L'OMS réclame force et unité pour mieux combattre la prochaine pandémie

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à l'ouverture lundi d'une réunion exceptionnelle de l'Assemblée mondiale de la santé - organe décisionnel suprême de l'Organisation mondiale de la santé qui rassemble ses 194 membres. (Photo, AFP)
Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à l'ouverture lundi d'une réunion exceptionnelle de l'Assemblée mondiale de la santé - organe décisionnel suprême de l'Organisation mondiale de la santé qui rassemble ses 194 membres. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 30 novembre 2021

L'OMS réclame force et unité pour mieux combattre la prochaine pandémie

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à l'ouverture lundi d'une réunion exceptionnelle de l'Assemblée mondiale de la santé - organe décisionnel suprême de l'Organisation mondiale de la santé qui rassemble ses 194 membres. (Photo, AFP)
  • «Le moment est venu de nous élever au-dessus de cette pandémie et de laisser un héritage aux générations qui nous suivront», a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus
  • Les membres de l'OMS sont convenus dimanche de lancer des négociations en vue de créer un instrument international pour mieux prévenir et combattre les pandémies

GENEVE: L'OMS a appelé lundi la communauté internationale à s'unir pour mieux combattre la prochaine pandémie et ainsi éviter le chaos né du Covid.

"Tout cela se reproduira à moins que vous, les nations du monde, ne vous unissiez pour dire d'une seule voix : plus jamais ça !", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à l'ouverture d'une réunion exceptionnelle de l'Assemblée mondiale de la santé - l'organe décisionnel suprême de l'Organisation mondiale de la santé qui rassemble ses 194 membres.

Dans un article paru dimanche dans Project Syndicate, un média en ligne d'opinions, il a également appelé les pays à prendre des mesures pour faire face aux prochaines épidémies en "coopérant et collaborant" et ne pas retomber dans le "chaos et la confusion qui ont exacerbé" l'actuelle pandémie.

Cette réunion de trois jours à Genève n'est que la deuxième session spéciale de l'Assemblée mondiale de la santé, la première en 2006 ayant fait suite à la mort de celui qui était alors à la tête de l'OMS, le Sud-Coréen Lee Jong-wook.

Au terme de la réunion, les membres de l'OMS, qui sont convenus dimanche d'entamer des négociations en vue de créer un instrument international pour mieux éviter et combattre les pandémies, devront officiellement valider ce mandat de négociation.

Une fois le processus enclenché, ils devront décider si cet instrument sera contraignant - à l'instar d'un traité - ou pas.

"Notre sentiment, c'est qu'il y a une grosse partie des Etats, dont la Chine et la Russie, qui sont d'accord avec cette idée d'un traité", a dit à l'AFP une source diplomatique française.

"Nous sommes prêts à (...) une convention de l'OMS, un accord ou un autre instrument international", a déclaré pendant les débats un représentant chinois, Shen Hongbing. 

Les Etats-Unis ont en revanche jusqu'à présent fait preuve d'une certaine réticence face à un cadre juridique contraignant. Lundi, le ministre américain de la Santé, Xavier Becerra, s'est contenté de dire que son pays apportait son soutien à "la préparation d'une convention de l'OMS ou d'un autre type d'instrument international", sans autres précisions.

«Entrer dans l'histoire»

La proposition d'instrument international contraignant - soutenu par le Dr Tedros - avait été présentée fin mars dans une tribune signée par les dirigeants de pays répartis sur les cinq continents, dont le président français Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel, le Premier ministre britannique Boris Johnson et les présidents sud-africain Cyril Ramaphosa et chilien Sebastián Pinera.

"Aujourd'hui, j'espère que nous allons entrer dans l'histoire. La situation dans le monde l'exige", a déclaré lundi au cours des débats le président du Conseil européen, Charles Michel, à l'origine du projet.

"Nous voulons être mieux préparés, disposer de contremesures médicales suffisantes (...) et pouvoir nous appuyer sur des mécanismes de décision efficaces", a souligné le ministre français de la Santé, Olivier Véran.

C'est dans un contexte de panique mondiale que se déroule la réunion, après la découverte du nouveau variant Omicron du coronavirus, dont la dangerosité et la transmissibilité sont encore à déterminer.

La gestion du Covid-19 a montré les limites de ce que l'OMS a le droit et les moyens de faire. Manque de partage des échantillons et des données sur les premiers cas de Covid, ainsi que des vaccins : "Au fond, la pandémie est une crise de solidarité et de partage", a encore relevé M. Tedros, qui réclame un renforcement de l'OMS face aux Etats.

La chemin reste toutefois encore long avant qu'un traité ou un autre instrument international sur les pandémies puisse voir le jour.

Le projet d'accord prévoit dans un premier temps la création d'"un organe intergouvernemental" en vue de rédiger et de négocier "une convention, un accord ou un autre instrument international de l'OMS sur la prévention, la préparation et la riposte face aux pandémies".

Un rapport intermédiaire est attendu pour mai 2023, suivi de conclusions en mai 2024.


Italie: le braconnage des dattes de mer, grave menace pour la côte

Au large de la côte rocheuse du sud-est de l'Italie, deux plongeurs de la police financière font des allers-retours dans les eaux bleues, sous le regard curieux des vacanciers. (AFP)
Au large de la côte rocheuse du sud-est de l'Italie, deux plongeurs de la police financière font des allers-retours dans les eaux bleues, sous le regard curieux des vacanciers. (AFP)
Short Url
  • La croissance de la datte de mer est très lente, il lui faut trois décennies pour atteindre seulement cinq centimètres, ce qui signifie qu'une fois pêchée elle n'est pas vite remplacée
  • Il y a trente ans, le biologiste marin Stefano Piraino et ses collègues ont découvert que plus de 40% de la côte ouest des Pouilles était gravement endommagée par la récolte des dattes de mer

MONOPLI: Au large de la côte rocheuse du sud-est de l'Italie, deux plongeurs de la police financière font des allers-retours dans les eaux bleues, sous le regard curieux des vacanciers.

Ils ne cherchent aucun trésor enfoui mais des preuves de la chasse aux moules connues comme dattes de mer, un mollusque interdit devenu un symbole de statut social et dont le braconnage détruit de manière irréversible les côtes italiennes.

Juste sous la surface, la roche calcaire qui abrite d'innombrables organismes est éventrée par des centaines de trous artificiels, preuve que des braconniers sans scrupules ont brisé, écrasé, voire dynamité le récif pour en extraire les dattes de mer qui s'y trouvent.

"Ces hommes mettent leurs bouteilles d'oxygène et leurs masques, descendent... avec un marteau et un burin et commencent à casser la roche", explique Arcangelo Raffaele Gennari, commandant de la police financière à Monopoli, ville portuaire des Pouilles. "Il y a des cas où nous avons saisi des mini-marteaux-piqueurs", ajoute-t-il à l'AFP, assurant que "même des explosifs ont été utilisés".

Ce qui alimente ce trafic, c'est la flambée des prix atteints sur le marché noir pour la modeste "Lithophaga lithophaga" brune, qui peut coûter près de 200 euros (205 dollars) le kilo.

Les braconniers approvisionnent les marchés aux poissons ou les propriétaires de restaurants qui vendent au noir à tous ceux voulant exhiber leur richesse lors des déjeuners dominicaux avec un plateau de fruits de mer crus ou des spaghettis spéciaux.

"Si vous pensez qu'en une heure et demie ou deux, si vous trouvez le bon endroit, vous arrivez à sortir huit ou neuf kilos... vous avez gagné une somme d'argent exorbitante en une journée", indique M. Gennari.

Des récifs dénudés 

Il y a trente ans, le biologiste marin Stefano Piraino et ses collègues ont découvert que plus de 40% de la côte ouest des Pouilles était gravement endommagée par la récolte des dattes de mer.

Pour cette raison l'Italie a interdit en 1998 la collecte, la vente et la consommation de ces moules, suivie en 2006 d'une interdiction à l'échelle européenne.

Retournant cette année dans les mêmes zones, M. Piraino a jusqu'à présent trouvé moins de sites présentant des dommages récents, mais a peu d'espoir pour les récifs déjà détruits.

Le temps ne suffit pas à guérir la surface rocheuse "toute blanche, dénudée" et dépourvue de vie, a-t-il déclaré : "C'est un impact dévastateur".

La croissance de la datte de mer est très lente, il lui faut trois décennies pour atteindre seulement cinq centimètres, ce qui signifie qu'une fois pêchée elle n'est pas vite remplacée.

Mais l'impact sur le délicat écosystème marin, où non seulement le récif mais tous les organismes qui en dépendent sont détruits, est encore plus grave.

Une étude réalisée en 2019 par l'université Parthenope de Naples a révélé une moyenne de 1.500 trous artificiels par mètre carré dans les récifs du sud-ouest de la péninsule de Sorrente, des dommages qui finissent par provoquer l'effondrement de la roche et endommager les fonds marins.

Les chercheurs étudient les moyens d'aider les récifs à se reconstituer, notamment en éliminant les oursins, dont le broutage empêche la nouvelle végétation de pousser sur les rochers, ou en plantant des semis de minuscules organismes dans l'espoir qu'ils se propagent.

Mais le problème ne se limite pas à l'Italie, a averti M. Piraino, qui a appelé à mieux appliquer les règles dans toute la Méditerranée.

Une recherche sur TripAdvisor a permis de trouver des dattes de mer montrées sur des photos de l'année dernière dans des restaurants d'Albanie, de Slovénie et du Monténégro, où elles sont également illégales mais plus faciles à trouver.

Désastre environnemental 

En mars, des groupes de défense de l'environnement ont salué la condamnation à six ans de prison du chef d'un réseau criminel opérant dans des zones protégées près de Naples et de l'île de Capri - la toute première condamnation pour le crime de "désastre environnemental" lié aux dattes de mer, jugeant que ce braconnage "a un impact irréversible" sur l'écosystème.

Les autorités se montrent de plus en plus sévères à l'égard de chaque maillon de la chaîne, des pêcheurs aux consommateurs.

L'année dernière, les Pouilles ont saisi environ 97 tonnes de fruits de mer illégaux, dont des dattes de mer, soit les plus importantes saisies en Italie, selon le groupe environnemental Legambiente.

La plupart des infractions de pêche illégale se produisent en Sicile, dans les Pouilles et en Campanie.

Mais les autorités ne peuvent pas gagner la bataille tant qu'il existe un marché de consommateurs consentants.

"Nous devons faire comprendre que lorsque vous mangez une assiette de linguini avec des datte de mer, c'est un mètre carré entier d'écosystème qui a été détruit", conclut M. Piraino.


L'ancien président du Sri Lanka est arrivé en Thaïlande

Un Boeing 787 Dreamliner de la compagnie aérienne saoudienne à destination de Singapour et transportant le président en fuite du Sri Lanka Gotabaya Rajapaksa, sa femme et deux gardes du corps se prépare à décoller à l'aéroport international de Velana à Malé le 14 juillet 2022. (Photo par AFP)
Un Boeing 787 Dreamliner de la compagnie aérienne saoudienne à destination de Singapour et transportant le président en fuite du Sri Lanka Gotabaya Rajapaksa, sa femme et deux gardes du corps se prépare à décoller à l'aéroport international de Velana à Malé le 14 juillet 2022. (Photo par AFP)
Short Url
  • Le leader déchu a atterri en jet privé à l'aéroport international de Don Mueang vers 20h00 (1200 GMT), a indiqué un haut fonctionnaire thaïlandais
  • Il a quitté la section VIP de l'aéroport environ 40 minutes plus tard avec son épouse et est monté dans une berline noire, ont rapporté les médias locaux

BANGKOK: L'ancien président du Sri Lanka Gotabaya Rajapaksa est arrivé jeudi à Bangkok après l'expiration de son visa à Singapour, où il s'était réfugié après avoir fui son palais envahi par des manifestants.

Le leader déchu a atterri en jet privé à l'aéroport international de Don Mueang vers 20h00 (1200 GMT), a indiqué un haut fonctionnaire thaïlandais.

Il a quitté la section VIP de l'aéroport environ 40 minutes plus tard avec son épouse et est monté dans une berline noire, ont rapporté les médias locaux.

"En tant que détenteur d'un passeport diplomatique sri lankais, l'ancien président peut entrer en Thaïlande sans visa pour une période de 90 jours (...). Le séjour est temporaire avec l'intention d'effectuer un autre trajet (pour quitter la Thaïlande, ndlr). Aucun asile politique n'a été demandé", avait indiqué un porte-parole du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué transmis à la presse.

Gotabaya Rajapaksa a fui le Sri Lanka le 9 juillet après la prise d'assaut de sa résidence officielle par des dizaines de milliers de manifestants exaspérés par la grave crise économique que traverse le pays.

Après une escale aux Maldives, il est arrivé à Singapour le 14 juillet, d'où il a présenté sa démission. Son visa de quatorze jours a été prolongé une fois par les autorités locales, jusqu'au 11 août.

"Il a demandé une nouvelle extension, mais il n'a pas eu de réponse mercredi matin", a indiqué à l'AFP depuis Colombo un proche de l'ancien président.

Son plan serait désormais de retourner à Singapour après un séjour de courte durée en Thaïlande, selon cette source.

L'AFP n'a pas pu joindre l'ambassade srilankaise à Singapour, qui a soutenu le projet de Gotabaya Rajapaksa de prolonger son séjour dans la cité-État.

Le leader déchu, âgé de 73 ans, serait prêt à retourner au pays, alors que les protestions contre son pouvoir se sont atténuées, mais son successeur Ranil Wickremesinghe lui a déconseillé de retourner si tôt, a expliqué à l'AFP l'un de ses proches.


L'Ethiopie dit avoir terminé la 3e phase du remplissage de son mégabarrage

Dans ce dossier photo prise le 19 février 2022 Cette vue générale montre le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) à Guba, en Éthiopie. (AFP)
Dans ce dossier photo prise le 19 février 2022 Cette vue générale montre le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) à Guba, en Éthiopie. (AFP)
Short Url
  • L'Ethiopie a annoncé vendredi avoir achevé avec succès la 3e phase du remplissage du réservoir de son mégabarrage sur le Nil-Bleu
  • La hauteur de l'eau dans le réservoir atteint désormais 600 m, soit 25m de plus qu'à l'issue de la 2e phase du remplissage à la même époque l'an dernier

ADDIS ABEBA: L'Ethiopie a annoncé vendredi avoir achevé avec succès la 3e phase du remplissage du réservoir de son mégabarrage sur le Nil-Bleu, en dépit des protestations du Soudan et de l'Egypte, riverains du Nil en aval.

"Ce que vous voyez derrière moi, c'est le 3e remplissage terminé", a annoncé le Premier ministre Abiy Ahmed dans un discours télévisé depuis le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (Gerd), situé dans le nord-ouest du pays, et présenté comme le plus grand d'Afrique.

La hauteur de l'eau dans le réservoir atteint désormais 600 m, soit 25m de plus qu'à l'issue de la 2e phase du remplissage à la même époque l'an dernier, a-t-il précisé.

"Le Nil est un cadeau que Dieu nous a offert pour que les Ethiopiens l'utilisent", a poursuivi M. Abiy, répondant implicitement aux critiques du Soudan et de l'Egypte. "Ceux qui n'assument pas les responsabilités qui leur ont été confiées sont critiquables".

Soudan et Egypte ont plusieurs fois demandé à l'Ethiopie de cesser ses opérations de remplissage du Gerd, en attendant la conclusion d'un accord tripartite sur ce sujet et sur les modalités de fonctionnement du barrage.

Tributaires du Nil, les deux pays affirment que ce mégabarrage, d'une puissance annoncée de plus de 5 000 mégawatts (MW) à terme et une capacité de retenue de 74 milliards de m3, va nuire à leur approvisionnement en eau.

Fin juillet, l'Egypte avait protesté auprès du Conseil de sécurité de l'ONU contre l'intention annoncée de l'Ethiopie de poursuivre "unilatéralement" durant la saison des pluies en cours le remplissage du réservoir entamé en juillet 2020, ce malgré l'absence d'accord entre les trois pays concernés par le sujet.

Jeudi, M. Abiy a démarré la deuxième turbine - sur les 13 prévues - de ce barrage qui doit permettre de doubler la production électrique actuelle de l'Ethiopie.