Présidentielle française: semaine cruciale pour la droite

Le parti Les Républicains (LR), héritier du mouvement gaulliste de l'après-guerre qui fut le principal parti de gouvernement de la Ve République, ouvre son congrès mercredi pour élire samedi celui ou celle qui le représentera à la présidentielle de 2022. (AFP)
Le parti Les Républicains (LR), héritier du mouvement gaulliste de l'après-guerre qui fut le principal parti de gouvernement de la Ve République, ouvre son congrès mercredi pour élire samedi celui ou celle qui le représentera à la présidentielle de 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 29 novembre 2021

Présidentielle française: semaine cruciale pour la droite

  • «C'est une semaine importante car on commencera à voir se dessiner le vrai portrait de la présidentielle», analyse Dominique Reynié
  • Avec une gauche éclatée et une extrême droite puissante d'après les sondages, le choix des militants de la droite classique permettra de voir les probables lignes de force de la présidentielle

PARIS: C'est une semaine décisive pour la droite française à cinq mois de l'élection présidentielle, avec d'une part la désignation du candidat du parti Les Républicains, et d'autre part l'éventuelle candidature du polémiste d'extrême droite Eric Zemmour, qui auront un fort impact sur le premier tour.


Avec une gauche éclatée et une extrême droite puissante d'après les sondages, le choix des militants de la droite classique permettra de voir les probables lignes de force de la présidentielle, et d'ajuster la campagne du président français Emmanuel Macron en vue de sa réélection.


Le parti Les Républicains (LR), héritier du mouvement gaulliste de l'après-guerre qui fut le principal parti de gouvernement de la Ve République, ouvre son congrès mercredi pour élire samedi celui ou celle qui le représentera à la présidentielle de 2022 (dont le premier tour est le 10 avril), au terme d'une campagne interne fortement marquée par les thèmes de l'extrême droite comme l'immigration, l'autorité ou la sécurité. 


Concomitamment, la polémiste d'extrême droite Eric Zemmour, phénomène de cet automne, qui mène sans le confirmer une pré-campagne électorale, pourrait annoncer sa candidature.


"C'est une semaine importante car on commencera à voir se dessiner le vrai portrait de la présidentielle", analyse Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l'innovation politique (Fondapol).


Selon lui, si Les Républicains se choisissent un représentant très marqué à droite, comme Eric Ciotti, cette nouvelle concurrence pour la cheffe du parti d'extrême droite Rassemblement national, Marine Le Pen, et Eric Zemmour, s'il est effectivement candidat, viendrait favoriser Emmanuel Macron. 


Tel ne serait pas le cas s'ils optent pour un candidat plus centriste tels que Xavier Bertrand, Valérie Pécresse ou Michel Barnier.


Ce dernier, sur une ligne de sérieux et d'apaisement, espère que sa fidélité à LR et sa stature internationale - en qualité d'ancien négociateur du Brexit à Bruxelles - paieront. 


Favori des sondages nationaux, Xavier Bertrand mise sur le triptyque autorité-territoires-travail pour gommer son éloignement du parti. 


Valérie Pécresse, qui a elle aussi quitté le parti après la défaite cinglante aux élections européennes de 2019, promet avec pugnacité l'"ordre", régalien et économique, programme précis à l'appui.


La ligne dure d'Eric Ciotti pourrait elle séduire les plus radicaux chez LR, tandis que Philippe Juvin promet une droite des services publics.

Impact pour Macron 
D'après un sondage publié dimanche, M. Bertrand est celui qui obtiendrait le meilleur score au 1er tour (13%), devant M. Barnier et Mme Pécresse qui seraient eux à 10%, des scores qui permettraient théoriquement d'espérer, avec une bonne dynamique de campagne, accrocher in fine une qualification pour le second tour.


Dans le même sondage, Emmanuel Macron arrive en tête avec 25%, devant Marine Le Pen, autour de 19%, et Eric Zemmour, entre 14 et 15%, selon les hypothèses.


Pour Emmanuel Macron, "c'est plus compliqué s'il y a une candidature de droite modérée qui peut revendiquer une expérience ministérielle et régionale, ou européenne, parce que c'est l'idée d'une possibilité d'une alternance sans aventure", estime M. Reynié. L'issue serait ainsi beaucoup plus incertaine pour le président, contrairement à une configuration qui l'opposerait à un candidat d'extrême droite, au second tour.


L'autre élément important de la semaine viendra justement de l'extrême droite, avec la candidature éventuelle d'Eric Zemmour dans les tout prochains jours, puisqu'il doit tenir un meeting à Paris dimanche.


Omniprésent dans le débat depuis la rentrée de septembre, le polémiste a vu sa cote gonfler, jusqu'à provoquer des interrogations sur la présence de Marine Le Pen au second tour, qui semblait jusqu'ici acquise.


Mais l'ancien journaliste, condamné à deux reprises pour provocation à la haine raciale, a vu quelques nuages poindre à l'horizon. 


Il n'a pas de parti pour le soutenir et son organisation, comme ses récentes déclarations, suscitent des critiques en interne. Côté financement de campagne, la tache semble ardue depuis la décision, la semaine dernière, de Charles Gave, un important soutien financier, de prendre ses distances avec le candidat putatif.


Enfin, il a échangé dimanche des doigts d'honneur avec une passante à Marseille (Sud), un épisode dont la photographie a eu un grand retentissement, contraignant M. Zemmour à reconnaître un geste "fort inélégant".


Affaire Quatennens: le député a été auditionné par la police lilloise

M. Quatennens s'est mis en retrait de sa fonction de coordinateur de La France Insoumise, reconnaissant des violences envers son épouse dans un communiqué publié sur Twitter. (Photo, AFP)
M. Quatennens s'est mis en retrait de sa fonction de coordinateur de La France Insoumise, reconnaissant des violences envers son épouse dans un communiqué publié sur Twitter. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le député nordiste a été entendu dans le cadre d'une audition libre, a précisé cette source, confirmant une information du JDD
  • Le parquet de Lille avait indiqué le 19 septembre avoir ouvert une enquête après la main courante déposée contre le député par son épouse

LILLE : Le député LFI Adrien Quatennens a été entendu lundi au commissariat de Lille, dans le cadre de l'enquête pour violences conjugales le visant après une main-courante déposée par son épouse, a indiqué samedi une source proche du dossier.

Le député nordiste a été entendu dans le cadre d'une audition libre, a précisé cette source, confirmant une information du JDD.

Le parquet de Lille avait indiqué le 19 septembre avoir ouvert une enquête après la main courante déposée contre le député par son épouse, dans le cadre de sa "politique pénale volontariste pour le traitement des violences conjugales".

Dans un communiqué le 13 septembre, après la révélation de cette main courante par Le Canard Enchaîné, Céline et Adrien Quatennens avaient dit avoir appris "par voie d'avocats" que le parquet s'était saisi des faits.

M. Quatennens s'est dans la foulée mis en retrait de sa fonction de coordinateur de La France Insoumise, reconnaissant des violences envers son épouse dans un communiqué publié sur Twitter.

Il a notamment admis lui avoir "donné une gifle", il y a "un an", "dans un contexte d'extrême tension et d'agressivité mutuelle", affirmant avoir "profondément regretté ce geste".

Sollicités, ni le parquet de Lille ni l'avocate du député n'ont réagi dans l'immédiat.

L'affaire a alimenté une forte polémique, jusqu'au sein même de LFI. Jean-Luc Mélenchon et le député Manuel Bompard se sont attiré la colère notamment des milieux féministes pour des prises de position accusées de relativiser les violences conjugales, ce dont ils se sont tous les deux défendu.


Parlement: chômage, budget... un menu copieux et brûlant pour la rentrée

Le Parlement reprend à partir de lundi ses travaux dans les hémicycles, un démarrage tout sauf en douceur, entre la réforme de l'assurance chômage, et la poudrière du budget. (AFP)
Le Parlement reprend à partir de lundi ses travaux dans les hémicycles, un démarrage tout sauf en douceur, entre la réforme de l'assurance chômage, et la poudrière du budget. (AFP)
Short Url
  • A l'Assemblée, les députés enchaîneront le 10 octobre avec un projet de loi de programmation des finances publiques, mais surtout avec un plat de résistance brûlant: le budget de l'Etat
  • Les débats promettent d’être houleux, car il contient aussi le prélude à une réforme déjà rejetée par les syndicats, la Nupes et le RN, mais auquel la droite ne devrait pas s'opposer

PARIS: Le Parlement reprend à partir de lundi ses travaux dans les hémicycles, un démarrage tout sauf en douceur, entre la réforme de l'assurance chômage, et la poudrière du budget.

Chômage et sécurité

Dès lundi, après un débat sur l'Ukraine, les députés commenceront par un projet de loi sensible sur l'assurance chômage. Ce texte vise dans un premier temps à prolonger les règles issues d’une réforme controversée du précédent quinquennat, qui arrivent à échéance le 31 octobre.

Les débats promettent d’être houleux, car il contient aussi le prélude à une réforme déjà rejetée par les syndicats, la Nupes et le RN, mais auquel la droite ne devrait pas s'opposer. L'idée est de faire évoluer le nombre de mois requis pour accéder à l'indemnisation, ou la durée de celle-ci, en fonction d'indicateurs comme le taux de chômage par exemple.

De son côté, le Sénat, dominé par la droite, démarre par une semaine de débats, dont un d'actualité mercredi sur l'Iran. Le premier projet de loi - d'orientation et de programmation du ministère de l'Intérieur - sera examiné à partir du 11 octobre. Il prévoit 15 milliards d'euros supplémentaires de budget en cinq ans, et une augmentation de 8.500 postes de policiers et gendarmes.


L'imam Iquioussen, recherché par la France, arrêté en Belgique

Un manifestant tient une pancarte de soutien à Iman Hassan Iquioussen à Paris, le 3 septembre 2022 (Photo, AFP).
Un manifestant tient une pancarte de soutien à Iman Hassan Iquioussen à Paris, le 3 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le comité de soutien de M. Iquioussen a de son côté précisé que ses conseils étaient «mobilisés afin d'obtenir sa libération»
  • L'imam est depuis au cœur d'un imbroglio juridique

BRUXELLES: L'imam marocain Hassan Iquioussen, mis en cause en France pour des propos jugés "contraires aux valeurs de la République" et visé par un mandat d'arrêt européen, a été arrêté vendredi près de Mons, en Belgique.

"Je peux vous confirmer qu'il a été arrêté ce jour par la police", a déclaré à l'AFP le ministre belge de la Justice, Vincent Van Quickenborne.

Selon une source policière française, il a été interpellé par la police belge "sans incident". Selon une source proche du dossier, il a été écroué dans la soirée à Tournai, ville belge proche de la frontière française.

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin avait annoncé fin juillet l'expulsion de ce prédicateur, fiché S (pour sûreté de l'Etat) par la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) "depuis dix-huit mois", selon lui.

«Un délit»

L'arrêté d'expulsion lui reprochait "un discours prosélyte émaillé de propos incitant à la haine et à la discrimination et porteur d'une vision de l'islam contraires aux valeurs de la République".

"Je me réjouis que M. Iquioussen ait été interpellé aujourd'hui par les services belges, que je remercie très sincèrement", a réagi M. Darmanin, en marge de son déplacement à Cayenne en Guyane pour participer aux Assises de la sécurité.

"Se soustraire à une décision d'expulsion du territoire national est un délit que le Code pénal condamne", a-t-il ajouté.

Le comité de soutien de M. Iquioussen a de son côté précisé que ses conseils étaient "mobilisés afin d'obtenir sa libération", dans un communiqué publié sur sa page Facebook vendredi soir, en même temps qu'une vidéo du prédicateur tournée avant son arrestation, où il dit avoir "confiance en la justice".

L'homme né en France et de nationalité marocaine a martelé qu'il était  "Français (...) dans (sa) tête" et qu'il est parti à l'étranger car on lui "a demandé de quitter (son) pays".

Introuvable depuis le feu vert du Conseil d'Etat français à son expulsion, fin août, le prédicateur a ensuite fait l'objet d'un mandat d'arrêt européen délivré par un juge d'instruction de Valenciennes (nord), pour "soustraction à l'exécution d'une décision d'éloignement".

L'imam est depuis au cœur d'un imbroglio juridique.

Son avocate, Me Lucie Simon, conteste en particulier la validité du mandat d'arrêt le visant, estimant qu'il se fonde "sur une infraction" qui n'est, selon elle, "pas constituée". "Pourquoi le rechercher ? Pourquoi vouloir le faire revenir ?", s'était-elle interrogée début septembre.

«Coopération judiciaire»

Selon M. Darmanin, "désormais il s'agit d'une coopération judiciaire entre la justice belge et la justice française. A la fin de cette procédure judiciaire, il y aura une procédure administrative. M. Iquioussen sera mis en centre de rétention administrative et sera expulsé vers son pays d'origine", le Maroc.

La procédure de remise à la France de l'imam pourrait prendre plusieurs semaines si l'intéressé s'y oppose.

Entre querelles juridiques et batailles médiatiques, les débats autour de l'imam ont nourri l'actualité française du mois d'août. L'annonce de son expulsion a été suspendue par le tribunal administratif de Paris qui a jugé qu'elle porterait "une atteinte disproportionnée" à sa "vie privée et familiale".

Il avait été éclaboussé par une première polémique en 2004, épinglé pour des propos jugés antisémites dans un discours sur la Palestine. L'intéressé avait reconnu par la suite "des propos déplacés" et présenté ses excuses.

Son nom est réapparu ensuite régulièrement dans la presse et le débat public.

Sa chaîne YouTube, où il délivre cours et sermons sur l'islam dans la vie quotidienne (pauvreté, violence, épanouissement dans le couple...), compte 178 000 abonnés.

Né en France, il avait décidé à sa majorité de ne pas opter pour la nationalité française. Lui affirme y avoir renoncé à 17 ans sous l'influence de son père, et avoir ensuite tenté en vain de la recouvrer.

Ses cinq enfants et ses 15 petits-enfants sont eux Français et implantés dans le Nord de la France : un fils est imam à Raismes, un autre ex-élu PS à Lourches.