« Riad Salamé cherchait à accommoder la classe politique libanaise », accuse Alain Bifani

Dans un pays où la corruption politique est répandue, Alain Bifani était-il au courant ? (AFP).
Dans un pays où la corruption politique est répandue, Alain Bifani était-il au courant ? (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 25 septembre 2020

« Riad Salamé cherchait à accommoder la classe politique libanaise », accuse Alain Bifani

  • « Notre système est complètement malade, je ne veux pas en être le complice », affirme l’ancien directeur général du ministère des Finances après sa démission
  • « L’initiative française est la seule option sérieuse sur la table ; sa faiblesse est qu’elle s’appuie sur le système existant mais, de manière pragmatique, il n’y a pas d’autre solution »

PARIS: Alain Bifani, directeur général du ministère des Finances libanais, économiste de renommée internationale, protégé du président libanais Michel Aoun, a démissionné suite à l’impossibilité pour le gouvenernement Diab de poursuivre les négociations avec le FMI.

Dans une interview à Arab News en français à Paris, il répond aux critiques qui l’accusent d’avoir démissionné tardivement, après avoir été témoin pendant 20 ans de la corruption au sein du système de gouvernance de l’administration publique au Liban.

« Il faut d’abord bien comprendre comment fonctionne le système. Un directeur général donne un avis sur tout au quotidien. Il donne des avis négatifs sur ce qui lui semble mauvais, mais ne porte aucune responsabilité. C’est la même chose d’ailleurs pour tout membre du conseil central de la Banque du Liban, affirme Alain Bifani. Les gens oublient qu’en 2008, j’ai présenté ma démission et que suis revenu dessus uniquement parce qu’on me l’avait demandé. Ils oublient aussi que j’ai passé 20 ans à me battre au quotidien avec des ministres, j’émettais des critiques sur les mauvaises dépenses, les mutations qui ne convenaient pas. Je n’ai donc pas à endosser la responsabilité de la corruption. »

Dans un pays où la corruption politique est répandue, Alain Bifani était-il au courant ? « J’ai fait des rapports à mes ministres ou aux organismes de contrôle sur la corruption que j’avais constatée, conformément à ma mission de directeur général. Si je ne l’avais pas fait, j’aurais bien sûr été responsable. Je suis tout à fait tranquille par rapport à ça », affirme l’ancien directeur général du ministère des Finances. Il explique son changement de cap et sa démission par l’impossibilité de faire changer la donne à un moment clé de l’histoire du Liban. « Autrefois, je me battais pour changer des textes sur lesquels j’étais en désaccord, mais aujourd’hui il s’agit de bien plus que cela. Le Liban est confronté à un choix de système, comme au début des années 90, au début de la reconstruction », raconte Alain Bifani.

L’ex directeur du ministère des Finances revient sur ce choix de système. « Il y avait deux options : la première prévoyait de faire supporter l’ensemble des pertes financières au citoyen libanais, tandis que la seconde avait au contraire pour objectif de faire porter le poids de la crise à ceux qui ont outrageusement profité du système depuis longtemps. Je me suis battu pour la seconde option, et je fais partie de ceux qui ont participé à l’élaboration d’un plan de sauvetage préconisant cette option, négociée dans le cadre des discussions avec le FMI, fait remarquer Alain Bifani. Lorsque je me suis rendu compte que ce choix n’était pas privilégié et que les petits déposants allaient faire les frais de mesures qui ont surtout profité à l’élite politique et économique du pays, je me suis dit que je ne pouvais pas être complice d’une chose pareille. Cela a été le déclic. Y a-t-il eu au Liban une affaire de corruption clôturée par la justice ? En réalité, pratiquement aucune. »

Des divergences avec les Hariri et le gouverneur de la Banque centrale

On dit d’Alain Bifani, proche du président Aoun, qu’il est hostile aux Hariri. « Je vais être honnête, réagit l’ancien ministre. Je n’ai jamais été partisan de l’approche économique adoptée par Rafic Hariri. Je pense qu’un État a besoin de ses institutions publiques pour fonctionner et qu’on ne peut pas en faire fi, en argumentant que l’important, c’est que le système marche. Dans ce cas, le système n’est plus juste : il n’existe pas d’organismes de contrôle forts, on perd tous les gardes fou indispensables. Je peux bien sûr comprendre qu’un Premier ministre ait eu envie de faire vite, d’abattre des murs, mais je pense que tout ça ne pouvait que mener à une déliquescence  de l’État », soutient l’ancien homme clé du ministère des Finances, qui nuance cependant son point de vue. « Je dois dire qu’à partir de 2003, nous avons commencé à avoir une très bonne relation avec Rafic Hariri, cela a duré jusqu’à son assassinat. Ensuite, lorsque Saad Hariri a été Premier ministre, nous sommes partis d’un très bon pied, mais l’arrivée de Fouad Siniora au ministère des Finances n’a pas été une bonne chose. Je ne m’entendais pas avec lui. Sa conception de l’État, des finances publiques n’avait rien à voir avec mes principes.

Avec Riad Salamé, le gouverneur de la Banque du Liban, les différences d’approches étaient aussi marquées.« Nous avons toujours eu des relations cordiales, mais nous n’avons jamais eu la même approche. Je n’ai jamais été fan d’une politique qui consiste à tout prix à stabiliser un pouvoir d’achat pour une certaine catégorie de la population. Il cherchait à accommoder la classe politique, ce à quoi je m’opposais. Nous avons eu cette discussion de nombreuses fois ensemble. Il n’a jamais fixé des lignes rouges à la classe politique. Quand il s’est rendu compte en 2015-2016 que le système bancaire n’était plus viable, il s’est laissé embarquer dans une politique suicidaire prévoyant des ingénieries financières permettant juste de prolonger sa survie. Je ne pouvais pas être d’accord. »

Quel avenir pour le Liban ?

Alain Bifani a accueilli positivement l’initiative d’Emmanuel Macron et sa vison sur l’avenir des réformes au Liban. « Notre système est complètement malade. Si on cherche à le perpétuer, ce ne sera de toute façon que du très court terme. Je ne le souhaite pas. L’initiative française a au moins le mérite d’exister. C’est la seule option sérieuse sur la table. Sa faiblesse est qu’elle s’appuie sur le système existant, mais de manière pragmatique, il n’y a pas d’autre solution, et il faut bien passer par là. On attend de cette initiative la formation d’un nouveau gouvernement, un travail herculéen afin de gérer la faillite de l’économie, car nous sommes bien en faillite, une entente avec le FMI, la mise en place de filets sociaux très puissants, car on parle de près de 60% de la population qui vit dans la misère. Il faut aussi que les services publics comme l’eau ou l’électricité fonctionnent à nouveau efficacement. Le Liban a besoin d’une énorme refonte de son système de gouvernance, un système judicaire indépendant qui puisse atteindre le plus haut sommet de la pyramide, et que les politiques soient rendus responsables de leurs actes. Il faudra des responsables compétents et qui sauront agir vite pour faire toutes ces transformations. »

L’ancien directeur général du ministère des Finances pointe la complexité de tout changement de système. « Il faudrait qu’il y ait un déminage au sein du Parlement, qui au final ne fait que représenter les différents clans politiques qui ont tout à perdre d’une réforme du système. Le système est verrouillé de l’intérieur. La récente déclaration de Riad Salamé qui a dit qu’il suivrait toute décision prise par le nouveau gouvernement est peut-être un verrou de moins, l’avenir le dira. »

Concernant l‘impact des sanctions américaines sur le Hezbollah et ses alliés, Alain Bifani estime qu’on a amplifié leur impact sur l’économie dans son ensemble. « Elles ciblent des individus, ce qui peut avoir une portée politique pour certaines personnes, mais ce n’est pas cela qui va faire que le Liban recevra plus ou moins de milliards », conclut-il.


Le ministre souligne l'importance de continuer à développer le partenariat entre Bahreïn et le Royaume-Uni

Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Short Url
  • La ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling, est en visite à Manama
  • Le ministre des finances et de l'économie nationale de Bahreïn a souligné la profondeur des relations entre le Royaume-Uni et Bahreïn

RIYADH : Le ministre des finances de Bahreïn a souligné l'importance de continuer à développer le partenariat entre son pays et le Royaume-Uni afin de créer des opportunités d'investissement plus ambitieuses, a rapporté dimanche l'agence de presse de Bahreïn.

Le ministre des finances et de l'économie nationale, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, a également mis en avant le lien qui unit le Royaume-Uni et le Bahreïn et qui a renforcé la coopération économique et le partenariat entre les deux pays.

Le ministre a également souligné l'importance de s'appuyer sur la coopération fructueuse entre les deux pays et d’élargir les horizons afin d’atteindre des ambitions et des objectifs communs.

C’est dans le cadre de la visite à Manama de la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling que ces propos sont intervenus.

Milling a déclaré qu'elle était ravie de visiter Bahreïn et de rencontrer les fonctionnaires de l'ambassade britannique pour en savoir plus sur le « travail en cours avec le gouvernement de Bahreïn. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Jordanie: plusieurs responsables limogés après une fuite mortelle de gaz dans un port

Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Premier ministre a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des «grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba»
  • La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune

AMMAN: Plusieurs hauts responsables jordaniens ont été limogés après une fuite de chlore lundi dernier dans le port d'Aqaba ayant causé la mort de treize personnes et blessé plus de 260, a annoncé dimanche le Premier ministre, Bicher al-Khasawneh. 

La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune. 

Aqaba, l'un des principaux ports de la mer Rouge, est également le seul du royaume hachémite, par lequel transitent la plupart des importations et exportations jordaniennes. La ville est en outre une importante station balnéaire. 

M. Khasawneh a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des « grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba ». 

De son côté, le ministre jordanien de l'Intérieur, Mazen al-Faraya, qui a présidé la commission d'enquête, a confirmé lors d'une conférence de presse que des « négligences à plusieurs niveaux » étaient à l'origine de l'accident. 

Il a pointé du doigt notamment la responsabilité du « directeur général de l'Autorité maritime jordanienne, du directeur général de l'entreprise de gestion et d'exploitation des ports d'Aqaba », ainsi que deux autres chefs de département de cette entreprise. 

Les responsables n'ont selon l'enquête « pas pris les précautions nécessaires pour la sécurité publique lors du chargement de ces matières dangereuses ». 

« Le poids du conteneur était de 28 900 tonnes, soit trois fois plus que la capacité du câble de 8,6 tonnes, ce qui a entraîné sa rupture », a expliqué le ministre. 

Selon lui, l'enquête a prouvé que « certaines tâches dans le port ont été attribuées à des employés non spécialisés ». 

Par ailleurs, 95% des quelque 2 300 employés du port d'Aqaba ont entamé dimanche une grève, selon un dirigeant syndical. 

Ils « protestent contre les manquements aux mesures de sécurité dans le port, qui a entraîné des morts et des blessés parmi leurs collègues », a déclaré Ahmed Amayreh, chef du syndicat des travailleurs du port. 


Shihana Alazzaz nommée Secrétaire générale adjointe du Conseil des ministres saoudien par décret royal

Le roi Salmane. (Dossier/SPA)
Le roi Salmane. (Dossier/SPA)
Short Url
  • Alazzaz a été l'une des premières femmes autorisées à pratiquer le droit en Arabie
  • La princesse Haïfa bent Mohammed a été nommée vice-ministre du Tourisme par décret royal

RIYAD : Le roi Salmane d'Arabie saoudite a nommé dimanche Shihana Alazzaz au poste de secrétaire général adjoint du Conseil des ministres.

Alazzaz a été l'une des premières femmes autorisées à pratiquer le droit en Arabie saoudite et a occupé le poste de conseiller juridique au Fonds d'investissement public. 

La princesse Haifa bent Mohammed a été nommée vice-ministre du tourisme par décret royal. 

Le prince Abdelrahman ben Mohammed a été relevé de son poste de secrétaire général du Conseil des ministres et a été nommé conseiller à la Cour royale.

Le Dr Bandar ben Obaid ben Hamoud Al-Rasheed est nommé secrétaire du prince héritier Mohammed ben Salmane en plus de ses autres fonctions.

Mansour ben Abdallah ben Ali ben Salama est nommé adjoint au secrétaire du prince héritier Mohammed ben Salmane. 

Ayman ben Mohammed Al-Sayari est nommé gouverneur adjoint pour les investissements et la recherche à la Banque centrale saoudienne.

Le Dr Khaled ben Walid ben Fadl Al-Dhaher est nommé gouverneur adjoint pour le contrôle et la technologie à la Banque centrale saoudienne. 

Abdelaziz ben Ismail ben Rashad Trabzoni est nommé conseiller à la Cour royale.

Le Dr. Rumaih ben Mohammed Al-Rumaih est nommé vice-ministre des transports et des services logistiques et est chargé d'effectuer le travail du président de l'autorité des transports publics.

Ihab ben Ghazi ben Fahmy Al-Hashani est nommé vice-ministre des Affaires municipales, rurales et du Logement.

Abdelaziz ben Hamad ben Saleh Al-Rumaih est nommé vice-ministre de la Planification et du Développement au ministère de la santé. 

Ahmed ben Sufyan ben Abdel Razzaq Al-Hassan est nommé ministre adjoint des Transports et des Services logistiques.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com