Découverte d'un pendentif gravé par l'homme il y a 41 500 ans

Vue aérienne de la grotte de Stajnia en Pologne où le pendentif en ivoire de mammouth du Paléolithique supérieur a été découvert en 2010. (© Marcin Żarski / Nature)
Vue aérienne de la grotte de Stajnia en Pologne où le pendentif en ivoire de mammouth du Paléolithique supérieur a été découvert en 2010. (© Marcin Żarski / Nature)
Short Url
Publié le Jeudi 25 novembre 2021

Découverte d'un pendentif gravé par l'homme il y a 41 500 ans

  • Vieux de 41 500 ans, découvert en Pologne, c'est le pendentif gravé de ponctuations par une main humaine le plus ancien de l'histoire et le seul précisément daté
  • L'époque est alors riche en production d'objets de parures, considérés comme des manifestations d'un comportement symbolique

PARIS: Vieux de 41 500 ans, découvert en Pologne, c'est le pendentif gravé de ponctuations par une main humaine le plus ancien de l'histoire et le seul précisément daté, grâce à une technique de pointe, révèle une étude publiée jeudi. 

Fabriqué dans l'ivoire d'une corne de mammouth, bruni par le temps, l'objet de 4,5 cm de haut tient dans la main. Il porte encore le petit trou et une partie du deuxième par lesquels passait un lien pour le porter autour du cou. Et surtout une succession d'au moins 50 « ponctuations », des incisions minuscules pratiquées en courbes harmonieuses, dont le sens exact échappe aux paléontologues.  

L'objet, en deux fragments, a été découvert dans la grotte de Stajnia, un abri naturel dominant une vallée dans le sud de la Pologne. L'endroit a déjà fait la Une des revues de paléontologie avec la découverte de molaires de Néandertaliens, datant de plus de 40 000 ans. 

L'époque est alors riche en production d'objets de parures, considérés comme des manifestations d'un comportement symbolique. Particulièrement sous la main d'Homo sapiens, fraîchement arrivé sur le continent eurasiatique depuis l'Afrique, mais aussi sous celle des Néandertaliens, ces « cousins » de l'homme moderne, qui disparaîtront bientôt.  

La découverte du pendentif, qui remonte à 2010, le place en compagnie d'une poignée d'objets ponctués, découverts en France et dans le Jura souabe allemand, mais aussi en Russie et jusqu'au-delà du cercle arctique. 

Leurs datations s'étalant d'environ 30 000 à 40 000 ans, à l'époque de l'Aurignacien, donnent lieu à des discussions « chaudement débattues », pour savoir si cet art a pris naissance à un endroit précis, et si oui, à quel endroit, remarque l'étude parue dans Scientific Reports. 

Cycle de la Lune ?  

Certains prétendent que le Jura souabe, avec notamment une statuette anthropomorphe ponctuée, est « le centre où cette technique est née et s'est ensuite répandue en Europe », dit la professeure Sarah Talamo, directrice du Laboratoire de datation carbone à l'Université de Bologne, et principale auteure de l'étude. 

Mais, ajoute-t-elle, « on n'en sait rien, car on ne connaît pas les dates exactes de ces objets, dont la datation a été obtenue indirectement », par l'étude de l'environnement où ils ont été découverts. Autrement dit, « sans techniques de pointe ». 

En revanche, et en collaboration avec une équipe de l'Institut Max Planck pour l'évolution anthropologique, la scientifique a pu déterminer précisément l'âge du pendentif de Stajnia, grâce à la spectrométrie de masse par accélérateur. Cette technique de pointe exige de 200 à 1 000 fois moins de matière que la datation carbone classique. En l'occurrence, il a suffit de prélever un échantillon de seulement un demi-gramme du précieux pendentif pour en déterminer l'âge.  

Quant à la précision, elle est capitale pour « comprendre comment cette technique a pu se répandre » sur le continent à l'Aurignacien, poursuit la chercheuse.  

Notamment en considérant la particularité remarquable que partage le pendentif de Stajnia avec un autre os gravé daté autour de 38 000 ans, la plaquette Blanchard, du nom d'un site de Dordogne, à 2 000 km de là: tous deux portent une série de ponctuations, organisées en une longue boucle et courbe.  

Un dessin interprété comme un décompte de gibier, un système de numération ou « ressemblant de manière frappante à un analemme lunaire », comme le note l'étude: une représentation de la position changeante de l'astre observée chaque jour depuis un même lieu au cours du cycle de la Lune.   

L'enjeu, selon les auteurs de l'étude, est donc de revoir la datation des autres objets ponctués, et plus largement de « l'art mobile, pour mieux comprendre l'émergence d'un comportement symbolique et de la cognition moderne dans l'évolution humaine ». 


Cannes: «Tori et Lokita», plaidoyer des frères Dardenne pour les mineurs étrangers

L'actrice Nadege Ouedraogo, l'acteur albanais du Kosovo Alban Ukaj, le réalisateur belge Jean-Pierre Dardenne et l'actrice Mbundu Joely saluent leur arrivée pour la projection du film "Tori et Lokita" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France , le 24 mai 2022 (Photo, AFP).
L'actrice Nadege Ouedraogo, l'acteur albanais du Kosovo Alban Ukaj, le réalisateur belge Jean-Pierre Dardenne et l'actrice Mbundu Joely saluent leur arrivée pour la projection du film "Tori et Lokita" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France , le 24 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • «Notre ambition en faisant ce film, c'est de raconter la vie de ces deux enfants»
  • «Tori et Lokita» se distingue grâce à ses deux acteurs principaux

CANNES: Déjà auréolés de deux Palmes d'Or, les frères Jean-Pierre et Luc Dardenne tentent un triplé inédit avec "Tori et Lokita", un drame en forme de plaidoyer pour les enfants exilés, présenté mardi, dans la pure tradition de ces pilliers du cinéma social.

Humiliations, exploitation sexuelle et professionnelle : Tori et Lokita, un enfant hébergé dans un foyer et une adolescente, inséparables depuis leur rencontre sur les routes de l'exil, tentent de survivre dans un environnement qui ne veut pas d'eux.

Pour envoyer de l'argent à leur famille et payer leur dette aux passeurs, ils doivent vendre de la drogue pour un restaurateur italien, qui les tient sous sa coupe. Leur espoir ? Que Lokita obtienne des papiers et puisse leur offrir une vie meilleure, avant que l'on ne découvre leur secret: ils ne sont pas frère et soeur.

"Notre ambition en faisant ce film, c'est de raconter la vie de ces deux enfants, ces adolescents qui sont des êtres fragiles dans nos sociétés", a expliqué à l'AFP Jean-Pierre Dardenne, pour la neuvième fois en compétition avec son frère Luc.

"La réponse à cette cruauté, à cette violence dans le film, c'est leur amitié (...) L'amitié est ce qui vous sauve, ce qui vous permet de survivre et de rire (...) C'est ce qui les maintient en vie", poursuit-il. "Pas une déclaration politique", selon ses réalisateurs, le film, dans un style épuré, est un appel pour une meilleure prise en charge de ces jeunes exilés, livrés à eux-mêmes.

"Notre cinéma, c'est quand même de regarder comment va le monde. Il nous a semblé que la fragilité de ces enfants, de leur situation, qu'à travers leur histoire, c'était une façon de regarder le monde d'aujourd'hui", ajoute le réalisateur, titulaire comme son frère d'une Palme d'Or pour Rosetta, en 1999, et pour L'Enfant (2005).

Allant à l'essentiel, d'une structure linéaire, "Tori et Lokita" se distingue grâce à ses deux acteurs principaux : Joely Mbundu (Lokita) et Pablo Schils (Tori), tous deux non professionnels. "Moi, je n’ai pas considéré ça comme du travail, plutôt comme un jeu, parce que je me suis bien amusé. Franchement, ils se sont adaptés par rapport à mon âge", a confié Pablo Schils.


Pour l'Ukrainien Loznitsa, le boycott systématique des artistes russes est «grotesque»

Le réalisateur biélorusse Sergei Loznitsa arrive pour la projection du film "The Natural History Of Destruction (L'Histoire Naturelle De La Destruction)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 23 mai 2022 (Photo, AFP).
Le réalisateur biélorusse Sergei Loznitsa arrive pour la projection du film "The Natural History Of Destruction (L'Histoire Naturelle De La Destruction)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 23 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Festival de Cannes avait décidé de ne pas accueillir de représentation officielle russe ni de Russes
  • Thierry Frémaux avait défendu l'idée d'accueillir des dissidents russes

CANNES: Le cinéaste ukrainien Sergei Loznitsa, venu présenter mardi sur la Croisette son nouveau film, a manifesté son opposition au boycott des artistes russes en raison de leur nationalité, malgré la "dévastatrice" invasion russe en Ukraine, lors d'un entretien à l'AFP.

L'habitué de Cannes avec des films comme "Maïdan", sur la révolution ukrainienne, ou "Donbass", se démarque de nombre de ses compatriotes. Il a été écarté de l'Académie cinématographique d'Ukraine en mars pour avoir refusé de mettre tous les artistes russes dans le même panier.

Décider qui sont les bons et les mauvais est "grotesque", a affirmé le réalisateur, venu présenter "The Natural History of Destruction, un documentaire sur la destruction des villes allemandes par les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.

"Cette attitude est inhumaine". "Comment définissez-vous le concept de russe? Etes-vous Russe en raison de votre passeport, de votre citoyenneté? De votre ethnie? C'est une pente glissante", a-t-il lancé.

"Je suis fermement convaincu qu'on doit juger les gens sur leurs déclarations, leurs actions individuelles et non en fonction de leurs passeports. Chaque cas individuel doit être jugé sur ses propres mérites".

Certaines voix se sont élevées contre la présence du Russe Kirill Serebrennikov, en compétition au 75e Festival de Cannes, avec son film "La femme de Tchaikovski". En rupture avec le régime, le réalisateur et metteur en scène de théâtre vit désormais à Berlin où il s'est installé depuis l'invasion russe en Ukraine.

Même s'il a condamné la guerre, certaines personnalités ukrainiennes du 7e art lui reprochent d'avoir accepté des financements de l'oligarque russe Roman Abramovitch.

"On me pose la question du rôle d'Abramovitch qui détient un des fonds qui a financé mon film. Abramovitch, c'est quelqu'un qui a beaucoup aidé les projets d'art contemporain, les ONG (...) et c'est quelqu'un qui a été dans les négociations entre l'Ukraine et la Russie", a-t-il expliqué récemment à l'AFP.

A la suite de l'invasion russe en Ukraine, le Festival de Cannes avait décidé de ne pas accueillir de représentation officielle russe ni de Russes qui défendent la ligne du Kremlin au sujet de l'Ukraine.

Mais, son délégué général Thierry Frémaux avait défendu l'idée d'accueillir des dissidents russes: "il y a des Russes artistes, journalistes, qui ont quitté la Russie. Kirill Serebrennikov est un homme qui a considéré que s'il ne quittait pas la Russie, il se rendait complice de cette guerre".


Sky News Arabia lance une nouvelle plate-forme numérique en langue arabe

(Photo, AN)
(Photo, AN)
Short Url
  • SNABusiness.com couvrira l’actualité et les analyses économiques et des affaires
  • SNABusiness.com proposera des informations plus complètes et des articles adaptés aux tendances actuelles du marché et aux attentes du public

 

ABU DHABI: Sky News Arabia a lancé une nouvelle plate-forme numérique en langue arabe, SNABusiness.com, qui propose des flashs infos, des analyses économiques et des reportages approfondis.

Le lancement de cette plate-forme répond à «la demande des consommateurs en matière de renseignements et d’informations économiques objectifs et concrets», selon un communiqué publié par la société.

Youssef Tsouri, directeur de l’information de Sky News Arabia, explique à Arab News que la nouvelle plate-forme avait été créée en réponse à «l’appétit croissant pour l’actualité des affaires».

«Au cours des dernières années, nous avons constaté une augmentation considérable du nombre de visiteurs de la section actualités des affaires de notre site principal, notamment au sein de la jeune génération arabe, qui est investie dans son avenir et recherche donc des informations plus approfondies et plus pertinentes», dit-il.

«C’est dans cet esprit que nous avons lancé la plate-forme d’actualités des affaires afin de fournir une couverture plus approfondie en vue d’offrir à la fois aux chefs d’entreprise et au grand public une valeur ajoutée dans le paysage économique actuel», ajoute-t-il. 

La publication numérique couvrira tous les sujets relatifs aux affaires et à l’économie dans tous les secteurs, y compris les technologies financières, l’énergie et le pétrole, le tourisme, l’immobilier et l’agriculture, entre autres.

SNABusiness.com proposera des informations plus complètes et des articles adaptés aux tendances actuelles du marché et aux attentes du public, précise M. Tsouri.

Le site comprendra des contenus divers, notamment des rapports, des vidéos et des interviews exclusives. SNABusiness.com vise à présenter des données complexes d’une manière facile à comprendre grâce à des graphiques, des infographies et des vidéos numériques.

«Grâce à sa population jeune et technophile, le monde arabe possède l’une des économies numériques les plus avancées au niveau mondial, de nombreux pays du Moyen-Orient étant les premiers à adopter des technologies numériques de pointe», observe M. Tsouri.

«Le site d’actualités des affaires et ses réseaux sociaux sont complétés par les secteurs d’activité et les programmes sur notre canal linéaire.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com