem, où une personne âgée invalide a été évacuée à titre préventif de son domicile. 


Dans le Pas-de-Calais en milieu de journée, les pompiers avaient procédé à 59 interventions de pompage, la plupart dans le secteur de Saint-Omer et notamment à Arques, ont indiqué leur service. 


Le département du Pas-de-Calais a été placé dimanche matin en vigilance orange pour "inondation" a indiqué Météo-France. 


Depuis la nuit de samedi à dimanche, "d'importantes précipitations tombent sur les Hauts-de-France et devraient perdurer jusqu'en début d'après-midi de dimanche", signalait le site Vigicrues. 


Dans le Pas-de-Calais, "les cours d'eau Lys amont et la Lawe-Clarence", des affluents de l'Escaut, "ont commencé à réagir à ces précipitations et des débordements localisés sont observés sur ces secteurs".


"Les niveaux de ces cours d'eau devraient continuer à monter cet après-midi et des débordements importants pourraient se produire" sur ces tronçons", mettait en garde Vigicrues. 


Dans ces conditions, "des inondations importantes sont possibles" pouvant affecter les conditions de circulation, l'alimentation en électricité ou submerger les digues, rappelle le site. 


Onze départements sont par ailleurs maintenus jusqu'à lundi en vigilance orange neige et verglas, a précisé Météo-France. Il s'agit de l'Ain, l'Isère, la Savoie, la Haute-Savoie, la Corrèze, la Creuse, le Puy-de-Dôme, l'Ariège, la Haute-Garonne, les Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées.


Le Pen appelle Zemmour à se rallier à sa candidature

«Oui, bien sûr», a répondu la candidate RN à l'Elysée Marine Le Pen à la question «appelez-vous Eric Zemmour à vous rejoindre?». (Photo, AFP)
«Oui, bien sûr», a répondu la candidate RN à l'Elysée Marine Le Pen à la question «appelez-vous Eric Zemmour à vous rejoindre?». (Photo, AFP)
Short Url
  • Eric Zemmour, qui pourrait annoncer sa candidature à l'Elysée dans les tout prochains jours, s'est lancé en septembre dans la pré-campagne «sur une promesse qui était celle de pouvoir battre Emmanuel Macron»
  • Dans un sondage Ifop/Fiducial pour le Journal du dimanche et Sud-Radio, Emmanuel Macron (stable, entre 25 et 28%) et Marine Le Pen (entre 19 et 20%) seraient toujours en tête si l'élection présidentielle avait lieu dimanche

PARIS: La candidate RN à l'Elysée Marine Le Pen a appelé dimanche le polémiste Eric Zemmour à se rallier à sa candidature, estimant qu'il n'était pas en mesure de battre Emmanuel Macron à la présidentielle de 2022. 
« De manière générale, la mue de polémiste en candidat à la présidentielle ne s’est pas faite », a-t-elle affirmé au grand jury LCI/RTL/LeFigaro. Il « n'a pas l’air très à l’aise dans cet exercice », a-t-elle ajouté, en allusion au déplacement chahuté du polémiste à Marseille qui s'est terminé par un échange de doigts d'honneur avec une habitante.  
Eric Zemmour, qui pourrait annoncer sa candidature à l'Elysée dans les tout prochains jours, s'est lancé en septembre dans la pré-campagne « sur une promesse qui était celle de pouvoir battre Emmanuel Macron et donc de rassembler plus largement que moi. Cette promesse, aujourd’hui, clairement, elle n’est pas tenue », a-t-elle ajouté. 
« Oui, bien sûr », a répondu Mme Le Pen à la question « appelez-vous Eric Zemmour à vous rejoindre? ». « Il est maintenant clair que s’il n’est pas candidat je serais devant Emmanuel Macron au premier tour. Compte tenu du fait qu’au second je suis donnée à 46%, je pense que la famille nationale a la possibilité de gagner », a-t-elle ajouté, en référence au dernier sondage Ifop-Fiducial publié dimanche dans le JDD.  
Selon elle, Eric Zemmour « n’apporte pas une plus-value supplémentaire à nos idées. Je crois donc qu’il est temps de faire maintenant le rassemblement ». 
Dans un sondage Ifop/Fiducial pour le Journal du dimanche et Sud-Radio, Emmanuel Macron (stable, entre 25 et 28%) et Marine Le Pen (entre 19 et 20%) seraient toujours en tête si l'élection présidentielle avait lieu dimanche, alors que le candidat putatif Eric Zemmour perd deux à trois points en trois semaines (entre 14 et 15%).