Le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour candidat à la présidentielle

Eric Zemmour prononce un discours pour annoncer sa candidature à l'élection présidentielle de 2022 dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, le 30 novembre 2021 à Paris. (Photo, AFP)
Eric Zemmour prononce un discours pour annoncer sa candidature à l'élection présidentielle de 2022 dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, le 30 novembre 2021 à Paris. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 30 novembre 2021

Le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour candidat à la présidentielle

  • «J'ai décidé de me présenter à l'élection présidentielle», a-t-il annoncé, installé devant une bibliothèque, assis derrière un micro d'époque, mimant le parallèle avec l'appel du général de Gaulle du 18 juin 1940
  • Le polémiste de 63 ans a renvoyé dos-à-dos les «bien-pensants», les «élites», les «journalistes», les «islamo-gauchistes» et les tenants de «la théorie du genre»

PARIS : Le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour a officialisé mardi sa candidature à l'élection présidentielle dans une vidéo au ton dramatique, à l'issue d'une précampagne agitée et de premiers ressacs dans les sondages.

"J'ai décidé de me présenter à l'élection présidentielle", a-t-il annoncé, installé devant une bibliothèque, assis derrière un micro d'époque, mimant le parallèle avec l'appel du général de Gaulle du 18 juin 1940.

Sur le 2e mouvement de la 7e symphonie de Beethoven, dans une vidéo entrecoupée d'images de violences en France ou d'archives historiques, l'ancien éditorialiste de CNEWS et du Figaro explique s'adresser aux Français qui "se sentent étrangers" dans leur "propre pays", "pour que nos filles ne soient pas voilées et que nos fils ne soient pas soumis".

Le polémiste de 63 ans a renvoyé dos-à-dos les "bien-pensants", les "élites", les "journalistes", les "islamo-gauchistes" et les tenants de "la théorie du genre". 

Après cette annonce tournée il y a deux semaines et qui doit être suivie d'une interview au 20H de TF1 -cette fois en direct-, il va tenir son premier meeting de campagne dimanche après-midi au Zénith de Paris. La CGT, Solidaires et des militants antifascistes ont déjà promis une manifestation pour faire "taire Zemmour", à 13h dans la capitale.

Eric Zemmour "nous a vendu qu'il était le Trump français. C'est un Trump commandé sur Wish, cette plateforme de contrefaçons qui vend des trucs qui ne fonctionnent pas, qui sont faux", a cinglé mardi sur Europe 1 Gabriel Attal.

Le porte-parole du gouvernement a dit se "poser des questions sur sa capacité à représenter notre pays" après la visite chahutée du polémiste à Marseille samedi qui s'est terminée par un échange de doigts d'honneur avec une passante. Un geste "fort inélégant", avait convenu Eric Zemmour le lendemain.

Quelques propositions du candidat Zemmour

Suppression du droit du sol, port d'un prénom "français", baisse des impôts de production, lancement de 14 nouveaux EPR, retraite à 64 ans, retour de l'uniforme à l'école ou encore sortie du commandement intégré de l'Otan: voici de premières propositions d'Éric Zemmour, candidat d'extrême droite à la présidentielle, distillées pendant sa pré-campagne.

Immigration

  • Référendum sur l'immigration
  • Suppression du droit du sol
  • Suppression du droit au regroupement familial
  • Expulsion des étrangers purgeant une peine de prison
  • "Forcer" les pays d'origine à les "reprendre". En cas de refus de ces pays: suppression des aides au développement et des visas
  • Déchéance de la nationalité des binationaux auteurs de crimes ou plusieurs délits successifs 
  • Interdiction de porter un premier prénom d'origine étrangère
  • Fin de l'automaticité du renouvellement des titres de séjours (notamment pour les chômeurs et les parents d'enfants délinquants)
  • Fin de la régularisation des clandestins 
  • Suspension de l'espace Schengen et création de garde-frontières à statut militaire pour "contrôler nos frontières nationales"

Protection sociale

  • Suppression des allocutions non contributives (RSA, APL, allocations familiales) aux étrangers qui ne paient pas d'impôt, même s'ils sont en situation régulière
  • Restreindre l'Aide médicale d'État (AME) aux soins urgents uniqueme

Economie

  • Baisse des impôts de production 
  • Progressivité plus importante de l'impôt sur les sociétés
  • Création d'un haut commissariat à la simplification administrative, directement rattaché au président de la République
  • Suppression des droits de succession sur les transmissions des entreprises familiales
  • Augmentation de l'âge de départ à la retraite à 64 ans
  • Favoriser les entreprises françaises dans la commande publique
  • Environ 3% du PIB alloué à la recherche et au développement à horizon 2027
  • Pas de rétablissement de l'ISF et exonération de la résidence principale dans le calcul de l'IFI
  • Pas d'augmentation du Smic
  • Programme de construction de 14 nouveaux EPR à horizon 2050

 

«Brutalité»

Stanislas Rigault, qui anime "Génération Z", le mouvement de jeunesse du candidat, a reconnu sur BFMTV un moment "compliqué" à Marseille mais "ne pense pas que la dynamique va s'essouffler, on a un Zénith qui sera rempli". 

Condamné à deux reprises pour provocation à la haine raciale, Eric Zemmour se déclare au moment où les sondages se tassent autour de 14 à 15% d'intentions de vote au premier tour, derrière le président sortant Emmanuel Macron (25%) et la candidate du RN Marine Le Pen (entre 19 et 20%). 

Et dans une période agitée pour son camp, où certains critiquent un déficit d'organisation ou l'omniprésence de sa conseillère Sarah Knafo.

En se déclarant mardi, il parasite le processus d'investiture en cours chez les LR qui départagent de mercredi à samedi leurs cinq prétendants, après un dernier débat mardi soir, et l'entrée au Panthéon de Joséphine Baker.

Il embarrasse également sa rivale d'extrême droite Marine Le Pen (RN), qui a déploré mardi sur Sud Radio qu'il "disperse des voix utiles au redressement du pays". "Il n'apporte rien", a-t-elle dit, en critiquant notamment la "brutalité" de ses mesures sur l'immigration ou sa vision des femmes. 

Pour Sébastien Chenu (RN), sur BFMTV, "cette annonce est faite pour essayer de colmater les brèches, au moment où il enclenche une descente de son propre fait".  

 

Quelques propositions du candidat Zemmour

Commerce

  • Blocage des accords de libre-échange signés par l'UE
  • "Patri-score" pour signaler les "produits plus ou moins français" 
  • Oeuvrer à la mise en place d'une taxe carbone aux frontières européennes 

 Défense, diplomatie

  • Sortie du commandement intégré de l'Otan
  • Augmentation "massive" du budget de l'armée 
  • "Indépendance vis-à-vis des Etats-Unis" (lutter contre l'extra-territorialité du droit américain), "tout en étant méfiant avec la Chine" pour être "une puissance d’équilibre"
  • Levée des sanctions contre la Russie

Education

  • Retour de l'uniforme à l'école
  • Rétablissement des classes de niveaux
  • Interdiction de l'écriture inclusive
  • Suppression du collège unique avec mise en place en parallèle de la filière générale, de filières professionnelles en alternance dès 14 ans
  • Suppression des allocations familiales aux parents qui ne "sanctionnent pas leur enfant" perturbateur

Sécurité routière

  • Suppression du permis à point
  • Retour de la limitation de vitesse à 90km/h sur les routes nationales

Droit

  •  "Modifier" l'Etat de droit
  • Réforme constitutionnelle pour que le droit national (les lois votées après les Traités européens) prime sur le droit européen  
  • "S'affranchir" de la Cour européenne des droits de l'homme

Financement

Les partisans de Zemmour se targuent d'avoir déjà pesé sur les thématiques de la campagne, particulièrement sur la lutte contre l'immigration, le sujet numéro 1 du polémiste, associé à ses critiques de l'islam, une "civilisation" qu'il juge "incompatible avec les principes de la France".

Adepte de la théorie complotiste du "grand remplacement" de la population européenne par des immigrés non européens, sa mesure la plus controversée vise à interdire de porter un premier prénom d'origine étrangère.

Les polémiques se sont multipliées durant sa pré-campagne. Notamment quand Eric Zemmour a pointé un fusil vers des journalistes durant la visite d'un salon sur la sécurité ou s'est rendu devant le Bataclan, le jour de commémoration des attentats du 13-Novembre, pour accuser l'ancien président François Hollande de n'avoir "pas protégé les Français". 

Ou quand il affirme, contre l'avis des historiens, que Pétain aurait "sauvé des juifs de France" pendant la Seconde Guerre mondiale.

Jusque dans la couverture de son dernier ouvrage, "La France n'a pas dit son dernier mot", Eric Zemmour fait de l'ancien président américain Donald Trump une source d'inspiration, même s'il ne bénéficie pas du soutien d'un grand parti.

La constitution d'un réseau sur le terrain sera d'ailleurs l'un de ses nombreux défis, ne serait-ce que pour obtenir les 500 parrainages d'élus nécessaires à une candidature à la présidentielle. Son camp assure s'appuyer sur 250 à 300 promesses de parrainages.

Il lui faudra aussi récolter des dons pour sa campagne, alors qu'il a déjà perdu le soutien du financier Charles Gave, qui lui a prêté 300.000 euros.

Le polémiste est en outre accusé d'agressions sexuelles selon plusieurs témoignages de femmes recueillis par Mediapart. Mais aucune plainte n'a été annoncée contre lui.

 

"On n'est pas couché", le "laboratoire" d'où Zemmour se serait échappé

 

 

img 4
"J'ai eu Zemmour dans mon laboratoire presque cinq ans et j'ai l'impression de l'avoir laissé échapper" a déclaré Laurent Ruquier en octobre. (Photo, AFP)

"On n'est pas couché" a-t-il été un tremplin pour Eric Zemmour ? Laurent Ruquier, qui a accueilli le polémiste d'extrême droite cinq ans dans son émission télévisée, s'en inquiète, mais la réalité est plus complexe, nuance un expert.

Début octobre, Laurent Ruquier, animateur aux convictions assumées à gauche, fait son mea culpa sur France 2: "J'ai eu Zemmour dans mon laboratoire presque cinq ans et j'ai l'impression de l'avoir laissé échapper".

Entre 2006 et 2011, dans le talk show du samedi soir de France 2, sur le service public, Eric Zemmour affiche un ton provocateur, une parole résolument de droite, aux côtés d'un homme de gauche, Michel Polac, puis Eric Naulleau.

Le succès est au rendez-vous: 1 636 000 personnes regardent en moyenne la première saison de l'émission produite par Catherine Barma (2006-2007), soit 26,8% de part d'audience. Un pourcentage qui se tassera légèrement ensuite: 24,1%, 22,3%, 22,8% et 22,6% pour la dernière saison du polémiste.

"Quand Ruquier le recrute, on est dans un contexte très particulier après le référendum européen de 2005, où le +non+ l'avait emporté en France", explique à l'AFP Alexis Lévrier, historien du journalisme. "Or la voix du +non+, le souverainisme, n'existait quasiment pas dans les médias. Zemmour était l'une des seules figures médiatiques à porter ce combat-là".

Dans son livre "La France n'a pas dit son dernier mot" paru en septembre", M. Zemmour écrit: "Je tenais un discours aux antipodes de ceux qu'avaient ressassés depuis des années les grands éditorialistes que j'avais écoutés et observés dès mon adolescence", "je défendais la patrie, l'ordre, le mérite, la hiérarchie, l'excellence, l'assimilation". 

Le polémiste ne disposait pas pour autant d'une tribune ouverte, comme plus tard sur CNews: ses propos étaient contrebalancés par ceux d'un chroniqueur de gauche. Laurent Ruquier n'hésitait pas à le recadrer.

Eric Zemmour s'en "prenait aux invités, des auteurs et des autrices, essentiellement quand il estimait qu'ils n'avaient pas de talent" et "sa misogynie y transparaissait", estime Alexis Lévrier. 

Comme le veut son rôle de chroniqueur cinglant, Eric Zemmour, avec Eric Naulleau, malmène copieusement les invités: il qualifie en 2009 Francis Lalanne de "chanteur un peu bébête" et dit en 2011 à l'actrice et chanteuse Claire Keim, à propos de son nouvel album, "avoir l'impression d'avoir entendu ça un million de fois depuis mes 15 ans". 

Après sa condamnation en février 2011 pour provocation à la haine raciale pour des propos tenus en mars 2010 sur "les Noirs et les Arabes" sur France ô, ses employeurs, dont France 2, ne le sanctionnent pas, jugeant que les regrets qu'il exprime sont suffisants.

Mais trois mois plus tard, Laurent Ruquier décide de renouveler l'équipe des chroniqueurs: il annonce le remplacement du duo par les journalistes Audrey Pulvar et Natacha Polony, disant "vouloir apporter un souffle nouveau". 


Présidentielle 2022: Macron avance, Mélenchon se conforte à gauche, Zemmour décroche

Du côté de la droite, ce que l’on retient c’est que le président sortant devrait dominer les candidatures, à savoir celles de Le Pen, Pécresse ou encore Éric Zemmour. (Photo, AFP)
Du côté de la droite, ce que l’on retient c’est que le président sortant devrait dominer les candidatures, à savoir celles de Le Pen, Pécresse ou encore Éric Zemmour. (Photo, AFP)
Short Url
  • Du côté de la droite, le président sortant devrait dominer les candidatures, à savoir celles de Le Pen, Pécresse ou encore Éric Zemmour
  • Du côté de la gauche, Jean-Luc Mélenchon maintient une avance confortable sur ses concurrents

CASABLANCA: À quatre-vingt-sept jours des élections présidentielles en France, l’analyse des sondages reste un exercice important et donne une idée sur les tendances du moment.

Selon l’enquête «Opinion 2022» menée par Elabe pour BFMTV, L'Express et SFR, publiée ce mercredi, le «quasi-candidat» Emmanuel Macron reste en tête des intentions de vote. Que ce soit au premier ou au second tour, Macron rafle la mise. 

Marine le Pen et Valérie Pécresse sont au coude à coude, alors que la candidature de Jean-Luc Mélenchon est la seule susceptible d’atteindre le chiffre symbolique de 10%, à gauche.

Contrairement aux sondages traditionnels, celui-ci prend en compte divers scénarios susceptibles de survenir ou pas durant la dernière ligne droite de la présidentielle 2022. La gauche partira-t-elle unie? Christiane Taubira ira-t-elle jusqu'au bout de ses ambitions? Qu’en est-il de la candidature de Macron? 

Ainsi, ce que l’on retient c’est que le président sortant devrait dominer ses concurrents issus de la droite, à savoir de Le Pen, Pécresse ou encore Éric Zemmour, et ce, dans tous les scénarios. Ce dernier décroche dans les sondages, selon le baromètre Elabe.

Du côté de la gauche, Jean-Luc Mélenchon maintient une avance confortable sur ses concurrents. Dans un scénario où Taubira se désiste, il parvient à cumuler dix points d'intentions de vote, en progression de 0,5 point, loin devant les 6,5 points de l'écologiste Yannick Jadot qui, lui, décroche d'autant.

Dans le cas contraire, à savoir un scenario dans lequel Christiane Taubira maintient sa candidature, Jean-Luc Mélenchon glisse alors d'un point, mesuré à 9%, et Yannick Jadot de 0,5%, se rétablissant à 5,5%. Derrière eux, Fabien Roussel se situe autour de 2,5 points, tout comme la maire socialiste de Paris.

Concernant les tranches d’âges, on apprend que Macron séduit 26% des 65 ans et plus, presque autant que Pécresse qui en séduit 27%. Marine Le Pen, quant à elle, connaît un succès auprès des jeunes, notamment les 25-34 ans, avec un score de 23%.

Jean-Luc Mélenchon trouve ses meilleures audiences auprès des catégories populaires et les ouvriers. Dans ce sens, 17% des 25-34 ans et 14% des salariés et ouvriers le soutiennent.

Le sondage Elabe s’appuie sur un échantillon de 1 508 personnes interrogées sur Internet entre le 24 et le 26 janvier 2022, dont 1397 sont inscrites sur les listes électorales. Cet échantillon est représentatif des résidents de la France métropolitaine âgés de 18 ans et plus.

 

 


Présidentielle: l'angoisse des candidats au moment des parrainages

Une photo prise le 27 mars 2019 montre la façade de la mairie du 20e arrondissement de Paris. (Photo, AFP)
Une photo prise le 27 mars 2019 montre la façade de la mairie du 20e arrondissement de Paris. (Photo, AFP)
Short Url
  • En 2022 comme tous les cinq ans, plusieurs prétendants à l'Elysée se plaignent des difficultés qu'ils rencontrent pour obtenir le précieux sésame, ces 500 signatures qui leur ouvriront formellement les portes du premier tour
  • Comme lors de chaque présidentielle, la pression se porte sur les près de 42 000 élus, dont 34 000 maires, qui disposent des signatures

PARIS : Coups de fil répétés, courriers en veux-tu en voilà, ou visites parfois impromptues: avec l'ouverture officielle jeudi de la course aux parrainages, les candidats ne lésinent pas sur les moyens pour obtenir les 500 signatures indispensables auprès des élus. 

En 2022 comme tous les cinq ans, plusieurs prétendants à l'Elysée se plaignent des difficultés qu'ils rencontrent pour obtenir le précieux sésame, ces 500 signatures qui leur ouvriront formellement les portes du premier tour.

"Non, je ne les ai pas", a reconnu la RN Marine Le Pen dimanche sur France 3, précisant qu'il lui en manque "quand même un certain nombre". "J'en ai 450 mais il ne faudrait pas que je reste bloqué à 485", a redouté le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan sur BFMTV. 

L'incertitude sur les parrainages préoccupe aussi le candidat LFI Jean-Luc Mélenchon ou celui d'extrême droite Eric Zemmour, sans parler des candidats moins bien placés dans les sondages comme Hélène Thouy, candidate du Parti animaliste, ou encore à l'extrême gauche Philippe Poutou (NPA) ou Nathalie Arthaud (LO). 

Comme lors de chaque présidentielle, la pression se porte sur les près de 42 000 élus, dont 34 000 maires, qui disposent des signatures. Mais beaucoup d'entre eux, non encartés politiquement, sont embarrassés par un parrainage que le Conseil constitutionnel rendra public dès qu'il lui parviendra, comme l'exige la loi approuvée en 2016.

Les maires des grandes villes pour la plupart affichent publiquement leur étiquette politique et accordent leur signature au candidat de leur camp, mais il n'en va pas de même pour les quelque 10 000 maires ruraux, pas encartés pour la plupart, qui sont l'objet de toutes les convoitises.  

Et pour ces élus, le dilemme se répète: accorder leur parrainage à un candidat pour garantir la diversité démocratique au premier tour, ou s'abstenir pour ne pas donner l'impression à leurs administrés de prendre position ? 

"D'un point de vue juridique, ce n'est pas la même chose de parrainer une candidature que de voter pour une candidature", a tenu à rappeler mardi le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius. 

"Si c'était la même chose, cela aurait des conséquences pratiques, car le vote en France est secret", a-t-il ajouté, tout en précisant que cette obligation "n'a pas empêché qu'il y ait un nombre important de candidats à chaque fois".

«On nous prend le chou»

Mais ce rappel purement juridique ne change pas vraiment la donne pour les élus locaux, comme l'observe Michel Fournier, président de l'Association des maires ruraux de France (AMRF) et maire sans étiquette de Les Voivres (Vosges): "La grande difficulté c'est l'association systématique qui est faite entre celui qui a donné le parrainage aux idées que défend le filleul".

Malgré tout, les candidats insistent : "On vient nous voir, on nous téléphone, on nous prend le chou", explique-t-il, soulignant que chacun de ses interlocuteurs prétend être le seul candidat à défendre le monde rural. "Sauf qu'il y en a bien une vingtaine qui m'ont tenu ce même discours..."

M. Fournier, qui n'accordera pas de parrainage pour rester "libre", relate la mésaventure arrivée récemment à l'un de ses collègues, dont il tait le nom, et qui s'est vu reprocher par son conseil municipal d'avoir accordé sans délibération son parrainage à un candidat "probablement issu des extrêmes". 

"Il estimait, sans doute à juste titre, que quelqu'un entre 5 et 10% dans les sondages doit avoir la possibilité de se présenter", explique-t-il.

Pour sortir de cette situation, certains élus font preuve d'originalité: Jean-Marie Allain, maire sans étiquette de Marpent, dans le Nord, a décidé de choisir par tirage au sort.  

A l'autre bout de la France, dans le village de Lamasquère, en Haute-Garonne, la maire Christelle Matheu, élue en 2020, fera "un choix d'équipe" en consultant ses conseillers municipaux. 

Du côté de l'AMRF, M. Fournier refuse de donner des conseils aux maires: "Ils sont assez grands pour décider eux-mêmes". Il plaide toutefois pour "une forme d'anonymat".


France: les autorités dans la crainte d'un passage à l'acte de l'ultradroite

Des membres et sympathisants du groupe d'extrême droite Génération Identitaire tiennent un drapeau lors d'une manifestation contre sa possible dissolution à Paris le 20 février 2021. (Photo, AFP)
Des membres et sympathisants du groupe d'extrême droite Génération Identitaire tiennent un drapeau lors d'une manifestation contre sa possible dissolution à Paris le 20 février 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Dans un climat de contestations et de colères disparates à moins de trois mois du premier tour de l'élection présidentielle dans ce pays, leur activisme est surveillé comme le lait sur le feu par les autorités
  • En moins d'un an, le gouvernement a dissout deux groupuscules, les Zouaves Paris (ZVP) et Alvarium, ainsi qu'une association, Génération identitaire, qui se réclament tous de l'ultradroite, terme policier désignant une mouvance protéiforme

PARIS : Antivax, complotistes ou ennemis de la République, la pandémie de coronavirus a donné un coup de fouet aux idées de l'ultradroite en France. Au point que policiers, magistrats et services de renseignements redoutent désormais le passage à l'acte d'un de leurs partisans.

Dans un climat de contestations et de colères disparates à moins de trois mois du premier tour de l'élection présidentielle dans ce pays, leur activisme est surveillé comme le lait sur le feu par les autorités.

En moins d'un an, le gouvernement a dissout deux groupuscules, les Zouaves Paris (ZVP) et Alvarium, ainsi qu'une association, Génération identitaire, qui se réclament tous de l'ultradroite, terme policier désignant une mouvance protéiforme.

Ces mesures n'ont pas empêché certains de s'inviter ostensiblement à un cortège contre le pass vaccinal le 15 janvier à Paris, en dépit d'un contrôle judiciaire le leur interdisant.

"La dissolution, ce n'est pas la panacée, mais cela les insécurise, les empêche de monter en gamme", fait valoir un haut responsable policier. Plus dubitatif, Jean-Yves Camus, chercheur spécialiste de l'extrême droite, observe que des "petites structures plus locales" se recréent sitôt prononcée la dissolution du groupe.

Ce foisonnement fait craindre aux autorités françaises un acte individuel et ciblé. Particulièrement contre les élus, dont les parlementaires qui ont approuvé le pass sanitaire puis le pass vaccinal, entré en vigueur lundi.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin ne cache plus sa préoccupation.

«Menaces graves»

"J'ai demandé aux préfets que l'on protège les élus comme on protège les lieux de culte... Le climat de cette campagne n'est pas serein", a-t-il dit au Journal du Dimanche (JDD) le week-end dernier.

"Les menaces contre les élus sont une très grande préoccupation", abonde un policier haut gradé. Depuis juillet, le ministère de l'Intérieur a recensé plus de 500 "faits de menaces graves" (menaces de mort) contre eux et plus de 400 plaintes. 

Jusqu'à présent, aucune ne s'est concrétisée par une atteinte à leur vie ou à leur intégrité physique.

Mais les policiers s'inquiètent de la formation de cellules structurées et clandestines qui visent à "renverser" les institutions par la violence.

Actuellement, le parquet national antiterroriste (Pnat) gère "9 dossiers judiciaires" liés à l'ultradroite. "Six concernent ces cellules clandestines (...) et trois des projets individuels", précise une source sécuritaire. 

"C'est un nombre assez conséquent", insiste Laurent Nunez, le coordinateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme.

"Nous ne sommes plus en présence d'un phénomène marginal mais d'un phénomène qui est en train de monter en puissance", confirme le patron du Pnat, Jean-François Ricard.

Théorie du «grand remplacement»

"Jusqu'à présent, la France a été épargnée", se réjouit toutefois un haut responsable policier.

D'autres pays ont été frappés. 

En juin 2021 au Canada, quatre membres d'une même famille musulmane ont été tués par un homme qui a précipité sa voiture sur eux. Deux ans plus tôt, en Nouvelle-Zélande, un suprémaciste australien avait ouvert le feu dans deux mosquées de Christchurch, tuant 51 musulmans.

Les deux hommes peuvent être classés à l'ultradroite. "C'est une catégorie fourre-tout où l'on met l'extrême droite extraparlementaire, activiste, ce qui ne signifie pas nécessairement terroriste, tout ce qui est à droite du RN" (parti d'extrême droite Rassemblement national), résume Jean-Yves Camus.

Ses tenants partagent la même haine des étrangers, des musulmans, des juifs ou des francs-maçons.

A partir des attentats djihadistes de 2015 et de la crise migratoire, se sont installées dans la mouvance française, forte d'environ 3.000 personnes, les idées du "grand remplacement", d'un "péril imminent" et d'un Etat "incapable", explique une source sécuritaire.

Des courants venus des Etats-Unis, comme les "suprémacistes", "accélérationnistes" ou "survivalistes", y ont ensuite germé, rejoints par certains membres du mouvement de révolte populaire des "gilets jaunes" (qui avait ébranlé le quinquennat d'Emmanuel Macron en 2018 et 2019) qui ont basculé dans la "radicalité, se sont retrouvés et structurés", poursuit la même source.

«Processus terroriste»

La crise sanitaire a servi de catalyseur à ce magma et "l'on a vu les théories anti-système comme celles des QAnon se développer en France", ajoute-t-elle.

Jean-Yves Camus évalue à "un petit millier le nombre" de ces militants "très orientés vers la violence". Une source sécuritaire fait état de "10 à 100 profils susceptibles de passer à l'acte".

Des groupes "cherchent à mener des actions démonstratives", par exemple "en participant à des manifestations pour les faire dégénérer", explique Laurent Nunez. Ce fut le cas le 15 janvier lors d'un cortège "antivax" à Paris, où des journalistes de l'AFP ont été menacés de mort. 

D'autres organisent des "fights contre les antifas" ou des actions illégales, comme Génération identitaire avec "les contrôles aux frontières", poursuit-il. Ils se comportent comme "des milices privées", "incitent à la haine" mais "ne sont pas dans la démarche du passage à l'acte terroriste".

A l'inverse, poursuit M. Nunez, les cellules clandestines "sont engagées dans un processus terroriste, de contestation des institutions représentatives" ou de "lutte contre l'islam et les +gauchistes+". 

Depuis 2017, "6 projets de passage à l'acte à l'extrême droite" ont été déjoués, selon M. Darmanin.

A l'instar des jihadistes, ils affichent "de plus en plus de professionnalisme", "des projets qui se précisent" dans "le choix des cibles, le mode opératoire, la structuration", note une source judiciaire spécialisée dans la lutte antiterroriste.

Accès aux armes 

"Les ressorts psychologiques sont les mêmes : frustration, besoin de reconnaissance, fascination pour l'ultra violence. Mais il y a pas mal de différences", nuance un haut responsable policier.

Jean-Yves Camus relève lui aussi qu'à ce jour, il n'y a pas eu de la part de l'ultradroite de projet d'attentat "équivalent aux bonbonnes de gaz" que voulaient faire sauter près de Notre-Dame de Paris des jeunes filles adeptes du djihad.

De nombreuses armes ont été découvertes dans plusieurs dossiers impliquant l'ultradroite, pour la plupart détenues légalement.

Nombre des tenants de l'ultradroite sont chasseurs, ex-militaires, collectionneurs ou adeptes du tir sportif et ont peu recours aux circuits utilisés par la grande criminalité.

Mais ils ont "un accès facile aux armes par leurs relations avec les mouvements néonazis internationaux", note une source judiciaire.

Prototype de ces adeptes de l'ultradroite prêts à franchir le pas, un ancien militaire est jugé à partir de mercredi à Paris pour "entreprise individuelle terroriste". Arrêté en 2020, il possédait des armes et venait de publier des messages inquiétants d'apologie du nazisme qui suggéraient un attentat imminent visant la communauté juive.