Pakistan: la brigade anti-pollution fait la police dans les usines de Lahore

La brigade anti-pollution fonce dans les rues embouteillées de Lahore, à la recherche des usines qui recrachent leurs fumées nocives dans le ciel de la ville pakistanaise, l'une des plus polluées du monde. (Photo/AFP)
La brigade anti-pollution fonce dans les rues embouteillées de Lahore, à la recherche des usines qui recrachent leurs fumées nocives dans le ciel de la ville pakistanaise, l'une des plus polluées du monde. (Photo/AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 25 novembre 2021

Pakistan: la brigade anti-pollution fait la police dans les usines de Lahore

  • La brigade anti-pollution fonce dans les rues embouteillées de Lahore, à la recherche des usines qui recrachent leurs fumées nocives dans le ciel de la ville pakistanaise, l'une des plus polluées du monde
  • A l'affût, ils cherchent dans le ciel gris les volutes de fumée toxique qui les mèneront aux usines enfreignant les lois environnementales

LAHORE : La brigade anti-pollution fonce dans les rues embouteillées de Lahore, à la recherche des usines qui recrachent leurs fumées nocives dans le ciel de la ville pakistanaise, l'une des plus polluées du monde.

Dans la camionnette, une escorte armée protège les six membres de l'équipe, armés quant à eux de la liste des usines qu'ils prévoient d'inspecter aujourd'hui.

A l'affût, ils cherchent dans le ciel gris les volutes de fumée toxique qui les mèneront aux usines enfreignant les lois environnementales.

"Il nous suffit de suivre la fumée, nous n'avons même pas besoin des listes", lance Ali Ijaz, le responsable du service environnement chargé de l'initiative, qui doit durer un mois jusqu'à la mi-décembre.

En tout, cinq équipes anti-pollution ont été mises en place par les autorités de Lahore, la grande ville de l'est du Pakistan, près de la frontière avec l'Inde, afin de lutter contre l'air impur qui suffoque chaque année à cette période la ville et ses 11 millions d'habitants.

Les brigades prévoient de visiter 300 sites industriels accusés d'être parmi les pires pollueurs de la ville.

La qualité de l'air en Inde et au Pakistan s'est dégradée ces dernières années, avec la pollution hivernale générée par les fumées de fioul de mauvaise qualité et les brûlis agricoles.

Bien que Lahore soit régulièrement classée parmi les villes les plus polluées au monde, les autorités ont mis du temps à réagir, préférant en faire porter la responsabilité au grand rival, l'Inde, ou mettre en doute la véracité des données.

Cette année, la pollution est arrivée en avance, recouvrant la ville d'un air stagnant, grisâtre et sale. La semaine dernière, Usman Buzdar, le chef du gouvernement de la province du Pendjab, a évoqué une "calamité".

Travail dangereux

En route pour une mission, une équipe se rend dans un quartier d'où plusieurs fabriques rejettent des fumées suspectes.

"Il est clair que ces usines se servent de fioul de mauvaise qualité. Ces gaz sont insoutenables pour les gens qui souffrent de problèmes respiratoires", dénonce le chef d'équipe, Sajid Ali.

L'air est gris opaque. Et même avec un masque il est difficile de respirer. Des montagnes de déchet jonchent les rues bordant ces usines.

A son arrivée dans la première usine, la brigade devine que les fourneaux suspects viennent à peine d'être éteints. Ils sont encore rougis par la chaleur. Des barres d'acier tout juste forgées gisent sur le sol, en train de refroidir.

Les membres de l'équipe se renseignent sur le fioul et le type de machines utilisés. Ils découvrent que l'usine ne dispose pas de l'appareil permettant d'enlever les polluants industriels des gaz d'échappement.

La brigade ordonne rapidement la fermeture de l'usine et les ouvriers sont évacués sous l’œil attentif de l'escorte armée.

Cette fois-ci, l'évacuation se déroule dans le calme, mais ce n'est pas toujours le cas, explique M. Ijaz, dont les employés ont déjà été la cible de tirs.

Même si l'équipe est soutenue par les autorités administratives, un avocat menace de se pourvoir en justice et les deux camps optent pour un accord à l'amiable. L'accès aux machines est fermé, mais l'usine reste ouverte.

« Compromis »

C'est l'un des nombreux défis auxquels les autorités sont confrontées.

"Beaucoup de propriétaires d'usines tentent de faire pression sur la brigade, en se servant de leur influence politique et de leurs relations", déplore l'un des membres de l'équipe, sous couvert d'anonymat.

"Cela complique notre tâche (...) Nous sommes obligés de faire des compromis", admet-il.

Les autorités ne peuvent se permettre de fermer les usines plus de quelques jours, pour ne pas s'aliéner les ouvriers, qui sont payés à la journée.

Et puis il y a l'immensité de la tâche.

"Des milliers de sites industriels rejettent des fumées et six ou même 12 brigades ne peuvent pas suffire", explique Rafay Alam, un juriste spécialisé en droit de l'environnement et militant, qui dénonce une mesure simplement "cosmétique".

M. Ijaz lui même n'est pas très optimiste. Même s'il pouvait faire fermer toutes les usines de la ville, et interrompre la circulation automobile, cela ne ferait que "réduire l'intensité du brouillard de pollution, mais ne l'éliminerait pas".

"Nous allons faire face (à ce problème) pour très longtemps", prédit-il.


Les Tsiganes du Portugal, boucs émissaires de l'extrême droite

José Fernandes, restaurateur de 58 ans et président de l'association Techari, qui œuvre en faveur des quelque 4 000 Tsiganes de la commune de Loures. (Photo, AFP)
José Fernandes, restaurateur de 58 ans et président de l'association Techari, qui œuvre en faveur des quelque 4 000 Tsiganes de la commune de Loures. (Photo, AFP)
Short Url
  • «J'ai peur pour l'avenir... de l'incitation à la haine, de représailles contre nos enfants à l'école, de policiers impliqués dans ces mouvements», témoigne José Fernandes, restaurateur de 58 ans
  • «Les Tsiganes voudraient s'intégrer, mais ceux qui pourraient nous donner du travail ne nous donnent pas d'opportunités», se plaint Maria Cardoso

LOURES: Pointée du doigt par l'extrême droite d'André Ventura et son parti Chega, qui pourrait réaliser une nouvelle percée électorale lors des législatives de dimanche au Portugal, la minorité Rom établie dans ce pays depuis des siècles se dit inquiète. 

« Il y avait beaucoup de racisme caché et André Ventura l'a fait monter », déplore José Fernandes, restaurateur de 58 ans et président de l'association Techari, qui œuvre en faveur des quelque 4 000 Tsiganes de la commune de Loures. 

« J'ai peur pour l'avenir... de l'incitation à la haine, de représailles contre nos enfants à l'école, de policiers impliqués dans ces mouvements », témoigne-t-il. 

C'est dans cette banlieue du nord de Lisbonne que le président de Chega a d'abord fait parler de lui en 2017, en accusant les Tsiganes d'être « accros » aux aides sociales ou de se considérer « au-dessus de la loi ». 

A l'époque, M. Ventura était candidat aux municipales pour la principale formation d'opposition de centre droit, qu'il a quitté peu après afin de créer son propre parti. 

Entré au Parlement lors des législatives d'octobre 2019, l'unique député de Chega a provoqué un tollé en proposant en mai 2020 « un plan spécifique d'approche et de confinement pour les communautés tsiganes face à la pandémie de Covid-19 », selon un communiqué du parti cité par la presse locale. 

« Politiquement incorrect »  

L'homme politique de 39 ans, André Ventura, réitère toutefois les propos qu'il a tenus par le passé au sujet des Tsiganes qui, selon lui, posent «un problème chronique de dépendance aux aides sociales, de marginalité et de violence». (Photo, AFP)
L'homme politique de 39 ans, André Ventura, réitère toutefois les propos qu'il a tenus par le passé au sujet des Tsiganes qui, selon lui, posent «un problème chronique de dépendance aux aides sociales, de marginalité et de violence». (Photo, AFP)

« Il s'agissait de faire comprendre qu'il y avait au Portugal une communauté qui avait beaucoup de mal à respecter les règles de confinement », déclare-t-il dans un entretien. 

Evitant de préciser les mesures qu'il préconisait, M. Ventura reconnaît que sa proposition avait suscité « une certaine incompréhension » et, pour cette raison, elle n'avait finalement pas été soumise au Parlement. 

L'homme politique de 39 ans réitère toutefois les propos qu'il a tenus par le passé au sujet des Tsiganes qui, selon lui, posent « un problème chronique de dépendance aux aides sociales, de marginalité et de violence ». 

M. Ventura rappelle, en outre, que « Chega est né dans une municipalité fortement marquée par la présence de la communauté tsigane » et que c'est à Loures qu'il a décidé de quitter le parti de droite modérée dont il était membre pour, dit-il, pouvoir tenir un discours « politiquement dynamique, et parfois incorrect ». 

Mère de famille de 48 ans vivant dans un taudis avec 512 euros d'aides sociales pour six personnes, « Maria Cardoso ne suit pas la campagne électorale, mais partage volontiers son opinion sur André Ventura: c'est un raciste, il ne devrait pas discriminer les Tsiganes ». 

« Pas d'opportunités »  

Elle habite une frêle bâtisse avec des murs de briques restées à nu et un toit en tôle ondulée recouverte de bâches en plastique. C'est le dernier vestige d'un des bidonvilles que la commune de Loures, ancien fief communiste passé sous contrôle socialiste, a éradiqué en logeant leurs habitants dans des quartiers municipaux. 

« Les Tsiganes voudraient s'intégrer, mais ceux qui pourraient nous donner du travail ne nous donnent pas d'opportunités », se plaint Maria Cardoso, qui n'a fréquenté que l'école primaire et s'est récemment vu refuser un emploi comme femme de ménage. 

« J'ai travaillé à l'essai pendant une journée et, quand ils ont compris que j'étais Tsigane, ils m'ont renvoyée », affirme-t-elle. 

Estimés à plus de dix millions, les Roms représentent la plus importante minorité d'Europe et beaucoup d'entre eux souffrent d'exclusion sociale et d'extrême pauvreté, selon le Conseil de l'Europe. 

Il n'y a pas de statistiques fiables permettant de savoir combien d'entre eux vivent au Portugal, cinq siècles après leur arrivée. Un rapport de 2014 a toutefois recensé quelque 30 000 Tsiganes, sur la base d'estimations des autorités locales. 

Ce chiffre ne représente que les Tsiganes « visibles », vivant dans des campements ou dans des logements sociaux, précise toutefois la sociologue Olga Magano, une des auteurs de l'étude réalisée pour le Haut commissariat aux migrations. 

« Bouc émissaire »  

1
C'est dans cette banlieue du nord de Lisbonne que le président de Chega a d'abord fait parler de lui en 2017, en accusant les Tsiganes d'être «accros» aux aides sociales ou de se considérer «au-dessus de la loi». (Photo, AFP)

Selon cette spécialiste, il y a dans la société portugaise « une grande animosité envers les Tsiganes » et la progression électorale de Chega est « à la fois inquiétante et pas vraiment surprenante ». 

« André Ventura a vraiment bâti sa carrière sur ce thème des Roms », explique le politologue Alexandre Afonso, chercheur à l'Université de Leyde (Pays-Bas), qui a publié un article constatant une corrélation entre la répartition géographique du vote Chega et l'importance de la minorité tsigane locale, ainsi que le nombre de bénéficiaires de minima sociaux. 

« Chega a adapté le discours xénophobe classique de l’extrême droite au contexte portugais », où les Tsiganes représentent « le bouc émissaire le plus pratique », car « l'immigration n'est pas un sujet aussi porteur que dans d'autres contextes nationaux », précise-t-il. 

La stratégie semble efficace, puisque la candidature d'André Ventura à l'élection présidentielle de janvier 2021 a obtenu près de 12% des suffrages, soit presque 500 000 voix sur une population de dix millions d'habitants. 

Et après des scores de 1,3% aux législatives d'octobre 2019, puis de 4,2% aux municipales de septembre dernier, les sondages le créditent actuellement d'environ 7% des intentions de vote. 

José Fernandes, de l'association Techari, espère, pour sa part, que les électeurs se mobiliseront dimanche en faveur « des partis démocratiques qui veulent représenter tous les Portugais sans exception, y compris les Tsiganes ». 


Burkina: réouverture des frontières aériennes à compter de ce mardi

 Un homme achète un journal avec la photo de Paul-Henri Sandaogo Damiba le chef de la mutinerie et du Mouvement patriotique pour la protection et la restauration (MPSR) à Ouagadougou le 25 janvier 2022.(AFP)
Un homme achète un journal avec la photo de Paul-Henri Sandaogo Damiba le chef de la mutinerie et du Mouvement patriotique pour la protection et la restauration (MPSR) à Ouagadougou le 25 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • Les frontières aériennes du Burkina Faso, fermées depuis lundi lors de la prise du pouvoir par une junte militaire, vont rouvrir à compter de ce mardi
  • « Les frontières aériennes sont ouvertes à compter du 25 janvier »

OUAGADOUGOU : Les frontières aériennes du Burkina Faso, fermées depuis lundi lors de la prise du pouvoir par une junte militaire, vont rouvrir à compter de ce mardi, selon un communiqué des militaires lu à la télévision nationale

"Les frontières aériennes sont ouvertes à compter du 25 janvier", indique le texte qui ajoute que les frontières terrestres rouvrent uniquement pour les véhicules "humanitaires", ceux "transportant des denrées de première nécessité" ainsi que "les équipements destinés aux forces de défense et de sécurité".


La neige perturbe à Istanbul et Athènes les trafics aérien et routier

En Grèce, la neige a sévit même sur le littoral. (AFP).
En Grèce, la neige a sévit même sur le littoral. (AFP).
Short Url
  • Si deux vols ont été autorisés à atterrir à Istanbul mardi matin, la situation restait chaotique à la mi-journée à l'aéroport
  • En Grèce, le parquet d'Athènes a ouvert une enquête pour rechercher les responsabilités des "perturbations et entrave à la circulation"

ATHENES: D'abondantes chutes de neige en Grèce et en Turquie continuaient de chambouler la vie quotidienne mardi, perturbant le réseau routier d'Athènes et d'Istanbul, ainsi que le trafic aérien de l'aéroport turc, l'un des plus fréquentés d'Europe.


Si deux vols ont été autorisés à atterrir à Istanbul mardi matin, la situation restait chaotique à la mi-journée à l'aéroport, où le trafic aérien restait suspendu depuis la veille.

athenes
L'agglomération d'Athènes ainsi que plusieurs villes du centre du pays se sont réveillées mardi sous un épais manteau blanc. (AFP).


La principale compagnie aérienne turque, Turkish Airlines, a annoncé que ses vols au départ d'Istanbul ne reprendraient pas avant mardi minuit.


Des images partagées sur les réseaux sociaux montraient des passagers dormant sur les fauteuils ou par terre dans les terminaux.


"J’ai vu des femmes âgées de 70 ou 80 ans obligées de passer la nuit sur une chaise en plastique, sans couverture, sans eau ni nourriture et sans savoir où aller", a twitté sandycheeks786 qui se dit "absolument dégoutée".


Les axes routiers dans le sud-ouest de la Turquie vers les provinces d’Antalya et Mugla sont restés fermés au trafic mardi tandis des jours chômés ont été décrétés dans plusieurs provinces, à l'exception des services essentiels.


En Grèce voisine, l'agglomération d'Athènes ainsi que plusieurs villes du centre du pays se sont réveillées mardi sous un épais manteau blanc, contraignant le gouvernement à décréter mardi et mercredi jours chômés en Attique et sur certaines îles enneigées.

3.500 automobilistes piégés près d'Athènes

Dans la nuit de lundi à mardi, "3.500 automobilistes" ont dû être évacués après avoir été piégés sur le périphérique d'Athènes par des chutes de neiges "exceptionnelles", selon le ministre de la Protection civile et du Changement climatique Christos Stylianides.

 

athenes
Des milliers d'arbres cassés ont également entravé la circulation. (AFP). 


Couvertures, nourriture, bouteilles d'eau ont été distribués aux automobilistes dont nombreux ont dû abandonner leurs véhicules sur la chaussée recouverte de neige, alors que la température tombait en dessous de zéro.


Certains automobilistes furieux ont appelé les stations de radio pour exprimer "leur colère" et critiquer le gouvernement et la société de gestion du périphérique pour "ce chaos".


Sur Twitter, le hashtag #AttikiOdos du nom du périphérique à péage a explosé: "il faut porter plainte contre Attiki Odos qui aurait dû fermer l'autoroute". Mais les automobilistes "ont payé le péage et sont restés dans le froid. Pourquoi il n'y a pas eu des chasses-neige?", s'interroge ainsi @Afrodit98675861.

"Les évacuations se poursuivaient sur Attiki Odos" mardi matin, a précisé M. Stylianidis, qui comme la veille s'est "excusé" pour les incidents sur le périphérique de 70 km, qui dessert notamment l'aéroport d'Athènes.


Or le ministre a imputé la responsabilité à la société de gestion qui "n'a pas réussi à laisser ouvert cet axe très fréquenté".


De son côté, la société d'Attiki Odos s'est également excusée pour ces "incidents inédits" sur ce grand axe à péage, mais a souligné que "les problèmes de circulation (...) étaient dus soit à des pannes de véhicules, soit au manque d'expérience des automobilistes dont certains ont eu peur".


Sous la pression du gouvernement, elle a promis "2.000 euros" de dommages-intérêts par voiture bloquée sur l'autoroute qu'elle gère.

« C'est la honte »

Le parquet d'Athènes a ouvert une enquête pour rechercher les responsabilités des "perturbations et entrave à la circulation", selon une source judiciaire.


Le périphérique ainsi que d'autres axes majeurs de la capitale restaient mardi fermés à la circulation. 


Le courant a été coupé dans plusieurs coins de l'Attique. 


"Je n'ai pas d'électricité depuis hier soir (lundi), c'est la honte, si j'étais plus jeune, je quitterais la Grèce", s'est indigné auprès de l'AFP Dionyssis Kiourkakis, un Athénien de 79 ans.


La circulation des bus et les trolleys a elle aussi été suspendue dans les rues d'Athènes, jonchées de branches d'arbres et de voitures enneigées.


"Athènes n'est pas habitué à un tel volume de neige", a indiqué à l'AFP Alexia, une quinquagénaire de Néo Psychiko, dans le nord d'Athènes.


Le transport maritime était également perturbé et les liaisons du Pirée, principal port d'Athènes, avec les îles ont été suspendues en raison des vents forts.