Nucléaire: l'Iran se dit «fermement déterminé» à parvenir à un accord à Vienne

Le drapeau national iranien flottant devant le siège de l'Agence internationale de l'énergie atomique lors de la réunion du conseil des gouverneurs de l'agence à Vienne le 1er mars 2021. (Photo, AFP)
Le drapeau national iranien flottant devant le siège de l'Agence internationale de l'énergie atomique lors de la réunion du conseil des gouverneurs de l'agence à Vienne le 1er mars 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 29 novembre 2021

Nucléaire: l'Iran se dit «fermement déterminé» à parvenir à un accord à Vienne

  • «Le gouvernement a montré sa volonté et son sérieux en envoyant une équipe de qualité connue de tous. Si l'autre côté montre la même volonté, nous serons sur la bonne voie pour parvenir à un accord»
  • L'accord de Vienne offrait à Téhéran la levée d'une partie des sanctions étouffant son économie en échange d'une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous un strict contrôle de l'ONU

TEHERAN : L'Iran est "fermement déterminé" à parvenir à un accord avec la communauté internationale sur le dossier nucléaire, lors des pourparlers qui reprennent lundi à Vienne, a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.


"La délégation de la République islamique d'Iran est à Vienne avec la ferme détermination de parvenir à un accord et envisage des pourparlers fructueux", a déclaré à la presse Saïd Khatibzadeh. 


"Le gouvernement a montré sa volonté et son sérieux en envoyant une équipe de qualité connue de tous. Si l'autre côté montre la même volonté, nous serons sur la bonne voie pour parvenir à un accord", a-t-il ajouté.


Selon des médias iraniens, la délégation iranienne conduite par le vice-ministre des Affaires étrangères Ali Bagheri, a été fortement étoffée pour ce nouveau round de négociations.


"Si les Etats-Unis viennent à Vienne avec la détermination de sortir de l'impasse et de surmonter les problèmes sur lesquels nous n'étions pas d'accord lors des rounds précédents, la voie du dialogue sera certainement plus facile", a souligné le porte-parole.


Suspendues depuis juin, les négociations sur le nucléaire iranien doivent reprendre entre Téhéran et les pays encore parties à l'accord conclu en 2015 soit l'Allemagne, la Chine, la France, le Royaume-Uni et la Russie. Les Etats-Unis, qui ont quitté le pacte en 2018 sous la présidence de Donald Trump, doivent participer de manière indirecte aux discussions. 


L'accord de Vienne, connu sous son acronyme anglais JCPOA, offrait à Téhéran la levée d'une partie des sanctions étouffant son économie en échange d'une réduction drastique de son programme nucléaire, placé sous un strict contrôle de l'ONU.


Revenant toutefois sur la méfiance de son pays vis-à-vis des Etats-Unis, M. Khatibzadeh a insisté: "Nous recherchons une vérification pratique de la mise en oeuvre des engagements américains dans le cadre de l'accord nucléaire. C'est un de nos axes principaux de la poursuite des pourparlers".


Le porte parole a dit espérer "arriver à un accord le plus tôt possible afin de lever les sanctions".

«Jour et nuit»
En se retirant de l'accord en 2018, les Etats-Unis ont  réintroduit des sanctions contre Téhéran, l'accusant de toujours chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert de programme nucléaire civil. Téhéran, qui dément ces intentions, a en retour progressivement abandonné ses engagements.


Interrogé sur la récente visite à Téhéran de Rafael Grossi, chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), M. Khatibzadeh a répondu: "De bonnes conversations ont eu lieu à différents niveaux. Ces pourparlers sont restés inachevés car nous ne sommes pas parvenus à un accord sur certains mots et concepts importants pour les deux parties, mais les termes de l'accord ont été presque finalisés".


"La délégation de la République islamique d'Iran aura des réunions avec l'Agence (AIEA) dans les prochains jours concernant la finalisation du texte. Les relations entre les deux parties se poursuivront à différents niveaux", a-t-il précisé.


Le porte-parole a par ailleurs critiqué la ministre britannique des Affaires étrangères pour l'article qu'elle a cosigné dans le quotidien Telegraph avec son homologue israélien Yair Lapid, la veille de la reprise des négociations, et affirmant qu'ils "travailleraient jour et nuit pour empêcher le régime iranien d'avoir un jour l'arme nucléaire".


"Vous constaterez qu'au moins certains pays européens ne viennent pas à Vienne avec la volonté nécessaire de lever les sanctions. Cela montre que non seulement certains de ces pays ne sont pas sérieux, mais qu'ils veulent prolonger les pourparlers et retarder la levée des sanctions", a affirmé M. Khatibzadeh en allusion à cet article.


Franck Riester à Abu Dhabi pour la conférence ministérielle de l'OMC

Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU (Photo, AFP).
Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU (Photo, AFP).
Short Url
  • L'événement réunit des représentants de nombreux pays pour évoquer les défis et les opportunités du commerce mondial
  • Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU

RABAT: Dans le cadre de la 13ᵉ conférence ministérielle (CM13) de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le ministre délégué Franck Riester, en charge du commerce extérieur et de l'attractivité, de la francophonie et des Français de l’étranger, s’est rendu à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis (EAU). 

L'événement, qui se déroule du dimanche 25 au mardi 27 février 2024, réunit des représentants de nombreux pays pour évoquer les défis et les opportunités du commerce mondial.

Ce déplacement revêt une importance significative dans le contexte où la France et l’Union européenne œuvrent pour que «l’OMC retrouve toute sa place au centre du système commercial multilatéral et soit en mesure de répondre aux enjeux actuels du commerce mondial», a annoncé le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Parmi les priorités figure le «rétablissement du mécanisme de règlement des différends de l’organisation», précise le communiqué.

Au cours de cette conférence, l’homme politique mettra en avant «l’importance de la montée en puissance des enjeux de politique industrielle et de concurrence équitable». Il défendra également la conclusion d'accords prioritaires pour la France, notamment celui qui porte sur les subventions contribuant à la surpêche et aux surcapacités, ajoute le communiqué.

Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU. Des échanges sont également prévus avec des membres de la communauté française établie dans le pays hôte.

La journée du lundi 26 février sera marquée par la cérémonie d’ouverture de la CM13, suivie de sessions dédiées à des sujets cruciaux tels que l’accession des Comores et du Timor oriental à l'OMC ainsi que la ratification de l’accord sur les subventions à la pêche.

Par ailleurs, Franck Riester profitera de son séjour pour visiter la Sorbonne Abu Dhabi ; il y discutera avec des professeurs de français et des étudiants.

 


L'occupation israélienne est un «affront à la justice», estime la Ligue arabe

Le représentant de la Ligue arabe Abdel Hakim El-Rifai (Capture d'écran, ONU).
Le représentant de la Ligue arabe Abdel Hakim El-Rifai (Capture d'écran, ONU).
Short Url
  • «Cette occupation prolongée est un affront à la justice internationale», a déclaré devant les magistrats le représentant de la Ligue arabe
  • «L'incapacité à y mettre fin a conduit aux horreurs actuelles perpétrées contre le peuple palestinien, équivalant à un génocide», a affirmé Abdel Hakim El-Rifai

LA HAYE: La Ligue des Etats arabes a qualifié lundi devant la plus haute juridiction de l'ONU l'occupation des territoires palestiniens par Israël d'"affront à la justice internationale", affirmant que ne pas y mettre fin équivalait à un "génocide".

La Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye, clôt lundi une semaine d'audiences sur les conséquences juridiques de l'occupation par Israël de territoires palestiniens depuis 1967, avec un nombre inédit de 52 pays appelés à témoigner.

"Cette occupation prolongée est un affront à la justice internationale", a déclaré devant les magistrats le représentant de la Ligue arabe.

"L'incapacité à y mettre fin a conduit aux horreurs actuelles perpétrées contre le peuple palestinien, équivalant à un génocide", a affirmé Abdel Hakim El-Rifai.

La plupart des intervenants ont appelé à ce qu'Israël mette fin à son occupation ayant suivi la guerre des Six Jours, mais Washington a pris la défense de son allié.

L'ONU a demandé à la CIJ de rendre un "avis consultatif" non contraignant sur les "conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques d'Israël dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est".

La cour rendra probablement son avis avant la fin de l'année.

Israël ne participe pas aux audiences mais a soumis une contribution écrite dans laquelle il qualifie les questions posées au tribunal de "préjudiciables" et "tendancieuses".

Les audiences ont débuté lundi dernier avec les témoignages de responsables palestiniens, qui ont accusé les occupants israéliens de diriger un système de "colonialisme et d'apartheid" et exhorté les juges à appeler à la fin de l'occupation "immédiatement, totalement et sans condition".

Ces audiences sont distinctes d'une affaire portée auprès de la CIJ par l'Afrique du Sud, qui accuse Israël de commettre des actes génocidaires à Gaza. En janvier, la cour a appelé Israël à prévenir tout éventuel acte de génocide dans ce petit territoire palestinien, mais n'a pas évoqué de cessez-le-feu.

Le conflit a été déclenché par l'attaque sur le sol israélien du mouvement islamiste palestinien du Hamas du 7 octobre, qui a fait plus de 1.160 morts, civils en majorité, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

En représailles, l'armée israélienne a lancé une offensive qui a fait 29.782 morts à Gaza, en grande majorité des civils, selon le ministère de la Santé du Hamas.


L’Égypte installe un deuxième camp pour les Palestiniens déplacés à Khan Younès

Une photo, prise depuis un camp de tentes abritant des Palestiniens déplacés à Rafah, dans la bande de Gaza, le 22 février 2024, montre de la fumée s’élever lors d’une opération terrestre israélienne à Khan Younès. (Reuters)
Une photo, prise depuis un camp de tentes abritant des Palestiniens déplacés à Rafah, dans la bande de Gaza, le 22 février 2024, montre de la fumée s’élever lors d’une opération terrestre israélienne à Khan Younès. (Reuters)
Short Url
  • La construction du deuxième camp se terminera à la fin de cette semaine
  • Cette initiative s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par l’Égypte pour alléger les souffrances du peuple palestinien

LE CAIRE: L’Égypte a commencé à installer un deuxième camp pour les déplacés à Khan Younès, au sud de la bande de Gaza. D’une capacité de quatre cents tentes, il pourra accueillir près de quatre mille personnes. Il sera alimenté en électricité et équipé de toilettes, indique une source à la chaîne d’information Al-Qahera, samedi.

La source indique que le deuxième camp sera accompagné d'un hôpital de campagne dans la ville de Rafah, en Palestine, ainsi que d'un autre camp situé au nord de Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza.

L’Égypte mettra également en place deux centres de distribution d’aide à Rafah, qui abrite désormais un grand nombre de Palestiniens déplacés.

La construction du deuxième camp devrait s’achever à la fin de cette semaine. Cette initiative s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par l’Égypte pour alléger les souffrances du peuple palestinien.

Parallèlement, le Croissant-Rouge égyptien, en coopération avec le Croissant-Rouge palestinien, poursuit ses travaux visant à établir un deuxième camp de personnes déplacées à Khan Younès.

Le Croissant-Rouge palestinien a écrit dimanche sur X: «Les équipes du Croissant-Rouge palestinien, en partenariat avec le Croissant-Rouge égyptien, ont achevé la deuxième phase du camp égyptien destiné à héberger les personnes déplacées dans la région de Mawasi à Khan Younès.»

«Au total, cent trente-neuf tentes ont été installées, pouvant accueillir cent trente-neuf familles», ajoute le Croissant-Rouge palestinien.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com